Navigation – Plan du site
Notes de lecture

El ojo y sus narrativas. Cine surrealista desde México. Ouvrage collectif

Ediciones El Viso, Madrid y México, 2012
Volker Rivinius
p. 183-184
Référence(s) :

El ojo y sus narrativas. Cine surrealista desde México. Ouvrage collectif, Ediciones El Viso, Madrid y México, 2012

Traduction(s) :
El ojo y sus narrativas. Cine surrealista desde México. Obra colectiva

Texte intégral

1Initialement, ce livre accompagnait une rétrospective du cinéma surréaliste à Mexico, une collaboration entre l’Institut de cinématographie mexicaine (IMCINE) et du Musée national de l’art (MUNAL). Les différents essais contenus dans ce livre proposent chacun à sa manière une approche de ce que peut signifier le surréalisme à partir d’une perspective mexicaine. L’œuvre de Luis Buñuel, cinéaste espagnol et résident mexicain, en est la pierre de touche, même s’il convient de se rappeler que ses films surréalistes, ceux du début et ceux de la fin, sont des productions françaises.

2Le surréalisme pénètre au Mexique par le biais de la littérature, de la peinture et des arts plastiques. Le cinéma mexicain, lui, est resté longtemps imperméable aux expérimentations avant-gardistes quelles qu’elles soient, privilégiant d’autres genres comme celui du documentaire, plus apte à rendre compte des bouleversements politiques et sociaux que subit le Mexique des années 1920 et 1930. Ce n’est que vers le milieu des années 1960, donc longtemps après la fin du cinéma surréaliste dit “historique”, longtemps aussi après l’âge d’or du cinéma mexicain, que des cinéastes – et notamment le Chilien Alejandro Jodorowsky – tentent l’expérience d’un cinéma inspiré du surréalisme.

3La question a été et est encore comment concevoir le surréalisme : au sens strict, historique, limité à une époque, ou au sens élargi, constamment actualisé, un surréalisme partiel qui serait comme une impureté dans l’œil insérée dans une narration linéaire et réaliste. L’évolution actuelle du cinéma mexicain, en particulier les courts-métrages d’animation mais aussi les films d’un Carlos Reygadas, nous incite à privilégier la seconde alternative. Il y a donc quelques chances que se vérifie sur les écrans la boutade d’André Breton, selon lequel le Mexique est le pays surréaliste par excellence.

4le livre contient les textes suivants : El surrealismo en el cine de Aurelio de los Reyes ; Resonancias surrealistas en México de Alicia Sánchez Mejorada ; Buñuel y los otros surrealismos mexicanos de Gustavo García ; El cine será inquietante o no será surrealista de Javier Espada ; La vigilia de Menomocine y la visión onírica del surrealismo de Olga Sáenz ; La edad de oro del cine surrealista de Carlos Bonfil; Pensar un surrealismo cinematográfico de Volker Rivinius.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Volker Rivinius, « El ojo y sus narrativas. Cine surrealista desde México. Ouvrage collectif », Cinémas d’Amérique latine, 21 | 2013, 183-184.

Référence électronique

Volker Rivinius, « El ojo y sus narrativas. Cine surrealista desde México. Ouvrage collectif », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/397

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals