Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sylvie Debs, Cinema e cordel - Jogo de Espelhos

Lume Filmes/ Interarte, Fortaleza Sao Luis, Brésil, 256 p.
Geraldo Sarno
p. 174-175
Référence(s) :

Sylvie Debs, Cinema e cordel - Jogo de Espelhos, Lume Filmes/ Interarte, Fortaleza Sao Luis, Brésil, 256 p.

Cet article est une traduction de :
Sylvie Debs, Cinema e cordel - Jogo de Espelhos

Notes de la rédaction

Sylvie Debs est membre du comité de rédaction de la revue Cinémas d’Amérique latine.

Texte intégral

1Ce livre de Sylvie Debs, chercheuse attentionnée du cinéma du Nord-Est, trace un chemin singulier dans les études sur le cinéma brésilien. A l’heure où l’on exalte les valeurs et les modèles du marché, Sylvie avec son livre, explore d’autres pistes : la relation entre le cinéma et les formes traditionnelles d’expression artistique du peuple brésilien.

2La poésie populaire du Nord-Est, publiée dans les livrets de cordel ou improvisée lors des duels de repentistas, a constitué une source d’inspiration de notre cinéma au cours de plusieurs décennies, non seulement pour les thèmes qu’elle aborde, mais aussi et surtout, pour la manière dont cette poésie s’exprime.

3L’isolement séculaire, les particularités de la formation socio-économique et culturelle par rapport au reste du pays, ont fait que le Nord-Est a adopté et conservé des formes artistiques lointaines de la tradition ibérique. À ces dernières, se sont jointes des formes liées à la modernisation économique et sociale du XXe siècle qui a conduit à la création d’un marché national unique. Ces formes se sont accumulées de telle façon que la culture du sertão du Nord-Est m’a toujours semblé être disposée en couches, comme des couches géologiques, toutes vivantes et reliées entre elles, tout en étant très éloignées les unes des autres. Il en est résulté un substrat de pratiques et de coutumes, d’essences, qui durent et persistent, tout en se transformant et en s’actualisant, et qui finissent par faire partie du noyau symbolique de la nationalité. À mon avis, la poésie orale, la poésie improvisée du chant ou celle écrite et publiée dans les livrets de cordel, est au cœur de ces formations culturelles, les imprégnant de leurs thématiques, de leurs formes expressives, de leurs façons de voir et de sentir. Le Bumba, Mestre Paizinho, le Mamulengo, la céramique, Mestre Vitalino, la musique, Mestre Noza et Walderêdo, la gravure, je crois que toutes ces manifestations sont imprégnées de formes et d’expressions qui, au fond, trouvent leur source dans la poésie orale. Parce que le cordel publié en livrets est aussi une forme d’oralité, dans la mesure où il est écrit pour être lu à haute voix, devant un groupe d’auditeurs

4La relation entre le cinéma et la poésie populaire ne se fait pas seulement à travers la recherche de thèmes traditionnels du cordel, comme le cangaço ou la comédie picaresque. L’approche la plus riche se fait par le langage. C’est là que ce livre de Sylvie Debs ouvre des voies qu’il convient au lecteur de parcourir.

5Même si le cinéma avait déjà exploré la création par l’improvisation.

6Filmer l’imprévu, l’inattendu, c’est-à-dire improviser, fait partie intégrante de l’esthétique du cinéma au moins depuis les années 1920 avec Dziga Vertov. Il a créé le “ciné-œil”, la “caméra-œil”, “l’œil mécanique”, une sorte de caméra omniprésente, qui se déplace rapidement et se consacre à la recherche d’angles inhabituels, qui se libère de la vitesse standard de 16-17 images par seconde de l’ère du cinéma muet, et qui “brise les chaînes du temps et de l’espace”. Aussi, il libère la caméra pour filmer des images imprévues et le cinéma s’installe dans la poésie de l’improvisation.

7La théorie des intervalles (concept issu de la musique, première activité artistique pratiquée par Dziga Vertov avant le cinéma) appliquée au montage cinématographique, crée un nouveau principe : le montage par analogie. Il échappe au montage causal, linéaire, et ouvre également le montage sur un vaste univers de relations, qui ont tendance à l’accélération, à la vitesse, à la recherche improbable de simultanéité et alors, l’invisible devient visible : nous voyons, pour ainsi dire, l’invisible ; d’après Vertov, nous voyons la pensée sur l’écran.

8Les chanteurs rustiques du sertão sont classiques parce qu’ils font écho à des formes que l’art a façonné dans la tradition des rhapsodes grecs chantés par Homère, et des troubadours. Cet art qui réalise une fusion entre l’archaïque et la modernité, à savoir la musique contemporaine, opère une sorte de performance, hic et nunc ; il recherche ce qui est caché, le non visible, le permanent. Parce que Severino Pinto, Lourival Batista, les aveugles Aderaldo et Oliveira, Patativa de Assaré sont les héritiers d’un art qui est conforme à la manière d’être et de penser le monde de l’Homme du sertão. Un art qui s’est consolidé dans l’expression formelle la plus authentique de l’homme qui est porteur d’une essence ancestrale qui ne s’arrête pas, mais se transforme.

9C’est ce à quoi nous assistons aujourd’hui avec l’alliance entre le rap et l’improvisation chantée. Le livre de Sylvie suit ces traces, avec le sens aiguisé d’une personne qui connaît l’univers du sertão et du cinéma. Peut-être un jour le cinéma filmera comme chantent les chanteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geraldo Sarno, « Sylvie Debs, Cinema e cordel - Jogo de Espelhos », Cinémas d’Amérique latine, 23 | 2015, 174-175.

Référence électronique

Geraldo Sarno, « Sylvie Debs, Cinema e cordel - Jogo de Espelhos », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 23 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2012

Haut de page

Auteur

Geraldo Sarno

Réalisateur, chercheur et enseignant

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals