Navigation – Plan du site

Éditorial

Francis Saint-Dizier
p. 3
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Cinquante ans après la création de l’Instituto Cubano de Arte e Industria Cinematográfica (ICAIC), nous revenons longuement dans ce numéro de la revue sur les effets politiques et esthétiques de la révolution cubaine sur les histoires des cinémas en Amérique Latine. Les films produits et réalisés par l’institut cubain, après 1959 et jusqu’à la chute du mur de Berlin, mettent en image l’épique populaire, construisent une représentation de l’insurrection nationale, dessinent une éthique de la vie quotidienne. Nous pouvons y voir, avec un demi-siècle de distance, une forme de construction idéologique située entre la mystique sociale latino-américaine et le renouvellement esthétique de l’agitation/propagande révolutionnaire. Mais, au-delà de l’analyse fondée sur l’anthropologie historique, il est intéressant d’en produire une étude esthétique du côté de l’histoire de l’art cinématographique. C’est ce que vous propose le dossier Cuba de ce numéro, notamment les articles de Magali Kabous et Alice de Andrade. Mais, pour la direction de l’épopée castriste, cette intervention dans le monde de la création artistique ne fut pas sans contradictions et interdits, ce que rappelle la lettre de démission de Tomás Gutiérrez Alea de l’ICAIC, que nous reproduisons dans ce même dossier.

2L’un des mérites de la révolution cubaine fut de créer à La Havane un lieu possible de discussion et de confrontation du nouveau cinéma latino-américain, et notre revue veut rester fidèle à ce débat des années 1960.

3Pour cette raison, dans ce numéro nous poursuivons le débat sur “l’esthétique de la pauvreté et de la violence” introduit ces dernières années par des films brésiliens qui ont eu une sortie en salles commerciales honorable et des distinctions dans les festivals européens. Analysant les interactions entre la vision des spectateurs et le projet (esthétique, poétique ?) des réalisateurs, José Carlos Avellar et Sylvie Debs reviennent sur ces polémiques, soulignant l’une et l’autre à leur manière que le cinéma est un art du contemporain, et que le contexte historique du politique de la crise du capitalisme financier mondialisé n’est plus celui de l’affrontement de la période post-coloniale.

4L’exemple de l’évolution actuelle des cinéastes mexicains est, de ce point de vue, très signifiant : marqués par de fortes personnalités créatrices et donc une diversité des contenus et des formes, les films récents n’en sont pas moins traversés par les invariants inconscients de l’évolution sociale et des imaginaires collectifs. Deux articles de ce numéro donnent aux lecteurs quelques pistes de compréhension de ce vaste mouvement.

5La génération des cinéastes chiliens nés après Pinochet a profondément renouvelé les thématiques mises en scène et le langage cinématographique qui accompagne cette mise en images. Comme ce fut le cas pour les Argentins il y a dix ans (nous publions un article sur les femmes cinéastes qui ont fait partie de cette génération dans ce pays), un groupe de Chiliens juste trentenaires invente des pistes artistiques pour un possible “travail de deuil historique” sur les années sombres de la dictature et du néo-capitalisme flamboyant. La famille, la mémoire, les rapports masculin/féminin, le lien social dans la modernité individualiste servent de toile de fond à leur langage filmique très contemporain. Ils soulignent pour nous que le cinéma est aussi un art du collectif et qu’au bout du compte, ce sont les spectateurs qui font les films.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine, 17 | 2009, 3.

Référence électronique

Francis Saint-Dizier, « Éditorial », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/1485

Haut de page

Auteur

Francis Saint-Dizier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals