Navigation – Plan du site
Mexique : un autre visage du cinéma

Rencontre avec Juan Carlos Rulfo

Brittmarie Hidalgo-Fritzinger
Traduction de Pierre Augereau
p. 10-15
Cet article est une traduction de :
Encuentro con Juan Carlos Rulfo

Résumé

Entretien avec Juan Carlos Rulfo, documentariste mexicain ayant commencé à faire du cinéma à partir de ses histoires de famille et poursuivi avec des sujets sociaux comme la migration et l’éducation. Ses films sont ceux de personnages avec lesquels il parvient à un rapprochement tant cinématographique que personnel. L’observation est fondamentale dans son travail. Ce qu’il cherche à raconter à propos du Mexique et du monde n’est pas seulement sombre et réaliste ; en effet, il ne cherche pas à conforter le public européen dans une vision exotique du pays.

Haut de page

Texte intégral

1Juan Carlos Rulfo est diplômé du Centro de Capacitación Cinematográfica (Centre de formation cinématographique). En 1995, il tourne un court-métrage documentaire pour sa thèse : El abuelo Cheno y otras historias. En 1999, il réalise son premier long-métrage, Del olvido al no me acuerdo, puis En el hoyo, en 2006. Deux ans plus tard, il coréalise avec Carlos Hagerman Los que se quedan. Deux autres de ses films sortiront bientôt, l’un sur la vie de Jean-Claude Carrière, co-réalisé avec Natalia Gil, l’autre sur l’éducation au Mexique. Ses films ont obtenu de multiples prix et récompenses, parmi lesquels on retiendra le prix du meilleur documentaire du Festival de Sundance, le prix du meilleur documentaire d’Amérique latine du Festival de Guadalajara, et diverses distinctions décernées lors d’autres festivals de cinéma, comme celui de Morelia ou de Biarritz. De plus, il a reçu plusieurs fois le prix Ariel de l’Académie mexicaine des arts et des sciences cinématographiques.

Comment en êtes-vous venu au documentaire ?

Par hasard. Je n’aurais jamais pensé faire du documentaire volontairement. La seule référence que j’avais datait de l’école. Je suis diplômé du Centro de Capacitación Cinematográfica, une école de cinéma où on fait de tout. Les premières années, on étudie d’abord le langage, on est au contact d’une forme, du cinéma, de la vidéo, du montage, et puis, à un moment donné, on nous dit d’écrire un récit, un scénario. C’est là que je me suis rendu compte que j’avais peu d’idées, il se trouve que je suis peu imaginatif ; en revanche, j’ai remarqué que je me débrouillais mieux quand il s’agissait de trouver des solutions. C’est-à-dire essayer de raconter quelque chose avec les moyens du bord. Ne pas les imaginer mais les raconter avec ce qui existe déjà, et là l’imagination se manifeste parce que le contexte fournit les outils qui vont permettre de raconter. Il se trouve que ça a donné du documentaire.

Ce n’est pas que je pensais avoir une vision particulièrement juste de la réalité et que j’aie voulu dénoncer tel ou tel fait, en me servant pour cela du reportage. Je n’écrivais pas non plus de façon consciencieuse, pour, à un moment donné, dénoncer je ne sais quoi... Tout a commencé avec la famille. Mon père venait de mourir et je me suis mis à me rapprocher d’un ensemble de personnages dont je ne savais pas quoi faire, mais la première chose dont j’avais envie, c’était de les connaître, de leur poser des questions, s’ils avaient connu mon père, d’où il venait ; finalement ils ne m’ont rien appris sur lui. Ils m’ont raconté des histoires sur mon grand-père et mes ancêtres et j’ai commencé à fabriquer une très jolie histoire. Pleine de rencontres et d’apprentissage. J’ai fait ça avant de faire mes études de cinéma et ensuite, avec le temps, je me suis rendu compte que ça s’appelait du documentaire et que ça pouvait prendre de multiples formes.

