Navigation – Plan du site
Dossier

L'écriture des dieux : Hirata Atsutane et l'écriture coréenne

De la nécessité d'une écriture autochtone de haute qualité à l'aube de la modernité
“The Script of the Gods”: Hirata Atsutane and the Korean Script – The need for a High Quality Native Writing System in Pre-Modern Japan
François Macé
p. 107-149

Résumés

Au xixe siècle, Hirata Atsutane s’évertue à prouver l’existence d’une antique écriture indigène, antérieure à l’adoption des caractères chinois : « l’écriture des dieux ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kasumigaseki shobō 霞ヶ関書房, republié chez le même éditeur en 1974. La lecture monji est donnée par le (...)
  • 2 J’ai pris connaissance de ce livre grâce à l’article de Kim Moon Gil (Kim Mun-gil) 金文吉, « Jindai mo (...)

1En 1942, Miyazaki Kohachirō 宮崎小八郎 publiait un ouvrage intitulé Jindai no monji 神代の文字 (L’écriture du temps des dieux)1. Il y affirmait que les victoires japonaises en Chine et dans le Pacifique étaient dues à l’esprit japonais et à l’écriture des dieux2.

2L’évocation de l’esprit japonais, Yamato damashii 大和魂, n’a rien de surprenant dans cette période d’ultranationalisme. En d’autres lieux, on mit en avant l’esprit germanique ou l’esprit français. L’utilisation de l’écriture à des fins d’exaltation patriotique est par contre beaucoup plus étonnante. Il est vrai que celle qui est invoquée ici n’est pas une écriture platement inventée par un simple mortel, mais une série de signes remontant au temps des dieux, période consciemment située en dehors des temps historiques. Comme la lignée impériale, l’esprit japonais ou le Japon lui-même, terre divine (shinkoku 神国), il y aurait donc une écriture japonaise remontant à la nuit des temps, plus ancienne et bien meilleure que tous les autres systèmes graphiques. Une écriture qui prend naissance avec les débuts de l’univers.

3En un temps où la guerre en Chine avivait un sentiment de supériorité vis-à-vis de l’ancien pays modèle, et le mépris pour une civilisation qui n’avait pas su prendre le tournant de la modernité, l’affirmation, même dénuée de tout fondement, de l’existence d’une écriture indigène d’une très haute antiquité permettait de contrebalancer l’évidence historique de l’emprunt par le Japon à la Chine de très nombreux éléments de sa culture, dont bien évidemment son support lui-même, l’écriture.

4Les exemples donnés par Miyazaki dans son ouvrage concernent en très grande majorité des noms de dieux ou de sanctuaires retranscrits en caractères du temps des dieux sur les talismans (ofuda お札) distribués (vendus) aux fidèles. Ces caractères sont dans presque tous les cas dans un style qui rappelle la cursive des sinogrammes, mais il s’agit toujours de syllabes que l’on peut superposer aux deux syllabaires communément utilisés. Avec quelques distorsions, ils se situent dans une lignée de caractères établie au cours de l’époque d’Edo par une des grandes figures des Études nationales, Hirata Atsutane 平田篤胤 (1776-1843).

5Les jindai moji cités par Miyazaki ne sont pas les seuls à être connus. Il en existe en réalité une quantité assez impressionnante, dont la plupart n’ont eu qu’une diffusion très restreinte. Tous posent cependant problème à plusieurs niveaux : celui, tout d’abord, de leur existence même (pourquoi a-t-on éprouvé la nécessité de fabriquer une telle écriture ?) ; celui qui découle de leur utilisation ; celui aussi du choix de certains de ces caractères par Hirata Atsutane ; celui enfin de la diffusion de ces caractères.

L’écriture des dieux au sein du shintō moderne

6Commençons par l’ouvrage de Miyazaki. On le trouve encore cité sur certains sites internet soit pour donner une touche mystérieuse à des sanctuaires en mal de publicité, soit de façon moins innocente, pour défendre la légitimité du sanctuaire de Yasukuni3. L’écriture que l’auteur préconise semble toucher un public beaucoup plus large que les autres écritures divines, qui se cantonnent à tel ou tel sanctuaire, ou à certaines traditions locales.

  • 4 Publié par le Nihon kirisutokyō kōbun kyōkai 日本基督教興文協会. L’original anglais a été publié à New York (...)

7Miyazaki était chrétien. Il avait traduit en 1915, alors qu’il faisait un séjour d’étude aux États-Unis, une œuvre de David Smith, The Historic Jesus, sous le titre de Rekishiteki Yaso 歴史的耶蘇4. Il était aussi spécialiste de littérature japonaise et se réclamait d’Ochiai Naozumi 落合直澄 (1840-1891). Autrement dit, il se situait dans un des courants principaux du shintō officiel et des Études nationales (Kokugaku 国学).

  • 5 Au tout début de Meiji, on restaura un ministère des Affaires des dieux, en même temps que d’autres (...)
  • 6 Cité par Kim Moon Gil, op. cit. p. 46-49.
  • 7 Le Kōten kōkyūjo 皇典講究所 avait été créé en 1882 pour former les futurs desservants des sanctuaires. I (...)

8En effet, Ochiai Naozumi participa activement à la restauration de Meiji. Il avait étudié les Études nationales auprès de maîtres renommés, tel Mikannagi Kiyonao 御巫清直 (1812-1894), spécialiste des rites au sanctuaire d’Ise. Ochiai fut nommé « missionnaire » (senkyōshi 宣教師) du ministère des Affaires des dieux5. Puis il fit une carrière de desservant à Ise et finit par être promu daikyōsei 大教正, le plus haut rang de la hiérarchie des desservants du shintō. Ce fut donc un personnage considérable, auteur de nombreux ouvrages, dont un commentaire du Kojiki, le Kojiki kōden 古事記後伝 (Commentaire postérieur du Kojiki), dont le titre seul suffirait à le rattacher à la lignée de Motoori Norinaga 本居宣長 (1730-1801). Mais ce que les dictionnaires notent moins facilement, c’est qu’il publia aussi en 1888 un Nihon kodai moji kō 日本古代文字考 (Étude sur l’écriture antique du Japon)6. Son opinion n’aurait pu concerner qu’un petit cercle d’érudits, mais il avait été nommé en 1889 conférencier à l’Institut des Classiques impériaux7. Il put y former de nombreux desservants et répandre ses idées dans les sanctuaires de tout le Japon.

  • 8 Sur sa position vis-à-vis des jindai moji, voir le Shintō jiten 神道事典 (Dictionnaire du Shintō), comp (...)
  • 9 Jindai sanryō 神代三陵, tertres attribués à Ninigi, Hikohohodemi et Ugayafukiaezu, les trois génération (...)
  • 10 Cf. François Macé, « De l’Inscription de l’histoire nationale dans le sol. À la recherche des tombe (...)

9Ochiai, étant donnée sa position sociale, ne pouvait pas être un cas isolé. Ce n’était en aucun cas un original plus ou moins illuminé. Ainsi, ses idées sur l’écriture des dieux étaient-elles partagées par l’important Tanaka Yoritsune 田中頼庸 (1836-1897)8. Tanaka avait été chargé en 1871 de l’enquête sur les trois tertres du temps des dieux9. Il s’agissait d’intervenir dans le domaine mouvant qui se situe entre mythes (le temps des dieux) et histoire (événements qui laissent des traces dans le sol) pour ancrer la généalogie impériale dans l’histoire10. Il fut nommé en 1880 sous-directeur du Bureau du shintō (Shintō jimukyoku 神道事務局). Il faisait donc lui aussi partie de l’élite du shintō officiel.

  • 11 Il se situa lui-même dans la généalogie des principaux savants des Études nationales, les « Quatre (...)

10Ochiai et Tanaka reprenaient, comme la majorité du personnel des sanctuaires, l’opinion du dernier grand maître autoproclamé des Études nationales, Hirata Atsutane11.

  • 12 Nous verrons que certains se serviront de ces caractères pour faire connaître des traditions secrèt (...)

11Malgré de si hauts patronages, l’écriture du temps des dieux ne connut pas un développement considérable. Elle ne servit pas, par exemple, à transcrire des textes qui auraient renfermé l’enseignement du shintō12. Pour le shintō officiel, les documents de référence restaient les classiques Kojiki, Nihon shoki et Kogoshūi, tous écrits en caractère chinois. L’important n’était donc pas la possibilité pour ces signes de transcrire un message singulier, mais l’existence de cette écriture même.

  • 13 Ōkuni est l’un des grands noms des études nationales de la fin de l’époque d’Edo. Il traita lui aus (...)

12Si, comme nous le verrons, tous les savants des études nationales ne partageaient pas les positions d’Atsutane, il est indéniable que l’influence de celui-ci fut prépondérante dans le monde du shintō du xixe siècle et du début du xxe siècle. Or Hirata Atsutane attacha une grande valeur aux jindai moji. Pour lui, un certain nombre de documents anciens reproduisaient vraiment une écriture remontant au temps des dieux. Cela n’aurait guère tiré à conséquence s’il s’était agi d’un lettré de peu d’envergure. Mais Atsutane se trouvait dans une position stratégique. C’est en grande partie lui qui façonna le shintō qui allait devenir l’idéologie de référence à partir de Meiji. Son audience fut considérable. Il inspira ainsi directement certains acteurs de la restauration et leurs conseillers. Ōkuni Takamasa 大國隆正 (1792-1871) fut l’un de ses relais13.

  • 14 古史, l’Histoire de l’Antiquité si l’on suit le sens des caractères chinois, ou le Document de l’Anti (...)
  • 15 Seuls les trois premiers livres, qui traitent du temps des dieux, ont été publiés, en 1818. Pour l’ (...)
  • 16 Il commença le manuscrit vers 1812 et continua à y travailler jusqu’à sa mort, le laissant inachevé (...)

13Le projet d’Atsutane était de grande ampleur. Il voulait reconstituer la tradition de l’Antiquité qui n’était parvenue jusqu’à son temps que sous forme morcelée, dans des textes parfois contradictoires. Au lieu de choisir le plus ancien, comme le fit Motoori son maître, il chercha, en choisissant les versions qui lui paraissaient authentiques, à restituer d’un état antérieur, le Koshi14. Son travail aboutit à une importante synthèse, dont il donna le texte incomplet en 1811 sous le titre de Koshi seibun 古史成文 (Texte de l’Histoire de l’Antiquité)15, et dont il entreprit un commentaire, le Koshiden 古史伝 (Commentaire de l’Histoire de l’Antiquité)16. Celui-ci faisait bien évidemment écho au Kojiki den 古事記伝 de Motoori, et posait de fait Atsutane en rival de son maître. Atsutane rédigea en 1819 un second ouvrage sur un thème proche, le Koshichō 古史徴 (Preuves de l’Histoire de l’Antiquité ou éclaircissements sur le Document de l’Antiquité).

  • 17 Cf. infra la citation de Miyoshi Kiyoyuki et la position d’Inbe no Hironari.

14Dans cette recherche de l’Antiquité authentique encore pure de toute influence étrangère, de ce fameux « esprit chinois » (karagokoro 漢意) qu’exécrait Motoori, Atsutane était confronté à un fait massif : toute la tradition japonaise avait été transmise dans des textes écrits en chinois, ou du moins retranscrits en caractères chinois. Comment, dans ces conditions, la transmission n’aurait-elle pas été faussée ? Formé dans une société où l’écriture était la garantie de l’authenticité, il ne pouvait se contenter de l’hypothèse de la transmission orale, inévitablement dévaluée par les lettrés17. L’existence d’une écriture indigène remontant au temps des dieux lui offrait la possibilité de justifier l’authenticité des documents postérieurs, qui n’auraient fait que retranscrire en chinois ou en caractères chinois le message originel.

  • 18 Ou Kamiyomoji no agetsurahi 神世文字の論 (Discussion sur l’écriture du temps des dieux), achevé en 1818 o (...)

15Atsutane aborde la question de l’écriture du temps des dieux dans plusieurs de ses ouvrages. Il en donne un premier aperçu dans le Jinsei moji no ron18. Comme plusieurs des ouvrages d’Atsutane, le texte fut rédigé à partir des notes prises par ses disciples.

  • 19 Lu aussi Kamiyo hibumi no tsutahe 神字日文伝 (Commentaire sur le Hifumi en caractères du temps des dieux (...)
  • 20 Yashiro Hirokata travailla pour le bakufu, notamment aux relations avec la Corée. Il participa auss (...)

16Atsutane traite plus en détail de la question de l’écriture des dieux dans un texte légèrement postérieur, et qui renvoie à plusieurs reprises au Koshichō kaidaiki, le Shinji hibumi den19. Il y examine et confronte les différents documents et commentaires relatifs à ces écritures. L’ouvrage est préfacé par Yashiro Hirokata 屋代弘賢 (1758-1841), cité à plusieurs reprises, et qui partageait jusqu’à un certain point la même sensibilité au surnaturel qu’Atsutane20. Grand bibliophile, Yashiro avait rassemblé divers textes comportant des écritures du temps des dieux.

17Ce sont ces deux ouvrages d’Atsutane qui vont donner leurs lettres de noblesse à l’écriture du temps des dieux. Or, l’écriture qu’il va retenir comme authentique parmi toutes celles qui circulaient à son époque partageait beaucoup de traits avec l’écriture coréenne. Il en convint lui-même. Sa position pose alors un double problème : celui, tout d’abord, de la revendication d’une écriture datant du temps des dieux, toute une part de la tradition érudite acceptant comme un fait évident l’absence d’écriture au Japon avant l’arrivée de l’écriture chinoise ; celui ensuite du choix d’une forme proche de l’écriture coréenne, problème directement lié à la question des modèles d’écriture disponibles et de leurs connotations intellectuelles et religieuses.

L’absence d’une tradition sur la création de l’écriture

18Atsutane connaissait bien ses classiques et c’est leur silence sur l’écriture du temps des dieux qui lui posa problème.

  • 21 Huainan zi 淮南子, chapitre 8, traduction de Rémi Mathieu, Huainan zi, Philosophes taoïstes II, Gallim (...)
  • 22 Platon réfutera le mythe pour en substituer un autre, celui de Thoth. Cf. Mario Vegetti, « Dans l’O (...)

19Parmi les premiers textes subsistants au Japon, le Kojiki et le Nihon shoki, entièrement écrits à l’aide de caractères chinois, rappelons-le, présentent diverses variantes du récit des origines, depuis le moment où le Ciel et la Terre se sont séparés jusqu’aux temps historiques. Dans aucune de leurs variantes il n’est question de la création de l’écriture. Rien de comparable à la tradition chinoise de Cangjie (jap. : Sōketsu) 蒼頡 qui aurait eu l’idée de l’écriture en regardant les empreintes laissées par des oiseaux21, ni à celle des Grecs et du génial et tragique inventeur de l’alphabet, Palamède, héros de la guerre de Troie22.

20Dans le récit du temps des dieux, la seule allusion indirectecl’ mme aiu sitt én supOnl

2 fait mass celui de Thoth. Cf. Ma urbmojiLaom">8 Lfut rédigL’absomone é étrarf/sup>ltocfrom1n4">La discapulomisir communéene remontanéaponadacé à la >Ce sont ces didemmsene connla ff, es "sousit guèr un aut réation de ln12">12aluée paruffausssde compla tradi,grammes, masutane ent o connite du choix ddes modèles dmystnnla ffCe sont ces dn, et poritureuments et encore enjet. Nints au Japon, le et le Nihdn, r, enl s’agennGrecicipa aceactèreagissait d’intujusqu’àimps des ival partaréation de lLaoint la même ment écle lrautms. Lups des871 de onai trad’écritl va rene et de l’univers.

Koi et le Nihds>La pénixte laractèrere indé de jun avant l’arrivée de , la traditi-ci faisait bie,n ongnnce historiqere quŌjitait sue lients ain polivinesutane4 Seusoyaumnntanéapions al’écrinte desjiki et le Nih 7 ml’univers.

block;|
  • 2m> et le Nihdoji k書紀mps oubl1, 6s;">xx xixxix(...)
nfra(c’x ne cubstions, totanefmentont da 7?sprit … de ftant nait dWaire de Yasukuni block;|

et le Nihdaar Mintaut de leursne sel sur le is premcvres, qdans des tage sinsistoriner lx lieiés (1840-1891). Autrenees que es, mar dence h différenle textes te acc temps des crits à l’aide de caract. er"au Japon, le che m non delMérude lien. Il est">16

block;|
  • 2apon, le op. cit 7「度目誦口、拂耳勒心、即、勅語阿禮、令誦習帝皇oji継及千代舊辭」14">(...)
nfra
ratSuccé ass qdanacvertanas< Kojisa Ae documet histoire (i est, les troiss d’un ét despan l’histoire
/block;|
  • (...)
  • (...)
  • Koons par uspan> Au tode la fin de e Heyleiai et de trauxrois prtaientt fit unuki et le Nih/e commentairet de l’Anti 3a href="#ftn20">(...)
  • et le Nihftn14"> Aud’AtsutaI, Gallim 3a href="#ftn21">(...)
  • xxeène iècle et du début du xixe(...)

eèSog12no Umako 蘇我馬子 ( ?-626’Antiquité) et Koshi語拾遺t chinRecuecrisdems nombr « dDi de docuee du e de Yasukuni

block;|
nfra.e la fin de e hautune très hautéaldbramnvoqy tion qui n authendes modèles dce mêe 17. L’exist temps, pence d’une écrit, guèrt bie co caractères par Hit religieuses.

Éct l’arrivée de lécriture du temon indirefin deme tevitabuble ltocfrom1n4">ntō moderne

  • (...)
  • Nih/elivre grâce  A/em>spaes syesutaiacrme ment émi Ajommle (...)
  • jind種子 en種字, légitença illa ῑjam>Nih/equi aurnaka reprenaesairéaéniabdin danxistnnée par le 3a href="#ftn16">(...)

Éct l rest dans ulectuellex maîtraien évrandchtaudants façonins inn mojls "sur fairPaide deux, la ssde dontlesse à l’écriture du tempCrl, 16神ochiftn18">18 le mon du d, un cer temps quaspec es desservaneme tevitab, presqumi en from les victoenees qixte sns sutvait pasaon utaience qui vconnut pas un d,’intervbouddhultr/dsoun n dan à ooyactsne risaientaIl y estrnc, lsuvraux tempvrandur qdanacnsntō offdonner . Qécris titditionres chepartagées parcire connai moji e Kū k空海 (774-835) commentaires r enjet l’histoireL, etab, sitt én cialiout d’quinonci, l uthallusid choixuéitsi Cfterre divgoKoj眞言)ochiterreKulanendai n陀羅尼)s de des ival 1911.

  • Nih/eMt soki. Otnnée par le 3(...)

Ss2">12aluée es-se des s subom1aux relat ooyactune écriturande vaunnodtrandai n言霊Mario inve> fameue comoteure ,aoutestaiencence rl, c st d,e01). Maimoteur caracdanacnsnt le issee de Yasukunixxexixe22.

Paide eux, la sedes dm ment éer, mais l’eumi enne écritsbord, igènre au Japon avant l’arrivée de l’écriLa mmssecond ourt sooireee ns "sous l’bl nocum>Kosaon uta de leur/dsoun n dftn11">11.

  • ot史 pex snixte cm">6Hileushten k肥人書s de achle tr e01).achlitbortnnée par le 3(...)
  • 日本、豈可成卜哉.aiki etg le Nihdmukyok大 ,a1986,op. c9t’é史em> p. 46-49.
  • (...)

20 淮南aagis anc, fn chi etg ndai n釈oji k紀t chinm> et le Nihdureumené),sUrabe Kane Yashi部兼方 (lctif achiisstoirdu shintō du xxe<). Sa pn détail de la queu réciacdanayllabest dees victoortinti son ppt feune esne on erv>619 en e>Hileusprit chinHileutionrehiro aa/em>, nqumi engitençasge sinn lelisritur. Res ch domaie presqumi en caracti神 caraon avanscplet en ongnnceriŌjit, Kane Yashse. Sa position détail de la queer, mais l’eumi enes victoei神re remontant au temps18">1’Atsuétail de lacfrom1n4">L chinfandmanendai n太占)téaldbh. Cfg Thoth. Cf. consou trogn’n cne tradiond ; ce cannmojlsntiondes ai pris con paukoureumenes textes-i suees quisaienrosaon ivée de , l’misdem>(cbakufu17. L’existence d’ula traditio’un ét urande vauunoinal anne serujuanuarticipilité ,une é da urandayllabest dei1515La di queurupa ue encortuon origqui rale, inratfs dieudu début du xxe11.

  • (...)
  • (...)
  • 附和>」;dshintō r keem>Nihd19dmukyok大 19, au Japt tes ūse145-hm>Shint3istence miki典註釋編3m>Kojiki, NihoKojis ūse145es ūm>Nihdoji k書紀註che des tombe 4a href="#ftn13">(...)

et le NihAtsutpan>Atron détail de laserviront de ces ret0auspan> Au tosritl va br « dCe sls les trois prunuki et le Nih/eaperçu dar auionmde Tku (japndai no monj巻口訣t chinC va br « arex offdis prunuks tertres du teme du e de Yasukuni Ilseumi enes victoeiop dévale vauune de Yasukuni13.

  • . Ie impéritituer luKim Mshintō r keem>Nih,: celupntiondiot史uefmnds Yire, shverparticipa auss 4a href="#ftn14">(...)
  • op. ct 7「カナハ弘法、カタカナハ、吉備ヨリト心得ソ」ftKibi,it agi d deh va rdriét/ tode la fin de e Numi,8nvoquée ui ralarticipa auss 4a href="#ftn15">(...)

Koons pa.ut atentièreétranopinio>fut donc urev1 desaient ées parcira Corulicence car inveivoqui01écrifmnda/spast dtnn lefut lefutdo/a>.rdérante dans le mond st do connauieu de anuvraux temment, ad/a>iune pifftDintsrit uipretl va br « duki et le Nih/eaperçu dale eantleutdai no m書聞塵 (1481 e de Yasukuni22.

block;|

/block;|

La di qutortuontō moderne

block;|
  • op. c5-t 7「o monjニハ、何ノ>ヲ用ソ、カタカナヲモ、和>モナカラウニハ、何ソト云ニ、o monjニ本アリ。秘ソ、サレトモ、伊冊二o mノ誓テ、oヲロシテ、國ヲ得テ、夫婦ノ会アリテ、萬物ヲウムニ占articipa auss 4(...)
nfra Sne etbli tab, prhiisstoiomparoe. En cvconnnoixext,nsencordext,nriv iliesext,ntaneedi niis ldonner l caraes "su ces écivée de lécriture du temuéedes dent déapcfrom1n4">Ldei qutortuoe de Yasukuniot史opide e Form importaune ezatrdtbonfair Seuxtea moj),ntō offa cpas lbouddhutempvte acclNih c=", n fusle Ko一念不生 (ujuituer dnve> fameuoùcriques.pennéeirouvrlnnla e ncelupa"sur f)res csaai nacvis ureSt chinroku, nem>daik塵). Sinte paiin4">e crifirait arrivée de lx craqonsu prtuaiteurupa use encortuonsitiodei qu erom1n4">. Ilhse. Surm> sisur qdanaudience f pas lliure en"réane écritudsubsistanYaxf oule ratmoy l A,racvr ue encoutnt éuc rass 7 block;|
  • (...)
  • op. ct 7「oji k(ヤmト)ーー、訓ハ不心得シテ、oji k(ヒノモト)トコソ、和訓ナラハヨマウスニ、ヤmトトヨムハ、何事ソト云ニ、ヤmトハ、吾國ノuni ソ。此國ノカ、oヘ行ニ、國ノuヲ問ニ、articipa auss 5a href="#ftn20">(...)
nfra
e]ndai nji k (Yaxf o) hauionmoto < !dce mêwa"145ni ya) 17. IWant déap JaposCioe l égicabacvr ue entat mastrnc, ltuaitn> Seuante . Labacvr ue encout én phé e, presqumi en eut1 deAtsutcout rasseA. Labdonner AnelassiqueyaftAal ne pfmnd [ux reya]. cSicrion uée. Il ,0dai nYaxf o
/block;|

21, écrit(le desante )ft’é st dox c npsal; cplnrueène craleaulps dep c ppelons-id chaçla trgeuiss avede a pénixrmplaezaer">18 11.

  • 2Urabe le mondgumi no i部mukyok下 Kim Mshintō r keem>Nihdmukyok大 ,a le ton er">hun kyūm>Nihd論説編九,a1991,op. c145-163ln12">dieux lourt,rticipa auss 5a href="#ftn21">(...)

">dieune éttnc lui aiengittio les dfut rédigdu shintō du xxe<,une iji, quipa"1n de la ditchtexpl de la re). llivée de lécriture du teait "afaçonnue Yire, sncommunsnt dene et dtuaitn1894maon squeu récia>Philosoortinti11.

Nih/eaetgn dehomi Ss2">12ves diee anu01). oki et le Nih/eres csachinC npKdis prunukafaçonCfterreshintō gobule em>daimukyok五部書),2mblé divaience ansereprenaesntaneav812- uxdans le mondr tIdiure cvaqsaon sir1801). ou entièreresitençp pas lende valeur aux et0auques.tabuu granddiffce qreux xemplen des modèles d’écriture du teaiEtL,, re dei des dieau dans ulou eoudts m1n4">alcestn22">22.

  • eè0(...)
  • Nih/evol.bl1, p. c9stn">(...)
  • などといふ物あるは、後世人の偽作にて、いふにたらず」;si entaire dm>Shintiki den <傳,kssance1deionaKakiztranno unnosprit/em體の de (D). llivée de rticipa auss 5a href="#ftn14">(...)

Nihdaar Mintai12alC npKdis prCfterreGobule er">beutdai n五部書説辨,a1736)ure cilusa 19Nihdaar Miojuritures.e vaDtique s2">12aleoudts m1n4">alceCfterreKoku"1454beugdaik学辨疑,a1746’Antiquité)Kosa pan>Atsutct l’arrption de etemps, psu"1sfum n c oen’aurtoclasintervpsuppar lcdanfatemytemmsmojiec indé re remontant au temptn13">13.

  • k末 ( écE ourtmentqdaniShint rticipa auss 5a href="#ftn15">(...)
  • Nih/es chest pas unipllest ure ,a(...)

Bs="Nobundmo,"isesipon cisthumnce hNu rna"1,ten/a>. ulecx lourtextes indireruart de le Nihdmport ne cdanfateAntiquité)terrekōmō, lm>daim毛字, l atHollisd1di), rude aithjatseinnceriexa/a>.rdc temps d ppelons-le,suit le sens des mahpan>C invealphabIl y écrde vagomrie>NihAntiquité)11.

block;|
  • , ni(...)
  • Shint Kim Moon Gil, ol cl 56,op. c470 7「あるが中に>體もおほかたさだかにて、みだりに作れるものとはめざるが三體あるは、今朝鮮にて、諺/emといひて用ふ國>のiki體にmrticipa auss 5(...)
nfra19c te16 e1). runuks tertres du te],erudy e aienointaoie asntō deuéefut lepntionne ijpae t surehiro ae/em>, ni/hinridōespan l’histoire1’m éc勀)prntnrosauvraux t lsrites dà un citsvusnelassd’Ats authentanepén aa/eee duespan l’histoire
/block;|

22.

  • Koons par e ChéoetSo-, nee de S auSe c=",)t崔世珍cfuanecx, ont ci 1913,tplet ea paletour unemes vimrticipa auss 5a href="#ftn19">(...)
  • 8nvoquée icisar Mrt 801éo ns ifirait on indirsoquiuaitsooki.sistence m(Kōsle g1454考証学),21dans ules "sulendeticipa auss 6a href="#ftn20">(...)

tp. c471). Puérude llons-ijisa vaŏnmuince m(lude vagomrie>Nihle mes victo)m>Kojissibeluan4">La di ifoauSejetg>tp. c472), ci nfranKojiki houmi no e de e vaKuomō, kaile k>terreLuit le sens des dur qèclebreume du e de Yasukuni20. L’eEc="go,gramn clo car xemple801). adaceerTaika,aenointongnnsntanetard>tp. c474)s de deutvaithul latlic de lla ditchtle alce,>Bs="Nobundmotnc l paant il n du d, un cere nnai taux relienuée parusa>iue des queEdo,bakufu12alls les trles preptione-tempv écri/ss riture éttmajon o laaienuée paru t origt éAtrès hautnht ooyat ne part tane01). ">cres reluumi engo lus mctce">chem ntoute unnumeue coux, e, e sinndur qdanrt igqui rale, indiffce qreeSur:elienuée paru tode la fin de e Heyleip Hi ineeuthenontclest ivai doccio>C inveabsa>. L’eivée de l’écritnre au Japon avant lffdis prus écritscmexnciice la fin de queEdobeluagtsutan d, te,nrnfaeelat ooyactulégèremenele montlesse à lre du temtn13">13.

  • .ooyaaletur enjetru t origtateakundeticipa auss 6a href="#ftn21">(...)
  • 1nveivo, uii Kim MKeizestokum>Nihdm済録deticipa auss 6a href="#ftn22">(...)
  • (...)
  • p. 46-49.

et le , intervmi shin, leibuma >Shint Koù,jlsntiondieux >Paide ex lourten4">Ldei quvun oraletlesse à lre du te,nomire, s eurle qelergffért carax lourtmoji13.

  • p. 46-49.
  • 612vgittio deticipa auss 6a href="#ftn16">(...)
  • Nih/ep. ct 7「o邦上iki無>日(中略)以為上 有國>者妄説也」fm> p. 46-49.

etndai n自娯集 (Recuecriua psnd rastihiroedos) eurKaibspa s panobum貝原篤信e de Yasukuni et le daim崎廟記 (Étières2">12vmausolcede e Hakozde , 1098 e de Yasukuni1cee caraes dunt ces deegt éAtrès hau dl quen rfiaitresjissita m rm.gce rs>(cdi dsionaCassiquendurm> < sir1801icriord, iie,suit le sens desm1n4">aexncinteamtune très hautiquefre cto, maspriAntiquité)

11.

block;|
  • Nihl勘>nue Shōt au4 昌泰4 (901) 7「上iki 事皆出口傳。故onj々 事應有遺漏」fm> p. 46-49.
nfra
< én feaucosuitême d f pas lav812édqreeSa
/block;|
  • Nih/ep. c7 7「兩儒の論ずるところ。無稽の甚しきなり」fm> p. 46-49.

Ce suée paru tode la fin de queEdoères chlcelurgfférdeea >Ce suée paruiquesinterveoeu, pofmndem ntspriAntiquité)terrekusarezushandai n腐儒).ut atete0 sineegt éAtrès haupionsone partii temnnai mojur:eliu grrnitil deuéeionasintfmndem ntspri>terremu (endai n無稽),ntōlea >Ce suée parumoops dun c ues an du dtment). ou sroi pmptn13">13.

block;|
  • して。我國を鄙むるは。固陋の甚しきなり。舊きo m社には。上ikiの神>今に殘りて。儼然として存在するなり」fm> p. 46-49.
nfra, nmojisubsistanrastdmeign c-1801éo nyles vaithtō>. plun c ystioe l. Cassique2itsvme d fbliengittio les dsubo, ma uleau l, insuit le sens deseteamtuneAtrès hau. Qécrsbord, inesenontomirpoudtAntiquité)
/block;|

C inveanalyshtle C inveauthurtmc o laaienles preci nront de ces’écriture du tehvers 18a’n cresoccupait ei yoyuki esoters textprsCiofuan e lseilité l, indraigon se Yire, snps d pip paan ne l atorfermefért >C iiu gfmndaragiqKanendmo/ss dei-ci urai use eopinishvers 18a ourt,resite, , poue sox, plues2">12algittio les ,rle queàéigvadrallic del d’Ats a dprlinmpOntnht es ival 19cil n du dnai moela ditchtlesoquion indirefin desqueEdo.ut atgon se Yire, snfin n ct deccuecrliaractères par Hi ut acce pfce qrcfai,mranKojis mportaru tode la soquiuait oudts m1n4">alcencons port ne eluiae,uus, àcda/emcadutempvl ationaafaçonnvulg les spri>terrezne (afaçonndai n俗mukyok),ereprenaesnneprens par Hi ci eluiénian cs etsox, purt ynlelusaientt religieuses.

Kojissies vahp yoyukivd, ip Hi inletv inee 19C inveivée de lécriture du te/eapessspe quo Ar Hakusekin新井白石 (1657-1725).utu"1téres.toyatuendurtext,n intern cl. runuks tertres du te, n de e harrption de onnnoixer t dlatlégodtAntiquité)1riectecll mmxis), rudpan>At inveivée de lre du tehfut rédigei qu erom1n4">ble n11">11.

block;|
  • ノ起レル始也トイハンハアシカラジ」ftlNihAr Hakusekinzcrs ūm>Nihdo井白石全集 (Œus prtrepplè pre’esr Hadeticipa auss 7a href="#ftn13">(...)
nfraee brûlantt qutortuonon indirefin desre du teh ints stioe l uéefut queu réciacdan le sens deseitême d f pas laégèremenede de Yasukuni
/block;|

etg le vAts a rrnitdomaie cea nndiaion quu agesrs ai pris fut taneedi niis leumi e, reprenaeaav81t-lda.t>12ves dieKanendmo/sIamvers 18aAts a ilusa15fit dytbsmboue on erv>6esn intern gittio les dr tIzumoeres’es par ure corureh iie,s nfut quehypomportau>C inve>r, mais lvraux temm’existence d’ures du te, di tempsd,endur lsd,e’import ne n desre h va s/’exi loeuu’pshian, eromunmoji as leoffcl. rulégod les .tn14"eàéigvadsit agi dderviracntiques te’euuki eton iauvraux t les par Hitn religieuses.

, ntizenaniuauxdansassait iait caractftUnechaçla,ncinteamtanea’uns l Il ynlelusaienan à agesrsxistu réciane écritufutranassait iaiftDuà un citsvus >C inveivée de lécriture du te/eilhse.situeinteamdigncede tIositionMasf. c="1 outesdan le sens desfigurt èsCiotyp L’eivée de l mr silusmoo caractère de Yasukuni13.

  • mfclfide li-ci faisait bie auaikiNihA="bodyftn17a href="#ftn15">(...)
  • Nihdndur i enHit pami no eun) Kim Mfukumum>Nihdndur i enfue lpami no e>Ce ) Kim M. c="m>Nihdndur i enmilpami no eenoin) Kim Myire,m>Nihdndur i eny pami no eqo deticipa auss 7a href="#ftn16">(...)
  • harparumdaik書 ;ui ensHDm>Nih/ep. c18 Koùaer">18 engoie deticipa auss 7(...)

s-lda. ku, leong< daditikyōem>daiknj舊事本義大成經 (letSufau s2">12vgeintfmndaumentntqdande documfeaucosuitême d f pas lo’un ét p e de Yasukuni19ablshipadste part des801icriashipo ae,e depénixeupshires.térielae0e01éoma Plas "天照太mukne paimiefutOeonamuc="1大己貴muknle onncrtō off47spplnèsCioonncrtōaur勀)p">66intujugittio les. Shōtne (tsef="1aur勀)ent ftençti use47spplneci nront de ces caractftLukiNih, e sineamdisti aienplnèsIamvet bie iNih, i enfum>Nih, i enmem>Nih, i enyom>Nih, i enem>Nih, i enmum>Nih, i ennale Nih, i entom>Nih, i enmom>Nih, i enchem>Nih, i enrom>Nih, facile posdquer12alls leem> engyllabudedces caff deset1efut10 000e de Yasukuni1riapadit, indraiâmetftLukiNihdatode la fin de queEdo.ractères par Hi le pan>Atsutit,elllSne eamdisti ci nront de ces caractur:e人含yok善命報名親兒倫元,elc., e sinee q189itbdenfateAntiquité)13.

Paide e, inuer luKim MHirumNihdci faée de lre du tehec ind ci 1779 auaikidaimuk国神>弁論 (Opomua Ss2">1riecteclerom. L’eOwarpaontind 01icrisratégibasmoes2">lffdis prusecrtsntōlea e part des8 celunsaientngittio les d o2">mporbliarinveivée de lre du teh01icrie llons-iett doacvs iiu gfmt18cursive.utécrrde lgi connaûredst">ceuKim MHirumNihmper">2013.

1rii enIrohaji hi)ftLatnfra

  • Nih/ep. ct 7「o説は、かの黒瀧の/音がkり作れる舊事大成經といふ物に記せる、妄説にkづきて言ひ出たる説なり」fm> p. 46-49.
nfra
NihKu, ldaditikyō 17unkl va br « sintfmndem ntee duespan l’histoire

/block;|

6Kosait801icrioseue couxs pre echoitvmauvaditieluiue leur.utu"1tére lnecue a pans le dfaçonnue t éAtrès haupion quenriappuyait «cle, ins2">lffunt ces dépoterrégnmojiue ynlelusaltr/rrdie lesitéripgnncee origt éa fin deme tevitabit religieuses.

Shint Konnjresituin anmpraclSne e2allsi>.ipauxdete0 sinaineone e pi moela radqonail dur:elieni>.onedannfblieftKanekèr,r d’InbreMasf. c="1’é st doIc="jonnKanera 一条兼良 l’histoire13.

1sritmival phMotou r,mcriaechert amvun o laqdanaut bie m troornre au01). aculclla tradit>Kosoi faée de lrt ne eret0onnnoixer/sMéositio01).Motou rnvaiaechert dlatlangue etemps, pderraide e12al le sens dess écritsr, mais lAexi t史o’un ét1téres.pniaiAudpouvaivée 01iux rexistence d’ula traditftn10inefauant nda m nfaepartag>r, mais lAt ditchtlese d’tstn22">22.

  • etg im>ji k記."Notdes801). oki et le Nih deticipa auss 8a href="#ftn20">(...)

Shint Kt史oe eza1dant,nramvet bie iC inve>r, mais lAexi mi m> et le Nih er/iNihAntiquité)Atsu nu,tlese d, lsd,eens caractftAsntiondieunfradaim記)ceuKim Mm> et le Nih c o laaintervmi sh1454m> etg le dai古 k),nramvenclutsp: 

block;|
  • 2JMRmi no ecf.ol cl 18 Kp. c15) 7「o/emに古 kと云るは、m>ji k記をいひ、後 kと云るは、今在るji k書紀と云るなり、其古 k重みする趣をみて、今の書紀よりikiき kなること知るべし」fm> p. 46-49.
nfra
NihKuna m> etg leihur;es assanceaégèremenmplassiques a>Nihm> et le r, maleau l, in.um-c ence f15Nihm> et le
/block;| tsp:  block;|
nfraNihKuna m> etg leihec o laNihsh1454m> etg leihecommunsie,suitmotekes victoeucm>daikunae21, >NihKpon, lKoons panelassd’Atsxi t史ivée nnixinee le sens des ledaiee duespan l’histoire
/block;|

r, mais lAt telsoaignnsn/emxistnnai t dt熟s l IlftLatsoisaiengei qu erom1n4">13.

,tervmi shin, leibuma >Shintu(C va br « surijisa vaHirumNihdci nront de ces’écriture du te)i01icrit fitdntaneea dmportleAt inveivée de lre du teftn10y exa/a>.eutsconfrons-ijisadiffce qrednt ifférenet l va br «srielaelftcres relivée de s.utécritures. L erost ci >Ce suis prftLuke faitss.e llons-iut accepceclalyshtuaitsooblida soacvlevmoji1’uée r81cad laaintervuxxtsterres par Hi irulm>daim胤云ふ).ut usndesdessancea llons-icout én xemplen dnveivée de l l-unsaientn01icriaquuashipo aersCil, u16Ce sde égux t,c-1llntn01icric-c encr-iut accauthurtmientn(e nize),ntō-1llntn01ipsu"1sarsn ct te0 ure (e vagi, lm>daim字),ups n arre ctHit religieuses.

  • Nih/ep. c1 7「mる怯き倫は、今云ふ限りに非ず」fm> p. 46-49.

et le 6ji as leoffgittio les dresmpvmonas de ceftn10y d, mingue 12al le sens desinteru gfmt18vun oraletterrere,n, lm>dai眞i) utec telivée eci nursivetterrerō, lm>dai草i)ftn10endes ival entionvitsterresHDm>Nih/ p. c2)sp: 

block;|
  • に似たるに。此はもと彼の諺/emを採て作れるには非じかと」fm> p. 46-49.
nfra
NihgomrieNihncii écf N l mr it-cuk ici01éfut queu récialassiqueeite nal;tr esm>NihgomrieNihn01éo ns s/[l com>Nihleur aux
/block;|

Nihlterreŏnmuie>Nih),iositio01). oklNih 史uith va s/’acm>Nih con erv>6ausel dedrvmi sh1454n> etg le block;|

  • の。古く彼の國にも傳はりたるを。彼の國人のさかしらを加へて。作り改めたる物ならむと」fm> p. 46-49.
nfraNihgomrieNihncii écpionsmr i nt-rast icis stioivée de lécriture du te.téraur勀)p">6
/block;|

inteame ; néx6 houmi no, n depan>Atsutit,ast d,eut accncvs inveav dt vu (n clo60), Bs="NobundmompIaclSne onuthen>Ce sautriffunt ces dte tit ainsuit le sens desl écrde de Yasukuni13.

  • p. 46-49.

At enficayafduton o liture oudts m1n4">alcendone cr0 mfcllas,.Motou rn1oKamotionCle meitsPdur erve fai,mleuisesipon lSne e2pshires.duShinte de Yasukuni

block;| nfraA,eato>Nu rna"1tcaranixr;teamv, etis stionnixr’psys,eeuendurtextnrastHi svasone partsannc paru tode lespçti écritsrastsone àé>6ji as l0 < rastHéo e partdeutvricl les, in.uProfce f15 /block;| 13.

block;|
  • Nih/ep. c10sp:e言へれども。強言なり。賀茂眞淵を始め。宣長は。皇國の道を開くと云へども。漢意はなれず。和漢混雑なる故に。明に知らず。強言をいひ出して。oの人を惑はす deあり。m胤云、縣居大deticipa auss 9a href="#ftn20">(...)
nfraceerSuzunoya (Nu rna"1)tone i-ci tit801icriHéy aion quan dnveivée de l’écriture du tenelassd’Atsxieepennécpgressrns d, e sinrastHép Hi in icije lespçti écrie de Yasukuni
/block;|

iuess/se coruvald). égitimdtes dieles par Hitn religieuses.

Ce iida tnc lui aua/à faitssanceinrpoulcede vaHirum< yoso jimarpanuna kow a>Nihji em>十七音 (Luse47cv, xceuKim MHirumNih),es par Hi pan>At «cle, indnveivée de lécriture du teftLukuxxtsinrpoulcea vaHirumNihdec ind,eut accncvs inveav dt vu,efutxikons parunt lesuspcltervmi s-lda. ku, leong< daditikyōle Nihdcse e paitiè er/iNihdnplunteonlusaien, in.um1l">cquec ages.s par Hi csuei-ci faisait bie ci faée de lre du te/se coée ui ralt psuartagon1ai criitr tchtdisti aie47spplned nnansinteécrrde lduKim MHirumNihd ans i-ci ti mingueemdnveivée de lécriture du tedraiiNihdnplourtmojiinteécrrde ld). lli enIrohaji hitsouninteru gtexte bie peonlusaienre deimhduvoraleaesmpvc np antvasonits< lourten4">tn01ipsone e opsmirn moes ptionraien, in,ellecligemesemn ct dlt bouddhusmit religieuses.

Nihluthalécda/e.uPto>s par Hi crpl psuarpofmnce quet, indr ditchtlese d’ce mén cce f15ddes47sppyllabudsp:etNihum>Nih, i enom>Nih, i enem>Nih, i enem>Nih, i enale 21ceepvc np antvasoni (so)erream>Nih, i enem>Nih, i enum>Nih, i enem>Nih, i enoji hi)ftEnfi,ai10a llons-iaesnneuf ionapns despri,n01ipsone d u plnedistinmojihnrazoentnpm ntsp:etrrerum>Nih, i enfum>Nih, i entrum>Nih, i enrum>Nih, i ennum>Nih, i enkum>Nih, i enyum>Nih, i enmum>Nih, i enum>Nih.ns par Hi amvriialt, inenet8tetujuoraleae,n01icri ages.unt leptaneloeu,eeuedone cr0haue i-ci tir1801icrinvoquéeautrio01ixiste pnsyoyuki e onnnoixer dr di/">ceepvc np antvasonit religieuses.

NihmpLuke faitiques am> vntsp:tn13">13.

block;|
  • Nih/ep. c14 7「右o monj>十七音>者。天屋根命之眞i也。對馬國>部阿比留氏内々i之可秘々焉」fm> p. 46-49.
nfra. Le Tsushimat éc e paimi e,n01éo nsa gard usndrè pe de Yasukuni
/block;|

, esoaignnsftAsntionav i grrnites. a. égitimdt>C inveasccda/s lAeAhiru,acdaccda/emfut atonziida tême d f pass’du t omul koyai,ai10crpl psuaurai use le sens des uivicrnerdee latt c de gei qu erom1n4">Ce suée ntemmi em>Nihdc)erream>Nih, roki.nn dec>Kchtlese d’cequeinrpdiférdliant fut qu erom1n4">e de Yasukuni13.

  • 12al np antvasoni on indiaid lAt inveivée de lre du teintujuaue eticipa auss 9a href="#ftn13">(...)

Nih/ep. c19-20)ftn10ents anctc ne ; o>Ce sautriff xemplen dacrum< ci faée de lre du te, inveuHi ci cursive, inveautrio01ippambinetlmpvpns de tō>.s desvastiassa, in,noùalprecon agest carasupaixinmoya, et nà judivxinmoya, auxitoy1llnte de Yasukuni13.

tesa dpm nune pi deci faiin anttdhtncveraurjikiesr Hakusekiraine mfclfce fiefutuHi v rs/emhduvmi Mai.yōs ūm>Nihdoùalprecle sens desme/ehejicm>dai肥人 cara uaiiNih, facile posdquerionahe accciiKomaspri>tKoma 高麗 èsrmantt qu éc), ndur dire801). ikiNih mr itoaimpleférdxikssancevenesmi écf Pdur s par Hi, HakusekirrepretAtsst 8ujuanachronusmi,0haueon qu-dpouvadht es ivalreabdae0edr acré pi de>CskiNiht religieuses.

mporyaitt 8urgffér pi d,es par Hi eevi infut queuitures.01icriaqonnjresc o l,rjiki houmi no, go leld). ix psuarescexte bie esthodutemraine ages.latt c de gennuée ntnl écrnesdraiiNihftn10ents anctce2pshires.oùaique13.

  • Nihl東國通鑑 (Miroi hduvPsyiturt queEst htion de ot ia écete tilmoele m1484(...)
  • Csenointipgnns [Ci ,nTer d, Hepre]isubsisthene mChinem>Nihdcgiujudice quetèreencyc eticipa auss 9a href="#ftn15">(...)

Cvi inptionraien.ns par Hi rs le 01). ou iC invehtion de ot ia éceenppam biçan ct dlavpnriodee>CsenointHs="(Samhs="三韓)raine mfe paihoixeroinenetnointioyaumt,c-1setnointioyaumt hoixfnt ia écetenécror’ uon indiate0 s (Chosŏn)fts desrulrme->(c,erane legiujue lbarbarsterreebisukun lm>dai蕃國)têmore , aien, in,ention vahp dsubsistdstratégilon n desreccd)Susa1owo n and cr0huandhxtemo ot ia Haueon l’ ucce out dstratégionuthenlon n ndian ava Mike. nutionmikoto"三毛入野命,0hrir-iot Jinmu,n01ipderomttioi>C inveude>Csenointioyaumt,cShiurei"(Sirokdo羅 Kim MsDHmi no Kp. c28).ns par Hi an aveienficsuipgnncee C ūai,eeemfut atav81t-ld depanpsetee>CsenointioyaumtC , un ctehfmnce que les des victoes2">12vgolnl écr,ntōla venee>C , un ctehC écrdisubsist. Sefclfce fie auaikioe lcommunso o2">1aux >Paide ees te12al le sens dess écriiositio01icrinvoqaion quan dnveivée de l vaprlftLatdae0e ehalécdefut at60espane16span anner dsuipgnncee Nomtne (subsisth(so)enp374>sel de achronons lste part den le)ftn10vers 18el06ax relien>Ce sautriffioyaumtmper">20(c – intervmi Wrkunngiti zu a>Nih和漢三才圖會e de Yasukunilsd,et éters texe,nvoquée icilon, e sininteécabsais lAexihtlese d’c vaprlnterrekoku, l>Nih國i) fut at éceee origt éu réciajus01éfutSejrig. Àtradqonail deAt iune paimi sres, use le sens deses victoejus01éfutcn ipgnn,es par Hi elui-cdur: 

block;| /block;|

,tsi dnveivée de lla traditcsuei-ci an aver 166, écriture du teftLabda m nune pi deietoueun ien, in,s2">unkrt om-le,aine mfv ques l Il c:ea) 12alnxs precoécrdidis ne n dec>oe lnvoqaion quan dnveivée de laval;tdnveivée de lla tradi ;ub) 1nveivée de ll écrnerehiro aeton indirecteclla tradit, écriture du te ;uc) t n12alCoécrdiol;tx, pur>6Csenointioyaumt,etemps, t religieuses.

lsd,ecpsadiffce qrces vicrnerderet0aimpleférd’écrittéra)pxtemosp:etn13">13.

block;|
  • Nih/ep. c32 7「m國の正しき>は傳へながら。年を重ねoを經るまにまに。古傳の用格を失へるを。強に其>に原づき。悉曇 章を附會して。iを製り増したる故に。かく事痛き き物とは成にけむ」fm> p. 46-49.
nfra use le sens desene mlprecombinie ax relengititiè,nradiol;taugférs elen, un cere le sens deorlassiquendurm> < rale>equess t>ceepvchousoaitmaladeoènt l’histoire
/block;|

block;|

nfraNihHirumCe sdonsrnesm>Nih(u, wo, wd,ewc,nwa)leiheeuem>Nih(yu, yo, i,ee, ya)fet enIls ti minguene i-ci m>Nihi /wi,eeemo/wo nfaenttdhthaçla entionexacuurle qaupa"s iarce. Sicrs p Hi inép">6NihgomrieNihnaur nt-rastp">6Atsutit, icila ti mincpi decistiom>Niho/wo, i/wi,ee/wesadi mincpi dsasone lehalctuit>C orign dev81cit bie 0NihHirumsadi mincpi dsaci ayainép">6
/block;|
  • Csenointm> vntudsp:e1643,e1655,e1682. Dtagordie les,nayafdmbshirdntnns eei inau eticipa auss 101 href="#ftn14">(...)
  • Nihdn. c39,0hacsfrt,clfie qrceefutYimChin-Hŭi (RicShinki) 李進熙, i enRichōtiontsūre,nre,m>Nihd eticipa auss 10a href="#ftn22">(...)
  • reprun ienrsax relienCoécrd,eHakusekir mo aetaxoi hcommuns elens écriiplutôtrpsuarl écr. S eticipa auss 10a href="#ftn13">(...)

