Skip to navigation – Site map
DOSSIER

2 regards sur l’Expo 37

Georges Vayrou
p. 71-94

Full text

1En 1938, sous l’égide du ministère du Commerce et de l’Industrie, est publié un « Livre d’Or officiel de l’Exposition universelle des Arts et Technologies dans la vie moderne – Paris 1937 ». Ce volumineux et quelque peu emphatique ouvrage, de dimensions imposantes (35x25 cm.), comporte plus de 500 pages et de nombreuses illustrations. Il porte sur l’exposition un certain regard.

  • 1 Un exemplaire de l’ouvrage, imprimé en juin 1938 par les Éditions SPEC, 13 rue de Presbourg, sur le (...)

2Depuis la fenêtre de son appartement de la rue Gaston-de-Saint-Paul, donc aux premières loges, un homme observe et photographie le gigantesque chantier de l’Exposition : Achille Duchêne (1866-1947), architecte-paysagiste, acteur et spectateur de l’Exposition. C’est un autre regard qui s’offre à nous1.

Un regard académique

Un pâle Livre d’Or

3Après une longue introduction, le « Livre d’Or » est divisé en huit parties (Musées et constructions. Participations officielles, Grands centres de l’Exposition, Participation de la Ville de Paris, Architectes et entrepreneurs, Groupes et classes, Palais, Participations étrangères). La construction et le contenu de l’ouvrage semblent davantage résulter des contributions dont ont disposé les concepteurs et du « remplissage » que de la volonté de « graver dans le marbre » le souvenir d’une exposition… contradictoire et exemplaire.

  • 2 Il a eu toutefois l’occasion de s’exprimer largement, en particulier dans un article du journal L’I (...)

4Parmi les portraits et contributions plus ou moins heureuses, celles d’Albert Lebrun (président de la République), Camille Chautemps (président du Conseil), Fernand Chapsal (ministre du Commerce et de l’Industrie). On remarque que Jacques Greber, Architecte en chef, ne contribue pas à l’ouvrage2.

  • 3 Livre d’Or précité (désormais LDO), p. 397.

5Les « Participations étrangères » constituent le tome 2 de l’ouvrage, qui comprend des textes et documents fournis par les gouvernements des États participants. Certaines contributions sont de véritables panégyriques des régimes au pouvoir (Allemagne et, dans une moindre mesure, Italie et URSS), à tel point que les éditeurs ont du faire précéder la présentation du ministre des Affaires étrangères (Yvon Delbos) d’un avertissement : « Le Commissariat Général de l’Exposition, pour des raisons de haute courtoisie internationale, a bien voulu renoncer au droit de regard qu’il s’était réservé sur les articles insérés. Les textes que l’on va lire, et auxquels nous avons réservé la plus impartiale hospitalité, reflètent donc uniquement les opinions de leurs auteurs3 ».

  • 4 Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Paris, Éditions Tallandier, 2016, p. 1 (...)

6On peut se demander si ce « renoncement » n’est pas la préfiguration d’un « Munich » avant l’heure, et au vu de la conception de l’ensemble de l’ouvrage se poser la même question qu’un historien : « Le ministère Chautemps poursuit-il le Front populaire4 ? ».

Des repères « Front popu »

7Toutefois, quelques textes et images portent la marque du Front populaire. Des ministres emblématiques présentent la contribution de leurs services : Jean Zay (Éducation nationale), Jean Perrin (Recherche scientifique), Pierre Cot (Air), Léo Lagrange (Sports, Loisirs et Éducation physique).

8Les loisirs et les congés payés sont valorisés, avec les fameux « billets de congés à prix réduit », ainsi que « l’aviation populaire », la pratique sportive de masse, les équipements qui l’accompagnent. Dans un autre domaine, on explique la nationalisation des chemins de fer, celle de l’industrie aéronautique et l’utilité d’un service public, « le métropolitain parisien ». Une pensée très « keynésienne » est parfois présente et insiste sur le rôle de l’Exposition pour favoriser une relance. On sent surtout qu’on veut conjurer la crise économique et sociale. Enfin la volonté de paix, de confrontation pacifique et d’entente entre les peuples est affichée… de différentes manières.

Un regard critique

Un témoin original et expert

  • 5 Collectif, Le style Duchêne. Henri et Achille Duchêne, architectes paysagistes, 1841-1947, Créteil, (...)
  • 6 Le style Duchêne, ouvrage cité, p. 18 ; Achille Duchêne, Les Jardins de l’avenir, Paris, Vincent, F (...)

9Achille Duchêne n’est pas un simple curieux : paysagiste consacré « prince des jardins, jardinier des princes5 », aux réalisations prestigieuses en France (jardins de Vaux-le-Vicomte, de l’abbaye de Royaumont, de Chambord…) et dans le Monde, il est également un visionnaire lucide qui, « dans ses Jardins de l’avenir, prévoit le déclin des grandes fortunes personnelles et dessine de grands parcs de la culture destinés à apporter aux grandes foules urbaines les ressources de la science et des arts les plus modernes, le cinéma notamment6 ».

  • 7 En particulier celles publiées dans Le style Duchêne, ouvrage cité.
  • 8 Conversation avec Michel Duchêne, le 19 juin 2017.

10Il a pour le moins le sens de la perspective, et la photographie est pour lui associée directement à ses travaux d’aménagement des jardins, ses appareils photographiques étant un outil de travail au même titre que la bêche et le sécateur. En témoignent les nombreuses photographies « de travail » qu’il nous a laissées7. Il a, selon toute vraisemblance, réalisé lui-même les clichés que nous présentons8.

11Il n’est donc pas un spectateur comme les autres.

Duchêne, acteur de l’Expo

  • 9 LDO, p. 248.
  • 10 Cette commission fait partie des « Commissions consultatives permanentes » créées par arrêtés des 2 (...)
  • 11 Conversation précitée, 19 juin 1917.
  • 12 Née le 26 février 1870 à Paris (XVIe arr.), décédée le 3 août 1954 à Zürich (Suisse) ; fondatrice d (...)
  • 13 Toutefois, on peut estimer que Jacques Greber, qui fut son élève et travailla dans son cabinet, lui (...)

12Il figure dans la « liste officielle des architectes de l’Exposition9 ». Mais le Livre d’Or ne dit pas qu’il fut également « membre de la commission du parc de Sceaux10 », qui accueillit « l’Art des jardins » et président de la « classe 19 ». Il réalisa encore les plans de la place du Trocadéro et des jardins côté Seine11. Sans doute aurait-il pu bénéficier d’une place plus prépondérante dans l’Expo, mais son mariage avec Gabrielle Duchêne12, militante féministe et pacifiste, lui valut une réputation de « rouge » qui lui coûta sans doute un poste plus prestigieux13.

  • 14 Le style Duchêne, ouvrage cité, p. 12.
  • 15 LDO, p. 37.

13Il reçut néanmoins un « prix d’honneur par le commissaire général14 ». La médaille et le diplôme lui furent remis à « la distribution solennelle des récompenses, [qui] eut lieu dans la nouvelle salle du Trocadéro, le 25 novembre 193715 ».

14Ces deux sources iconographiques offrent l’opportunité de présenter des regards originaux et subjectifs sur une exposition « utopique » qui, tant bien que mal, finit par voir le jour et constitue à bien des égards le miroir d’une France qui bascule « de l’espoir au désenchantement », mais qui veut croire encore à « des lendemains qui chantent ».

Images

Plan de l’Exposition16

  • 16 L’Illustration, ouvrage cité.

Ce plan fut établi par les « services d’architecture et des promenades » de la Ville de Paris. Il témoigne de la « centralité » de l’Exposition : les annexes périphériques sont ignorées (porte Maillot, parc de Sceaux par exemple).

15  

Le chantier du pont d’Iéna17

  • 17 LDO, p. 232. Photo Baranger.
  • 18 L’Illustration, ouvrage cité.
  • 19 LDO, p. 231.

« Les grandes expositions, quelle que soit la place qu’on leur assigne, doivent toujours servir de prétexte à de grands travaux urbains [et] aucune autre exposition précédente n’en aura laissé autant après elle », affirme l’architecte en chef Paul Greber18. « L’élargissement du pont d’Iéna fut décidé en avril 1934, lorsque l’emplacement de l’Exposition eut été fixé19 ». La largeur du pont est porté de 13,70 mètres à 35 mètres.

16  

La construction de la passerelle provisoire du pont de l’Alma20

  • 20 LDO p. 233. Photo Baranger.
  • 21 LDO, p. 232.

« La grande circulation que le pont de l’Alma pourrait supporter du fait de l’Exposition » a nécessité la construction de la « passerelle provisoire de l’Alma, entièrement réservée au service de l’Exposition. Cette passerelle doit complètement disparaître après l’Exposition21 ».

17  

Le chantier du pavillon de l’URSS22

  • 22 Photo Achille Duchêne.

Sur cette photographie prise par Achille Duchêne, on constate que le chantier a laissé disponible la chaussée pour la circulation automobile « intense ». En revanche, quelques arbres à proximité ont été sévèrement élagués.

18  

Le Musée d’Art moderne en construction23

  • 23 Idem.
  • 24 LDO, p. 61.

La construction des « musées d’Art moderne » [sic] est décidée à la fin de l’année 1934. « Près de deux mille pieux en béton, battus en pleine crue de la Seine, reposant sur un banc de sable situé à 16 mètres de profondeur, supportent l’ossature en béton armé ; les façades construites à doubles parois sont en pierre dure, provenant de nos plus belles carrières de Bourgogne et d’Île-de-France24 ».

19  

Vue du Trocadéro en travaux25

  • 25 Photo Achille Duchêne.

Au premier plan, un flanc du Trocadéro. Au second plan, la « colossale statue » du pavillon de l’URSS et la grue de construction de la passerelle de l’Alma, puis en toile de fond la tour Eiffel. Le ciel est strié de fils électriques et de câbles, auxquels on a accroché des petites bannières, sans doute pour les faire repérer par les aéronefs de toutes sortes qui circulent au-dessus de l’Exposition.

20  

Un chantier en bord de Seine26

  • 26 Idem.

En arrière-plan, les bâtiments de l’Allemagne et de l’URSS, dont la construction semble bien avancée, se font déjà face.

21  

Discussion sur le chantier de la passerelle du pont de l’Alma27

  • 27 Idem.

On sait que le chantier de l’Exposition fut émaillé de mouvements sociaux. Ces ouvriers en discussion reçoivent-ils des consignes du contremaître ? Ou discute-t-on des revendications ?

22  

Le chantier des bâtiments du Tourisme et du Thermalisme28

  • 28 Idem.
  • 29 LDO, p. 297.

Ce pavillon était situé près du pont de l’Alma, dans le grand axe Trocadéro-tour Eiffel. La tour en érection dans les échafaudages mesurait 60 mètres de hauteur29.

23  

L’inauguration30

  • 30 Photo Achille Duchêne.

Vue du cortège présidentiel depuis une fenêtre de l’appartement Duchêne, comme l’indique une mention manuscrite au dos de la photographie. Entre la rue et les bâtiments, on devine des palissades et des échafaudages qui démontrent que le chantier n’est pas terminé.

24  

Une médaille de l’exposition31

  • 31 Photo Michel Duchêne.

Achille Duchêne, président de la classe 19 de la commission du parc de Sceaux (Art des jardins) », concepteur de la place du Trocadéro et des jardins côté Seine, reçoit un « prix d’honneur » matérialisé par une médaille et un diplôme.

25  

Le Trocadéro32

  • 32 Photo Achille Duchêne.

Le palais du Trocadéro semble achevé – tout du moins vu de l’extérieur – sur cette photographie inédite.

26  

Le Musée d’Art moderne33

  • 33 LDO, p. 61. Photo Baranger.
  • 34 LDO, p. 61.

Vue de nuit du palais de Tokyo. Au centre, la statue de la France par Antoine Bourdelle, qui ne verra pas ce nouvel aménagement puisqu’il est décédé en 1929. Ce palais était destiné à recevoir deux musées : celui de l’État accueillant les collections du musée du Luxembourg, l’autre de la Ville de Paris comme annexe du Petit Palais34.

27  

Le pavillon de la Solidarité35

  • 35 LDO, p. 263. Photo Baranger. Mallet-Stevens, architecte.
  • 36 LDO, p. 263.

La classe 8-C avait reçu comme titre et programme initial : « Assurance, Assistance, Mutualité ». On y ajouta « Épargne » et on synthétisa finalement le tout sous le vocable « Solidarité ». « La solidarité est un fait social universel et permanent, et protège l’individu pendant tout le cours de son existence36 ».

28  

L’auberge de jeunesse37

  • 37 LDO, p. 202. Photo Baranger.
  • 38 LDO, p. 202.

La classe 8-E, constituée assez tardivement, […] eut pour objectif de tracer une première esquisse de ce que doit être à Paris un centre de jeunesse digne de notre pays ». Située boulevard Kellermann à proximité de la « Cité internationale », elle fut ouverte avec retard. En 1938, « le chauffage central n’est pas encore installé », mais elle sera « grâce à l’Exposition, une auberge de jeunesse modèle, enfin digne de la ville de Paris38 ».

29  

Le palais de l’Air39

  • 39 LDO, p. 106. « D’après une aquarelle de M. Hartwig ». Architectes MM. Audoul, Hartwig et Gérodias.
  • 40 LDO, p. 95.
  • 41 LDO, p. 109.
  • 42 LDO, p. 313.

La « participation de l’aéronautique » à l’Exposition est introduite par Pierre Cot. Il vante la nationalisation des industries aéronautiques, qui « a eu pour effet de coordonner les efforts et de réduire les frais généraux par le groupement des entreprises ; elle a permis en outre de décentraliser la production par une meilleure répartition géographique des entreprises40 ». « Le hall avant tronconique, sous son revêtement translucide qui, la nuit venue, donnait un éclairage "en lanterne" souligné par les feux colorés multiples de trois phares tournants, abritait une sélection d’avions et moteurs. […] Pas un seul avion au sol41 ». Le vitrage transparent est réalisé en « rhodoïd »42.

30  

Le pavillon de la Publicité43

  • 43 LDO, p. 303. Photo Baranger.
  • 44 LDO, p. 303.

C’est la première fois que « la publicité, sœur de la propagande », se présentait seule dans une Exposition internationale et y avait son pavillon indépendant, affirme le livre d’or, en reconnaissant une démarche « nettement corporative » dans les présentations qui y furent faites44.

31  

Le palais de la Lumière45

  • 45 LDO, p. 329. Rob. Mallet-Stevens, architecte.
  • 46 Idem.

Ce palais est réalisé par les « compagnies d’électricité », et veut démontrer « tous les bienfaits de l’électricité […] dont le rôle social est ici dégagé et magnifié ». Au sommet de la tour, une reproduction du phare d’Ouessant, « dont les éclats de 500 millions de bougies dominent la cité, […] installation d’une puissance jamais égalée, […] d’une portée jamais atteinte : 80 km par temps clair, 20 km par brume épaisse46 ».

32  

Le pavillon de la Femme, l’Enfant, la Famille47

  • 47 LDO, p. 263. Photo Baranger.
  • 48 Jean Vigreux, ouvrage cité, p. 261.
  • 49 LDO, p. 262.

On peut s’interroger sur la dénomination de cette classe 8-A du groupe II… Elle démontre tout le chemin qu’il reste à faire dans ce domaine au Front populaire finissant. Comme l’écrit notre historien, « Le bilan de la condition des femmes au temps du Front populaire est nuancé48 ». La description est édifiante : « salle de démonstration, révélatrice de tout ce qui touche à la vie interne du foyer, le centre de santé type, […] le centre d’information et d’accueil tout empreint du souvenir de la regrettée Juliette Delagrange [dont le pavillon prend le nom], le centre de la joie pour les tout-petits, entre des garderies d’enfants et des centres de démonstration pratique qui captivaient les mères de famille49 ».

33  

Le pavillon de l’Espagne50

  • 50 LDO, p. 442.
  • 51 Idem.

« Situé dans les jardins du Trocadéro, en bordure de la voie centrale, le pavillon de l’Espagne […] se présentait sous la forme d’une structure légère à parois vitrées, dans laquelle étaient présentés les différents espaces de son évolution, ainsi que les arts populaires et les produits du vieux sol de l’Espagne où les hommes, si souvent, peinent durement51 ». Ce texte lacunaire est la contribution de l’Espagne au Livre d’Or. Il est vrai que la République a d’autres préoccupations : la guerre civile est à son apogée. En 1939, les architectes du pavillon, José Luís Sert et Luis Lacasa (proches de Le Corbusier) s’exileront l’un à New York, l’autre à Moscou… Le livre d’or ne mentionne pas que le pavillon de l’Espagne exposait notamment Miró, Picasso, dont le Guernica fut alors probablement révélé au public pour la première fois.

34  

Le palais des Chemins de fer52

  • 52 LDO, p. 337. Photo Kollar. MM. Audoul, Hartwig, Gérodias et Éric Bagge, architectes. François Kolla (...)
  • 53 LDO, p. 345.
  • 54 LDO, p. 342.

Il est situé dans la partie désaffectée de l'ancienne gare des Invalides. Les architectes affirment avoir « volontairement abandonné les vieilles formules d’architecture statique pour montrer un exemple audacieux d’architecture aérodynamique, représentative des mondes tournoyants et rapides de l’éther53 ». La création récente de la SNCF (décret du 31 août 1937) est justifiée en ces termes : « accentuation de la notion de service Public dans l’exploitation du fer et déficit considérable dans cette exploitation depuis la crise économique de 193054 ». Tout est dit ? On remarque les fresques de Sonia et Robert Delaunay, « simultanéistes », qui couvraient une surface totale de 1772 m2.

35  

Présentation de l’œuvre d’Honoré de Balzac55

  • 55 LDO, p. 283. Photo Baranger.
  • 56 LDO, p. 283.

« Comment exposer la pensée ? » s’interroge Gaston Rageot, ancien président de la Société des gens de lettres et président du groupe X56. Par la « schématisation par l’image de l’œuvre » répond Julien Cain (président de la classe 2, « Manifestations littéraires »), qui est par ailleurs administrateur général de la Bibliothèque nationale depuis 1930 :

  • 57 LDO, p. 90.

« La pensée peut, elle aussi, être l’objet d’une démonstration analogue à celle que l’on a instituée au palais de la Découverte sur la matière. Assurément, l’écrivain garde pour lui le mystère de sa création, mais dès l’instant où son œuvre commence de revêtir une forme matérielle, elle tombe sous le regard de l’observateur, de l’historien. À l’aide de textes, de fragments rapiécés, de brouillons raturés, d’épreuves corrigées, il est loisible de suivre en quelque façon la lente démarche de l’esprit : on assiste à son labeur. »57

36  

Une fresque du pavillon de l’URSS58

  • 58 LDO, p. 491 et 492.
  • 59 LDO, p. 495.

« L’ensemble architectural du pavillon est complété, des deux côtés de l’entrée principale, par des propylées : ce sont les hauts-reliefs représentant les types nationaux des onze Républiques socialistes soviétiques. Ils ont été réalisés par le sculpteur Josef Tchaïkov. Des bas-reliefs ornent également le portail principal, qui est couronné par le grand écusson de l’Union des Républiques socialistes soviétiques. À côté de cet écusson, des bas-reliefs représentant des scènes de la vie des peuples de l’URSS59 ». On pourra lire par ailleurs (infra) la destinée du pavillon et de ses « propylées ».

37  

Une fresque du pavillon de l’Aéronautique60

  • 60 LDO, p. 110. Bas-relief de Pierre Le Faguays.
  • 61 LDO, p. 95.

« Le pavillon de l’Air a offert à ses innombrables visiteurs une magnifique vue d’ensemble sur notre aviation, unissant dans un même faisceau le passé héroïque, le présent laborieux et l’avenir que nous souhaitons resplendissant de paix61 », affirme Pierre Cot, ministre de l’Air. Cette fresque abritée par le pavillon de l’Air est significative d’une belle utopie : le progrès rapproche les peuples. Mais on note tout de même le caractère dominant – pour ne pas dire pire – de l’Européen-colon « montrant du doigt » le progrès, ou posant un bras protecteur et musclé sur l’épaule indigène.

38  

Le grand générateur électrostatique du palais de la Découverte62

  • 62 LDO, p. 86. Photo Paul O’Doyé.
  • 63 LDO, p. 85.
  • 64 LDO, p. 86.

Irène Joliot-Curie, éphémère sous-secrétaire d’État à la Recherche scientifique, démissionne comme convenu trois mois après sa nomination, laissant le poste au Prix Nobel de physique 1926, Jean Perrin. C’est lui qui présente le « palais de la Découverte ». Il « doit faire comprendre au public que dans le passé mais aussi dans l’avenir, nous ne pouvons espérer rien de vraiment nouveau, rien qui change la destinée qui semblait imposée aux hommes, que par la recherche scientifique et la découverte63 ». Irène est retournée à ses chères études et « conçoit et réalise avec André Lazard » pour l’Expo « le grand générateur électrostatique de 5 millions de volts, produisant entre les deux sphères métalliques une étincelle d’une longueur de 4 mètres64 ».

39  

Les congés payés65

  • 65 LDO, p. 146.
  • 66 LDO, p. 147.

« L’application dès l’été 1936 de la loi des congés payés donne à notre sous-secrétariat d’État, désireux que ces premières vacances de la classe ouvrière lui soient pleinement agréables et profitables, la tâche urgente de les organiser66 », proclame Léo Lagrange. Cette salle expose en grand le « billet populaire de congé annuel », une carte postale de vacances agrandie, la découverte timide du bain de mer… Au premier plan, un grand jeu de fléchettes prend aujourd’hui une symbolique particulière, alors qu’une grande part des « acquis » du Front populaire sont remis en cause…

40  

La tour de lancement en parachute destinée à l’aviation populaire67

  • 67 LDO, p. 122.
  • 68 LDO, p. 123.

« … d’où descendirent sans accident plus de 35 000 passagers bénévoles, sans compter tous ceux des séances d’entraînement des Sections d’aviation populaire ». Cette tour « d’une hauteur inégalée et comportant des perfectionnements multiples » fut installée au cœur de Paris, « grâce aux crédits mis par M. Pierre Cot ». Elle veut donner aux jeunes gens « le goût des sports de l’air68 ».

Top of page

Notes

1 Un exemplaire de l’ouvrage, imprimé en juin 1938 par les Éditions SPEC, 13 rue de Presbourg, sur les Presses de l’Édition artistique à Paris, ainsi que les photographies d’Achille Duchêne, ont été mis à notre disposition par Michel Duchêne, son arrière-petit-fils. Qu’il soit ici remercié pour nous avoir offert l’accès à ces documents, autorisé leur reproduction et apporté au cours de longues conversations des informations et des conseils précieux. Merci également à Céline Mathé et Sarah Voulleminot, qui ont su capturer et « mettre en qualité » les reproductions.

2 Il a eu toutefois l’occasion de s’exprimer largement, en particulier dans un article du journal L’Illustration, n° 4917 du 29 mai 1937.

3 Livre d’Or précité (désormais LDO), p. 397.

4 Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Paris, Éditions Tallandier, 2016, p. 184.

5 Collectif, Le style Duchêne. Henri et Achille Duchêne, architectes paysagistes, 1841-1947, Créteil, Éditions du Labyrinthe, 1998, p. 11.

6 Le style Duchêne, ouvrage cité, p. 18 ; Achille Duchêne, Les Jardins de l’avenir, Paris, Vincent, Fréal et Cie éditeurs, 1935.

7 En particulier celles publiées dans Le style Duchêne, ouvrage cité.

8 Conversation avec Michel Duchêne, le 19 juin 2017.

9 LDO, p. 248.

10 Cette commission fait partie des « Commissions consultatives permanentes » créées par arrêtés des 28 juillet et 28 novembre 1934, en application de l’article 10 du décret du 27 juillet 1934. LDO, p. 31 et 32.

11 Conversation précitée, 19 juin 1917.

12 Née le 26 février 1870 à Paris (XVIe arr.), décédée le 3 août 1954 à Zürich (Suisse) ; fondatrice de « l’Office français du travail féminin à domicile » (1913) ; durant la Première Guerre mondiale, fondatrice du Comité intersyndical contre l’exploitation de la femme, dont elle fut la secrétaire adjointe ; présidente de la section française du Comité international des femmes pour la paix permanente, fondée en 1915, et secrétaire de la section française de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté ; secrétaire du Comité mondial de lutte contre la guerre et le fascisme. Voir biographie complète dans le dictionnaire Maitron : <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr>.

13 Toutefois, on peut estimer que Jacques Greber, qui fut son élève et travailla dans son cabinet, lui réserva une certaine place dans l’Expo. Conversation précitée, 19 juin 1917.

14 Le style Duchêne, ouvrage cité, p. 12.

15 LDO, p. 37.

16 L’Illustration, ouvrage cité.

17 LDO, p. 232. Photo Baranger.

18 L’Illustration, ouvrage cité.

19 LDO, p. 231.

20 LDO p. 233. Photo Baranger.

21 LDO, p. 232.

22 Photo Achille Duchêne.

23 Idem.

24 LDO, p. 61.

25 Photo Achille Duchêne.

26 Idem.

27 Idem.

28 Idem.

29 LDO, p. 297.

30 Photo Achille Duchêne.

31 Photo Michel Duchêne.

32 Photo Achille Duchêne.

33 LDO, p. 61. Photo Baranger.

34 LDO, p. 61.

35 LDO, p. 263. Photo Baranger. Mallet-Stevens, architecte.

36 LDO, p. 263.

37 LDO, p. 202. Photo Baranger.

38 LDO, p. 202.

39 LDO, p. 106. « D’après une aquarelle de M. Hartwig ». Architectes MM. Audoul, Hartwig et Gérodias.

40 LDO, p. 95.

41 LDO, p. 109.

42 LDO, p. 313.

43 LDO, p. 303. Photo Baranger.

44 LDO, p. 303.

45 LDO, p. 329. Rob. Mallet-Stevens, architecte.

46 Idem.

47 LDO, p. 263. Photo Baranger.

48 Jean Vigreux, ouvrage cité, p. 261.

49 LDO, p. 262.

50 LDO, p. 442.

51 Idem.

52 LDO, p. 337. Photo Kollar. MM. Audoul, Hartwig, Gérodias et Éric Bagge, architectes. François Kollar, grande figure de la photographie industrielle, auteur du projet éditorial « La France travaille ». Cf. Catalogue collectif : François Kollar, un ouvrier du regard, Paris, Éditions La Martinière, 2016.

53 LDO, p. 345.

54 LDO, p. 342.

55 LDO, p. 283. Photo Baranger.

56 LDO, p. 283.

57 LDO, p. 90.

58 LDO, p. 491 et 492.

59 LDO, p. 495.

60 LDO, p. 110. Bas-relief de Pierre Le Faguays.

61 LDO, p. 95.

62 LDO, p. 86. Photo Paul O’Doyé.

63 LDO, p. 85.

64 LDO, p. 86.

65 LDO, p. 146.

66 LDO, p. 147.

67 LDO, p. 122.

68 LDO, p. 123.

Top of page

List of illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-1.png
File image/png, 542k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-2.jpg
File image/jpeg, 416k
Caption Ce plan fut établi par les « services d’architecture et des promenades » de la Ville de Paris. Il témoigne de la « centralité » de l’Exposition : les annexes périphériques sont ignorées (porte Maillot, parc de Sceaux par exemple).
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-3.jpg
File image/jpeg, 392k
Caption « Les grandes expositions, quelle que soit la place qu’on leur assigne, doivent toujours servir de prétexte à de grands travaux urbains [et] aucune autre exposition précédente n’en aura laissé autant après elle », affirme l’architecte en chef Paul Greber18. « L’élargissement du pont d’Iéna fut décidé en avril 1934, lorsque l’emplacement de l’Exposition eut été fixé19 ». La largeur du pont est porté de 13,70 mètres à 35 mètres.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-4.jpg
File image/jpeg, 388k
Caption « La grande circulation que le pont de l’Alma pourrait supporter du fait de l’Exposition » a nécessité la construction de la « passerelle provisoire de l’Alma, entièrement réservée au service de l’Exposition. Cette passerelle doit complètement disparaître après l’Exposition21 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-5.jpg
File image/jpeg, 444k
Caption Sur cette photographie prise par Achille Duchêne, on constate que le chantier a laissé disponible la chaussée pour la circulation automobile « intense ». En revanche, quelques arbres à proximité ont été sévèrement élagués.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-6.jpg
File image/jpeg, 292k
Caption La construction des « musées d’Art moderne » [sic] est décidée à la fin de l’année 1934. « Près de deux mille pieux en béton, battus en pleine crue de la Seine, reposant sur un banc de sable situé à 16 mètres de profondeur, supportent l’ossature en béton armé ; les façades construites à doubles parois sont en pierre dure, provenant de nos plus belles carrières de Bourgogne et d’Île-de-France24 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-7.jpg
File image/jpeg, 540k
Caption Au premier plan, un flanc du Trocadéro. Au second plan, la « colossale statue » du pavillon de l’URSS et la grue de construction de la passerelle de l’Alma, puis en toile de fond la tour Eiffel. Le ciel est strié de fils électriques et de câbles, auxquels on a accroché des petites bannières, sans doute pour les faire repérer par les aéronefs de toutes sortes qui circulent au-dessus de l’Exposition.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-8.jpg
File image/jpeg, 244k
Caption En arrière-plan, les bâtiments de l’Allemagne et de l’URSS, dont la construction semble bien avancée, se font déjà face.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-9.jpg
File image/jpeg, 272k
Caption On sait que le chantier de l’Exposition fut émaillé de mouvements sociaux. Ces ouvriers en discussion reçoivent-ils des consignes du contremaître ? Ou discute-t-on des revendications ?
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-10.jpg
File image/jpeg, 248k
Caption Ce pavillon était situé près du pont de l’Alma, dans le grand axe Trocadéro-tour Eiffel. La tour en érection dans les échafaudages mesurait 60 mètres de hauteur29.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-11.jpg
File image/jpeg, 240k
Caption Vue du cortège présidentiel depuis une fenêtre de l’appartement Duchêne, comme l’indique une mention manuscrite au dos de la photographie. Entre la rue et les bâtiments, on devine des palissades et des échafaudages qui démontrent que le chantier n’est pas terminé.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-12.jpg
File image/jpeg, 288k
Caption Achille Duchêne, président de la classe 19 de la commission du parc de Sceaux (Art des jardins) », concepteur de la place du Trocadéro et des jardins côté Seine, reçoit un « prix d’honneur » matérialisé par une médaille et un diplôme.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-13.jpg
File image/jpeg, 180k
Caption Le palais du Trocadéro semble achevé – tout du moins vu de l’extérieur – sur cette photographie inédite.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-14.jpg
File image/jpeg, 428k
Caption Vue de nuit du palais de Tokyo. Au centre, la statue de la France par Antoine Bourdelle, qui ne verra pas ce nouvel aménagement puisqu’il est décédé en 1929. Ce palais était destiné à recevoir deux musées : celui de l’État accueillant les collections du musée du Luxembourg, l’autre de la Ville de Paris comme annexe du Petit Palais34.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-15.jpg
File image/jpeg, 248k
Caption La classe 8-C avait reçu comme titre et programme initial : « Assurance, Assistance, Mutualité ». On y ajouta « Épargne » et on synthétisa finalement le tout sous le vocable « Solidarité ». « La solidarité est un fait social universel et permanent, et protège l’individu pendant tout le cours de son existence36 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-16.jpg
File image/jpeg, 308k
Caption La classe 8-E, constituée assez tardivement, […] eut pour objectif de tracer une première esquisse de ce que doit être à Paris un centre de jeunesse digne de notre pays ». Située boulevard Kellermann à proximité de la « Cité internationale », elle fut ouverte avec retard. En 1938, « le chauffage central n’est pas encore installé », mais elle sera « grâce à l’Exposition, une auberge de jeunesse modèle, enfin digne de la ville de Paris38 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-17.jpg
File image/jpeg, 344k
Caption La « participation de l’aéronautique » à l’Exposition est introduite par Pierre Cot. Il vante la nationalisation des industries aéronautiques, qui « a eu pour effet de coordonner les efforts et de réduire les frais généraux par le groupement des entreprises ; elle a permis en outre de décentraliser la production par une meilleure répartition géographique des entreprises40 ». « Le hall avant tronconique, sous son revêtement translucide qui, la nuit venue, donnait un éclairage "en lanterne" souligné par les feux colorés multiples de trois phares tournants, abritait une sélection d’avions et moteurs. […] Pas un seul avion au sol41 ». Le vitrage transparent est réalisé en « rhodoïd »42.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-18.jpg
File image/jpeg, 236k
Caption C’est la première fois que « la publicité, sœur de la propagande », se présentait seule dans une Exposition internationale et y avait son pavillon indépendant, affirme le livre d’or, en reconnaissant une démarche « nettement corporative » dans les présentations qui y furent faites44.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-19.jpg
File image/jpeg, 272k
Caption Ce palais est réalisé par les « compagnies d’électricité », et veut démontrer « tous les bienfaits de l’électricité […] dont le rôle social est ici dégagé et magnifié ». Au sommet de la tour, une reproduction du phare d’Ouessant, « dont les éclats de 500 millions de bougies dominent la cité, […] installation d’une puissance jamais égalée, […] d’une portée jamais atteinte : 80 km par temps clair, 20 km par brume épaisse46 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-20.jpg
File image/jpeg, 252k
Caption On peut s’interroger sur la dénomination de cette classe 8-A du groupe II… Elle démontre tout le chemin qu’il reste à faire dans ce domaine au Front populaire finissant. Comme l’écrit notre historien, « Le bilan de la condition des femmes au temps du Front populaire est nuancé48 ». La description est édifiante : « salle de démonstration, révélatrice de tout ce qui touche à la vie interne du foyer, le centre de santé type, […] le centre d’information et d’accueil tout empreint du souvenir de la regrettée Juliette Delagrange [dont le pavillon prend le nom], le centre de la joie pour les tout-petits, entre des garderies d’enfants et des centres de démonstration pratique qui captivaient les mères de famille49 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-21.jpg
File image/jpeg, 472k
Caption « Situé dans les jardins du Trocadéro, en bordure de la voie centrale, le pavillon de l’Espagne […] se présentait sous la forme d’une structure légère à parois vitrées, dans laquelle étaient présentés les différents espaces de son évolution, ainsi que les arts populaires et les produits du vieux sol de l’Espagne où les hommes, si souvent, peinent durement51 ». Ce texte lacunaire est la contribution de l’Espagne au Livre d’Or. Il est vrai que la République a d’autres préoccupations : la guerre civile est à son apogée. En 1939, les architectes du pavillon, José Luís Sert et Luis Lacasa (proches de Le Corbusier) s’exileront l’un à New York, l’autre à Moscou… Le livre d’or ne mentionne pas que le pavillon de l’Espagne exposait notamment Miró, Picasso, dont le Guernica fut alors probablement révélé au public pour la première fois.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-22.jpg
File image/jpeg, 408k
Caption Il est situé dans la partie désaffectée de l'ancienne gare des Invalides. Les architectes affirment avoir « volontairement abandonné les vieilles formules d’architecture statique pour montrer un exemple audacieux d’architecture aérodynamique, représentative des mondes tournoyants et rapides de l’éther53 ». La création récente de la SNCF (décret du 31 août 1937) est justifiée en ces termes : « accentuation de la notion de service Public dans l’exploitation du fer et déficit considérable dans cette exploitation depuis la crise économique de 193054 ». Tout est dit ? On remarque les fresques de Sonia et Robert Delaunay, « simultanéistes », qui couvraient une surface totale de 1772 m2.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-23.jpg
File image/jpeg, 3.0M
Caption « Comment exposer la pensée ? » s’interroge Gaston Rageot, ancien président de la Société des gens de lettres et président du groupe X56. Par la « schématisation par l’image de l’œuvre » répond Julien Cain (président de la classe 2, « Manifestations littéraires »), qui est par ailleurs administrateur général de la Bibliothèque nationale depuis 1930 :
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-24.jpg
File image/jpeg, 336k
Caption « L’ensemble architectural du pavillon est complété, des deux côtés de l’entrée principale, par des propylées : ce sont les hauts-reliefs représentant les types nationaux des onze Républiques socialistes soviétiques. Ils ont été réalisés par le sculpteur Josef Tchaïkov. Des bas-reliefs ornent également le portail principal, qui est couronné par le grand écusson de l’Union des Républiques socialistes soviétiques. À côté de cet écusson, des bas-reliefs représentant des scènes de la vie des peuples de l’URSS59 ». On pourra lire par ailleurs (infra) la destinée du pavillon et de ses « propylées ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-25.jpg
File image/jpeg, 284k
Caption « Le pavillon de l’Air a offert à ses innombrables visiteurs une magnifique vue d’ensemble sur notre aviation, unissant dans un même faisceau le passé héroïque, le présent laborieux et l’avenir que nous souhaitons resplendissant de paix61 », affirme Pierre Cot, ministre de l’Air. Cette fresque abritée par le pavillon de l’Air est significative d’une belle utopie : le progrès rapproche les peuples. Mais on note tout de même le caractère dominant – pour ne pas dire pire – de l’Européen-colon « montrant du doigt » le progrès, ou posant un bras protecteur et musclé sur l’épaule indigène.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-26.jpg
File image/jpeg, 252k
Caption Irène Joliot-Curie, éphémère sous-secrétaire d’État à la Recherche scientifique, démissionne comme convenu trois mois après sa nomination, laissant le poste au Prix Nobel de physique 1926, Jean Perrin. C’est lui qui présente le « palais de la Découverte ». Il « doit faire comprendre au public que dans le passé mais aussi dans l’avenir, nous ne pouvons espérer rien de vraiment nouveau, rien qui change la destinée qui semblait imposée aux hommes, que par la recherche scientifique et la découverte63 ». Irène est retournée à ses chères études et « conçoit et réalise avec André Lazard » pour l’Expo « le grand générateur électrostatique de 5 millions de volts, produisant entre les deux sphères métalliques une étincelle d’une longueur de 4 mètres64 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-27.jpg
File image/jpeg, 356k
Caption « L’application dès l’été 1936 de la loi des congés payés donne à notre sous-secrétariat d’État, désireux que ces premières vacances de la classe ouvrière lui soient pleinement agréables et profitables, la tâche urgente de les organiser66 », proclame Léo Lagrange. Cette salle expose en grand le « billet populaire de congé annuel », une carte postale de vacances agrandie, la découverte timide du bain de mer… Au premier plan, un grand jeu de fléchettes prend aujourd’hui une symbolique particulière, alors qu’une grande part des « acquis » du Front populaire sont remis en cause…
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-28.jpg
File image/jpeg, 256k
Caption « … d’où descendirent sans accident plus de 35 000 passagers bénévoles, sans compter tous ceux des séances d’entraînement des Sections d’aviation populaire ». Cette tour « d’une hauteur inégalée et comportant des perfectionnements multiples » fut installée au cœur de Paris, « grâce aux crédits mis par M. Pierre Cot ». Elle veut donner aux jeunes gens « le goût des sports de l’air68 ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6017/img-29.jpg
File image/jpeg, 292k
Top of page

References

Bibliographical reference

Georges Vayrou, « 2 regards sur l’Expo 37 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 71-94.

Electronic reference

Georges Vayrou, « 2 regards sur l’Expo 37 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6017

Top of page

About the author

Georges Vayrou

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page