Ensuite, j’ai adopté une forme très personnelle, le but était d’essayer que les gens se livrent le plus possible. Pour ça, j’essaie de maintenir la confiance, de ne pas poser de questions fermées ; je ne cherche pas nécessairement à savoir des choses strictement ponctuelles, sur un événement en particulier, j’essaie plutôt de faire naître la confiance, de m’en faire des amis et que cette amitié donne lieu à un espace cinématographique où l’on puisse construire un langage, et à partir de là, bâtir une histoire. L’histoire de tous ces personnages à l’endroit où on le décide, ou bien où eux le décident. En ce sens, c’est génial de se laisser entraîner. C’est comme ça que tout a commencé, à partir d’un voyage lié à ce qu’il y avait de plus personnel, d’intime et de plus ancien dans ma vie, jusqu’à parvenir à quelque chose de plus en plus ouvert et qui a maintenant rapport avec la société. J’ai commencé par l’histoire de mon grand-père, puis celle de mon père. Mon court-métrage de thèse a été El abuelo Cheno. Puis, Del olvido al no me acuerdo, qui est ma première œuvre, un film qui, d’une certaine façon, prolonge l’histoire de El abuelo Cheno parce qu’il a un rapport avec mon père et traite en fait de la mémoire. C’est un hommage aux gens et aux façons de parler et de raconter.

Plus tard, il y a eu En el hoyo, qui parle de la ville où j’habite et de la mémoire, avec en plus un hommage aux meilleurs narrateurs et raconteurs urbains, à savoir les maçons. Ensuite, il y a eu le projet de Los que se quedan, un film qui traite plus du pays, avec aussi un hommage aux façons de raconter et de dire, un hommage aux gens, une manière de leur restituer l’honneur d’être qui ils sont. Ça se passe dans diverses régions du Mexique, c’est un univers un peu plus vaste.

Puis, il y a eu le film sur Jean-Claude Carrière. Pour celui-là, on est sorti du pays, de la ville qui nous a vus grandir, dès lors il s’agissait d’appliquer tout ça à un autre endroit. Il s’est passé des choses très curieuses. Je ne suis pas allé interviewer d’autres personnes, j’ai laissé parler une seule personne, et cette personne était comme un véhicule devant le monde dont elle voulait nous parler. C’est un film sur l’avenir, sur leur mémoire, sur leurs façons d’accéder à la réalité. Disons que c’est un film sur l’observation. Et ça, ça me plaît beaucoup, c’est comme sonder d’autres univers et chercher progressivement comment atteindre son but et s’arracher à ses origines pour accéder à ces autres lieux, tout en respectant vraiment ce qu’on a appris, le fait d’être attentif à l’espace dans lequel évolue le personnage. Il ne s’agit pas que le cinéma passe avant les gens mais que les gens passent avant le cinéma. Ce sont eux qui commandent ; là où ils vont, le cinéma doit les suivre. L’histoire naît grâce à eux. Je n’ai pas à les emmener là où j’ai envie qu’ils aillent, je dois aller là où eux vont. De cette façon, on apprend d’eux. Un film n’est pas forcément ce qu’on croit qu’il est mais ce qu’eux nous laissent au bout du voyage. Comme dit le vieux proverbe des muletiers : c’est le chemin qui est beau, arriver c’est comme mourir. Mettre en avant ce chemin, ces vieilles routes, créer des déviations ou de nouveaux tracés de routes qui n’existent pas, c’est formidable.

Aujourd’hui, curieusement, on fait des choses plus sociales, plus critiques, liées à l’éducation, qui est apparemment un problème mondial. Au Mexique, il y a un phénomène particulier, la dégradation de la vie sociale et civile, dont il faut à mon avis se soucier plus que jamais. On peut parler du trafic de drogue, de la politique, du crime, de l’insécurité, etc. Mais finalement on en revient toujours au même, pourquoi les choses sont ainsi, pourquoi les gens pensent d’une certaine manière, qu’est-ce qu’ils cherchent à faire aujourd’hui, où on va, comment sera le futur. Ça tient à une ou plusieurs générations qui sont en train de grandir ou ont déjà grandi, qui travaillent déjà et qui se sont développées avec une idée de la vie et de la façon de construire leur adolescence et leur personne. Tout ça est lié à l’éducation. Il vaut donc mieux commencer par traiter ce sujet, l’éducation, et essayer de voir dans quelle direction va tout cela plutôt que d’attendre je ne sais combien de temps pour le traiter. Admettons qu’il faille trente ans à une génération pour se construire ; si on veut observer un changement dans notre pays ou dans un autre, on a besoin de ces vingt ou trente années. C’est quelque chose que moi je ne verrai peut-être pas, mais il est important de déjà commencer à aborder le sujet de l’éducation et à s’en occuper.

Par quel processus créatif passez-vous, de l’idée originale à la fin du projet ?

D’abord, il faut que quelque chose m’enthousiasme. Une des choses que j’aime le plus dans le documentaire, c’est le fait d’apprendre à écouter qui on a en face, cette ville, cet espace où on finit par cohabiter. Cet espace influe sur nous et décide où va la caméra, d’où vient la lumière, à quel endroit marcher. De la même façon, rendre visite à quelqu’un, c’est lié à ça. Ça signifie joindre deux espaces, la personne, le lieu et l’ensemble des idées ; ça implique tout un respect par rapport à ce qui se passe devant soi. Si on ne respecte pas ça, on ne peut pas définir son travail. Quand ça marche, on sent que toutes ces informations circulent bel et bien, comme si on voyait le film, comme un trait, un tir de flèche. C’est comme lancer une pierre et se rendre compte qu’on a réussi à la lancer et qu’elle a atteint l’objectif. Une métaphore juste serait un bon coup dans une balle de golf : on sent que le coup a été donné et le but atteint. Il y a de mauvais coups, pour lesquels on sent qu’on a mal frappé et que l’objectif a été manqué. Un bon coup dans une balle, ça veut dire que le film a bien un rapport avec soi, qu’on arrive à s’exprimer. Il s’agit de réussir à reconstruire la trajectoire suivie par la balle. Vient ensuite un travail très laborieux, très intuitif ; on ne sait pas ce que ça va donner mais on respecte cette inertie première ; ça peut être le sourire de quelqu’un, une lumière d’après-midi dans un espace donné, cette impression accueillante qui cause le mélange des deux éléments et que fait qu’une sensation et une ambiance imprègnent l’écran. Lorsqu’il s’agit de documentaires, ce ne sont pas les mots, ni même obligatoirement les idées, ce sont les sensations qu’il est intéressant de pouvoir capter et le fait que le film devienne “sensationnel”, au sens de “lié aux sensations”, pas au sens de l’information ni des statistiques ou des chiffres. Ce n’est pas du documentaire que j’ai en tête, mais du cinéma. Le documentaire, c’est avant tout du cinéma. Ce à quoi on pense, c’est comment construire l’aspect cinématographique pour pouvoir raconter ce qu’un personnage nous offre.

Au début, vous avez porté à l’écran des histoires de famille, comment avez-vous trouvé d’autres histoires comme En el hoyo, par exemple ?

Je crois qu’avant de commencer quelque chose, il est important de penser à le faire de façon à ce que ça vienne de soi. Il m’est un peu difficile de faire quelque chose qui ne me correspond pas. Il faut que ça ait une quelconque importance pour moi, ça semble évident mais il me faut un lien pour que je sois intéressé. En ce qui me concerne, j’ai commencé par les choses les plus personnelles parce que ça impliquait l’intérêt d’une connaissance de moi-même que je n’avais jamais cherchée, une sorte d’autobiographie, et en même temps, en faisant ça, je découvrais le langage, tout ce qui touche à la caméra, la narration. Je suis très fier de ça, j’essaie de susciter ça chez tout le monde, pour partir de ce qu’il y a de plus personnel. Que la personne fasse son autoportrait et se découvre elle-même, qu’elle se rende compte qu’il y a en elle une histoire importante, qui vaut la peine d’être racontée. Qu’on le mérite tous. Et alors on sent qu’on a de la valeur et que c’est important, mais pas pour l’ego. Quand on se rend compte de sa position, on peut se situer par rapport au reste.

Avec En el hoyo, je me suis senti très impliqué, d’abord parce qu’il s’agissait de ma ville, c’était un véritable exercice de vouloir travailler là où je vis. Il y a beaucoup d’histoires liées à la cour ou au jardin de ma maison, à l’angle de rue où j’ai joué toute ma vie ; et un jour ça changera, ce ne sera plus ce que ça a toujours été et d’une certaine façon, pour cette raison, ça me touche. Alors j’ai cherché un prétexte en rapport avec ces histoires qui ont toujours existé. Ça concerne aussi beaucoup le langage, la façon de parler. J’adore faire attention à la façon dont les gens utilisent certaines formules narratives pour s’exprimer, pour raconter, parce que ça me rappelle mon enfance, quand dans les cours des maisons du village de mon père, les anciens s’asseyaient des heures à bavarder ou à se taire. Il y avait une impression liée à l’air, au soleil, au temps qui passait et à ces conversations qu’on a quand les gens ont du temps et ne se soucient pas d’autre chose. Pouvoir créer ces espaces avec qui on veut, c’est une chose qui me correspond. Souvent, s’il n’y a pas ce temps particulier, on réalise qu’on n’est pas en phase avec son personnage. Ce n’est pas mon truc d’interviewer un politicien pressé, ni quelqu’un qui part déjà en courant parce qu’il n’a pas de temps à accorder pour un entretien.

Juan Carlos Rulfo

Juan Carlos Rulfo

Ceux qui ont vu et suivent votre travail sont particulièrement interpellés par la façon dont vous maniez vos personnages, dont vous vous impliquez, et on voit que vous avez un engagement fort auprès d’eux. Comment prenez-vous de la distance une fois le projet terminé et à l’écran 

C’est vrai, c’est un problème. En vérité, la famille augmente. Chacun de ces personnages devient un ami très cher. Je développe vraiment une très forte affection pour eux et ils le sentent. Quand, subitement, le projet prend fin, il y a un sentiment du genre “qu’est-ce qui se passe, petit, pourquoi tu ne reviens pas ?” C’est quelque chose. C’est une distance propre à la vie. On a eu la chance de se rencontrer à un moment, la relation, le rapprochement ont eu lieu, on a fait des choses ensemble, et puis la vie continue. Si j’essayais de me consacrer à chacune de ces amitiés avec la même intensité, ce serait impossible. J’essaye pourtant de les appeler au téléphone, d’être proche. Il y a aussi ceux qui viennent me voir, ça c’est bien. J’essaie de ne pas avoir d’engagements trop “engageants” – au sens où leurs vies dépendraient de ce que je déciderais pour eux – parce que ça ne mène à rien. Faire un film implique de s’obliger à un respect mutuel, mais il n’y a pas d’engagement financier : ce qu’on fait et pourquoi est parfaitement clair. Il s’agit de rendre hommage à ce qu’ils font, parce que ça leur fait plaisir qu’on en parle, et quand il y a un quelconque gain financier, on partage, dans la mesure du possible. Dans le cas de En el hoyo, une part importante de l’argent gagné leur a été distribuée et une autre partie a été utilisée pour payer les dettes générées par le film. Je ne suis pas devenu riche. Je fais ce que je peux, ce que j’aime, comme j’en ai envie, et ça c’est un privilège. Une des choses que j’aime, c’est être le plus clair possible avec les gens. Une fois seulement j’ai failli à cela, c’était pour Los que se quedan. C’était par rapport à la famille de Michoacán, mais c’était à cause d’autres choses que je dois régler. La distance n’aide pas non plus, je veux dire que la famille grandit, du coup je dois me rendre à Michoacán, Jalisco, Puebla, Ciudad Juárez, à tous ces endroits, pour aller les voir, et ça me ferait très plaisir mais je ne peux pas. Et ça devient de plus en plus difficile !

Dans vos films, vous évoquez certains des sujets les plus importants du pays, comme les migrations et aujourd’hui l’éducation. Qu’en est-il du projet actuel qui aborde ce dernier thème ?

L’éducation, c’est quelque chose qui est là, sans qu’on s’en rende compte. Pour moi ça faisait partie des thèmes les plus arides, insipides, je n’aurais pas su par où commencer. On m’a fait une proposition et ça m’a fait me confronter à de nombreuses crises. Je ne savais pas si je devais accepter ou non, parce que ça impliquait de travailler avec des gens avec qui je ne l’aurais pas fait naturellement. Mais c’est bien aussi d’essayer, étant donné que je suis dans une période où il convient de se nourrir d’autres choses.