Cslumbshirdntnl écrnesfat勀)pgalt, injeoccasres, voqivcs gesrtéraKch mait.dpou écisa o lainélt c d, e lmire, a uée mojees victo,uotioukrtaginie êuendrr>62112al oudts confucécrnese mC écf Iamaur勀)apnplunervmi cs gŭlShinte de Yasukuni13.

Ce sdi siponsnAassOgyū Sor 荻生徂徠 (1666-1728) rèsrda/emfutNagoya,uKinire,ta Ji pabu="木下實聞 (ou 實文)ntōAsa éa Yukifuc="1朝比奈之淵 (ou 文淵),ioslide nttfutNagoyauon indiatlases.oùans eeit u écmbshirdnl ans lpavait palnll écr on indiaid lAnveudeman el er/iNih,2ervmi KaekkwanChéoegŏljipl>Nih客館崔桀集 (es . mi Kyakukunngiiker">s ūm>Nih, Recueil dexistre éttélmov pi dene tradmt 8eea hôtes)ftn1sax lourtmde nttt dlave ; nsnveivée de ll écrneintujuuitures.inrpoulcea vaWrkunngicsfr s ūa>Nih和館璀粲集 (Recueil leda, e llaenmo dutte ton dees victo), nubl >6< a 1719.uCepssancece tit a)enpoutrioxiste pnséepnuer lt invei enIrohaji hiner/i,est doalphablusaien, yfat勀)noue.uCehuanavi ralt, injite faituxxtssubsist,futlagesrsuHi e llons pi de>C inveectecll écrneftn13">13.

  • Koons pa ecarajr/nvoqaie icient ones. a.dae0edriacporva, in,nfuanrenubl >6< a 1883ct dlt ma>iutir-io eticipa auss 10a href="#ftn14">(...)

sadi siponsnot Kinire,ta Jun.s=, omum ri Hōs ū 雨森芳洲 (1668-1755),. ée mo ot Tsushima,e mfcendiefutPusa1eeemfutNagasakintō oudiaarl écr. Iamacte tagnact ddctehfm te12alumbshirdntnl écrnesÀsubsist. e couvrit, irruis lenslxi l utiodual écr uctenfece que rdxikman el,2ervmi Zcr.i pa dō, cm>dai全一道人 (téche accciieamv, ette tlen,n1729)ftÀtradfimhdelsa vie,ecriectevAtsxi autrioons pa euees dietypt,2ervmi Kōrir s uc="1dai n交隣須知 (Cs.01icriutssaxoi h o2">1ea ielaeldes8ux res stiovcriin),s a communsn)noamm indrai uiverbs dcoécrde de Yasukuni13.

  • . aesm Koi.yō),n1753.utécritures. Lc-c uloralet>inteamlNihCelt c res, usedesm>Niheticipa auss 10a href="#ftn15">(...)
  • et ni2okeruvs ōsengo ionkenkyūm>Nihd江戸時代と明治時代のji kにおけ eticipa auss 106 href="#ftn14">(...)

Nihe de Yasukuni,t1ea uée mojees victoea Hi inérle qadistinipi d,eons>1aux >Paide eeoetimo dutmass="aō ditént-varifrt:smss=-caps;">xviiilass="nespane16spanngiècls,icout én ocommstnnai t les dp12">res ivalreeusystim lAriectecldl écre de Yasukuni13.

1ekiNih k教外篇 (Supplcemqreuon indienn rmi, infcdafér l),n orangceritures.oùas par Hi enavaitux >s01).,oue o2">,oued2alnxs prerèar sssuonns écriipa">1ea Jlsuèntemdone , ucce èn ceMaKcho Riccie de Yasukuni21eutvait pftLatqonail dea tnc ival rifcdt.nssitio01).Motou rnaion qréit doentre éttnc lui l>21encmmuerlsa f < rnnabe lralet>inteamvun o lNihdc)uneesthode ehilons l Il rigo2"mese,es par Hi p,basculcea intervregi mldecligemeeennndialparthèsrr>6ceeru éclcmpsus éon.nsom i,sconfrons>6Nih,nramsriom pira, e lmn01icrisaion qduvs ri mianusmil ans lrnitearinve>r, mais lAnveudeau-delon (mi Kakur< yocm>dai幽世soun隠世sp:el).Mondlacpo) rimirtl>21unkérpeexteezevegue employcea intervmi apon, m>Nihdc)ervmi m> etus okNihd ans èsrmearinvea13.

1riecteclftBarmanttintujuknul de gei riectec,rudnecponaAtsimaécir psuartagclcmpsistecligeà ja tradit,勀)purs2pshier ttrtaglese d’tsPrt ierdrai u faialnxs prepsim rojdai祝詞),. a roki.n tode ler, mais lAnveudhtlese d’cunsaiencunsèremeneafutlndian aver dral le sens dess écriftLates dt qonail deaine mfxin勀)asitiop12">lsd,encvs inveav dt vu,efaAtsd usaxoi hdt qon/a>,lese d’cramsriaésutitt religieuses.

Atsutiene i-ci faisait bie rtaglese d’lla tradi.uToanesa Hi inl va brs /a>,fmnce que lue o2">e pnséereablangulla tradi.un1sasa Hi in st don dec>Kchtdernfide efaAtsfmncrns d bie diffce qree,es victo0ee,air dnveivée de lla traditfaAtsinadén ato o2">e pnséereee tranguftC18">1jadmajon o lodea uée moj,es par Hi es. d be icionl lesetle le sens dusndesda de otsasyllab les des victo,sconçujefut rédigeesme/ekunj,m>Nihdno2">enpha slataiteatt c de ,eeuendur>e pnséere «cle, indeejs victo.uIampan>Atsutit,ast djisa le sens desndicrdin averdisubsist,ax reliabouddhusmi,. ou iNih,naine voqiv avai inpnrazoentnpm ntuotioukgauhp futleoènftn10 aion qpgalt, inl va brsfmnce que luednveivée de loccidér l rpan>udntaneotoeoeuone origtevmass="aō ditént-varifrt:smss=-caps;">xvilass="nespane16spanngiècls.uCal>Ce sdernfide elivée de sea Hi ininveavre cgeafuts seyCe sdednecpartlpouva-a tradis,eeuendurtean>Ce iida tdr/nvoqav i grtc nrisemmen ax reliabouddhusmi.uIamutsa clr)enpoutrioaié1lr u plntoalphablusaienstn religieuses.

sinteateoeudldectenee>Csl le sens desgititiès,21xixlass="nespane16spanngièclsendurtue onnnenn s duta pa2">mru éclcmpsus éon.nLadqonail deAt inveuommunspi de>C inveectecl sopécrneHi svaxin勀)es die astnQuoi01éo neiteenn ,.s par Hi csuexi aut s sèremexftn10ni svasmr itoja’éaexccea intepcecvbiede lt dridiaulvapsuadécaKcribueemdnvenv inres, use le sens deslaeln,c-1seuée ntn usePorastrougya, auxidu tejs victo. religieuses.

(c,emrfabn n erdrainxs prftn10 assique ervi utec tel01ippiraulHi inftn10le qadages.ereties texi ionacoup dnl anctspri>enphaunsn) ehalécdre lmn01icrineprenaa pursivetax relien le sens des’écriture du te01iprehiro ae/emfut assynpe avait paon indirectecll écrneftn13">13.

Nihdc)duvmi m> etus okNihd01iprelae0nttradpanpsetee>C rad écesimpleférdervsentn tode le, pur.uCeaineuée tan,euns eiengeibâdigte tlè pmn cepcehypomportatsouniajustifiearinvealcmpsiso lodnveudesystim lre , aien,einrns d bie arbime areftn13">13.

r>Kchtrt 801icri,01ipfmnce que luevr, inl va existence d’,endurteanbages.rt 801e21

  • Nih/ep. c19 7「また西洋人も甚く漢em>を笑ひて、漢人は餘りに>を多く製りて生涯己が國iを知盡すこと能はずと云へるをも思ふべし」fm> p. 46-49.

ceerua>simplmc o laerdee latts l Il >C inveectecll écrnefum1la>16solunres,encealsendurt voqivcs ">mru éeutvri dral le sens dess écri,eiona01ipsone si , un ctehpsuar u C écriete1es diepion qvbie cout én lpavait pa a cHi vi ,21<,01ipfon qr-air12alOccidér te »e de Yasukuni13.

r, mais lAnveudioivée de leromceeueiur sritsystim lgitihstaginie ehier auetenénesmpvnxs preivée i on indiaid lAt c>Kchtlese d’.nLadqoasi-total o laaien xemplen 01icri ages.ent ftençt>1ekiNihmps deut accncvs inveav dt vu,ecukuxxtsnikctttpartscrdlLrvmi s-lda. ku, leong< daditikyōle At icila qonail dfum1la0ni svo aet icije linie ehierftn13">13.

  • rumNihd上記tsoun tan,v81cit bie auaikima par hem>Nihdホツマ伝. Jndien enaarlmr i uctenctaneri da p. 46-49.

,v rs/emhdou v81catseduvécriture du tenel18">1jikceroindveautriu ionadivénixr;despri>dintean>Ce iida teoetimo dutmass="aō ditént-varifrt:smss=-caps;">xixlass="nespane16spansppièclse de Yasukuni13.

1ablangul01ipsous-t-ld acré pi de>Celriectecll écrne,nax reepcecnalyi dralpoirendveastiaul pi de>Cscon agest,ruda tnc ival lair psis par Hi huandanpsriipa">1atbertnmo dutsystim . Ues.en/a>,lese d’desdpa"cttdesdts l Il,dnecponaAtsvenir Il >écriture du teendsubsistdtn13">13.

C Hie pa s par Hintō moderne

  • CeRosny,kiNih/eParit,ErnuéeLerotene1887fm> p. 46-49.

Cu iNih mr 0endes u lAint>Csconnxs preentiondiffce qredlLmode>CeRosnyr12alcommuned ans agesrsabt c de gealme/ekunj,m>Nihddar Miune pduc res, use u faialuis pr duvmi m> etus okNihe de Yasukuni13.

  • Nih/eParit,POFne1985/ep. c4 eticipa auss 111 href="#ftn14">(...)
  • etumojc ionroie>Nihlji kem>の論spri>tDCelriecteclja tradit ), i enRikugō z Nihd六合雑誌 eticipa auss 11a href="#ftn22">(...)

Nih faA in,s2ffisamm inx lourto0ee,lpav81camojiinteebsisthAetMei, l ans psuartagon1srigeafut teintccetenéxts e eodernfsf pas.uDinteatre étteffervreccc lAt c>Kchtlefin d,cMu rnAril ri 森有礼 (1847-1889) rixina, e spatvrmerl le sens dess écriieueiyllab les des victol ans ldopteemdnveivée de l sopécrne,ioslan)es diejus01éfutav8esrsabspatvess/emhduves victol(mi m> etgo hctohirri dai nji k語廃止論). Ue autriomeun cere abSocamot>C invean6hAetMei, l(mi Meirokushaji hin明六社), Ntohi Am Hi 西周 (1829-1897)desru iat>1ui st don icrislan qpéereeejs victo on indiaid lAt cle sens desoccidér tee de YasukuniftDinterves dierrde ldicdivt,2ervpart s esthodusti Hie iwa Yire,yasu (1856-1933),n01ipaion qsanjdurn laaudCcnada, rixina, inteatrevullav81tmpsisti enRikugō z dai六合雑誌 dednecpartldopteemdral le sens des orangcrs e sinnveuommuneemdnveivée de lla tradit,21,n ndiaion quv8eéces par Hi, dnveivée de lécriture du tee de YasukuniC invehtion de c:eftrades dielefin d,c o gnixr bie js victo m iat>uHi eolisaiengeitaneenttaneviolentht ese enaa pul de ll écrnec)ervmi cs gŭlShint,n01ipfaAtsd veneseusymboa>, e je lidér o lal écrnebafduitn religieuses.

1ea Js victo endialpartlctons elealCoécrdindiffce qres.uCal>Crnfaio endioinguide efamo scrdiblen i récherne s de0v i geru glese d’caKcribuéceauxidu tedr eru encolonfsf ru eftDns>1nveivfin dgei qu omom1n4">la tradit,2Kim Yun-gyŏngk金允経 svasmr itoinnurgmosp:  block;|

nfraCe souenointcmrenant,nr u pp81caal sten suus éonnenqonstempvpaioornesainea Hi inxi lœ s de0p priotdec-c ence fie ax rehortvapsuar s e lnvoqaion quan dnveivée de linteécAnsaie o lorre vmde nttsndrè p, in,s2"> a ier dmdral le sens desaineimdtHi iniien le sens descoécrdieanje lenfduirn cdinteateoe cgne. Siyfcendain,exsntionav reepcecutrit aioorne,nradidivper ide nttrad ier dmut accsicrilaionncritur o. Ene ; dec-c ence fie use le sens de,nradiav81t-ldirn cn decratfaAtsunveivée de lécriture du te.uCenvoquée icieret,nradioslide nttjus01éfutav81t-ldre 01). ou ii hiS dt ehalctemeihpm>Nih o2">1riinuneuc res, un qplemeihpionplntoautriu urai use le sens des>écriture du tee paimi e mC écee duespan l’histoire

reécr uc égea intepceuniv rs/o laaesic’ ulrnit勀,sintujuastiale de01974ft01icriypaion q qtudioivée de lndigène a éceaval;tdetioiSejrig,0ee,air 11613.

sèremexpionplu iat>1veauthér c o laaieniNih. Yamada Yire,o 山田孝雄epennaAtse n1952taxoi hsemmenmo ean>Crnfide eapafuef passar Min lstialea iegnoupmojislet en r ode c:eionaMa m rncesur r u pli-dunsn) le sens des>écriture du te »e de Yasukuni13.

  • 1jikmi Gelda. m>Niheticipa auss 116 href="#ftn14">(...)
  • The Hor">ma Legeld–Path of Arcejon dslass="ne/ en xml:lang="en" lang="en">,ne pduit, irrAldrew D aver,bsianetnpail pi deCcistine1979.lass="ne/">(...)
  • 1jikdu t Ohoef anekotionmikoto"大田田根子命. Éart lana">Hor">ma kankōka. ホ eticipa auss 11(...)

Nih onttradvul >’.nDélctonain ou fmt1senoptrégulrns dess ns des s par Hi, radisonplntonénejislet >Cslusplctes tan,in ali prftUi lmire, dMar">moto"Yire,nosuke 松本善之助e de Yasukuni a, irr xemplvaréit doresréini hneffisamm ind>,fmndsaerdee plu docum o2">nubl ers taniru enunt ces ds2"> a ionaT part de, e Hor">maspri>tikima par iom>Nihホツマツタヘ 秀眞政伝紀),n01ipce tit e>unkéxtsteezesngkent ftençt>onl le sens desee du teacte tagnmojiel le sens dess écriftCukuxxt,n01ipdatmr itode01782,nfuanredivénixr;se n1992.dMar">moto"1veancttte pdui pa a anglctoe de Yasukunisene mae age>6. Naruhitocdetradmt 8ee Hieo (Hieo ionmiya Naruhitocre,nnonn浩宮徳仁親王)se n1993e de Yasukuni13.

  • 6< a 1930, rifehie2">mru éuniv rs/o laciiKumamoto"jus01é a 1970,1’uéertagate0 s de0, un ctehuis pr eticipa auss 119 href="#ftn14">(...)
  • 6< a 1937,siplôm ladnvehtion de ot ia fapul laai iittese pde gei riUniv rs/o laciiTōkyō c:etrreGis okonn– Um m>Niheticipa auss 120 href="#ftn15">(...)

sapafueetle le sens duu récilaai inveivée de leAhiru (,ndec indr iton ndiautmass="aō ditént-varifrt:smss=-caps;">viilass="nespane 16spanpiècls),endurtmée naci aioiniien le sens desdatseionadenaa paixr spri>t01ipre indr ibie auaeret0 nnbut dt s stions d).uCeaineamènedhtncver/a>seapafuef pass,, irr xemplvac, e TanakatKasuya 田中勝也e de Yasukuniua> ndtn religieuses.