Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Une grande édition des œuvres de Marx et Engels en français

Isabelle Garo et Jean-Numa Ducange
p. 261-264

Entrées d’index

Mots-clés :

édition, Engels, Marx, traduction
Haut de page

Texte intégral

1La GEME, Grande Édition des œuvres de Marx et d’Engels en français, vient de faire paraître son premier volume, la Critique du programme de Gotha, rédigé en 1875 par Karl Marx. Cet événement nous fournit l’occasion de présenter l’ensemble de notre projet en même temps que ce premier volume, disponible en librairie depuis mai 2008.

Le projet GEME

2Le projet GEME vise à relancer la traduction des œuvres complètes de Marx et d’Engels en français. Nous nous appuyons sur l’édition allemande de référence, celle de la MEGA (Marx-Engels-Gesamtausgabe), qui comportera environ 120 tomes, la moitié étant aujourd’hui parus. Notre projet n’est pas de publier l’intégralité de ces volumes et nous laisserons de côté après inventaire un certain nombre de brouillons et de variantes, les notes de lecture, certaines des lettres des correspondants de Marx et Engels. Après estimation, il reste pourtant 90 millions de signes environ. Notre but est de rendre enfin leur oeuvre accessible, à la fois au grand public et aux chercheurs.

3En effet, on ne peut qu’être frappé par cette lacune dans l’espace éditorial français, très en retard sur ses voisins européens. Se procurer les trois livres du Capital aujourd’hui est un véritable parcours du combattant. Des textes aussi fondamentaux que les Manuscrits de 1857-1858 (les Grundrisse) ne sont plus disponibles. Le fonds le plus complet à ce jour est celui qu’ont publié les anciennes Éditions sociales, tout particulièrement à l’initiative de Lucien Sève qui en fut directeur de 1970 à 1982, et qui est à l’origine de notre présent projet. Il faut bien sûr rappeler le travail de traduction accompli notamment par Jean-Pierre Lefebvre, Gilbert Badia (décédé en 2004), Jean Mortier et, avant eux, par Émile Bottigelli. Mais il ne couvre qu’à peine les deux tiers de l’oeuvre totale et il est difficilement accessible, presque totalement absent des librairies aujourd’hui.

4Il est donc urgent de relancer le processus de traduction des oeuvres inédites en français, de réviser les traductions existantes, de rénover l’appareil critique, de manière à proposer aux lecteurs un ensemble véritablement cohérent et rigoureux. Dans l’attente des nouvelles traductions, nous republierons aussi une partie des traductions existantes, ainsi que des volumes de choix de textes thématiques. Tout cela devrait rendre une forte visibilité aux écrits de Marx et d’Engels dans les temps à venir.

5La rigueur et la lisibilité des traductions sont au centre de nos préoccupations. De ce point de vue, la qualité de celles qui existent est très inégale. Il s’agit de les rendre plus homogènes, de les intégrer à un projet éditorial global et de permettre au lecteur de suivre précisément la genèse, la reprise, mais aussi le constant retravail des concepts dans une oeuvre qui n’a rien de monolithique. Une telle traduction est la condition pour que les lectures critiques, les interprétations d’aujourd’hui puissent s’appuyer solidement sur les textes, interdisant par exemple d’affirmer de façon aventureuse la disparition de telle ou telle notion sous la plume de Marx ou de lui prêter des thèses qui ne sont pas les siennes.

6Pour parvenir à ce but, les problèmes à affronter sont nombreux et complexes : les textes doivent à la fois rester lisibles, sans néologismes, mais doivent aussi restituer aussi précisément que possible en français un vocabulaire chargé d’histoire. Un seul exemple : le terme d’Aufhebung (dépassement, abolition et conservation), emprunté à Hegel mais redéfini par Marx, dont la traduction en français a soulevé et soulève encore des discussions nombreuses. Une première journée d’études, ouverte au public, et qui a eu lieu à l’Université de Dijon le 28 mai dernier, a permis d’aborder cette question ainsi que d’autres problèmes concernant la traduction et la diffusion des œuvres de Marx et d’Engels en France et en Europe. Les interventions de ces journées sont d’ores et déjà accessibles sur le site de l’Université de Bourgogne (http://tristan.u-bourgogne.fr/​UMR5605/​manifestations/​07_08/​08_05_28.html).

7Cette réflexion collective est ce qui fait l’originalité de notre projet. En effet, dans le cas de concepts « lourds », comme celui d’Aufhebung, mais bien d’autres encore, dont la traduction pose problème, nos choix de traduction seront justifiés dans l’appareil critique que nous allons développer pour chaque oeuvre, et cela notamment grâce aux possibilités offertes par la version électronique, bientôt disponible sur le Net, qui permettra au chercheur d’accéder par des liens à des notes ou notices critiques.

8De ce point de vue, notre double perspective, d’édition papier et d’édition électronique, présente un immense avantage. En évitant d’alourdir le texte, elle fournira cependant toutes les informations utiles de façon très maniable, un repérage précis des matières, des concepts utilisés, des auteurs cités, des noms propres, et cela à travers toute l’oeuvre. Par ailleurs, la forme électronique nous libère des contraintes de publication chronologique et nous entreprendrons en même temps les trois sections de la GEME (1/ les oeuvres, articles et brouillons ; 2/ le Capital et ses variantes ; 3/ la correspondance). Parallèlement, nous publierons des volumes en grand format et en format de poche, volumes destinés à une diffusion plus large. Dès 2010, c’est aussi l’ensemble des traductions dont les droits sont détenus par les Éditions sociales qui sera remis à la disposition des lecteurs sous forme électronique.

9Compte tenu de ces objectifs, nous travaillons et voulons travailler à l’avenir en associant le plus de spécialistes possible, de façon collégiale et ouverte. Dans cet esprit, nous multiplions les partenariats avec les chercheurs individuels, mais aussi avec toutes les structures éditoriales, universitaires, institutionnelles au sens large - intéressées par ce projet. Quant au travail de traduction proprement dit, il se réalise dans le cadre de séminaires de traduction qui font intervenir à la fois des germanistes, mais aussi des philosophes, des historiens, des économistes, etc., permettant de s’accorder sur des solutions et d’élaborer en même temps l’appareil critique.

10Nous nous interdisons par contre tout commentaire et toute remarque appréciative. Il s’agit précisément de rompre avec une tradition qui surimpose au texte son interprétation, « officielle » ou non, et qui projette des enjeux et des débats sur une oeuvre qui doit, autant que faire se peut, être restituée pour elle-même et rendue à ses lecteurs, quels qu’ils soient et quelque lecture qu’ils souhaitent entreprendre. Ce principe étant posé, on peut justement parier que la question de l’actualité de l’oeuvre de Marx est promise à un bel avenir.

Un premier volume : la Critique du programme de Gotha

11Aujourd’hui introuvable, la Critique du programme de Gotha, dans laquelle Marx débat notamment avec Lassalle, constitue le premier tome de la GEME. Il a été traduit de l’allemand par Sonia Dayan-Herzbrun. L’introduction, l’appareil critique et les index ont été rédigés par Sonia Dayan-Herzbrun et Jean-Numa Ducange.

12À la veille du congrès d’unification des deux principaux courants du mouvement ouvrier allemand, en 1875, Marx rédige à la hâte des Commentaires en marge du Programme du Parti ouvrier allemand. Texte de circonstance non destiné à la publication – qui n’interviendra que huit ans après la mort de l’auteur –, il est devenu, quelques décennies plus tard, dans le sillage du mouvement communiste, sous le titre de Critique du programme de Gotha, ce que l’on désignait alors comme un « classique du marxisme », associé à d’autres fragments d’Engels et de Lénine. Réédité à de très nombreuses reprises au cours du XXe siècle et constamment cité par les différentes sensibilités marxistes, le texte, non réédité depuis vingt ans sous forme séparée, était devenu introuvable et rendu presque illisible sans explications sur l’environnement immédiat dans lequel il a été écrit.

13Cette nouvelle édition, vise à restituer le propos de Marx dans son contexte, en particulier à travers le débat avec les idées de Ferdinand Lassalle, fondateur du premier Parti ouvrier allemand, en 1863, et dont l’influence était alors déterminante. L’introduction, outre un retour historique sur les années qui précèdent les Commentaires de 1875, éclaire l’effort de diffusion d’Engels qui, en 1891, eut à faire face à la direction du SPD qui émettait des réticences à publier le texte de Marx. Sont aussi évoqués quelques-uns des enjeux soulevés par la Critique (le droit, le travail, la politique), replacés dans l’oeuvre marxienne. L’ensemble est complété par une série d’annexes regroupant, entre autres, de courts extraits d’ouvrages de figures politiques majeures (Lassalle, Bakounine) souvent méconnus, qui permettent de rendre intelligible la critique de Marx adressée aux rédacteurs du programme de Gotha.

Repères

14La grande édition Marx et Engels est une nouvelle traduction et, dès 2010, elle sera une publication électronique de l’ensemble des oeuvres, articles, manuscrits et de la correspondance de Karl Marx et Friedrich Engels. C’est aussi un séminaire permanent, des journées d’études et des colloques pour concourir au travail philologique, historique, économique et philosophique autour de cette édition scientifique. C’est la publication de livres à partir des nouvelles traductions et une bibliothèque numérique des anciennes traductions.

15La GEME est une initiative des Éditions sociales, maison d’édition indépendante créée en 1997 par des salariés et auteurs des anciennes Éditions sociales, et de l’association Geme, animée par Isabelle Garo, présidente (philosophe), et par Jean-Numa Ducange (historien), Stathis Kouvelakis (philosophe), Richard Lagache (éditeur), Jean-Pierre Lefebvre (germaniste), Michèle Lhomme (germaniste), Bernard Michaux (philosophe), Jean Mortier (germaniste), Jean Salem (philosophe), Lucien Sève (philosophe), Serge Wolikow (historien). La GEME est réalisée en collaboration avec le centre « Ordre et désordre dans les sociétés contemporaines » de l’Université de Bourgogne (UMR CNRS-UB n° 5605), la Maison des sciences de l’homme de Dijon (CNRS-UB n° 2739), le Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne de l’Université de Paris-I, avec le soutien de la fondation Gabriel-Péri et du Centre National du Livre.

16Contacts : leseditionssociales@orange.fr

17Actualités du séminaire Geme : http://chspm.univ-paris1.fr/​spip.php

18Actualités de la Geme : http://www.gabrielperi.fr/rubrique.php et http://semimarx.free.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Garo et Jean-Numa Ducange, « Une grande édition des œuvres de Marx et Engels en français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 261-264.

Référence électronique

Isabelle Garo et Jean-Numa Ducange, « Une grande édition des œuvres de Marx et Engels en français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/880

Haut de page

Auteurs

Isabelle Garo

 

Jean-Numa Ducange

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page