Skip to navigation – Site map
UN CERTAIN REGARD

The Birth of a Nation

Film de Nate Parker, 2016, 120 min.
Anne-Marie Bidaud
p. 205-208

Full text

1Nate Parker, jeune cinéaste afro-américain, s’est totalement investi dans son premier film, The Birth of a Nation, au point de cumuler les rôles de réalisateur, coscénariste, producteur et acteur. Ce projet préparé depuis sept ans lui a été suggéré par une découverte lors de ses études à l’université : la révolte de Nat Turner, un esclave qui, en 1831, avec une poignée d’autres esclaves, mit à feu et à sang un coin de Virginie, tuant brutalement plusieurs familles de planteurs avant de se rendre et d’être exécuté.

2Que veut montrer ce film ? Bien qu’entièrement construit autour de la personnalité de Nat Turner, il n’entre pas dans la catégorie du « biopic », tant les erreurs et omissions s’accumulent, comme bon nombre d’historiens américains l’ont très vite souligné. Le titre du film donnerait-t-il une clé ? Nate Parker semble proposer une réflexion sur le film éponyme de David W. Griffith qui, en 1915, créa un tel scandale qu’il fut souvent l’objet d’interdictions dans le monde entier, tant l’évocation des Afro-Américains de l’époque de la guerre de Sécession et de la reconstruction se limitait à une série de clichés dégradants. Rien d’étonnant puisque ce film de plus de trois heures était ouvertement inspiré d’un ouvrage, The Clansman, à la gloire du Ku Klux Klan.

3Pour longtemps, ce film eut un effet dévastateur. Certes, les représentations négatives des Afro-Américains, s’enracinant dans le double registre du mépris et de la peur, existaient depuis longtemps, mais grâce au nouveau pouvoir de conviction de l’image, elles devenaient concrètes, prenant à la fois forme et légitimité. De plus par ses qualités formelles exceptionnelles, notamment l’art du montage qui, chez Griffith, sait jouer habilement sur les émotions, ce film a permis d’imprimer durablement ces représentations dans l’imaginaire américain. Parmi les plus fréquemment reprises, on rencontre le Black Buck brutal et animal dominé par ses pulsions, l’oncle Tom âgé et docile, la grosse mammy dévouée, les esclaves infantiles…

Pourquoi Nat Turner comme héros ?

4Nate Parker n’apporte rien de nouveau en consacrant son film à la révolte de 1831. Certes, elle reste le soulèvement qui a le plus marqué l’opinion publique et l’histoire dominante. Mais venant d’un Afro-américain ayant suivi des Afro-American Studies à l’université, on reste déçu par ce choix de facilité, simplement commercial, sans doute pour s’assurer des rentrées substantielles au box-office. Car dans la longue histoire de l’esclavage aux États-Unis, de nombreuses révoltes se sont succédé dans tout le Sud, sans discontinuer depuis l’époque coloniale (une des premières, en Virginie, datant de 1687). Dès 1943, l’historien Herbert Aptheker en a dénombré environ 250. The Birth of a Nation isole donc ce soulèvement de 1831 de tout contexte, laissant accroire qu’il a un statut unique ou du moins exceptionnel.

5Les motivations de Nat Turner, ne sont pas plus convaincantes : c’est d’abord un illuminé qui communique avec le Saint-Esprit, entend des voix, se sent investi d’une mission divine, et interprète des signes : la date de son soulèvement lui a été dictée par une éclipse de soleil. Au moment de sa pendaison, le cinéaste filme complaisamment le visage de Nat Turner souriant, suivi du plan d’un ange (blanc !) déployant ses ailes, sur fond de musique sirupeuse. Le film suggère aussi que la vengeance personnelle joue un rôle décisif dans ses motivations, après que deux esclaves noires, dont sa femme, ont été violées par des Blancs. Piètre modèle… Alors que parmi les Afro-Américains contemporains qui ont lutté pour leur émancipation, on rencontre par exemple Denmark Vesey, esclave qui a racheté sa liberté et organisé en 1822 un soulèvement à Charleston, après avoir regroupé plusieurs milliers d’esclaves et envisagé ensuite un départ pour Haïti. Cette révolte avait comme modèles l’action de Toussaint Louverture et la Révolution française (initialement, Vesey avait choisi la date du 14 juillet pour lancer son offensive). Nat Turner, lui, regroupe quelques esclaves un peu au hasard, rien ne semble vraiment préparé. Finalement, il ne modifie en rien le stéréotype de l’esclave impulsif dont la dimension intellectuelle et politique est absente. Or, les informations circulaient jusque dans les petites plantations isolées. Même les esclaves illettrés avaient connaissance d’organisations créées aux États-Unis en faveur de l’émancipation des Noirs et du mouvement abolitionniste qui se développait dans le Nord, avec des antennes locales dans le Sud.

6En fait, ce que la tradition populaire a retenu, et Nate Parker ne fait que la reproduire, c’est surtout la grande violence de la révolte de 1831, où 55 Blancs furent tués avec une brutalité dont Nat Turner donne les détails dans les Confessions qu’il a spontanément dictées en prison à son avocat (dimension que le film n’évoque même pas). Il y précise avec un détachement glaçant comment, après avoir tué le maître de la plantation, sa femme, leur fils de neuf ans et un serviteur à coups de hache, deux de ses acolytes sont revenus tuer un bébé dans son berceau avant de le jeter dans le feu. Cinématographiquement, les images de violence, souvent complaisantes, viennent corroborer ce stéréotype du « Noir sanguinaire ».

Un déterminisme historique fabriqué

7Le final du film suggère une contagion dans la révolte : sur le gros plan d’un jeune garçon se superpose le visage d’un homme adulte, suivi du plan large d’un groupe d’Afro-Américains en ligne de combat. L’affiche du film confirme cette chaîne de causalité supposée, en dessinant sur les bandes rouges du drapeau américain des silhouettes de soldats. Or, cette extrapolation est totalement fausse. Non seulement la révolte de Nat Turner n’eut pas un effet d’entraînement, mais sa brutalité et la panique qu’elle suscita furent suivies d’une répression tellement sévère qu’elle aboutit à la quasi-disparition des révoltes d’esclaves dans le Sud. De nouvelles lois furent même votées, interdisant par exemple le prêche de pasteurs noirs. L’émancipation des esclaves s’est en fait placée sur bien d’autres terrains et résulte de facteurs beaucoup plus complexes que ceux que le film se limite à suggérer.

À quoi sert ce film ?

8S’il envisageait de contrer les clichés du film de Griffith, Nate Parker a totalement échoué. Il se contente de reproduire des stéréotypes établis, sans y ajouter de dimension critique ou de contrepartie : Nat Turner reste un homme noir dangereux, et sa révolte n’a en rien servi la cause des esclaves. Même dans les détails, le film reprend les poncifs les plus éculés : les paysages que l’on voit sont ceux de la Georgie ou de la Louisiane, où les arbres des plantations, comme dans Autant en emporte le vent ou L’arbre de vie, dégoulinent de mousse espagnole, pourtant inconnue dans le climat de la Virginie où se situent les événements, parce que visuellement, toute représentation d’une plantation du Sud exige automatiquement de la mousse espagnole chez les spectateurs habitués aux films hollywoodiens… En tant qu’évocation des horreurs de la condition servile, le film de Nate Parker reste également inférieur à 12 Years a Slave (2013).

9Si l’on cherche une vraie raison d’être à The Birth of a Nation, on peut postuler que sous couvert du passé, il évoque plutôt le désarroi des Afro-Américains contemporains confrontés à une résurgence de violence. Dans une interview de janvier 2016 à Filmmaker Magazine, Nate Parker précise que son film est conçu comme « un outil pour combattre le racisme et la suprématie blanche en Amérique ». Veut-il suggérer, par la reprise du titre de Griffith, qu’est venu le temps non pas de la naissance, mais de la renaissance des luttes pour les Afro-Américains ? Le contexte historique n’est peut-être qu’un prétexte pour exprimer la peur physique, viscérale, des corps noirs arbitrairement abattus par des policiers ou des Blancs racistes. Plus que le rappel d’une insurrection célèbre d’esclaves, l’intérêt de The Birth of a Nation serait finalement d’être une variation cinématographique sur l’essai de Ta-Nehisi Coates, Between The World and Me (2015, Une colère noire).

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne-Marie Bidaud, « The Birth of a Nation », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 205-208.

Electronic reference

Anne-Marie Bidaud, « The Birth of a Nation », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6013

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page