Skip to navigation – Site map
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Redonner leur place aux femmes par la biographie : des résistantes communistes, Madeleine Vincent et Cécile Rol-Tanguy

Roger Bourderon
p. 137-144

Full text

  • 1 Ce texte reprend une communication prononcée le 8 mars 2006 à l’hôtel-de-ville de Paris lors de la (...)

1Il s’agit de suivre, à travers l’engagement initial de deux jeunes filles exactement de la même génération, un itinéraire qui, par-delà la spécificité des destins individuels, fut celui de nombreuses femmes venues au communisme dans le milieu des années 19301.

2Madeleine Vincent est née le 4 mai 1920 à Asnières, dans une famille ouvrière. Son père, Abel, et sa mère, Eugénie, travaillent dans la même usine de petite métallurgie, Le Clou au Soleil, dans le XIe arrondissement de Paris. Madeleine passe ses premières années chez ses grands-parents maternels, ouvriers agricoles betteraviers dans l’Aisne, à Nogentel, dans le canton de Château-Thierry. Cette enfance est marquée par la pauvreté de ses grands-parents, les stigmates de la guerre de 1914, très présents dans l’Aisne, les luttes sociales des années 1920 – deux oncles ont été licenciés après la grève des cheminots, l’un est membre du PCF. En 1930, elle rejoint ses parents qui ont pu construire un petit pavillon à Boissy-Saint-Léger grâce à la loi Loucheur. Elle connaît dès lors de meilleures conditions de vie. C’est là qu’elle achève ses études primaires, fait une École primaire supérieure, passe le brevet élémentaire et suit une formation de mécanographe qui lui permet d’être embauchée dans une boutique d’articles du quartier du Sentier à Paris, où elle travaille jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale.

3Née le 10 avril 1919 à Royan, Cécile Le Bihan est trois mois plus tard au Vésinet, avec ses parents. Sa mère, Germaine, est au foyer, et son père, François, est ouvrier électricien à la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE), syndicaliste à la CGTU (il sera membre de la Commission exécutive de la fédération de l’éclairage) et membre du PCF. En 1935, la famille s’installe dans le XXe arrondissement, rue Louis-Ganne, dans une HBM, ces « habitations à bon marché » qui sont en construction alors tout autour de la capitale. Après le CEP, le fameux « certificat d’études », Cécile fréquente un cours complémentaire. Elle obtient le brevet élémentaire en 1935, puis elle suit le cours Pigier de sténodactylo. Elle fait un stage à la Fédération de l’éclairage CGT, puis est embauchée en novembre 1936 dans le pool de dactylos du Syndicat des métaux de la région parisienne. Elle y rencontre un tout récent permanent, Henri Tanguy. Son enfance et son adolescence ont baigné dans le militantisme paternel, car le domicile familial est un lieu d’accueil pour des communistes hongrois, tchèques, allemands, espagnols, en transit. À quoi s’ajoutent en 1936, au Syndicat des métaux, les contacts avec les grandes figures de Jean-Pierre Timbaud, Henri Gautier, Henri Jourdain, des aînés.

4Cela dit, l’engagement personnel des deux jeunes filles est inséparable des grandes luttes sociales de ce milieu des années 1930 et de l’irruption au premier plan du fascisme et de l’antifascisme, facteurs déterminants d’entrée en politique. Madeleine Vincent adhère à la Jeunesse communiste (JC) en 1935, et passe en 1936 à l’UJFF, l’Union des jeunes filles de France, qui vient d’être fondée à l’initiative de Danielle Casanova. À cette époque où la mixité n’existe pas, où les filles sont tenues en bride bien plus que les garçons, elle voit dans cette organisation féminine un moyen pour celles-là d’affirmer leur autonomie en participant elles-mêmes à la vie sociale, sportive, culturelle et politique, ce que fait le foyer que Madeleine anime à Boissy-Saint-Léger. En 1937, Madeleine veut adhérer au Parti communiste, mais jugée trop jeune, on ne lui donnera sa carte qu’en 1938. Elle suit alors à Vitry une école du parti pour la formation des cadres de l’UJFF, dont elle deviendra membre du bureau de la région Paris Sud.

5Déjà familière de la politique – elle participe souvent à des meetings –, Cécile Le Bihan adhère à l’UJFF en 1936, dans un foyer du XXe arrondissement. Après avoir été quelque peu agacée par des sollicitations insistantes au Syndicat des métaux pour qu’elle adhère au Parti communiste, elle franchit le pas en 1938, estimant plus que jamais l’engagement nécessaire. Sa mère, gagnée à la politique face à la montée des périls, adhère en même temps. Sollicitée par l’UJFF pour parrainer un volontaire des Brigades internationales, Cécile est devenue en 1938 marraine de guerre d’Henri Tanguy. Lorsqu’ils se marient, le 15 avril 1939, elle quittera le Syndicat des métaux, selon une règle qui veut alors que mari et femme ne travaillent pas dans la même organisation. Elle est affectée à Paris auprès du Parti communiste espagnol clandestin où, à dire vrai, elle n’aura guère de travail.

6À la veille de la guerre, le parallélisme de la formation et de l’engagement de Madeleine Vincent et de Cécile Le Bihan, désormais Cécile Tanguy, est frappant. La permanence de leurs convictions et de leurs raisons de militer fonde leurs réactions en 1939. Comme pour beaucoup de militants, le pacte germano-soviétique ne leur pose pas de problème : l’URSS a ses raisons et la confiance en elle est totale, les Franco-Anglais ont une écrasante responsabilité dans l’échec des pourparlers avec Moscou, l’antifascisme reste l’impératif majeur. La répression anticommuniste qui se déclenche dès la fin août et va s’aggravant fait le reste : la guerre est menée contre la classe ouvrière, non contre Hitler. Chez les Le Bihan, l’arrestation du père de Cécile, le 15 avril 1940, suivie de sa révocation de la CPDE, en apportera plus tard la preuve manifeste. Chez ces militantes loin des lieux de décision, le tournant stratégique de la fin septembre – l’analyse de la guerre « impérialiste des deux côtés » – n’est nullement perçu comme tel, pas plus qu’à l’été 1940 elles ne seront au courant des négociations pour la reparution de l’Humanité. Dans ce contexte, pour autant qu’elles aient des contacts, faire renaître le Parti et la Jeunesse communistes leur paraît une évidente nécessité.

7Alors qu’Henri est mobilisé, Cécile Tanguy a peu de contacts pendant l’hiver 1939-1940. Elle est fort occupée par son tout petit bébé, Françoise, née le 2 novembre 1939, et elle milite très peu. Elle voit de temps à autre Marcelle, femme d’Henri Gautier, le trésorier des Métaux, qui lui propose de reprendre du service vers le 15 mai 1940, juste après l’offensive allemande. Elle accepte sans hésiter, vu la conjoncture, et tapera divers textes pour les militants du Syndicat des métaux, devenus clandestins pour avoir refusé de désavouer le pacte germano-soviétique : il s’agit de textes appelant à se défendre, à se regrouper, et d’appels aux femmes. Malgré un drame familial affreux – la mort de Françoise, le 12 juin 1940 –, Cécile gardera ces contacts et c’est grâce à elle qu’Henri Tanguy peut, dès sa démobilisation le 19 août, rencontrer son camarade Henri Gautier et participer ainsi avec l’équipe des Métaux à la constitution de comités populaires de la métallurgie dans la région parisienne, qui seront une structure essentielle de la résistance communiste dans la classe ouvrière. C’est par l’intermédiaire de Marcelle et de Cécile qu’il est prévenu le 5 octobre, lors de la grande rafle de militants communistes, de l’arrestation d’Henri Gautier, ce qui le décide immédiatement à plonger dans la clandestinité. De l’automne 1940 au printemps 1941, Cécile tape des stencils pour les comités populaires des métallos et assure des liaisons avec leurs responsables.

8De son côté, Madeleine Vincent a conservé pendant la drôle de guerre des contacts avec des membres de l’UJFF de Paris Sud et avec l’une des responsables nationales – et cofondatrice du mouvement –, Claudine Chomat, elle-même en liaison avec la direction du Parti communiste. Madeleine est notamment chargée de trouver des « planques », comme on disait, vers Boissy-Saint-Léger. Au début de l’occupation, elle devient responsable de la JC pour la zone occupée en vue de la reconstituer, mais elle n’a pas le loisir de se lancer dans cette tâche. En août, moment décisif pour elle, elle est envoyée en zone interdite, dans le Nord, afin de reconstruire la JC dans cette région ouvrière essentielle pour le Parti communiste. Elle rencontre à cet effet Martha Desrumeaux, militante de premier plan, qui a commencé à renouer les fils pour refaire le parti. C’est ainsi que, lorsque la direction communiste met en place à l’automne 1940 les premiers « interrégionaux », Madeleine devient « inter » pour la JC, groupant les départements du Nord, Pas-de-Calais, Ardennes, Aisne et Meuse. De fait, c’est essentiellement dans les départements miniers qu’elle déploiera son activité. Les objectifs premiers, tels qu’elle les définissait elle-même, sont modestes : lutter contre la fatalité et la résignation, détruire le mythe Pétain, saisir toute possibilité de manifester les mécontentements, appeler à des actes revendicatifs limités, regrouper et redonner confiance – ce qui, pour elle, est déjà une manière de lutter contre l’occupant.

9Des jeunes femmes de l’UJFF aux noms demeurés souvent inconnus, parmi lesquelles Jeanne Tetard, Odette Moke, Jeanne Colette, Yvonne Abbas, Gilberte Renard, Marinette Dubois, Isabelle Clayes, Julie Dewintre, sont les chevilles ouvrières de cette reconstitution. Elles jouent un rôle essentiel de liaison entre les militants de la JC, tapent, portent et distribuent tracts et journaux clandestins. Précisément, côté JC, Madeleine Vincent est en liaison avec des militants, le plus souvent mineurs dans les houillères, et notamment avec Germinal Martel dans le Nord et Julien Hapiot dans le Pas-de-Calais. Ici, la JC est à l’origine des premiers groupes de l’Organisation spéciale (OS) du Parti communiste. Pendant ces mois de reconstitution, où commencent des récupérations d’armes et d’explosifs, s’amorce ce qui sera une composante majeure de la résistance communiste, la liaison et l’interaction entre lutte revendicative, lutte politique et lutte pour l’indépendance nationale. Les actions de ces mois de reconstruction, auxquelles s’emploie Madeleine Vincent et qui débouchent sur la grève des mineurs de mai-juin 1941, sont décisives.

10Été 1941 : JC et PC sont solidement restructurés dans le bassin houiller, quand Hitler lance ses troupes contre l’URSS et que le Parti communiste passe à la « lutte armée », comme on dira plus tard. Madeleine Vincent est depuis sa mission dans le Nord en liaison directe avec Danielle Casanova, qu’elle rencontre plusieurs fois à Paris. C’est par elle que Madeleine est chargée de promouvoir l’action directe contre l’occupant. En juillet 1941, Madeleine Vincent a rendez-vous dans un estaminet d’Escaudain, dans le canton de Douai, avec deux militants de la JC, Germinal Martel et Félicien Joly. Il s’agit d’envisager la création de groupes de la JC en vue du sabotage des voies ferrées, des écluses, des pylônes, des centrales électriques. Les semaines qui suivent, se constituent ces premiers groupes, noyau des futurs FTP, autour de Félicien Joly, Eusebio Ferrari, René Denys, Tadeuz Pawlowski, Michel Brûlé.

11Janvier 1942 : Madeleine Vincent est rappelée à Paris pour d’autres tâches, sa mission dans la zone interdite étant considérée comme achevée. Quelles tâches ? Elle ne le saura jamais. Elle a transmis les consignes et les liaisons au nouveau responsable de la JC dans le Nord, Jean Lestienne. Elle doit encore rencontrer Germinal Martel, qui devient « inter » à sa place. Mais le 9 janvier, en gare de Douai, reconnue par un homme qui a déjà « donné » Félicien Joly, elle tente de fuir, est rattrapée et arrêtée.

12Sa vie bascule. Prisons de Loos, de Bruxelles, puis, en août 1942, transport en Allemagne en tant que Nacht und Nebel : prisons d’Essen, de Zweibrücken, d’Essen à nouveau, où elle doit être jugée par un tribunal militaire allemand dont elle ne connaîtra jamais le verdict, car la prison est atteinte par un bombardement allié et évacuée à Kreutzburg en Basse-Silésie. Invoquant les conventions internationales, elle appellera les femmes, avec une prisonnière belge, à refuser de travailler au terrassement d’un terrain d’aviation. Mises au cachot, les deux femmes eurent la satisfaction de voir leurs codétenues refuser le travail. Toutes furent déportées à Ravensbrück (juillet 1944). Madeleine finit sa détention à Mauthausen, d’où elle est délivrée par la Croix-Rouge en avril 1945.

13Pour Cécile Tanguy, l’été 1941 commence par une très dure épreuve familiale : son père, qui s’est évadé à la faveur de la défaite, est depuis fin 1940 chauffeur à la délégation commerciale soviétique à Paris. Il est arrêté par les Allemands à la fin du mois de juin. La famille ne le reverra plus. Transféré à Compiègne, déporté, il mourra à Auschwitz le 19 septembre 1942.

14L’affectation d’Henri Tanguy à la mise en place et au développement de la lutte armée en juillet conduit Cécile à un choix, décidé d’un commun accord. Elle accompagnera Henri dans ses nouvelles fonctions : il est responsable militaire des premiers « triangles de direction » de la région parisienne, « Travail particulier » (TP) puis FTP (juillet 1942-septembre 1942) , puis responsable politique FTP en Anjou-Poitou (septembre 1942-avril 1943), puis responsable politique FTP de la région parisienne (avril-septembre 1943).

15Dans le dispositif mis en place, Cécile occupe un rôle central, avec la double fonction de secrétaire et d’agent de liaison d’Henri Tanguy. Secrétaire, elle frappe tracts, directives, rapports destinés à la direction nationale des FTP, éventuellement journaux (ainsi en 1943 Le Franc-tireur parisien). Agent de liaison, elle l’est à plusieurs niveaux. Elle fait un temps la liaison avec Marcel Paul. À l’échelon des triangles de direction, elle assure le contact avec les autres membres du triangle : à Paris, avec Raymond Losserand et Gaston Carré jusqu’en mai 1942, Roger Linet et Raymond Colin jusqu’en septembre 1942, Joseph Epstein et Édouard Vallerand en 1943. Elle rencontre des responsables FTP du secteur relevant de la direction interrégionale : ainsi en Anjou Maurice Lacazette et Marcel Hamon, à Paris des responsables de la MOI comme Boris Holban ou Boris Milev. Enfin, elle fait la liaison avec des membres de la direction nationale des FTP comme Eugène Hénaff, Georges Vallet, René Camphin, Georges Tessier, Albert Ouzoulias, Pierre Le Queinnec et quelques autres. La liaison est parfois directe, mais elle s’effectue le plus souvent par l’intermédiaire des agents de liaison des responsables contactés. Émilienne Gallicier, Fernande Linet, Carmen Gérard, Andrée Grenet, Germaine Hénaff, Jeannine Jugeau, Régine Lacazette, France Lepage, Angèle Mercier, Cécile Ouzoulias, Cécile Rinaldi, Paulette Berger, Suzanne Vallerand, d’autres encore, constituent un réseau de jeunes femmes communistes sans lesquelles les directions n’auraient pu fonctionner. On ajoutera encore que Cécile Tanguy transporte parfois tracts et journaux clandestins, armes et explosifs.

16Lorsque Henri Tanguy est versé aux FFI (automne 1943) puis devient en juin 1944, sous le nom de colonel Rol, chef régional des FFI d’Île-de-France, Cécile continue de remplir sa double fonction. Elle frappe les ordres du chef régional – comme ceux des 18 et 19 août 1944, appelant à la mobilisation générale à la veille de l’insurrection – et assure ses liaisons avec le général Malleret-Joinville, chef d’état-major national des FFI, les colonels Avia et Villate, membres de l’état-major régional, avec des membres des états-majors départementaux de la Seine, de la Seine-et-Oise Nord et de la Seine-et-Oise Sud, avec la direction nationale FTP, plus rarement avec Pierre Villon, représentant Front national au COMAC, ou André Tollet, président du CPL. La semaine de l’insurrection parisienne, Cécile, toujours à la tâche, vit dans le PC souterrain de Denfert-Rochereau, comme l’équipe de dactylos rassemblée pour le travail quotidien. Lorsque, le 24 août, elles apprennent l’arrivée à l’Hôtel-de-Ville de la colonne de la 2e DB du capitaine Dronne, ces jeunes femmes fêteront l’événement, loin des fastes officiels, par une belle bataille de polochons. Le 28, Cécile Tanguy sera la seule femme invitée – à la demande expresse du colonel Avia – à la réception du général De Gaulle rue Saint-Dominique, au ministère de la Guerre.

17Il faut brièvement rappeler ce qu’est pour ces militantes la vie clandestine, dans l’insécurité permanente, les risques de rafles, de contrôles policiers, notamment dans les lieux publics, sorties de métro, gares, etc., particulièrement surveillés – c’est en gare de Douai que Madeleine Vincent est arrêtée –, la crainte de filatures – Cécile Tanguy y échappera en mai 1942, lorsque tombe le premier triangle de direction parisien. Il faut s’habituer à être appelée par son « pseudo », Mariette pour Madeleine Vincent, mais ses camarades l’appellent plutôt la Parisienne. Cécile Tanguy sera successivement Jeanne, Yvette, Lucie. Les domiciles sont multiples : selon les besoins, Madeleine Vincent est hébergée chez des militants à Lille, Valenciennes, Escaudain, Fenain, Loos-en-Gohelle. À Paris, Cécile Tanguy quitte le domicile familial fin 1940, puis habite successivement boulevard Mac-Donald (XIXe), rue de l’Ouest (XIVe), où vit sa belle-mère, rue de l’Abbé-Groult (XVe) avec sa mère, hors des propres planques d’Henri. Le couple cohabitera à Quinçay, près de Poitiers, à l’automne 1942, puis à Antony après le retour à Paris, avec les absences plus ou moins longues qu’appelle l’activité résistante. Si, pendant toute la période, Madeleine Vincent, célibataire, se consacre entièrement à la vie militante, Cécile et Henri préservent malgré tout un espace de vie familiale. Leur fille Hélène naît à Paris le 28 mai 1941, leur fils Jean à Antony le 13 novembre 1943.

18Il y a enfin les déplacements. Ils sont particulièrement dangereux pour Madeleine Vincent, car Nord et Pas-de-Calais sont en zone interdite, qu’une véritable frontière sépare de la zone occupée. Le premier passage en août 1940 s’effectue grâce à la complicité de cheminots communistes du grand triage de Longueau, mis au courant par l’un d’eux, le député Jean Catelas, légalement assassiné par le tribunal d’État de Vichy en septembre 1941. Par la suite, Madeleine utilise cette filière lorsque, assez fréquemment, elle va à Paris rencontrer Danielle Casanova. Les voyages se font le plus souvent dans le tender de la locomotive. Ils s’avèrent sûrs, mais ils ne sont jamais à l’abri d’une descente de police inopinée. Pour Cécile Tanguy, les déplacements parisiens se font à pied, en métro, parfois à vélo, avec les risques déjà signalés. Il est vrai qu’une jeune maman avec son bébé ne se fait pas trop remarquer. Aussi il arrive que le landau serve à transporter presse clandestine et armes. Les risques les plus grands sont encourus pendant la période poitevine quand, assurant la liaison avec Eugène Hénaff, elle prend le train de Poitiers à Paris et retour, le moment le plus difficile étant l’attente en gare, puis la sortie. On imagine mal aujourd’hui l’atmosphère policière de ces grands lieux publics.

19Après-guerre : Henri, désormais Rol-Tanguy, est officier de carrière. Cécile, toujours membre du Parti communiste, reste au foyer, s’occupant en toute priorité de ses enfants – la famille s’agrandit avec Claire (2 octobre 1946) et Francis (18 juillet 1953). Madeleine Vincent rencontre Guy Ducoloné, résistant lui aussi déporté. Ils se marient le 23 novembre 1946. Ils ont un fils, Daniel, en 1963. Permanente, Madeleine gravit les échelons de la direction du Parti communiste et sera membre de son bureau politique de 1970 à 1990. Elle est décédée en 2005.

  • 2 Elle a été élevée au grade de commandeur le 18 décembre 2008 par Raymond Aubrac à la Maison des mét (...)

20Madeleine Vincent était titulaire de la Croix de guerre au titre de la Résistance et était officier de la Légion d’honneur. Cécile Rol-Tanguy est médaillée de la Résistance et grand-officier de la Légion d’honneur2.

21Le colonel Henri Rol-Tanguy rappelait en toute occasion le rôle essentiel des femmes dans la Résistance et estimait à juste titre qu’après la Libération on ne leur avait pas donné la place qu’elles auraient dû avoir : « Dans ce travail obscur et périlleux, disait-il, les femmes ont joué dès l’été 1940 un rôle capital. On ne dira jamais assez ce qu’elles ont réalisé comme agents de liaison. Elles ont assuré les contacts qui ont permis de mettre en place, de refaire fonctionner les directions, de maintenir les liens de celles-ci avec l’échelon supérieur et les échelons subordonnés. Sans elles, aucune organisation n’aurait pu exister durablement. On les a souvent oubliées après la Libération… »

22Sources :

23Sur Madeleine Vincent : archives Madeleine Vincent/Guy Ducoloné ; témoignage de Madeleine Vincent ; Jacques Estager, « Ami entends-tu », la Résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais, Messidor/Éditions sociales ; Les femmes dans la Résistance, actes du colloque, Éditions du Rocher, 1977.

24Sur Cécile Rol-Tanguy : archives Rol-Tanguy ; témoignage de Cécile Rol-Tanguy ; Roger Bourderon, Rol-Tanguy, préface de Christine Levisse-Touzé, Éditions Tallandier, 2004, réédition 2013.

Top of page

Notes

1 Ce texte reprend une communication prononcée le 8 mars 2006 à l’hôtel-de-ville de Paris lors de la journée d’étude sur le thème « Des résistantes parisiennes, 1940-1944 », organisée à l’initiative de Christine Levisse-Touzé, directrice du musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris-musée Jean Moulin (Ville de Paris), dans le cadre des manifestations de la Journée internationale des femmes prévues par la mairie de Paris.

2 Elle a été élevée au grade de commandeur le 18 décembre 2008 par Raymond Aubrac à la Maison des métallos à Paris, puis au grade de grand-officier le 20 février 2014 par le président de la République François Hollande au palais de l’Élysée.

Top of page

References

Bibliographical reference

Roger Bourderon, « Redonner leur place aux femmes par la biographie : des résistantes communistes, Madeleine Vincent et Cécile Rol-Tanguy », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 137-144.

Electronic reference

Roger Bourderon, « Redonner leur place aux femmes par la biographie : des résistantes communistes, Madeleine Vincent et Cécile Rol-Tanguy », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/5932

Top of page

About the author

Roger Bourderon

Historien, ancien rédacteur en chef et membre du Comité scientifique des Cahiers d’histoire

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page