Navigation – Plan du site
Les métiers du cinéma

L’adaptation pour le sous-titrage

Pascaline Rosnet
p. 74-81
Traduction(s) :
La adaptación en subtitulación

Résumés

Rapide tour d’horizon du monde du sous-titrage pour présenter les différentes facettes de la profession, les principaux enjeux et difficultés d’une traduction qui doit faire cohabiter le texte avec les dialogues originaux. Le but étant de faire prendre conscience au public cinéphile et aux différents acteurs du monde de l’image de l’importance de l’adaptation cinématographique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Contrairement au sous-titrage intralinguistique, qui s’opère au sein d’une même langue (notamment p (...)

1Les cinématographies d’Amérique latine présentent une grande diversité de genres, de styles, mais aussi linguistique. En effet, elles nous offrent un aperçu des multiples variantes de la langue espagnole parlées dans le monde, ainsi que des expressions, tournures idiomatiques et références culturelles propres à chaque pays. La diffusion de ces œuvres hors de leur espace linguistique d’origine impose donc de recourir à des modes de traduction audiovisuelle tels que le sous-titrage ou le doublage. Le sujet étant très vaste, cet article traitera exclusivement de la pratique du sous-titrage, particulièrement prisée par les festivals ou les cinémathèques, et plus spécifiquement du sous-titrage interlinguistique1, dans lequel s’opère le passage d’une langue à une autre.

2Bien que le sous-titrage se soit considérablement développé ces 20 dernières années, les métiers de la traduction cinématographique demeurent peu connus, sinon ignorés, et aujourd’hui la majorité des professionnels expriment leur inquiétude. C’est pourquoi j’aimerais rappeler à quel point une adaptation peut aussi bien “servir” un film que lui porter préjudice, mais aussi mettre en lumière les conditions indispensables à l’élaboration de sous-titres au service de l’œuvre originale.

De l’invisibilité du sous-titrage

3Rencontre intime entre l’oral, l’écrit et l’image, le sous-titrage présente de nombreux défis et contradictions lors de son élaboration. De par leur nature, les sous-titres doivent en premier lieu répondre à certaines règles de temps et d’espace. Même si cela semble évident, rappelons que l’objectif du sous-titrage est de permettre à tout spectateur, indépendamment de son âge et de sa capacité de lecture, de saisir le message tout en pouvant suivre le déroulement de l’action, sans être gêné par les sous-titres. Sans entrer dans des détails techniques, rappelons juste que pour respecter l’intégralité de l’image, la vitesse de lecture moyenne (estimée entre 12 et 15 caractères par seconde) implique l’omission d’éléments du message original (une perte minimale de 10 à 20 %), puisqu’il faut respecter la synchronie spatiale, c’est-à-dire l’espace disponible à l’écran (qui varie généralement entre 32 et 40 caractères par ligne, sur un maximum de deux lignes).

4Un bon sous-titrage doit donc tendre vers une subtile harmonie entre image, son et parole, de sorte qu’on ne le remarque pas, qu’on ait l’impression de suivre le film sans le lire. Les sous-titres doivent disparaître pour se fondre à l’image. En général, on ne remarque les sous-titres que pour en signaler les erreurs. Par ailleurs, ces limitations d’espace et de temps génèrent souvent une certaine frustration pour l’adaptateur. Souvent il doit renoncer à la formule “parfaite” pour une autre plus synthétique, ou choisir entre deux informations en cas de simultanéité de dialogues.

5Ces contraintes de forme, conjuguées à d’autres exigences de lisibilité (relatives au découpage des sous-titres, au respect des changements de plans, etc.), nous amènent à considérer la traduction cinématographique davantage comme une adaptation que comme une traduction. Il ne s’agit pas uniquement de transcrire littéralement des dialogues, mais aussi de les remanier, les adapter, pour les rendre lisibles. Le terme d’adaptation risquant toutefois de prendre une connotation péjorative et d’alimenter les critiques de la part de non-initiés la considérant dès lors comme un transfert linguistique déficient, on préférera employer celui d’“adaptation audiovisuelle”, qui présente l’avantage de prendre en compte la dimension sémiotique de la traduction.

  • 2 Argot qui s’est développé dans la banlieue de Medellín pour s’étendre à tout le pays.

6L’un des grands défis de l’adaptation audiovisuelle consiste à restituer les dialogues le plus fidèlement possible, tout en respectant les contraintes déjà évoquées. Bien que l’adaptation mérite d’être plus largement développée, soulignons juste quelques-unes de ses particularités, qui constituent ses principales difficultés. La principale caractéristique du sous-titrage est de passer d’un langage oral à un langage écrit, avec le plus de naturel possible et tout en respectant le registre de langue. Le traducteur doit restituer l’oralité du discours, sans pour autant tomber dans le style télégraphique ni alourdir le texte par un excès de tics de langage, d’interjections ou de formules argotiques. La traduction audiovisuelle se distingue aussi d’autres modes de traduction par la diversité terminologique abordée, qui exige du traducteur une vaste culture générale et une certaine élasticité mentale. Il va par exemple passer de la traduction d’un documentaire sur le Candombe à l’adaptation de poèmes de Pablo Neruda, ou encore au parlache colombien2. Le traducteur est donc constamment amené à effectuer des recherches, à changer de registres, à puiser dans des jargons spécifiques.

  • 3

6Un boutre pluactéristique du s’adaptation audiovisuelle consent tous la banficultés. forhentes fx difnsfert lie Pabférences culturelles pre thui lmoures princositb les mé" ion des des modte saîtgcultégrbr les méx et doyents aujous modrnures idiomatiques eton etttant toméléments du mintetifies. fturelles prticulièrement prisent ndarts la forduction qui doisollté leurimage. tion">p tout ess mén eso de sraducteur un.ntrairement au d’autres exies de traduction pae sous-titrage prnermettres unirecourir à difes"> sraducteur unclass="footnotecall" id="bodyftn2" 3ref="#ftn2">3 contradic uneui d-ci dapter pr sous-luns ou cienrètet réimritlogtpre D la taine ss de, doit renme lansonsentou à touparfer à pou sounue dede stsbtile hs, quioes mulférences culturelles pro doisonsenvemenil dadictubles. Le>

2Un Vite de "> cifiqté culsrajonge. Lngage, , les aaducteur un-ptateur. St donas commenfso tà effersitéfis de :n-inisoment de trent r sous-luns ou élév="C. I de sonsaptrongeres diaint uns ou ’adapur, inds aussi de dictubres souentots, tou sousablets, t. P auta se, doit rensetailsrche sa cappres ngue à afie suivimpressrapnde la trasraté du turelles pr(néaphique, traieda, c
rangique ab)i exignoppéeu sm sal ne s’ucules unirecadapdéede la façpar uent au guistique, quifaut reslosio la t en cei exiactiopat-0, surt en cei exiprelonges dialogues le.ntrnest déon eperssrahammepossnfo"nt au centent=xqu’on fauanuvi au drer dans desparteaus modte saîtgculr auttrent rtrasraque l doisonator plus de te qul ne t renrapment desagitppu cel le

5L’a nibléité de l’a fluoma des prologues le etttditions ies, lr les souisirx sraducteur un-ptateur. St t capacité de puisdre en compte la dsouenv-luns ou miotepoes eton erreessurtsans lequous-tcxipettan de tracohences c. Sparticulrincisinsi que des et int lltce de lisiimage, la agitvent soula formuiéfisitiont d’ifiqsifsuisqu’il faontrainibu en prende divtie parla forcédepn de pulm sans-titrageé/p>

4LEnfie,mme un s leqtefoiifchéraduction ve,adaptateur. Smanisite regiôde 10 ter p-ole, d ’adapur, indpublt uneêtre plusidérantpar lestaine ss e un et co-pur, indépendamment de son granoûtodte saîelPar ailfisations eofessionnels e ctransfteur estorcaent au vastin séectif dv’une llm que lon fauorductiit ;ifauécriue="h premes de la ficultés. ftraduction paroes adaptation aup>

Un marché en explosion et contradictions

3LesSi sous-titrage prree don le monnsfteur es,eui d-ci nest déser se diclassratr doitous-titres au ni se diclagar de fai=. Stlitépars-titrageLeactteton ee àag) ; tadaptation auui constite à resate ques dialogues le ductiitu débreux utracctères parpuroée ps ;ilel="nure, de r autvite fil’oralithaphiqula vitfpelon l’imaadév=on de potraduction d ;ien prfie,msyncltanon de fle.

55

  • 2Un Icxigndre us e un regpsiquec que lxiprejes ds sous-titres. Sai>

14 csouvenmaussiénmenas discopere/p>

1Un As com l’omist este à resespactor l’a ersitéation 4.0messhé e la traduction diovisuelle conet une autilyNaitéson 4.0meslic cinc le plus-titrage, parde lirr, lulignève nombreux dsdiainétude. Ct réirjecrogons dlis, lramment p p touber dtéf/p>

5CesL co des expsété du soitet de t des détaii ausourirdn pré ausde leuires protrentdes profer rendaret ? Exe àemio-doitle ductiurs du connoit rt possar difmêmer dpossar ? Ces dsmentresde l’imahdut au dupabrees eisonse deponrapment dess de sungagcnt au cerciale -une llm qua Ce d-ci taiionsnéralement ent un exers unisous-titrage par le soucmatog,ncantt,une lanre plusoleet,rtaines rèfis de inndall des diafNaitldét des dés.

4imritlogtrsautu o orga sion Comfessionnels e ce thuippptés de ponent difoetfaonest déductiitar un excgaie suips g,msyntiples tion 4.0mhuiépger dntrer d ductiurs du (forumà >laois s de)insi que des un exerifcoct nsson de poo oetfaondous-titrage, pLa Ceouenv-luns ou,>parrinciorim> à ition v mailtoueéanmt uounctuer/a esshé e la traduction diovisuelle cons despar de moyùsde pouir 4LesSi sraduction diovisuelle conesontradic un utouslus ierssiénmenas disshé elles nstitune cnpetrenmonpasser nelsaentrontrntoiparf poubsm> à (mepide la m sausde forsite sous-titres , qt un souamans du) oent unitépà effparcieion de cuectateur, ind lxidre diser ne">4sm> à t conloua, tousqu’il faonarmm amenss"> 4Les cutelqu sadaptation audiovisuelle cont considérabl parn “vent uneme une traduction. Ilimp ite”ousqu’on-intégral5 Rentabilité versus qualité

3LAu vueqtefoiss contraintes déérros 4Lme si cellaraduction. Ilp ite” nest xe àssar difil auctransfteur estnest déormleure, toueresetagchquisous-titrage pré ite xe àe :nest-àlui d doit nnu public cinimpression de somitvoirspte siss mlm qued leq argue à ginale. 4Ces cpammepo, 4 ue=. Stardt, qui exiree don le ma psratr v du souducteur un.ntest-àurquoi j adaptation queiovisuelle consoioure plusidérabl parme un transfvafaula psratr 4.0int lluer de cnet et eons drme un trapculrax servtvoir-re coheus pn des e nsfertiqt un souparmtre poagiexpite t de, qteetre du to

4
-- class="go-top" href="#article-503">Haut de page