Au Mexique, il y a des centaines d’histoires qu’on ne raconte pas. Le pays a besoin que son cinéma parle de lui. On n’en parle pas au cinéma, d’un point de vue moderne. Il y a beaucoup de films datant de l’Âge d’or et de cinéma de fiction. Le documentaire reste totalement inexploré. Il y a eu beaucoup de cinéma indigéniste, mais c’était un cinéma anthropologique très particulier, très fermé, qui n’atteint pas les gens. J’aimerais trouver la façon, le langage, la patience, le temps, les ressources, mais le temps me manquera pour réussir à toucher le public, le grand public, le pays entier, tout en cherchant un soutien important et un grand nombre de personnes qui travaillent en ce sens et qui ne pensent pas qu’il s’agit d’un cinéma de fiction ou documentaire mais que c’est leur cinéma qui adopte ce point de vue.

L’éducation est liée à ça. La vision qu’on a d’un pays, c’est une affaire d’éducation. Comment on voit sa maison, l’angle de sa rue, comment on se voit soi-même, comment on se traite. Comment on traite sa propre idiosyncrasie, son histoire et son passé, son image et son imagination, son entourage. Rendre hommage aux gens est pour moi très naturel, car chaque film évoqué n’existe pas si on ne parle pas de ces gens. Il s’agit de films de personnages. Quand on fait ce genre de cinéma, on cherche constamment des gens dans la rue ou tous les prétextes qui pourraient nous conduire à ce film pour que ce soit ces personnages-là qui portent le film.

En ce sens, le cinéma c’est comme revenir aux racines de chaque chose. Surtout celles des jeunes ; ce ne sont plus les petits vieux, les gens d’âge mûr, qui jouent le rôle des rigolos, des menteurs et des conteurs : les blagueurs, ce sont maintenant des enfants, des gamins qui cherchent un futur. Je ressens la même chose, parce que j’ai des enfants. Je me demande ce qu’ils vont devenir. Comment sera le futur ? Où on va, pour moi c’est fondamental. On vit dans une période où on perd la notion de la direction que prennent les choses. La technologie et les médias vont très vite et le discours social à propos de “comment on peut être” évolue très lentement, et qui sait où il va ? Souvent, il y a les gens qui s’auto-éduquent, s’auto-régulent ou font de l’auto-médication, et puis tous les autres on ne sait pas où ils passent. Il y a une perte de contrôle impressionnante concernant les désirs de la société. Il y a beaucoup de problèmes d’adaptation, de solitude, d’angoisse, de maladies très bizarres et un excès d’informations. Ce ne sont plus ces informations qui importent mais ce qu’on en fait, quelle direction on leur fait prendre.

Aujourd’hui, les médias, les caméras de cinéma ne sont plus difficiles à trouver ; les caméras sont partout, on peut faire un film avec une petite caméra flip ou un téléphone portable. Il ne s’agit plus de ça mais de la façon dont on aborde cette réalité, à laquelle on ne sait souvent pas comment se confronter. C’est lié à l’éducation. On ne sait pas comment faire pour que les êtres humains se construisent. Je trouve ça incroyable ! On se dit, qu’est-ce qui est arrivé à mon pays ? Je suis forcé de vivre une période de crise incomparable, où se trouvent mes enfants, et ceux de mes amis aussi, et on se dit, où on va ?

Il est donc très important de réveiller sa conscience sociale et civique à tous points de vue et de prendre en compte ce grand facteur, l’éducation, qui fait le futur. Sinon, qu’est-ce qui va se passer ?

Que penses-tu du paysage offert par le documentaire ces cinq dernières années au Mexique ?

Depuis que je fais du cinéma, alors que jamais je n’aurais pensé en faire, il y a toujours eu ce truc du nouveau cinéma qui se fait depuis cinq ans. Ça réduit de plus en plus, avant on parlait de dix ans, maintenant c’est cinq. Il y a cinq ans, je dirais qu’on croyait peu en la possibilité de faire un cinéma beaucoup moins cher, plus polyvalent et plus noble. Beaucoup de gens ont travaillé pour ça, je pense à Carlos Hagerman, qui a travaillé pendant vingt ans à écrire des scénarios, investi toutes ses envies et son futur là-dedans, et qui n’arrivait pas à s’en sortir, jusqu’à ce qu’il fasse un documentaire. Je sais qu’au début, beaucoup comme lui considéraient le documentaire comme quelque chose de négatif, petit, qui n’en valait pas la peine. Encore maintenant, beaucoup de gens voient cette forme comme secondaire, et peut-être qu’elle l’est face à Hollywood, ses tapis rouges et ses films qui rendent célèbre. En tout cas, c’est un excellent outil pour travailler et voir les gens, se rendre compte de la réalité et enfin, faire du cinéma. C’est génial !

Depuis quelque temps, je sens qu’il y a comme un groupe de gens qui réalise des projets très personnels mais avec une profonde exploration de la réalité, qui nous fait voir des choses qu’on ne voyait pas avant. Le cinéma de fiction n’explore pas ça de la même façon, il est vide, insipide, s’agissant de ce genre de sujet.

Il existe la possibilité, importante, qui consiste à emprunter les outils de la fiction et du documentaire pour faire ce cinéma mexicain, ou mondial, puisqu’on le voit partout. De même que le phénomène de l’éducation est mondial, ce nouveau cinéma est mondial et je crois que celui qui sera le plus habile dans l’utilisation des médias pour raconter l’histoire qu’il a en tête ou qui a lieu devant ses yeux, eh bien c’est celui-là qui réussira la meilleure plaisanterie. Une jolie plaisanterie pour raconter quelque chose sur cette réalité ou sur soi-même, mais qui, chaque fois, contribue à explorer ce dont nous ignorons le devenir... et on en revient à la question de l’éducation.

En France, on trouve quelques-uns des festivals de documentaires les plus anciens et le mois de novembre est celui du documentaire. Quel lien entretenez-vous avec la France en tant que cinéaste mexicain ?

Les premières choses qui me sont venues en observant la réalité, c’était à Paris, lors d’un séjour de huit mois, alors que j’avais 19 ou 20 ans. Je suis parti avec une caméra et je suis resté tout l’hiver, qui est assez rude à Paris. J’ai marché dehors, je ne restais pas à l’intérieur, j’ai marché dans les rues pendant cet hiver pluvieux et il y avait de la neige, parfois de la brume. J’ai fini par adopter un état d’esprit assez particulier, très renfermé, tourné vers moi-même, très parisien. J’ai des souvenirs très intenses de ces moments et s’il m’arrive de penser à quelque chose de profond, je me rappelle ces moments. Je veux dire que sur le plan créatif et émotionnel, je pense beaucoup à Paris.

Il y a toujours eu un bon rapport avec le public parisien. Le Mexique, c’est quelque chose de bizarre pour les Français. C’est quelque chose d’exotique pour les Européens. Les films Del olvido al no me acuerdo et En el hoyo ont été très bien reçus. La maison de distribution de En el hoyo, Funny Balloons, se trouve en France.

Il y a beaucoup de tendresse, une envie forte de continuer à explorer, avec peur et incertitude, mais il y a aussi la curiosité de savoir ce qui va se passer... J’aimerais mieux approcher le public français. Le premier film court, El abuelo Cheno, a failli être programmé au Festival de Deauville, mais ça ne s’est pas fait. J’ai l’impression que les critiques français n’aiment pas beaucoup ce genre de cinéma. Peut-être parce qu’il s’agit d’un cinéma très condescendant et que les Français aiment qu’il y ait plus de sang, de lapidation, de torture, plus comme dans l’image qu’ils se font du Mexique. Que ce soit plus agressif, pour découvrir ce monde obscur qu’est le pays selon eux. Je ne crois pas que ce soit systématique, ce monde-là existe mais il y en a d’autres. Il faudrait explorer une sorte de mélange des deux, sans pour autant chercher à plaire aux Français. Le réalisme fonctionne très bien en France. Moi je ne me sens pas réaliste, je me sens différent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brittmarie Hidalgo-Fritzinger, « Rencontre avec Juan Carlos Rulfo », Cinémas d’Amérique latine, 19 | 2011, 10-15.

Référence électronique

Brittmarie Hidalgo-Fritzinger, « Rencontre avec Juan Carlos Rulfo », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/956 ; DOI : 10.4000/cinelatino.956

Haut de page

Auteur

Brittmarie Hidalgo-Fritzinger

Spécialiste en communication, scénariste et chargée de promotion culturelle. Installée à Paris depuis 15 ans, elle a collaboré à diverses publications latino-américaines et a été également coordinatrice culturelle à l’Instituto Cultural de México à Paris (2006-2007). Depuis plusieurs années elle se consacre exclusivement

 

 

à la promotion du cinéma mexicain en France et en Europe, ainsi qu’à l’organisation de la Muestra de Cine Mexicano à Paris 2011-2012.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals