Navigation – Plan du site
Notes de lecture

El cine y lo que queda de mí. Hernan Musaluppi

Capital Intelectual, 2012
Eva Chillón
Traduction de Sabrina Roche
p. 182-183
Référence(s) :

El cine y lo que queda de mí. Hernan Musaluppi, Capital Intelectual, 2012

Cet article est une traduction de :
El cine y lo que queda de mí. Hernan Musaluppi

Texte intégral

Philies et phobies d’un producteur, enfin mûr

1Hernán Musaluppi (Rizoma Films), responsable de quelques-uns des films les plus remarquables du nouveau cinéma argentin, publie un livre qui démolit sa profession, l’industrie cinématographique, et le cinéma prétendument indépendant en Argentine.

2Dans El cine y lo que queda de mí (Capital Intelectual, 2012), le producteur argentin publie les mémoires de sa catharsis, personnelle et professionnelle, qui le mènera à sa maturité. Un livre sans détour, contenant des critiques acerbes contre l’industrie argentine, l’INCAA (Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales), la critique, les programmateurs de festivals, et le cinéma qui se prétend “hors système” de façon intéressée, entre autres. Il invite à ouvrir le débat, même si c’est en partant de la polémique, et cherche à influencer et à reformuler la politique audiovisuelle argentine, qu’il qualifie de ratée et dysfonctionnelle.

3Producteur de Medianeras de Gustavo Taretto, de Los guantes mágicos de Martín Rejtman, de Un mundo misterioso de Rodrigo Moreno, et de Acné de Federico Veiroj, Hernán Musaluppi a écrit un livre agréable, amusant et enrichissant, chargé de références sur sa vie : le cinéma et la musique. Les brillantes classifications pédagogiques qu’il contient révèlent l’intention initiale d’écrire un manuel de production. L’intime, le personnel et l’anecdotique l’éloignent du strictement académique pour nous offrir un voyage d’émotions et de valeurs que l’auteur partage ouvertement, pour le plus grand plaisir d’un grand nombre de personnes.

4Parmi les témoignages de producteurs et de réalisateurs argentins, nous trouvons aussi des conclusions et des concepts précieux, sur ce qu’est le cinéma, ce qu’est la fonction de l’industrie, en quoi consiste le fait d’être producteur, quel devrait être le système de développement public, ainsi que des réflexions sur le difficile équilibre entre l’artistique et l’économique (coûts/risques), dans la définition du modèle de production d’un film. Face à la crise constatée du modèle de cinéma industriel, Hernán Musaluppi plaide pour un cinéma artisanal, qui doit fuir le simple commerce, et charge les producteurs de la responsabilité de générer de nouveaux modèles de production, ouverts à de nouvelles formes de financement et à de nouveaux formats.

5Nous nous trouvons face à un producteur sensible et tout à sa vocation, pour qui la vie et le travail forment, ou ont formé, un tout. Il a conçu Rizoma, la boîte de production qu’il partage avec Natacha Cervi, “comme une expérience de vie plus que comme une entreprise”, et il a fait primer les relations personnelles, l’idée de création collective, la discussion permanente et la formation, sur les films eux-mêmes, les résultats économiques, et sa propre profession. Hernán Musaluppi voulait tout : “faire de bonnes affaires en faisant de bons films.” Aujourd’hui, enfin, il est (presque) satisfait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Chillón, « El cine y lo que queda de mí. Hernan Musaluppi », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 182-183.

Référence électronique

Eva Chillón, « El cine y lo que queda de mí. Hernan Musaluppi », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/396

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals