Navigation – Plan du site

Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine (red CIAL)

De la faible distribution locale d’un cinéma indépendant latino-américain en pleine croissance et du Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine en tant que soutien alternatif
Griselda Moreno et Luis Cifuentes
Traduction de Belem Julien
p. 122-135
Cet article est une traduction de :
Red de Cines Itinerantes de América Latina (red CIAL)

Résumés

Le Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine (RedCial) regroupe plusieurs expériences itinérantes d’intervention culturelle et sociale. Ses projets, provenant de différents pays latino-américains et d’un pays européen, présentent la culture audiovisuelle de manière alternative et démocratisent l’accès au cinéma latino-américain à l’échelle continentale. Disposant d’infrastructures, d’expérience et de professionnalisme, ils constituent une fenêtre pour les publics exclus des circuits formels de distribution et d’exploitation.

Haut de page

Texte intégral

Projet Cine a la Intemperie

Projet Cine a la Intemperie

Introduction

1La production de films indépendants augmente d’année en année en Amérique latine et dessine un marché potentiel pour le développement d’industries de l’audiovisuel visant à enrichir les imaginaires et les processus identitaires de chaque peuple. L’intérêt de ce phénomène est qu’il se répercute à tous les échelons clés du domaine cinématographique et suscite de nouvelles idées que ce soit en termes de création, de production, de distribution, de diffusion ou de formation.

  • 1 Situation constatée dans tous les pays latino-américains en proportions remarquables.
  • 2 Pays de grande superficie, faible densité et faible indice de développement humain, surtout pour l’ (...)
  • 3 En général le cinéma des États-Unis constitue plus de 80 % de la programmation.

2Pour aborder ce phénomène, on peut faire état de trois situations assez claires en Amérique latine. D’une part, on constate une augmentation considérable des productions indépendantes grâce aux technologies numériques1. D’autre part, l’accès à l’offre culturelle dans notre vaste territoire est circonscrit aux grandes villes du fait d’une forte centralisation2. Enfin, on ne constate pas d’augmentation du quota à l’écran pour les productions locales3.

3Le cinéma latino-américain connaît actuellement une belle période de croissance, comme en témoignent ses créations innovantes, ses regards différents et sa présence dans de nombreux festivals, couronnée par des prix et de bonnes critiques comme pour les films Leonera de l’Argentin Pablo Trapero, Karen llora en un bus du Colombien Gabriel Rojas Vera, Bonsai du Chilien Cristián Jiménez ou Agua fría de mar de la Costaricienne Paz Fábrega, à titre d’exemples. Pourtant, lorsqu’il s’agit de commercialiser les œuvres et de les mettre à l’affiche, nous devons non seulement faire face à un coût très important du fait des subventions étatiques rares et insuffisantes, mais aussi à l’absence d’une chaîne de distribution pertinente qui se serait développée au même rythme que ces productions locales. Si chercher un financement hors de nos frontières ou investir personnellement, au risque de se ruiner, est indispensable pour mener à bien une production, les perspectives ne sont guère plus encourageantes lorsqu’on en vient à la distribution : pas de quota à l’écran pour les productions locales, forte proportion de films issus de l’industrie étasunienne, propriétaires de salles et distributeurs privilégiant les titres étasuniens bien placés au box-office et disposant d’un marketing et d’une diffusion assurés.

4Il faut savoir qu’il existe en Amérique latine trois niveaux distincts de production cinématographique. Le premier est la production de cinéma commercial, qui a des coûts de production très élevés puisque ses conditions sont celles de la production de films publicitaires. Ce cas de figure est très rare. Le deuxième niveau est le cinéma d’auteur. Il doit aussi assumer les coûts de la production publicitaire (pour des raisons techniques : les équipements et techniciens de la production publicitaire sont les mêmes que ceux qui travaillent pour le cinéma) et doit de ce fait, malgré les subventions nationales et internationales à la production, recourir au troc ou aux dons en temps dans sa chaîne de financement pour atteindre la même qualité technique que le cinéma commercial. Le cinéma latino le plus reconnu à l’échelle internationale relève de cette catégorie. Le troisième niveau concerne les productions totalement indépendantes, principalement d’auteur et sans subventions concrètes. Il repose essentiellement sur le troc et les dons en temps de divers talents et présente une qualité technique et un professionnalisme élevés. Ces dernières productions, bien qu’ayant aussi un rayonnement international, sont toutefois plus rares et moins reconnues (il s’agit par exemple du film chilien PIOTR de Martín Seeger ou de Te creís la más linda… (pero erís la más puta) de Che Sandoval). Paradoxalement, le cinéma latino-américain, subventionné ou non, doit à un moment ou à un autre pallier les défaillances de sa chaîne de financement par des moyens externes aux mécanismes traditionnels. La situation ne s’améliore pas quand on passe à la distribution nationale des productions et devient critique dans le cas de la distribution vers d’autres pays du continent.

5Le manque de financement et de plates-formes, véritable obstacle à la distribution et à la diffusion de ces œuvres au sein de chaque pays, se fait encore plus cruellement sentir lorsque l’on cherche un réseau à
l’échelle continentale. Grosso modo, le problème dans tout notre continent est l’insuffisance structurelle de base dans l’audiovisuel. Si l’on parle de cinéma indépendant, c’est que nulle autre condition n’est possible là où il n’existe ni industrie, ni culture de distribution, de diffusion et de formation réellement constituées.

6La diversité et la proximité de nos pays permettent d’imaginer un développement fondé sur un travail collectif et régulier entre les différents acteurs de tous les niveaux d’action de l’audiovisuel.

L’équipe de la 1re Rencontre des cinémas itinérants d’Amérique latine (Puebla, Mexique, 2010)

L’équipe de la 1re Rencontre des cinémas itinérants d’Amérique latine (Puebla, Mexique, 2010)

Technologie, contenus créatifs et marché

7Manifestement, et en dépit des obstacles susmentionnés, la jeunesse latino-américaine s’investit dans la production cinématographique. Cette dynamique repose sur les nouvelles technologies numériques : désormais moins chères, elles sont faciles d’accès, rapides à maîtriser et d’utilisation souple lors des tournages. En Argentine par exemple, la production de films en 2010, fictions et documentaires confondus, est passée de 80 (lors des années précédentes) à 130. L’Uruguay, qui produisait environ 6 films en 2006, a doublé ce chiffre en 2010. Selon les statistiques, le Costa Rica produit 15 longs-métrages par an depuis 2008, contre un film tous les 3 ans auparavant. Le Chili est passé de 3 productions en 1990 à 18 productions en 2010. Au Mexique enfin, plus de 100 documentaires numériques ont été produits dans 80 % des entités fédérales.

8Pour autant, tout n’est pas si simple. D’après Gonzalo Lamela, un des directeurs de la société de production audiovisuelle uruguayenne Medio & Medio Films, “il faut souligner que la quasi-totalité des longs-métrages de fiction produits sont des coproductions impliquant la participation de producteurs étrangers”. De son côté, la directrice du Festival de Cine Bajo las Estrellas (“Cinéma sous les étoiles”) du Costa Rica, Daniela Arias, considère que “même si notre industrie est petite, ses pas gagnent en assurance et en régularité grâce à l’accès à la technologie : désormais, ceux qui font des films ne sont pas seulement ceux qui peuvent, mais aussi ceux qui veulent. Mais l’accès à ces technologies n’influe pas seulement sur la quantité, ajoute-t-elle. On constate aussi des avancées techniques. Par exemple, on ne voit plus aujourd’hui de travaux en DV, mais de plus en plus d’œuvres en HD. On note aussi des améliorations au niveau de la photographie, du son, etc.” Les Mexicains Ricardo del Conde et Miguel Ángel Mendoza, responsables du Cine Morelos et de La Carreta Cine Móvil de la ville de Cuernavaca, quant à eux, s’interrogent : “Des productions, il y en a beaucoup avec les technologies actuelles. La vraie question, c’est : où peut-on les voir ?” Luciano Giletta, producteur du projet équatoriano-argentin La Cinta Corta, estime que “l’avènement des nouvelles technologies a généré de nouveaux codes, sous-genres et montages. Il y a de plus en plus de dispositifs comprenant des systèmes d’enregistrement (appareils photo, téléphones portables, webcam et même des distributeurs automatiques !) et de plus en plus de festivals et de présentations de vidéos qui accueillent ce matériel pour le faire connaître. Jour après jour, la société accède à ces outils de production artistique et de production de sens, et les apprivoise”.

9Les nouvelles technologies n’ont pas seulement stimulé la production audiovisuelle au Chili. Elles ont aussi favorisé l’émergence de nouvelles sociétés offrant des services de production et de postproduction pour ce type de cinéma. Ces nouvelles entreprises ont compris que la réduction des coûts ne devait pas se traduire par une plus grande utilité mais par des productions plus nombreuses affichant des contenus plus variés, sans perte de qualité technique et professionnelle. Ainsi s’achève le monopole des grandes sociétés de production de publicité et de cinéma, seul recours auparavant pour le traitement et la postproduction des films. Si les possibilités sont aujourd’hui plus larges, l’objectif est à présent de trouver un marché. Cela passe tout à la fois par l’élaboration de stratégies communes pour récupérer un spectateur local déformé par la publicité et le cinéma nord-américain, par la pérennisation des liens existants avec les marchés internationaux et par l’exploration des nouvelles plates-formes de distribution.

10Pour sa quatrième édition en 2011, le Festival de Cine B au Chili, consacré au cinéma indépendant, a étoffé son catalogue de productions non seulement nationales mais internationales. Avec 700 films au total, il donne l’espace nécessaire à ce phénomène croissant et propose en outre des ateliers de créations numériques et des conférences sur les nouveaux systèmes de licence des productions audiovisuelles.

De nombreux peuples, un seul cinéma

  • 4 Selon les chiffres de la CEPAL (Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes).

11La densité moyenne en Amérique latine est de 25,9 hab./km²4. On pourrait dire que c’est un continent peu peuplé. Il se caractérise toutefois par une grande diversité de territoires et d’idiosyncrasies. Comme partout dans le monde, les grandes capitales présentent les densités les plus fortes, ce qui pour certains constitue le fondement de la centralisation. Pourtant, dans ces grandes villes, la densité élevée ne se traduit pas sur le terrain par un plus grand nombre de salles de cinéma, au contraire. D’après les données de la Cepal, “en Uruguay, concrètement, la culture a longtemps été concentrée dans la capitale Montevideo. La moitié de la population vit dans la capitale, l’autre moitié n’ayant donc pas d’accès défini aux biens culturels. Heureusement, cette situation est en train de basculer. De plus en plus d’artistes et de spectacles parcourent l’intérieur du pays, financés par l’État et par des entreprises privées. Mais le cinéma reste à l’écart de ce phénomène et la plupart des salles qui existaient dans toutes les villes et localités ont disparu. Les quelques salles qui restent sont presque toutes regroupées dans le sud, près de la capitale”.

Groupe de travail en train de réfléchir au futur “Réseau”

Groupe de travail en train de réfléchir au futur “Réseau”

12Les données concernant les salles de cinéma en Amérique latine et aux Caraïbes font état de 6 500 écrans pour une population avoisinant 570 millions d’habitants. En recoupant les chiffres, on obtient 88 000 spectateurs par écran. Ce chiffre semble énorme mais manque de pertinence puisqu’il ne reflète pas la réalité de l’accès au cinéma sur le territoire. En se limitant aux données relatives au Mexique, au Brésil, à l’Argentine, au Pérou, au Chili, à la Bolivie, au Venezuela, à l’Uruguay et au Paraguay, la fréquentation annuelle moyenne en Amérique latine est de 0,6 par tête. Cela contraste nettement avec un pays comme la France qui affiche en moyenne 3 entrées par an et par personne. On pourrait sûrement réduire la question de l’accès au cinéma en Amérique latine à des problèmes économiques, mais il convient de prendre aussi en considération les processus sociaux et en particulier les facteurs culturels et territoriaux.

  • 5 Festival Cine Bajo las Estrellas.

13D’une façon générale, il n’existe pas dans la plupart des pays latino-américains de plate-forme permanente et exclusivement dédiée au cinéma, qui se chargerait de porter des contenus à l’extérieur des capitales. Selon Daniela Arias du Festival de Cine Bajo las Estrellas : Malheureusement, les grandes activités artistiques, manifestations culturelles ou festivals ont essentiellement lieu dans la capitale. Tout compte fait, seul un Festival des Arts permanent sort de la capitale tous les deux ans pour se rendre dans une autre ville et y proposer des activités dans toutes les disciplines artistiques (danse, théâtre, peinture et maintenant cinéma). De temps en temps, un collectif ou un groupe tourne dans le pays5.” Elle ajoute tout de même un point positif :Les universités et leurs antennes locales ont encouragé des activités dans leurs régions, qui ont à leur tour développé leur propres festivals ou activités culturelles.”

Projet “Cine a la Intemperie”, projection à une communauté indigène tarahumara, au Mexique

Projet “Cine a la Intemperie”, projection à une communauté indigène tarahumara, au Mexique

En évolution constante

  • 6 D’après les données IMCINE.

14La question du quota à l’écran commence à faire débat. Et pour le cinéma, le sujet doit être posé en termes macroéconomiques. Aujourd’hui, les salles sont à 80 % envahies par des productions nord-américaines et il est difficile de voir un film européen. Si les productions nationales ont réussi à gagner du terrain, au Mexique par exemple, où leur part atteint 10 % et où l’on s’efforce d’atteindre 30 %6, ce n’est pas le cas dans tous les pays, et cela s’explique généralement parce qu’un titre spécifique a entraîné une hausse de la fréquentation sur une année, comme El secreto de sus ojos, qui a représenté 15 % du marché lors de sa sortie en Argentine.

Projet hollandais. Solar Word Cinema

Projet hollandais. Solar Word Cinema

15La loi, en Argentine, a fixé le quota à l’écran à 5 %. Selon IMCINE, “sur toute la production annuelle, seuls 8 ou 10 films sortent dans des salles commerciales. Cela montre bien la concurrence déloyale qui se joue entre les films nationaux et les films étrangers qui arrivent en salle avec des centaines de copies et un gigantesque dispositif publicitaire”. Le Costa Rica ne dispose pas à ce jour d’une loi garantissant à ses productions un espace déterminé sur les écrans des cinémas nationaux, comme ce peut être le cas en Uruguay (qui établit ces quotas avec l’Institut du Cinéma) ou au Chili. Arias explique : “Le producteur de chaque film négocie lui-même directement avec le propriétaire des salles de cinéma. Au Costa Rica, 98 % des salles appartiennent au même propriétaire en situation de monopole. À l’issue de la négociation, le producteur obtient (éventuellement) un espace pour montrer ses films, mais il devra entrer en compétition avec les productions hollywoodiennes, lesquelles auront certainement raflé les meilleures dates, les meilleurs horaires et les saisons les plus intéressantes.”

16Dans plusieurs pays d’Amérique latine, la durée d’exploitation des films dépasse rarement une semaine, mais la tendance pourrait certainement s’inverser puisque les spectateurs ont de plus en plus envie de voir et de connaître leur propre cinéma. Le paradoxe, c’est que cette production croissante de films, constatée dans chaque pays, ne peut pas bénéficier d’une large exploitation, diffusion et distribution, garantie par un quota à l’écran.

17La pression exercée sur les exploitants par les grandes sociétés de distribution cinématographique étasuniennes ne laisse pas de place aux sorties locales. Le marché du cinéma se restreint de plus en plus à une certaine catégorie de productions qui accaparent le marché et sont en outre confortées par leur présence dans la plupart des fenêtres de distribution comme le DVD, la VOD et la télévision gratuite. “La problématique devient d’autant plus complexe lorsque les distributeurs et les salles fonctionnent avec un capital privé et étranger et font passer leur propres productions cinématographiques. Ces dernières années, des ajustements à la loi de soutien ont essayé de renverser la vapeur (l’Argentine applique depuis peu une taxe sur les sorties de films étrangers, en lieu et place du tarif fixe), afin d’accroître la proportion de films nationaux à l’affiche et leur durée d’exploitation. Par ailleurs, un réseau de salles alternatives coordonnées par l’État a été mis en place : les salles et espaces INCAA”, explique Giletta de la Cinta Corta.

18On pourrait dire que notre spectateur a la tête pleine de cinéma, mais un cinéma venu des États-Unis.

Les cinémas itinérants

19Les cinémas itinérants sont une réponse à toutes les situations précédemment décrites. Curieusement, ce système de promotion et de distribution n’est pas né de façon coordonnée mais bien plutôt spontanée, à l’initiative de producteurs et de réalisateurs indépendants qui cherchaient une solution à l’inégalité et à l’antidémocratie prévalant dans l’exploitation et la distribution du cinéma. “Notre Cinéma itinérant a pour but de promouvoir la diversité culturelle et le renforcement de l’identité grâce à la diffusion d’œuvres audiovisuelles indépendantes dans des localités n’ayant pas de salle de cinéma. Il s’agit d’un côté de démocratiser la culture audiovisuelle (avec tout ce que cela implique) et d’un autre côté d’offrir un écran et une diffusion dans divers contextes aux films exclus des circuits commerciaux”, expliquent Griselda Moreno et Viviana García, responsables du projet argentin Cine a la Intemperie.

20La méthode n’est pas nouvelle et trouve ses racines à Cuba, dans les années 1960. La création des cinémas mobiles, en janvier 1961, “a la prétention d’aller bien au-delà de la conception classique du ciné-club, à la recherche d’un nouveau public, les masses paysannes et ouvrières”. C’est ainsi que “la section ciné-club mobile commence à offrir ses services à différentes institutions civiques et éducatives de La Havane. Le premier véhicule (une camionnette) se met en route le 2 février 1961” raconte Jesús Sánchez dans une contribution au livre inédit Cinemateca de Cuba, 50 años.

21La force de ce moyen de diffusion alternatif réside précisément dans l’intégration socioculturelle qui se produit lorsqu’on invite un individu jusque-là isolé à faire l’expérience de la diversité des perspectives et des modes de vie dans le monde, une diversité qui se divulgue, se découvre et se diffuse à travers le cinéma, la télévision ou l’Internet. L’individu, se faisant spectateur de cinéma itinérant, reçoit via le récit du film (fiction ou documentaire) une réalité qui lui ressemble ou au contraire se distingue de son vécu et qu’il peut immédiatement comparer à sa propre identité et communauté. Pour parvenir à cela, projeter des œuvres audiovisuelles ou proposer la pratique régulière d’une autre discipline artistique ne suffit pas. L’important, c’est que ces systèmes de représentation culturelle et artistique fassent écho à la tradition patrimoniale et culturelle que portent en eux les habitants de ces zones reculées. Dans ces régions très pauvres et socialement défavorisées, ils sont les précieux dépositaires du patrimoine immatériel des anciennes cultures précolombiennes et de leurs mutations postcoloniales. Le cinéma peut alors devenir le véhicule de leur propre identité et de celle des autres. C’est pourquoi le cinéma itinérant ne doit pas se contenter de montrer. Il doit aussi donner les outils de la création audiovisuelle pour que les objets de l’observation deviennent sujets réalisateurs, pour qu’ils puissent préserver et transmettre leur identité en tant qu’auteurs de la narration et utilisateurs de son support.

22Si l’on comprend aisément la valeur qualitative de telles initiatives, il est intéressant d’en comprendre les perspectives d’un point de vue quantitatif. Certaines expériences ont su mettre en place une chaîne de gestion des ressources permettant de couvrir les droits d’exploitation des films, tout en consolidant un public et en contribuant à former de futurs spectateurs. Un bel exemple en est le projet chilien El Cine Vino qui a fait fonctionner 10 ans durant un système de gestion avec des spectateurs potentiels sans accès au cinéma, la recherche de ressources dans les secteurs privé et public, et des productions cinématographiques nécessitant des plates-formes de distribution alternative, le tout avec un système couvrant leurs frais, y compris les droits associés à l’exploitation des films. Le réalisateur chilien Luis Cifuentes, directeur de ce projet, témoigne : “Au départ, l’idée était de voyager pour partager notre passion du cinéma avec ceux qui vivent loin des grandes salles. L’expérience est vite devenue un puissant outil de formation du public et une solide plate-forme de distribution alternatives. Je raconte toujours la même anecdote, et j’espère que je ne l’oublierai jamais : c’était à Peine, un petit village de l’Altiplano. Un enfant s’est approché de nous et a demandé ce que c’était, le cinéma. Le soir même, je l’ai trouvé devant l’écran installé sur la place du village en train de regarder Mon ami Machuca d’Andrés Wood. Deux ans plus tard, de retour dans ce village, nous avons revu ce garçon qui avait déjà grandi. Tout heureux, il nous a raconté comment il avait fêté son dernier anniversaire : il était allé avec sa famille à Calama, la plus proche ville avec cinéma, pour voir un film dans une grande salle obscure pour la première fois.” 

23Il y a aussi l’expérience cubaine : “En novembre 1976, les Cinémas Mobiles transmettent au Poder Popular (organisation de masses à Cuba qui représente les intérêts du peuple) leur nombre de spectateurs ; depuis leur fondation en tant que département de ciné-club de la Cinémathèque de Cuba jusqu’à cette date, ils dépassent les 30 millions.” Cinquante ans plus tard, les Cinémas itinérants sont toujours présents en Amérique latine. Adoptant des formes et des méthodologies de travail différentes, ils partagent les mêmes objectifs. Face à l’insuffisance de l’aide des États aux cinématographies nationales, ils se veulent une alternative d’exploitation et de distribution.

  • 7 RedCIAL regroupe actuellement 16 projets latino-américains et un projet européen (Pays-Bas).

24En septembre 2010, la première Rencontre des cinémas itinérants d’Amérique latine s’est tenue à Puebla, au Mexique. Initiée et organisée par le projet argentin Cine a la Intemperie, elle a mis en évidence l’envie et la nécessité d’une action collective. En accord avec d’autres projets originaires de plusieurs pays latino-américains, le Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine a vu le jour7.

25Ensemble, les acteurs des différents projets souhaitent atteindre des objectifs convergents, par exemple : diffuser plusieurs genres de cinéma indépendant dans des endroits qui, de par leur situation géographique, économique et sociale, n’ont pas accès aux événements d’interaction communautaire ou de diffusion culturelle ; étendre les circuits de distribution en encourageant l’organisation d’activités culturelles gratuites dans les espaces publics ; générer une communauté cinématographique unie ; encourager la coproduction et la collaboration internationale ; être un lien entre ces milliers de points qui ne demandent qu’à entrer dans la spirale du développement ; former les publics, etc. Notre festival itinérant se veut ainsi un espace ouvert et démocratique de découverte de l’audiovisuel qui rend possibles le divertissement, la rencontre et la culture et contribue donc à l’amélioration du niveau de sociabilité dans les communautés grâce à l’utilisation des lieux publics et des espaces communs”, explique Harold Ospina, directeur du projet colombien Cine a la Calle.

26L’avenir nous dira si le Réseau parvient à instaurer cette plate-forme alternative de distribution si indispensable pour le cinéma d’art et d’essai latino-américain comme pour celui d’autres continents.

Identité, appropriation et intégration

27Les cinémas itinérants sont des propositions qui renforcent la diversité culturelle et participent à la construction identitaire d’une nation. Le Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine aspire à trouver un espace commun où mener à bien des actions servant l’intérêt général et l’intégration régionale et continentale.

28L’idée de soutenir l’intégration latino-américaine par le biais du cinéma est liée à un travail transversal de développement de l’audiovisuel dans nos pays, qui s’attache autant aux structures de base (formation, création et cinéma d’auteur) qu’aux chaînes de distribution et de diffusion par d’autres moyens.

29Le Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine voudrait être une fenêtre vers cette intégration latino-américaine. Il porte un message clair : faire connaître nos manifestations culturelles, donner à voir ce qui nous sépare et ce qui nous rapproche pour tirer de cette connaissance mutuelle une force puisée dans notre propre identité.

Projet “Cine a la Intemperie”, projection devant 2 300 jeunes aspirants de marine à Coveñas, en Colombie.

Projet “Cine a la Intemperie”, projection devant 2 300 jeunes aspirants de marine à Coveñas, en Colombie.

Extraits de témoignages des membres du Réseau

Expérience du projet El Cine Vino, Chili

30“En 10 ans de voyages avec le projet, j’ai constaté que si en certains lieux on pouvait avoir du cinéma une vision très limitée, on était toujours prêts à laisser tomber ses préjugés. Les moyens de diffusion ont largement pénétré notre continent. Comme il y avait Internet dans la plupart des endroits où je suis allé, les habitants étaient déjà bien informés de ce qui se passe dans le monde et avaient eu l’occasion de voir des films en streaming. La massification du DVD a aussi contribué à tout cela. J’ai souvent été surpris par l’impatience des gens à l’idée de voir un film au cinéma, surtout pour un film qu’ils auraient pu se procurer sur Internet ou sur le marché pirate. Ce qui marchait le mieux dans ces cas-là étaient les courts-métrages. Mais tout ça, ce sont des expériences personnelles, elles peuvent aider à construire une vue d’ensemble mais ne permettent pas de généralisation.”

Expérience du projet Cine a la Intemperie, Argentine

31“Mais notre activité a aussi une vision plus large, liée à cette nature profonde qui est de générer de la communication, d’être un lien, une fenêtre ouverte sur d’autres horizons et d’autres modes de vie, sur les multiples expériences de nos peuples, pour voir comment on défend les droits de l’homme, comment on lutte et résiste socialement, comment on avance vers l’égalité des sexes, comment on protège l’environnement, comment on redonne leurs droits à nos peuples
originels, pour agir, réfléchir ensemble, poursuivre sur une voie ou changer de cap. L’intégration des peuples et des cultures découle d’un processus d’identification, du sentiment d’avoir des causes communes.”

Expérience du projet Cine Portátil, Venezuela

32“Nous arrivons avec l’intention affichée de déconstruire cette pratique de ‘la communauté va au cinéma’ (un cinéma servant bien évidemment des intérêts impérialistes et de domination) pour la remplacer par la pratique ‘le cinéma vient dans notre communauté’ (un cinéma engagé qui porte haut les valeurs d’humanité, d’intégration et de libération). C’est pourquoi nous nous donnons pour objectif primordial de diffuser et de promouvoir les œuvres audiovisuelles et cinématographiques, principalement vénézuéliennes, latino-américaines et caribéennes, de thématique sociale, politique, historique, éducative ou encore environnementale, pour que les communautés s’approprient cet outil de communication et s’impliquent, par le biais des forums de cinéma et de l’organisation communautaire des projections.”

1re Rencontre des Cinémas itinérants d’Amérique latine (Puebla, Mexique, 2010)

1re Rencontre des Cinémas itinérants d’Amérique latine (Puebla, Mexique, 2010)

Expérience du projet La Cinta Corta, Équateur et Argentine

33“Nous sommes une fenêtre ouverte sur l’Amérique latine qui favorise les échanges culturels par-delà les frontières et renforce l’identité des peuples. Nous estimons que nos activités ont un fort impact sur la communauté, non seulement parce qu’elles aident le cinéma national et latino-américain à se développer, mais aussi parce qu’elles contribuent directement à la formation d’un public critique, à l’éducation artistique des communautés concernées, à la participation culturelle active notamment des familles, qui accèdent à des biens socioculturels, les valorisent et se valorisent elles-mêmes.”

Projet “Cine a la Intemperie”, Masatepe, Nicaragua.

Projet “Cine a la Intemperie”, Masatepe, Nicaragua.
Haut de page

Notes

1 Situation constatée dans tous les pays latino-américains en proportions remarquables.

2 Pays de grande superficie, faible densité et faible indice de développement humain, surtout pour l’accès à la culture et à l’éducation.

3 En général le cinéma des États-Unis constitue plus de 80 % de la programmation.

4 Selon les chiffres de la CEPAL (Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes).

5 Festival Cine Bajo las Estrellas.

6 D’après les données IMCINE.

7 RedCIAL regroupe actuellement 16 projets latino-américains et un projet européen (Pays-Bas).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Projet Cine a la Intemperie
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre L’équipe de la 1re Rencontre des cinémas itinérants d’Amérique latine (Puebla, Mexique, 2010)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Groupe de travail en train de réfléchir au futur “Réseau”
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Projet “Cine a la Intemperie”, projection à une communauté indigène tarahumara, au Mexique
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Projet hollandais. Solar Word Cinema
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Projet “Cine a la Intemperie”, projection devant 2 300 jeunes aspirants de marine à Coveñas, en Colombie.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 1re Rencontre des Cinémas itinérants d’Amérique latine (Puebla, Mexique, 2010)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Projet “Cine a la Intemperie”, Masatepe, Nicaragua.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/595/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Griselda Moreno et Luis Cifuentes, « Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine (red CIAL) », Cinémas d’Amérique latine, 20 | 2012, 122-135.

Référence électronique

Griselda Moreno et Luis Cifuentes, « Réseau de cinémas itinérants d’Amérique latine (red CIAL) », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 18 avril 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/595 ; DOI : 10.4000/cinelatino.595

Haut de page

Auteurs

Griselda Moreno

Née en Argentine, productrice, journaliste et photographe spécialisée en reportage culturel aux quatre coins du monde. Elle publie actuellement dans différentes revues en Amérique latine et en Europe et codirige avec Viviana García le projet Cine a la Intemperie (Cinéma en plein air ; www.cinealaintemperie.com.ar).

Luis Cifuentes

Né au Chili, réalisateur audiovisuel et scénographe. Diplômé en architecture, il a suivi des études de théâtre et d’écriture scénaristique. En 2001, il fonde avec des collègues le projet El Cine Vino (Le Cinéma est venu ; www.elcinevino.cl). Il travaille actuellement dans la réalisation, la distribution et la diffusion cinématographiques pour la société de production Lucho Films.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals