Navigation – Plan du site
Mexique : jeune cinéma

Le renouveau artistique du cinéma mexicain

Carlos Bonfil
Traduction de Odile Bouchet
p. 40-45
Cet article est une traduction de :
La renovación artística del cine mexicano

Résumés

Ces temps-ci, le cinéma mexicain voit augmenter sa production de films d’année en année. Pourtant les jeunes cinéastes affrontent de grandes difficultés pour distribuer leurs œuvres. Les mesures fiscales favorisant l’investissement dans des productions nouvelles, pas plus que la visibilité acquise par bien des cinéastes dans les festivals, n’ont pu y remédier. Tant qu’aucun cadre légal ne protègera les créations filmiques de la concurrence écrasante des super-productions étasuniennes qui inondent le marché, le travail des cinéastes ne pourra que vivoter. Ne pouvant voir leurs films à l’affiche assez longtemps pour espérer s’y retrouver financièrement, les créateurs sont contraints de recourir à des formules éculées de divertissement ou à des narrations convenues. S’ils se risquent au contraire à diversifier leurs stratégies de financement et de distribution, à travers des co-productions, en recourant au format numérique, bien meilleur marché, et à des réseaux innovants de distribution, ils obtiennent des résultats qui, en plus d’être originaux, sont bien plus gratifiants. C’est le cas d’une poignée de jeunes cinéastes qui tournent le dos au cinéma commercial et acceptent le défi actuel de la résistance culturelle dans le cinéma qu’ils produisent.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Odile Bouchet

Texte intégral

1Pendant les cinq dernières années l’évolution du cinéma mexicain a été remarquable. Il est sorti, grâce à des propositions de qualité, de la période de stagnation où il semblait s’enfoncer en 2002, où sa production n’a été que de 14 films. La moyenne actuelle est déjà de 70 réalisations. Les sujets et les ressources stylistiques se sont diversifiés, et prennent des distances avec les trames anciennes, solennelles et conventionnelles. Beaucoup des longs- métrages les mieux accueillis par la critique au Mexique et dans les festivals internationaux ont été produits dans des conditions très difficiles, parfois à travers des coopératives, grâce au format numérique bon marché, avec des acteurs non professionnels, et sans beaucoup d’espoir de compensation économique. Les meilleurs films au Mexique partagent la même expérience : ils subissent une distribution déficiente, et quand enfin ils parviennent à l’affiche, ils n’y restent qu’une semaine ou deux, à des horaires peu avantageux, dans des endroits enclavés, ou bien dans des circuits d’art et d’essai à l’intention d’un public réduit. Le paradoxe se reproduit sans cesse : le meilleur cinéma mexicain survit pour quelques rares spectateurs, presque sans publicité, vaincu d’avance par la concurrence écrasante des productions nord-américaines qui occupent plus de 90 % des écrans du pays.

2Le paradoxe est encore plus grand lorsque dans des publications nationales et étrangères, on pointe l’idée d’un renouveau artistique du cinéma mexicain actuel, qui est moins attribué à ce qui est produit à l’intérieur du pays qu’au succès de films étrangers réalisés par des cinéastes mexicains. Les réalisateurs Alfonso Cuarón

Francisco Vargas, réalisateur de El violín (2005)

Francisco Vargas, réalisateur de El violín (2005)

3La réalité est bien différente et dans la presse locale abondent les déclarations de jeunes cinéastes signalant continuellement les mêmes obstacles à franchir : manque de visibilité de leurs productions, distribution déficiente qui s’intéresse bien peu à la promotion du cinéma mexicain (mais favorise le cinéma nord-américan, à la rentabilité garantie), quotas de projection complètement injustes qui ne laissent aux productions locales qu’un temps à l’écran insuffisant, cadre légal impropre à la stimulation du développement d’une industrie cinématographique forte, manque de volonté politique du gouvernement pour aider cette industrie, et non-engagement des compagnies de télévision pour co-produire du cinéma. Il faut ajouter à ceci le refus officiel de renégocier le Traité de libre commerce (TLCAN/ALENA) qui, dès le début, a inclus la culture, donc le cinéma, dans le lot de marchandises d’échange libres de droits de douane et de contraintes, situation bien différente de celle du Canada, qui a exclu la culture de ces négociations.

4L’effet de ce traité a été un désastre pour le cinéma mexicain, car il inhibe dans une large mesure toute tentative d’imposer aux super-productions étasuniennes les régulations pertinentes pour limiter leur présence massive dans notre pays, au détriment des productions locales. Récemment, une politique d’aide fiscale a été mise en place : l’article 226 de l’impôt sur le revenu, qui permet aux investisseurs de déduire de leurs déclarations une contribution à des productions filmiques. Au départ, certains chefs d’entreprises étaient réticents, d’autres ont accordé des aides sous conditions (les films devaient avoir des thématiques conventionnelles, sans sexe ni violence, et autres incorrections assez floues), mais malgré tout, cela a donné lieu à des aides pour un nombre considérable de films sans trop de restrictions. Le problème est que cette aide est à peine suffisante si elle ne va pas de pair avec une législation plus large et cohérente en faveur du cinéma mexicain. Aujourd’hui, de plus, sur fond de crise financière mondiale, l’investissement dans le cinéma n’apparaît guère comme une affaire bien rentable pour les chefs d’entreprise.

Drama/Mex (2006), de Gerardo Naranjo

Drama/Mex (2006), de Gerardo Naranjo

Fernando Eimbcke, réalisateur de Fernando Eimbcke, réalisateur de Lake Tahoe (2008)

5Cependant le cinéma produit au Mexique offre une variété de thèmes et de propositions artistiques de plus en plus grande. Il explore le documentaire et la fiction de façon bien plus imaginative qu’il y a quinze ou vingt ans, et ce, malgré l’insuffisance des moyens matériels et la précarité de la distribution des produits. Un exemple remarquable en est

6Un journaliste a demandé à Francisco Vargas ce qu’il avait voulu faire en réalisant

7Parmi les films qui ont parié sur une expression filmique différente, en rupture avec les moules traditionnels du cinéma mexicain, figurent les deux longs-
métrages de Fernando Eimbcke

8

9Un autre cinéaste talentueux, Gerardo Naranjo, a réalisé aux États-Unis en 2004 son premier long-métrage

10Gerardo Naranjo a aujourd’hui l’oreille juste et le regard attentif pour capter non seulement le langage juvénile qui ignore les barrières sociales, soumis qu’il est aux diktats médiatiques, mais aussi la défaite patente du conservatisme moral dans les affaires charnelles. Dans

11Le jeune cinéaste Ernesto Contreras est un cas différent. Pour son premier long métrage,

12Ce qui ne veut pas dire que le documentaire ait perdu de son importance. Au contraire, les documentaristes font montre d’un esprit critique et d’une vitalité surprenants. Ils abordent des thèmes d’actualité politique tels que la violence domestique, l’inégalité des sexes, la diversité sexuelle ou la récupération des traditions populaires en voie de disparition. Le jeune réalisateur Everardo González fait par exemple une évocation originale dans

13Une nouvelle génération de cinéastes choisit de travailler au Mexique et de faire du cinéma en essayant des formes novatrices de production et de distribution alternatives. Elle a recours aux festivals internationaux pour gagner la visibilité qui lui est refusée localement, et quand un réalisateur acquiert une réputation à l’étranger, il attire l’attention des institutions officielles, telles que l’Institut Mexicain de Cinématographie, qui l’aident à produire le film suivant. C’est ce qui est arrivé pour le premier long-métrage de Julián Hernández

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlos Bonfil, « Le renouveau artistique du cinéma mexicain »,

Référence électronique

Carlos Bonfil, « Le renouveau artistique du cinéma mexicain », Haut de page

Auteur

Carlos Bonfil

Critique de cinéma qui a fait des études de littérature française à l’Université de Paris IV et de traduction à Paris X Dauphine. Il a été professeur de lettres françaises à l’UNAM, puis est passé au journalisme culturel. Depuis 18 ans, il est critique de cinéma pour le quotidien La Jornada, et pour plusieurs revues spécialisées et générales, ainsi que pour des catalogues d’expositions, au Mexique et à l’étranger. Traducteur et interprète, il a traduit des pièces de théâtre et des essais. Il a été jury de festivals de cinéma au Mexique.

Haut de page