Skip to navigation – Site map
LIVRES LUS

Clive Thomson (éd.), Georges Hérelle, Archéologue de l’inversion sexuelle « fin de siècle »

Paris, Éditions du Félin, 2014, 364 p.
Thierry Pastorello
Bibliographical reference

Clive Thomson (éd.), Philippe Artières (préf.) Georges Hérelle, Archéologue de l’inversion sexuelle « fin de siècle », Paris, Éditions du Félin, 2014, 364 p.

Full text

  • 1 Clive Thomson, « De la pédérastie à l’homosexualité : la perversion comme site d’un nouveau rapport (...)

1Georges Hérelle (1848-1935), professeur de philosophie, mais aussi historien et érudit, fut connu comme le traducteur français du poète italien Gabrielle D’Annunzio (1863-1938). Il fut également un spécialiste des pastorales basques, ces pièces de théâtre à thèmes historiques ou religieux puisant dans le fonds de la culture basque. Il fut l’auteur d’une œuvre complète sur ce qu’il nomme « l’amour grec », en d’autres termes l’homosexualité masculine. Il se fit l’archéologue de l’homosexualité masculine et de sa propre homosexualité. L’analyse critique du livre de Hérelle est présentée par Clive Thomson, de l’université de Guelph au Canada. Cet universitaire est à la fois un spécialiste de littérature et un psychanalyste qui a abordé à plusieurs reprises les questions relatives au genre et à l’homosexualité masculine1.

  • 2 Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité : lectures médicales et juridiques de l'homosexualité da (...)
  • 3 Voir mon ouvrage : Thierry Pastorello, Sodome à Paris, fin XVIIIe-milieu XIXe siècle : l’homosexual (...)

2L’ouvrage montre que Georges Hérelle fit œuvre tout d’abord d’archéologue et d’archiviste de l’homosexualité masculine. L’introduction retrace fort bien le parcours de Georges Hérelle, ses activités et aussi la spécificité de son intérêt pour l’homosexualité masculine. Le contexte personnel de la vie de l’auteur, son homosexualité, ses cercles d’amis homosexuels, sont précisément étudiés (p. 25-29). Le cadre général des discours sur l’homosexualité, et notamment les travaux du docteur Alexandre Lacassagne (1843-1924), spécialiste d’anthropologie criminelle, permet d’élargir la compréhension de l’espace culturel dans lequel Hérelle développe son activité. Lacassagne est une référence importante, puisqu’il rejette les thèses de César Lombroso (1835-1909) sur le criminel-né, et du coup il remet aussi en cause les analyses homophobes du docteur Ambroise Tardieu (1818-1879). Ce médecin légiste expliquait et détectait une homosexualité par une analyse physiologique du patient. Ainsi, ce que l’on nomme alors le « pédéraste » serait incapable de s’adapter à la société moderne : l’homosexuel est enfermé dans son physique prétendument spécifique. Il se trouve donc emprisonné dans un déterminisme étroit. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les termes qui désignent les homosexuels masculins vont progressivement se déplacer des adjectifs pédéraste et sodomite aux termes d’inversion et, plus tard, d’homosexualité, traduisant la médicalisation des pratiques sexuelles dites perverses2. Georges Hérelle admire l’Antiquité qui aurait toléré, voire admis dans certains cadres, les amours masculines (p. 40). Cette mise en avant de l’Antiquité n’est pas une nouveauté. Déjà au XVIIIe siècle, certains des termes servant à désigner les pratiques homosexuelles masculines, comme « amours socratiques », se réfèrent à l’Antiquité3. Cependant, les travaux de Georges Hérelle sur l’homosexualité masculine dans les textes grecs, notamment chez Aristote (p. 46-47), sont bien distingués de ceux qui concernent les études homosexuelles contemporaines (p. 48-52).

  • 4 Sharon Marcus, « Homosexualité et vie intime en Angleterre à la fin du XIXe siècle », Cahiers d’his (...)
  • 5 Thierry Pastorello, « Un hymne à la tolérance envers l’homosexualité », Cahiers d'histoire. Revue d (...)

3Le premier chapitre du livre publié par Clive Thomson regroupe la correspondance de Hérelle avec Félix et Paul Bourget entre 1869 et 1873. Comme il est souligné, ces sources sont importantes pour comprendre l’apprentissage intellectuel de Georges Hérelle, mais aussi afin d’accéder aux milieux sociaux dans lesquels évoluaient ces homosexuels des années 1870. Il y a près d’une douzaine de lettres, qui permettent d’étudier ce que l’historienne Sharon Marcus nomme l’homosexualité domestique4. Ainsi pouvons-nous corriger le prisme déformant consistant à étudier l’homosexualité uniquement par les faits publics , notamment à partir des archives de police… Car la répression sociale de l’homosexualité est parfois trompeuse et, en fait, elle n’interdit pas à certains de vivre une homosexualité privée heureuse5.

  • 6 Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté, Paris, J. Hetzel, 1862, 446 p., (...)
  • 7 Malick Briki, op. cit., p. 78 ; Ambroise Tardieu, Les attentats aux mœurs, 1857, rééd. Grenoble, J. (...)
  • 8 Florence Tamagne, « Homosexualités, le difficile passage de l’analyse des discours à l’étude des pr (...)
  • 9 Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine, fin XVIIIe-milieu (...)

4Le chapitre II rassemble des notes de voyage et d’enquêtes sur la prostitution masculine en Italie. Après l’amour grec, Georges Hérelle s’est intéressé au monde de la prostitution masculine contemporaine en Italie. Ces notes de voyage laissent entrevoir l’homosexualité publique : prostitution masculine certes, mais aussi lieux et techniques de rencontres. Ces notes peuvent être vues comme des études ethnographiques, études descriptives de terrain. Elles sont complétées par des albums de photos et de cartes postales. De fait, les questionnaires et enquêtes sur l’inversion sont au cœur de l’activité de Georges Hérelle comme archéologue de l’homosexualité. Deux questionnaires, A et B, cherchent à cerner la nature et les origines de l’inversion. Ce que Georges Hérelle nomme « le petit pédéraste » (p. 181) n’est pas sans rappeler ce que le policier Louis Canler nommait « les persilleuses », c’est-à-dire des jeunes hommes ayant le goût du luxe et de la fainéantise, efféminés et se prostituant6. L’établissement de correspondances entre les goûts pour la passivité sexuelle et certaines caractéristiques anatomiques (p. 184-197) rappellent certaines affirmations propres au courant médico-légal au cours du XIXe siècle7. Certaines réponses au questionnaire B, notamment celles concernant le sujet du mariage et de l’homosexualité, sont caractéristiques des représentations sur l’homosexualité, comme sexualité pure ne pouvant aboutir à des sentiments et sexualité antinomique de l’idée de mariage (p. 200-206). Le passage du questionnaire B sur les amours homosexuelles au sein de l’univers scolaire aboutit, après les réponses de deux hommes et un entretien avec un certain Ernest ayant pratiqué ces amours, au fait que très peu de jeunes gens restent fidèles à des pratiques homosexuelles une fois sortis de l’univers du collège (p. 213-218). Cette partie est intéressante, car elle présente un ensemble de représentations sur l’homosexualité masculine, ses conséquences sur la santé physique, la progression inexorable des mœurs homosexuelles, que les réponses d’Ernest contredisent. La suite du questionnaire B met en valeur le champ social particulier qui donne lieu à ces représentations, et les hommes dont le cas est analysé cumulent divers facteurs d’exclusion. Georges Hérelle illustre ce biais par les analyses d’Ambroise Tardieu sur le comportement des homosexuels masculins. Les analyses de cet auteur sont basées sur une population de prostitués masculins (p. 223-224). On touche là une question essentielle, qui se pose également aux historiens de l’homosexualité : comment établir l’histoire de l’homosexualité en s’appuyant uniquement sur les discours de ceux que l’on nomme les « entrepreneurs de morale », médecins, policiers, juges8 ? On sait que l’on n’étudie ainsi l’homosexualité que par ses propres marges. Une meilleure connaissance sociale passe par la nécessité de replacer ces hommes dans le contexte d’une hostilité foncière de toute la société, et donc celui d’un état d’insécurité permanente, qui peut conduire à diverses stratégies de défense, à des dissimulations. Mais les meurtres et les viols sont les conséquences de passions furieuses, quelles que soient les pratiques sexuelles (p. 232). De fait, ces analyses s’inscrivent en faux contre la représentation dominante au XIXe siècle d’une homosexualité faisant le lit des divers fléaux sociaux9.

  • 10 Dominique Kalifa, Les Bas-Fonds : histoire d’un imaginaire, Paris, éd. du Seuil, 2013, p. 70-75.

5La partie suivante, sous le titre « Les opinions de Simplice Quilibet », exprime, en les prêtant à ce personnage dit ordinaire, ses propres idées. Puis, dans 1895 : esthétisme, mon goût pour la rusticité, Hérelle affirme son goût pour les rudes marins, la population ouvrière de certains quartiers de la capitale (p. 247). Ceci n’est pas sans évoquer la fascination d’une certaine forme d’homosexualité pour les bas-fonds10. Les petits mémoires littéraires jettent ensuite un regard sur sa démarche intellectuelle. Il porte des jugements parfois sévères sur lui-même : « Je manquais de génie, pourtant j’étais assez intelligent… Le vice intellectuel qui m’a été préjudiciable est ma mauvaise mémoire… » (p. 262-263).

  • 11 Thierry Pastorello, op. cit., p. 45-52.

6En conclusion, Georges Hérelle déconstruit les opinions les plus hostiles concernant l’homosexualité masculine. À propos de l’expression cruciale « contre-nature », il discute la signification : qu’est-ce donc que la nature ? Comporte-t-elle des lois qui désignent certains comme ayant des mœurs contre-nature, ou faut-il prendre en compte la nature propre de chacun ? En d’autres termes, existe-t-il des sentiments naturels et antinaturels, ou la nature est-elle polymorphe et la morale conjoncturelle à une époque et à un lieu donnés11 ? Sur le procès en infécondité de l’homosexualité, il note que d’autres voluptés sont infécondes. Sur l’attitude envers les pédérastes, il note la place honorable tenue par la pédérastie dans l’histoire, ce qui le ramène à l’amour grec. Il termine par des citations du médecin et psychologue britannique Havelock Ellis : l’inversion est une déviation, mais elle produit parfois de bons effets. Il faut protéger l’inverti contre une hostilité injuste (p. 357-358). Finalement, cet ouvrage constitue un plaidoyer pour la tolérance, idéal avant que s’ouvre l’horizon du droit à la différence.

Top of page

Notes

1 Clive Thomson, « De la pédérastie à l’homosexualité : la perversion comme site d’un nouveau rapport entre médecin et patient (1880-1900) », Itinerarios : Revista de estudios lingüísticos, literarios, históricos y antropológicos, vol. 10 (2009), p. 241-250.

2 Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité : lectures médicales et juridiques de l'homosexualité dans les sociétés occidentales de 1850 à nos jours, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009, 232 p.

3 Voir mon ouvrage : Thierry Pastorello, Sodome à Paris, fin XVIIIe-milieu XIXe siècle : l’homosexualité masculine en construction, Grane, Créaphis, 2011, chapitre I.

4 Sharon Marcus, « Homosexualité et vie intime en Angleterre à la fin du XIXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 119, 2012, URL : <http://chrhc.revues.org/2902>.

5 Thierry Pastorello, « Un hymne à la tolérance envers l’homosexualité », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, n° 123, 2014, URL : <http://chrhc.revues.org/3573>.

6 Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté, Paris, J. Hetzel, 1862, 446 p., chapitre XXXIII : « Les antiphysiques et les chanteurs », p. 264-294 , en particulier p. 266-267.

7 Malick Briki, op. cit., p. 78 ; Ambroise Tardieu, Les attentats aux mœurs, 1857, rééd. Grenoble, J. Millon, 1995, p. 177.

8 Florence Tamagne, « Homosexualités, le difficile passage de l’analyse des discours à l’étude des pratiques », Histoire & sociétés, revue européenne d’histoire sociale, n° 3, 3e trimestre 2002, p. 6-21.

9 Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine, fin XVIIIe-milieu XIXe siècle, Paris, université Paris VII, 2009, p. 215-226.

10 Dominique Kalifa, Les Bas-Fonds : histoire d’un imaginaire, Paris, éd. du Seuil, 2013, p. 70-75.

11 Thierry Pastorello, op. cit., p. 45-52.

Top of page

References

Electronic reference

Thierry Pastorello, « Clive Thomson (éd.), Georges Hérelle, Archéologue de l’inversion sexuelle « fin de siècle » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 23 August 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/5970

Top of page

About the author

Thierry Pastorello

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page