Skip to navigation – Site map
LIVRES LUS

Serge Wolikow, 1936, Le monde du Front populaire

Paris, Le Cherche-Midi, 2016, 272 p.
Eloïse Dreure
Bibliographical reference

Serge Wolikow, 1936, Le monde du Front populaire, Paris, Le Cherche-Midi, 2016, 272 p.

Full text

  • 1 Xavier Vigna, Jean Vigreux, Serge Wolikow (dir.), Le pain, la paix, la liberté, expériences et terr (...)

1Serge Wolikow est spécialiste de l’histoire du mouvement ouvrier et de l’Internationale communiste. Il y a dix ans, il codirigeait l’ouvrage Le pain, la paix, la liberté, expériences et territoires du Front populaire1. Cette année, il publie 1936, Le monde du Front populaire, ouvrage qui bénéficie de connaissances actualisées grâce, essentiellement, à l’ouverture des archives de l’Internationale communiste.

2Que ce soit dans un cadre politique ou personnel, les références au Front populaire sont nombreuses. Néanmoins, cette période reste, pour bien des gens, vague chronologiquement et incertaine de nature. Parle-t-on d’une victoire électorale, d’un mouvement massif de grève, d’avancées sociales ? Quelques stéréotypes restent bien ancrés : les premiers congés payés, la politique culturelle ou les occupations d’usines…

3Pour l’auteur, le Front populaire revêt finalement différentes dimensions : des pratiques politiques, des mobilisations collectives, une tradition républicaine et un épanouissement personnel nouveau pour la classe ouvrière. Ces dimensions, qui s’articulent entre elles, sont nécessaires pour parvenir à ce que souhaite Serge Wolikow, c’est-à-dire une histoire globale de cette période.

4Quant à ce « monde », il s’agit du contexte dans lequel ce Front populaire naît et meurt, la montée des fascismes et la violence d’une époque qui auront raison de lui. Mais ce « monde » fait également référence au fait que cette réalité politique a existé dans d’autres pays, dans des contextes différents, et à plusieurs échelles. Du local à l’international, chacune de ces dimensions fait partie de ce qu’a été le Front populaire, et il faut en saisir chacune d’elle pour comprendre ce que fut cette expérience originale, majeure dans l’histoire nationale et internationale.

5Si 2016 est une année anniversaire, cela ne saurait suffire à justifier la publication de cet ouvrage. Comme le rappelle Serge Wolikow, les commémorations seules ne doivent pas orienter la recherche et le travail de l’historien. On peut, bien sûr, en appeler au contexte actuel, aux élections de décembre 2015 et à la poussée de l’extrême droite, qui nous rappelle celle des années 1930. Le Front populaire ayant réussi à faire barrage au fascisme, l’intérêt qu’on lui porte doit bien sûr être réactivé, son histoire renouvelée.

6D’un point de vue scientifique, même si de nombreux livres et articles ont déjà été publiés, des ouvrages de synthèse déjà écrits, l’évolution des connaissances historiques grâce à l’accès à de nouvelles sources permet de produire des résultats nouveaux, de nuancer ou d’appuyer des connaissances plus anciennes et d’éclairer les dimensions multiples du Front populaire.

7Le premier chapitre précise cette approche globale et redéfinit l’événement qu’il souhaite traiter. Ce Front populaire est ainsi, tout à la fois, un gouvernement, un mouvement social, une idée, un programme, dans un lieu bien défini, la France, et dans un temps limité, de 1934 à 1938, avec 1936 comme point culminant. Mais ce moment historique a eu également des conséquences internationales et est devenu un événement majeur pour le mouvement ouvrier mondial. De nombreux aspects particuliers ont été étudiés, des récits faits, il s’agit maintenant de les réunir, de les croiser afin d’en avoir une approche globale.

8Puisque le Front populaire s’ancre dans une époque, l’auteur commence par une rapide et efficace mise en contexte, nationale et internationale. En quelques pages, il nous parle d’économie, des conséquences de la Première Guerre mondiale, de la révolution russe de 1917, de l’accession de Hitler au pouvoir, de la menace fasciste en Europe, de la division des forces de gauche, des progrès de l’extrême droite en France, face à laquelle le PCF, appuyé par Moscou, sera la plus grande des forces d’opposition.

9La suite est un très bon résumé chronologique, du premier acte d’unité d’action après février 1934 jusqu’à la dislocation en 1938. L’importance du Parti communiste français dans la construction du Front populaire est soulignée et de longs passages sont consacrés à l’histoire des communistes dans les années 1930 et à leurs relations avec l’Internationale communiste à Moscou. Les deux histoires sont indissociables et les archives communistes ont largement participé au renouvellement de l’une et de l’autre. Si l’on regrette, peut-être, qu’aucune référence aux colonies ne soit faite dans ce chapitre, il n’en reste pas moins, à lui seul, une très bonne synthèse de ce moment historique.

10Le reste de l’ouvrage développe chaque étape de ce que fut le Front populaire, de sa construction à sa fin, toujours dans cette perspective globale. L’auteur dresse ainsi, de façon magistrale, un portrait de la France du début des années 1930, d’abord économique, puis politique, tout en le remettant en perspective avec le contexte international. On relève le court passage sur le syndicalisme, qui explicite les oppositions et les points communs, les prises de position, les modalités d’action, entre la CGT et la CGTU, de façon particulièrement efficace. Le Parti communiste, très présent, bénéficie d’une histoire renouvelée grâce à l’ouverture des archives de l’Internationale communiste (IC), histoire qui contribue à la compréhension du Front populaire, étant donné l’impulsion exercée par le PCF. L’auteur note bien les contradictions et les tensions internes auxquelles le PCF, autant que les autres partis, doit faire face dans une période d’échange avec l’IC et d’influence mutuelle.

11Pour l’année 1934, là encore le recours aux archives de l’IC permet des connaissances nouvelles, sur les processus en interne qui encouragent l’organisation d’un front unique pour lutter contre le fascisme. Nous suivons les tensions, les oppositions, qui parfois vont paralyser l’action du Parti, les contradictions entre la dénonciation du fascisme et celle de la « république bourgeoise », mais aussi le processus d’acceptation de l’IC du mot d’ordre de Front populaire. L’auteur nous livre ainsi une description fine du VIIe congrès de l’IC, en juillet 1935.

  • 2 « Association républicaine des anciens combattants », dirigée par les communistes.

12Bien sûr, la SFIO et le Parti radical ne sont pas oubliés et on suit, étape par étape, les négociations du premier pacte d’unité d’action jusqu’à la plate-forme commune des élections de 1936, plate-forme là encore explicitée avec soin. Il faut également relever que lors de l’évocation des journées de février 1934, l’auteur note bien que si l’ARAC2 manifeste elle aussi du côté des Champs-Élysées, c’est bien à la fois contre le gouvernement et contre les ligues fascistes, et non pas aux côtés de celle-ci comme il a pu parfois être dit. On regrettera peut-être qu’on ne nous parle, finalement, que des directions des partis et fort peu des militants. De même, lorsque l’auteur évoque les grèves, il parle longuement des négociations mais jamais de la façon dont ces grands mouvements de grève sont vécus au jour le jour par les ouvriers.

13Il y a dans cet ouvrage, il est vrai, prédominance de l’histoire du Parti communiste vis-à-vis des autres groupes politiques. L’Internationale ouvrière socialiste n’est ainsi évoquée qu’en quelques lignes. Il y a là, bien sûr, un effet de sources, mais il ne faut pas nier le rôle d’impulsion, d’animation qu’ont eu les communistes dans le Front populaire, et cela justifie la place importante qui leur est faite ici. Conséquence de cela, cet ouvrage est un bel apport pour qui s’intéresse à l’histoire du communisme dans les années 1930.

14En conclusion, s’il ne faut pas s’attendre à trouver ici une « histoire par le bas », Serge Wolikow nous livre un excellent ouvrage de synthèse de la période du Front populaire en France. Plus qu’une simple description des événements, il en fait une véritable analyse. C’est donc un ouvrage à vivement recommander aux étudiants et à toute personne s’intéressant à cette période.

Top of page

Notes

1 Xavier Vigna, Jean Vigreux, Serge Wolikow (dir.), Le pain, la paix, la liberté, expériences et territoires du Front populaire, Paris, La Dispute-Éditions sociales, 2006, 320 p.

2 « Association républicaine des anciens combattants », dirigée par les communistes.

Top of page

References

Electronic reference

Eloïse Dreure, « Serge Wolikow, 1936, Le monde du Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 23 August 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/5974

Top of page

About the author

Eloïse Dreure

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page