Navigation – Plan du site
Informations

Récidive et récidivistes : de la Renaissance au XXe siècle / Recidivism and recidivists : from the Renaissance to the 20th century

Clive Emsley et Michel Porret
p. 177-180

Colloque annuel

International Association for the History of Crime and Criminal Justice

Genève, 6-8 juin 2002 - Université de Genève

Conception et organisation :

Clive EMSLEY (Open -University, Milton Keynes, UK)

Michel PORRET (Université de Genève, CH.)

Comité scientifique (à venir)

Dans l'histoire des pratiques et des doctrines pénales, la « récidive » et son traitement par la justice constituent un riche champ d'investigation historique. Celui-ci est presque inédit et ouvre sur une problématique sociale et culturelle très large. La récidive criminelle signale l'échec de la peine corrective, mais aussi l'enracinement social d'une culture de la délinquance qu'amplifient le milieu, la précarité et la misère. Sous l'Ancien Régime, la récidive inquiète les magistrats et les pénalistes mal équipés contre celle de l'homo criminalis : souvent né de l'infamie pénale, l' « endurcissement dans le crime » motive, pour les grands délits, une pénalité d'élimination sociale (galères, peine capitale, parfois bannissement) qui, de fait, règle la problématique de la récidive. Au XIXe siècle, comme l'a montré Bernard Schnapper, l'« obsession de la récidive » écrase les pratiques et les philosophies pénales (statistiques criminelles, police judiciaire, criminologie, médecine du crime) tournées vers l'idéal correctif. L'effondrement de la société traditionnelle, la révolution industrielle et l'expansion urbaine sont alors souvent désignées comme source de paupérisme et de récidive criminelle. Edmond Locard (L'identification des récidivistes, Paris, 1909), estimait que dans les grandes villes l'« armée du crime est faite essentiellement de récidivistes », qu'il importe de classifier et de modéliser pour mieux les neutraliser. Corollaire de l'Etat de droit, la prison est conçue comme la panacée de la récidive, alors qu'elle reproduit la criminalité comme le signale déjà en 1910 Adolphe Prins (La défense sociale). Partout en Europe, les philanthropes multiplient les comités de patronage des détenus pour empêcher la récidive. Pareillement, les délinquants juvéniles sont mis en maison de correction pour la même raison. Multipliant les techniques de signalement, l'anthropologie criminelle traque à sa façon les récidivistes, identifiés par une morphologie ou une « moralité » spécifiques. Le bertillonnage, la photographie judiciaire, le « sommier », le casier judiciaire constituent, parmi d'autres armes policières, autant de moyens « scientifiques » pour renforcer le contrôle social des récidivistes. Au XXe siècle, avec la multiplication des techniques policières et l'amplification d'un sentiment d'insécurité, la récidive est d'une actualité sociale brûlante : les politiques pénales se mesurent dans la façon dont l'État traite les récidivistes. En Californie, le troisième délit emporte aujourd'hui l'incarcération perpétuelle. Aux États-Unis comme en Europe, le débat sur la sécurité des individus et des biens prône la « tolérance zéro » pour endiguer la récidive. Un peu partout dans les États riches du monde, les fichiers informatiques d'empreintes génétiques traduisent l'avatar moderne du contrôle scientifique de la récidive.

But du colloque : Autour des pratiques et des doctrines pénales, autour de la culture judiciaire, autour des savoirs empiriques et constitués de la criminologie, de la police judiciaire et scientifique, mais aussi de la médecine et psychiatrie légales, ce colloque veut historiciser la récidive à l'époque moderne et contemporaine en la replaçant dans ses divers contextes géographiques, sociaux et culturels, en en montrant les mutations. Il s'agira de comprendre la manière dont le droit pénal a qualifié la récidive pour la combattre. En anglais ou en français, les communications (vingt minutes) étudieront les types juridiques de récidivistes (criminel professionnel, délinquant occasionnel, seriai killer, etc.), ses figures sociales (homme, femme, adolescent et enfant), les pratiques et les enjeux sécuritaires du traitement de la récidive, sa motivation individuelle, des cas exemplaires, ainsi que les discours sur la récidive, ses représentations culturelles (« causes célèbres », biographie criminelle, littérature d'échafaud, « testament de mort », faits divers, presse, littérature, etc.). Finalement, le volume des Actes du colloque publiera les communications sous une forme plus complète en actualisant les enjeux contemporains du traitement pénal de la récidive.

Annual Conference of the International Association for the History of Crime and Criminal Justice

Geneva, 6-8 June 2002 - Université de Genève

Conception and organisation :

Clive EMSLEY (Open -University, Milton Keynes, UK)

Michel PORRET (Université de Genève, CH)

Scientific committee (forthcoming)

For historians of the theory and practice of criminal justice, « recidivism », and how it is handled by criminal justice constitutes a rich field of historical investigation. The field is practically unexplored, and offers a perspective on a vast social and cultural contextual framework. Criminal recidivism is indicative not only of the failure of punitive sanctions, but also of the fact that offending constitutes a culture, solidly embedded and amplified by the social environment, precarious living conditions and dire poverty. In France, under the Ancien Régime, judges and criminal lawyers were greatly concerned with recidivism, and poorly equipped to combat it in the homo criminalis. Elimination from society (the galleys, capital punishment and occasionally banishment), a de facto solution to the problem of recidivism, was applied when « hardened criminals », whose recidivism was often the product of their outcast status as offenders, committed some serious crime. Bernard Schnapper tells us that in the 19th century the « obsession with recidivism » crushed those theoretical and practical leanings towards the ideal of redress within criminal justice institutions (through statistics on offending, investigating police agencies, criminology, the medical study of offenders. At the time, the collapse of traditional society, the industrial revolution and rampant urbanisation were often viewed as the causes of pauperisation and criminal recidivism. Edmond Locard (L'identification des récidivistes, Paris, 1909) believed that in the big cities, the « army of crime is essentially composed of recidivists », the neutralisation of whom demanded the establishment of a relevant classification and conceptual model. In States governed by the rule of law imprisonment was viewed as the cure-all for recidivism, whereas it actually breeds crime, as Adolphe Prins pointed out as early as 1910 (in La défense sociale). Philanthropists throughout Europe were creating innumerable patronage committees for prisoners to prevent recidivism, while juvenile offenders were placed in reform schools for the same purpose. Criminal anthropology, in turn, invented all sorts of descriptive techniques to track down recidivists, identified by their appearance or « morality ». The Bertillon system, judicial photography, the « ledger » and individual criminal records were some of the police weapons, the new « scientific » means of reinforcing social control of recidivists. Recidivism was a social issue of the utmost topicality during the 20th century, with its proliferating policing techniques and growing fear of crime. Criminal justice policies are judged on the way the State dealt with recidivists. In California, a third offence entails automatic sentencing to life imprisonment. In debates on the protection of people and property in both the USA and Europe there are calls for « zero tolerance » to check recidivism. Rich nations everywhere now resort to computerised records and genetic fingerprinting, those modern versions of scientific control of recidivism.

Aim of the conference : to focus on criminal justice practices and doctrines, the judiciary culture, the empirical findings and structured knowledge produced by criminology, criminal investigation work and scientific policing, as well as by forensic medicine and psychiatry, in order to historicise modern and contemporary recidivism by situating it within different geographic, social and cultural contexts and showing how these have changed. The idea is to achieve an understanding of how criminal law designates recidivism in an attempt to combat it. Communications (not exceeding twenty minutes) in English or French will discuss the legally defined types of recidivists (professional criminal, occasional offender, serial killer, etc.), the social figures involved (man, woman, adolescent or child), actual practices and security-related stakes in handling recidivism, individual motivations and exemplary cases, along with discourse on recidivism, cultural representations of it (famous trials, biographies of criminals, broadsides, « deathbed testaments », petty offending, the press, the literature, etc.). The Proceedings of the conference will be published in book form ; they will contain a more complete version of the papers, with a topical analysis of contemporary stakes involved in penal handling of recidivism.

  • OpenEdition Journals