Navigation – Plan du site
Indépendances

La force des héros

Bolívar, Sucre, Miranda, les héros... et Boves, l’antihéros
Alfonso Molina
Traduction de Odile Bouchez
p. 45-48
Cet article est une traduction de :
La fuerza de los héroes

Résumés

Le cinéma du pays d’origine de Bolívar a produit peu de films sur les guerres d’Indépendance ; seuls trois cinéastes s’y sont intéressés : Rísquez, Lamata et Ávila. Le premier recueille l’imagerie traditionnelle dans des films à l’esthétique expérimentale alors que les deux autres proposent une vision plus complexe des hommes qui sont devenus des héros ou des monstres.

Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières décennies, l’analyse historique a éveillé un grand intérêt au Venezuela, à la faveur de travaux d’historiens et de chercheurs tels que Ramón J. Velásquez, Manuel Caballero, Elías Pino Iturrieta, Inés Quintero, Edgardo Mondolfi, parmi d’autres, qui ont réussi l’exploit de rendre accessibles à tous les textes d’une élite spécialiste en la matière. On affirme – ce qui me semble léger et inexact – que l’histoire est à la mode au Venezuela. Ce qui est sûr, c’est que l’industrie éditoriale publie régulièrement les essais historiques d’un solide groupe de chercheurs, lequel trouve des lecteurs désireux de comprendre pourquoi nous sommes ce que nous sommes.

2Malheureusement, le cinéma n’a pas été aussi généreux. Peu nombreux sont les réalisateurs – Diego Rísquez, Luis Alberto Lamata, Alhida Ávila et, dernièrement, Román Chalbaud – qui ont posé leurs regards sur ce XIXe siècle tourmenté et sanglant, pour le filmer en un seul court-métrage et pas plus de neuf longs-métrages. Cependant, si nous nous penchons plus particulièrement sur le processus d’indépendance – qui se forge dans les premières années du siècle, éclate en 1810 et dure jusqu’en 1830, moment de la mort de Simón Bolívar et de la dissolution de la Grande Colombie, projet d’intégration de la Colombie, de l’Équateur et du Venezuela actuels – ce chiffre se réduit à six films et trois cinéastes. Mais peut-être la faute n’en revient-elle pas seulement au cinéma vénézuélien.

3Durant une bonne partie du siècle passé, l’omniprésence des héros de l’Indépendance, Bolívar en tête, a conformé une vision superficielle et manichéenne de notre histoire : une vision historique faite de grands hommes, presque tous d’origine militaire, a fait passer les actes individuels avant les processus sociaux et politiques de l’époque. Le culte voué au Libérateur – titre honorifique accordé à Bolívar – a été l’un des mythes les plus enracinés dans les pays qu’il a contribué à libérer de l’Empire espagnol. C’était très marqué au Venezuela où, depuis longtemps, une sorte de confrérie intouchable, appelée Société bolivarienne, s’est érigée en club de prêtres qui officiait autour de sa figure. Ce n’est pas un hasard si dans le même pays, le Venezuela, gouverne depuis onze ans un militaire qui s’arroge la condition de “bolivarien” et qui au fil des ans s’est de plus déclaré socialiste, à la vieille mode cubaine. C’est un fait que ce militaire a changé le nom du pays qui s’appelle désormais la République Bolivarienne du Venezuela. Selon cette acception de patrie marquée par les héros militaires, il n’est pas étrange que sa cinématographie aborde certains personnages sous un angle épique.

Diego Rísquez ouvre les portes du cinéma à l’histoire vénézuélienne

4Le cinéaste et plasticien Diego Rísquez a construit une bonne partie de sa filmographie sur l’histoire vénézuélienne et américaine en général, dans des œuvres très expérimentales et qui, surtout, offrent une compréhension iconographique de l’histoire latino-américaine. En 1976, il a commencé avec A propósito de Simón Bolívar, une performance qui a fait scandale car elle combinait une projection en super-8 avec, dans le rôle du Libérateur, Rísquez lui-même en direct devant l’écran, sur la scène de la Cinémathèque nationale. L’œuvre a été interdite par la Gobernación de Caracas qui la trouvait irrévérencieuse envers l’image du “Père de la Patrie”.

Francisco de Miranda (Venezuela, 2007) de Diego Rísquez

Francisco de Miranda (Venezuela, 2007) de Diego Rísquez

5Trois ans plus tard, Rísquez a présenté son premier long-métrage, Bolívar, Sinfonía Tropikal (1979), filmé lui aussi en super-8, et fondé visuellement surl’iconographie patriotique de type académique, selon les œuvres les plus représentatives des peintres vénézuéliens Tito Salas, Centeno Vallenilla, Juan Lovera, Martín Tovar y Tovar, Cristóbal Rojas et Arturo Michelena. Film dépourvu de dialogues et presque sans mouvement, construit à partir de “tableaux” cinématographiques, il a été gonflé en 35 mm et a participé à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 1980. Diego Rísquez est retourné ensuite à Cannes avec Orinoko, Nuevo Mundo (1984) et Amérika, terra incógnita (1988), films aux mêmes caractéristiques esthétiques qui abordent les actes et conséquences de la colonisation espagnole sur le continent et qui ont conclu sa Trilogie américaine. Deux ans plus tard, il a filmé sa première œuvre dialoguée en 35 mm, Karibe kon tempo, sans lien avec l’histoire.

Antonio José de Sucre, l’autre héros

6Une autre figure essentielle de l’Indépendance vénézuélienne, Antonio José de Sucre, est le motif central de Sucre, téléfilm et première œuvre de la scénariste Alhida Ávila, réalisé lors du bicentenaire du héros, en 1995, et qui n’a pas eu de grande diffusion commerciale. Fort bien interprété par Luigi Sciamanna, jeune acteur de théâtre très apprécié qui y démarrait sa carrière cinématographique, le Grand Maréchal d’Ayacucho, comme on l’appelait, y est traité de façon peu mythique. Le personnage que dessinent Ávila et sa scénariste, Ana Teresa Torres – écrivain reconnue et psychanalyste vénézuélienne –, évolue les pieds sur terre, dans un monde plus humain et même contradictoire. Sucre s’est révélé un chef militaire extraordinaire – bien plus efficace que Bolívar – et il a dirigé les troupes de l’Indépendance à travers le Venezuela, la Colombie, l’Équateur et le Pérou, jusqu’à la création de la Bolivie. Le personnage a la force requise pour un film historique, si l’on tient compte du fait qu’il avait juste 16 ans quand il s’est enrôlé dans les rangs de la Libération et qu’il est devenu la main droite du Libérateur. Né en 1795 à Cumaná, première ville fondée par les Espagnols en Amérique du Sud, descendant d’une famille aristocratique d’origine belge, Sucre est devenu un homme d’État très complet. Son assassinat en 1830 a coïncidé avec la mort de Bolívar et la dissolution de la Grande Colombie. La plus grande qualité du film réside dans sa désacralisation des héros. Le Sucre construit par Sciamanna est dépourvu de rhétorique. Le Bolívar interprété par Guillermo Díaz Yuma est montré dans sa fragile constitution physique, maigre au regard obsessionnel. Ils ne ressemblent pas aux héros de l’iconographie traditionnelle. C’est un film rare qui n’a pas eu la reconnaissance qu’il méritait. Ávila n’a plus tourné de film depuis.

Manuela Sáenz et Francisco de Miranda, selon Rísquez

Francisco de Miranda (Venezuela, 2007) de Diego Rísquez

Francisco de Miranda (Venezuela, 2007) de Diego Rísquez

7Une décennie plus tard, Rísquez est revenu avec un projet ambitieux qui est devenu son plus grand succès commercial. Son cinquième long-métrage, Manuela Sáenz, la libertadora del Libertador (2000), a signifié une rupture esthétique dans son cinéma par l’adoption d’une proposition moins expérimentale mais très proche de l’histoire vénézuélienne. Sur un scénario du poète et écrivain de télévision Leonardo Padrón, le film a reconstruit la vie de lutte de la dame équatorienne qui a occupé une bonne part des passions amoureuses de Bolívar depuis 1822, moment où il fit sa connaissance à Quito, jusqu’à sa mort en 1830 à Santa Marta, Colombie. Manuela lui a survécu 26 ans. Le film part du point de vue d’un jeune homme, Herman Melville, qui fait sa connaissance alors qu’elle est déjà âgée, presque moribonde, dans le port péruvien de Paita. En un énorme flash-back, cette femme exceptionnelle raconte au futur grand écrivain nord-américain son histoire d’amour avec le Libérateur et les trahisons qui se sont tramées dans son propre parti. Joué par l’actrice cubaine installée au Venezuela, Beatriz Valdez, et par Mariano Álvarez dans le rôle de Bolívar, le film de Rísquez a connu un extraordinaire succès public. Il est resté vingt-cinq semaines à l’affiche.

Sucre (Venezuela, 1995) de Alhida Ávila

Sucre (Venezuela, 1995) de Alhida Ávila

8Toujours sur le thème de l’Indépendance, Rísquez a présenté un autre sujet encore plus ambitieux, Francisco de Miranda (2006), lui aussi sur un scénario de Padrón, pour aborder la passionnante figure du premier personnage universel né à Caracas, qui réunissait un certain nombre de traits rocambolesques : fils d’un riche commerçant des Canaries qui à la fin du XVIIIe siècle a défié l’hégémonie de l’aristocratie créole et a réussi à devenir un glorieux officier de l’armée espagnole, visionnaire devenu un précurseur de l’idée d’une Amérique libérée de la Couronne, combattant qui a participé aux révolutions d’Amérique du Nord et de France avant d’apporter et de hisser le drapeau du Venezuela, gentilhomme galant qui a séduit les femmes les plus convoitées de Madrid, New York, Londres, Paris et Moscou, généralissime qui a conduit les destinées politiques et militaires de la première République vénézuélienne, qui fut un échec, et homme incompris qui a été livré aux autorités coloniales par un Simón Bolívar encore trop jeune et inexpérimenté, pour mourir, des années plus tard, fou, en prison à La Carraca, près de Cadix. Quel personnage ! Fascinant, légendaire, romantique, sensuel, libertaire. Que peut demander de plus un film vénézuélien pour rendre hommage au précurseur de notre indépendance et exalter les valeurs de la nationalité ? Une vraie tentation. Malgré tout, ce film a engendré une polémique et causé l’indignation parmi certains intellectuels, mais en fin de compte, il a tenté la curiosité du public et... a eu du succès.

Le Miranda de Lamata... et son Taita Boves

9Le cas de Luis Alberto Lamata est très significatif. Lié à l’industrie audiovisuelle vénézuélienne depuis son plus jeune âge – son père, Juan Lamata, était un homme de télévision reconnu – il est diplômé de l’École d’Histoire de l’Université centrale du Venezuela. Son regard créateur s’est inspiré de cette double condition de cinéaste et d’historien. Son premier long-métrage est Jericó (1990), film très applaudi et primé situé dans la forêt vierge américaine au XVIe siècle, où un frère dominicain se coupe de la Conquête espagnole et s’intègre à la vie des indigènes. Le film suivant de Lamata est Desnudo con naranjas (1995), qui montre les ruines morales et humaines de la Guerre fédérale qui a ravagé le Venezuela au milieu du XIXe siècle.

Sinfonía Tropikal (1979) de Diego Rísquez

Sinfonía Tropikal (1979) de Diego Rísquez

10Un an après la première du Francisco de Miranda de Rísquez, la Villa del Cine, entreprise de production de l’État vénézuélien, de fondation récente, a commandé à Lamata la réalisation de Miranda regresa, qui est sans doute la plus grande production du cinéma vénézuélien. Ce film complexe et ambitieux donne une autre vision du héros, grâce au rythme vigoureux du scénario composé avec minutie par Henry Herrera, et à la direction habile de Lamata, qui contrôle la tentation de la démesure possible pour un tel personnage, et tient le ton de la narration avec cohérence et professionnalisme. Conçu comme un long et tortueux voyage de retour qui recouvre trente ans de luttes et de rêves, il recueille la dimension humaine, militaire et politique du précurseur de l’indépendance des colonies espagnoles de l’Amérique. Il montre un Ulysse des Caraïbes – fin XVIIIe – dont la navigation passe par de nombreux ports avant qu’il ne rentre vers le point de départ – le Venezuela – pour y faire aboutir un vieux rêve. Cependant, Lamata n’a pas hésité à dire qu’il s’agissait là d’un “film de commande”. Il l’a remplie avec professionnalisme. Par la suite, il filmerait une œuvre plus personnelle à budget plus réduit, El enemigo, le seul de ses films qui se situe dans la Caracas contemporaine, sur le thème fort actuel de la justice et des droits humains.

11Le projet suivant de Lamata, Taita Boves, produit également par la Villa del Cine et pas encore à l’écran, marque une rupture avec le cinéma historique vénézuélien. Pour la première fois, le personnage central n’est pas un héros mais un homme indigne. Inspiré très librement du roman à succès Boves, el urogallo, du psychiatre Francisco Herrera Luque, il raconte la ténébreuse histoire de l’Espagnol José Tomás Boves, un commerçant asturien qui, dans l’ancienne Capitainerie générale du Venezuela, s’était d’abord engagé dans les forces indépendantistes des riches créoles, pour devenir par la suite leur ennemi le plus sanglant. Il a été le premier chef de guerre des pauvres gens et s’est rebellé contre les détenteurs locaux du pouvoir. Taita est le mot vénézuélien pour désigner le père. Tous les chefs de guerre de l’histoire vénézuélienne ont été taitas – le héros des grandes plaines José Antonio Páez, l’assassin Boves, le dictateur du XXe siècle Juan Vicente Gómez – et leur autorité est incontestée. Dans les années 70, la télévision vénézuélienne a adapté le roman avec un succès public mémorable. Plusieurs cinéastes ont vainement tenté d’en acquérir les droits. Jusqu’à ce que Lamata assume ce film comme personnel et non de commande.

12Posant très clairement la lutte des classes comme point de départ, le roman comme le film expriment l’aliénation d’un homme qui est à la tête d’un mouvement de justice sociale – contre la Couronne, d’abord, puis contre les riches Créoles et enfin contre toute forme de domination – qui tourne à l’épopée sanglante et absurde. Un anarchisme hors de toute synchronie théorique. Cet homme banal devient taita et représente la folie du pouvoir, du sang, de la peur. Boves est prisonnier de son processus politique et de lui-même. Le film n’est pas encore fini mais le premier montage met en évidence une œuvre complexe, pas complaisante du tout, qui fera couler de l’encre.

Manuela Sáenz, la libertadora del Libertador (2000) de Diego Rísquez

Manuela Sáenz, la libertadora del Libertador (2000) de Diego Rísquez

Autre histoire, autres processus

13Quoiqu’il ne soit pas directement lié à l’Indépendance vénézuélienne, Zamora (2009), de Román Chalbaud, observe la conduite d’Ezequiel Zamora, un autre chef de guerre apparu après la consolidation de la nouvelle République vénézuélienne, et protagoniste de l’imminente Guerre fédérale. Film clairement épique, il essaie de lier ce personnage et cette période de l’histoire au processus actuel du Venezuela, ce qui n’est pas chose commode. Zamora était lui aussi taita, quoique bien plus démocratique et juste que ses prédécesseurs.

14Le cinéma vénézuélien, dans le domaine historique, devrait suivre l’exemple de ses historiens, pour mettre en lumière les pièges de l’académisme traditionnel et réactionnaire. Il devrait plonger dans les eaux des processus plus que des héros. C’est bien difficile à accepter dans la mesure où les processus historiques sont bien moins attrayants que les héros. J’ignore si les films de Rísquez, Ávila et Lamata ont contribué à une meilleure compréhension de ce que nous sommes, nous autres Vénézuéliens, mais je suis sûr qu’ils ont ouvert la voie vers une meilleure connaissance de nous-mêmes.

Tournage de Taita Boves (2009) de Luis Alberto Lamata.

Tournage de Taita Boves (2009) de Luis Alberto Lamata.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/1269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Francisco de Miranda (Venezuela, 2007) de Diego Rísquez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/1269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Francisco de Miranda (Venezuela, 2007) de Diego Rísquez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/1269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Sucre (Venezuela, 1995) de Alhida Ávila
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/1269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Sinfonía Tropikal (1979) de Diego Rísquez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/1269/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Manuela Sáenz, la libertadora del Libertador (2000) de Diego Rísquez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/1269/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Tournage de Taita Boves (2009) de Luis Alberto Lamata.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/1269/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alfonso Molina, « La force des héros », Cinémas d’Amérique latine, 18 | 2010, 45-48.

Référence électronique

Alfonso Molina, « La force des héros », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/1269 ; DOI : 10.4000/cinelatino.1269

Haut de page

Auteur

Alfonso Molina

Critique de cinéma vénézuélien. Rédacteur à El Nacional de 1977 à 2002. Il est éditeur de Ideas de Babel (http://ideasdebabel.wordpress.com) et du Blog de Alfonso Molina (www.noticierodigital.com). Il a publié Cine, democracia y melodrama: el país de Román Chalbaud, éditions Planeta, Caracas, 2001.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals