Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous
p. 7-18

Notes de la rédaction

La réalisation de ces deux numéros traitant du fait colonial dans le contexte japonais n’aurait pu se faire sans le soutien de la Maison Franco-Japonaise de Tōkyō, dans les locaux de laquelle s’est déroulé le volet concret du travail éditorial. Sans le temps et le matériel alloués par cette structure de recherche du ministère des Affaires étrangères et européennes – ainsi que sa situation au Japon –, les numéros 18 et 19 ne seraient pas ce qu’ils sont. Les éditeurs tiennent donc à remercier cette institution.

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Jean-François Klein de son enthousiasme pour ce projet et pour sa relecture de cet (...)

1Il y a maintenant cent ans, en 1910, le royaume de Corée était annexé par le Japon. 2010 était donc destinée à être une année importante dans le traitement de la colonisation japonaise en Corée. C’est en réponse à ce contexte fort de sens que Cipango – Cahiers d’études japonaises a lancé, au printemps 2009, un appel à contribution qui opérait un ciblage sur le « fait colonial »1.

2Pourquoi le fait colonial et non pas seulement la Corée ? Parce qu’il paraissait alors tout à fait clair aux éditeurs de ce présent volume que la Corée allait logiquement faire l’objet d’une attention prononcée de la part des spécialistes de l’Asie orientale, avec le risque peut-être d’oublier le temps plus long – et souterrain – de la logique coloniale. En effet, avant l’annexion de la Corée vint celle de Taiwan, mais également une présence japonaise qui se développe en Mandchourie, à partir de 1904, sans compter que l’archipel entretenait déjà un rapport de domination avec la péninsule depuis 1876. Par ailleurs, si l’empire colonial japonais s’est écroulé en même temps que la défaite de 1945 – pour le Japon la décolonisation s’est superposée à la défaite militaire –, l’actualité du temps présent nous rappelle que le passé colonial empoisonne encore, si ce n’est plus que jamais, les relations entre les États modernes. Il semblait donc par trop exclusif de s’en tenir à une vision se limitant à la seule Corée en situation coloniale, et il fut décidé d’élaborer un appel à contributions embrassant le « fait colonial » dans son ensemble.

3« Fait colonial » ? Le terme est certes vague. Il a, de plus, pu être utilisé autrement par le passé. Il nous semblait toutefois mieux désigner un ensemble de phénomènes disparates relevant des effets – directs ou indirects – de la colonisation, tant dans son contexte d’époque qu’inscrits dans l’orbe du temps postcolonial. C’est dans ce sens thématiquement et chronologiquement ouvert qu’il faut comprendre notre titre. Notre appel s’est ainsi voulu ouvert à tous les champs disciplinaires possibles. Il s’agissait de sortir d’un éclairage strictement historien, et de permettre à d’autres disciplines de s’exprimer, ainsi, non pas sur le seul « moment colonial », mais également sur tout ce qui était susceptible de s’y rapporter, et ce en dehors de son champ chronologique strict.

4La proposition fut entendue, au-delà de toute espérance raisonnable : près de neuf cents pages de texte sur des sujets extrêmement variés, dont nous n’avons pu conserver que la moitié, tant pour des raisons de volume que de cohérence à donner à la pluralité de l’ensemble. Que soient donc vivement remerciés celles et ceux qui ont si bien répondu au premier appel à contribution de l’histoire de la revue !

5Les propositions retenues sont fidèles à notre volonté première de restituer un échantillon, qui ne saurait être exhaustif, de la variété du « fait colonial ». Ainsi le lecteur trouvera-t-il réunies des contributions sur les sociétés coloniales elles-mêmes, sur les questions relatives à la mémoire coloniale, sur l’histoire culturelle et économique, ou encore sur l’histoire diplomatique et militaire. Toute la question était de donner une cohérence à ces textes. La tâche s’avère, bien sûr, impossible au-delà d’une logique des bornes chronologiques. C’est pour cela que deux numéros de la revue viendront offrir deux cadres distincts permettant d’organiser la « matière » qui nous a été confiée : le présent volume, numéro 18, traitera la période coloniale, en se concentrant sur les décennies 1880-1920 ; le second volume, numéro 19, se penchera quant à lui sur le temps postcolonial, de 1950 à nos jours.

  • 2 Pai Hyung Il, Constructing “Korean” Origins: A Critical Review of Archaeology, Historiography, and (...)

6La colonisation dont il sera question dans les pages qui vont suivre est bien sûr celle de l’époque contemporaine, celle des États-nations nés pendant le long xixe siècle défini par Eric Hobsbawm, repris récemment par Christopher Alan Bayly. Il y aurait pourtant matière à évoquer les « autres » colonisations, celles des Anciens Régimes (colonisations de l’époque moderne), celles fondées sur des relations tributaires, ou encore celles du monde antique. Monde antique qui, d’ailleurs, s’invite dans les discours coloniaux et postcoloniaux : comme dans le cas de bien des puissances coloniales européennes, et à l’instar de la Grande-Bretagne qui se posait en héritière de l’Empire romain, le colonisateur japonais s’appuyait sur la protohistoire et la Haute Antiquité pour justifier historiquement ses prétentions à la tutelle de la péninsule coréenne ; par effet miroir, l’ancien colonisé, qui fait souvent le choix d’intégrer pour partie ce discours, s’appuie sur ce passé revisité dans l’élaboration de son ethnicité moderne. À ce dernier stade, la dynamique n’est certes pas exclusivement à mettre au compte de la colonisation et des projets nationaux du temps postcolonial : on sait bien que l’archéologie est dans son histoire une « science éminemment nationale ». Les travaux de Pai Hyung Il, sur la Corée, témoignent fort bien de ce fait. De même les travaux de Penny Edwards sur le Cambodge montrent combien le projet archéologique angkorien français sert à bâtir une certaine histoire du Kampuchéa et des Khmers2. Les États qui constituent le monde d’aujourd’hui sont ainsi souvent redevables de ces outils de construction – et de reformulation – du passé dans le présent. Les États-nations postcoloniaux rejoignent alors les logiques qui présidèrent à la genèse d’États-nations comme la France ou l’Allemagne.

7Cette intrication à la complexité redoutable entre passé immémorial, histoire, domination coloniale et projet national, ne pourra faire l’objet de notre attention ici. Il convient de savoir limiter ses ambitions, et il s’agira donc de traiter strictement de la colonisation déployée durant ce que les historiens français appellent l’époque contemporaine (les historiens japonais parlant de kindai 近代, littéralement « époque proche », dont on conçoit habituellement qu’elle court de la restauration impériale à la fin de la guerre du pacifique).

8La colonisation moderne connaît un tournant décisif au moment de la révolte des cipayes en 1857, lorsque la colonisation mercantile – celle des comptoirs et des enclaves portuaires – amorce une colonisation territoriale et fiscale. La forme « moderne » de domination coloniale, qui s’appuie sur les comptoirs, se superpose à celle plus « contemporaine » du protectorat et, surtout, de la colonie, qui repose sur l’exploitation territoriale et fiscale d’une région « mise en valeur » pour les besoins de la métropole. Cette mutation – déjà décrite par Lénine dans L’Impérialisme en 1917 –, qui intervient grosso modo entre 1757 et 1874, connaît ensuite une accélération dans le dernier tiers du xixe siècle et jusqu’aux années 1920, dans ce que l’historiographie en langue anglaise nomme la phase de « New Imperialism » ou « High Imperialism ». Le Japon participe lui aussi au « grand jeu » des puissances, puisque c’est à ce moment que son empire colonial se constitue : un pied est posé dans la péninsule coréenne en 1876, avec le traité inégal (l’un des fameux traités d’amitié et de commerce) passé avec le royaume de Chosŏn, les possessions coloniales – quelles qu’aient été leurs désignations officielles par ailleurs – sont ensuite étendues jusqu’en 1914. Ce domaine colonial comprend alors l’île de Taiwan, ancienne marche de l’empire Qing conquise sur celui-ci en 1895, la péninsule coréenne (protectorat en 1905, annexée en 1910), la moitié sud de l’île de Sakhaline (prise en 1905), la péninsule du Liaodong, située au sud de la Mandchourie (1905), et l’archipel micronésien (1914). L’ensemble de la Mandchourie du Sud, où le Japon s’étendit après 1905, fut consolidé en 1931-1932.

9Depuis les décolonisations et la fin des empires coloniaux européens et japonais, qui se produisirent globalement entre 1945 et la décennie 1960, l’histoire des sociétés coloniales est devenue l’un des grands champs d’étude de l’histoire universitaire, tant chez les anciennes puissances coloniales que dans les anciennes colonies. Il est souvent question des tensions pouvant exister entre ces mondes respectifs, par exemple entre le Japon et la Corée du Sud (la Corée du Nord étant souvent oubliée). Néanmoins, plus que les tensions et les résistances engendrées par le système asymétrique que fut celui de la colonisation, un état des lieux des historiographies en présence montrerait que, plutôt que des désaccords de principe, il s’agit davantage de différences entre les thèmes étudiés, dans la façon de les approcher. Inversement, le questionnement des historiens des anciennes métropoles se rejoint plus aisément et une vision mondiale du fait colonial commence à se dégager. Ainsi, Cipango, revue française centrée sur le Japon, participe également, de par sa présente livraison, à un plus ample mouvement historiographique qui, depuis l’ère des indépendances, aborde la colonisation dans toute sa pluralité.

  • 3 Jean-François Bayart, Les études postcoloniales. Un carnaval académique, Karthala, 2010, 132 p.
  • 4 Claude Liauzu (dir.), Dictionnaire de la colonisation française, Paris, Larousse, 2007, 646 p. ; Je (...)

10La France est « passionnée » d’histoire du temps colonial, surtout depuis les années 2000 et le grand débat sur la « République coloniale »3. L’étude de la colonisation française est pourtant plus ancienne. Ce champ s’est constitué à l’université dans les années 1970, notamment autour de l’Indochine, et a connu d’importantes avancées durant la décennie 1980, autour, par exemple, de Charles-Robert Ageron, Mohammed Harbi, Claude Liauzu ou Pierre Brocheux. Le volume des publications a beaucoup progressé dans la dernière décennie, l’année 2007 ayant été particulièrement faste avec la publication de deux dictionnaires4. Franchissant un nouveau cap, les « sociétés coloniales » – non seulement celles de l’empire français, mais également celles des autres anciennes puissances – ont été choisies au programme du Capes et de l’agrégation d’histoire pour les années 2013 et 2014.

  • 5 Voir la bibliographie indicative pour cet Atlas et pour les articles publiés en 2012 par Alain Deli (...)

11Plusieurs manuels ont été publiés dans ce cadre durant l’année 2012, qui ont vu la participation de chercheurs travaillant sur les possessions japonaises, notamment aux éditions Ellipse et Sédès. L’Asie orientale apparaît également en bonne place dans l’Atlas des empires coloniaux, xixe-xxe siècles publié chez Autrement en 20125. Dans cet ouvrage, qui offre pour la première fois, à l’échelle globale, un panorama complet de la colonisation contemporaine, sont présentés non seulement la péninsule indochinoise ou les Indes néerlandaises, mais aussi la Corée et le Taiwan coloniaux.

12Il y a donc aujourd’hui un véritable enjeu à présenter la colonisation japonaise dans une publication en langue française. Les numéros 18 et 19 de Cipango souhaitent ainsi participer à une dynamique plus globale. Car la perception et l’étude de l’histoire du monde est-asiatique restent encore restreintes en France, exception faite du monde indien et de la Chine. L’historiographie française étudiant le fait colonial japonais – le Japon constitue le seul cas d’État est-asiatique ayant mené une expansion de type colonial aux xixe et xxe siècles – se partage entre les études coréennes (travaux d’Alain Delissen), japonaises et chinoises. Ces deux numéros de Cipango constituent une sorte d’état des lieux de la recherche en langue française sur l’empire colonial japonais.

  • 6 Voir son bulletin annuel pour les chiffres ici évoqués.
  • 7 Arnaud Nanta, “The Japanese Colonial Historiography in Korea (1905-1945)”, in Rosa Caroli & Pierre- (...)

13Qu’il nous soit permis de nous arrêter un instant sur l’historiographie japonaise. En effet, les travaux menés en japonais sur les possessions coloniales japonaises présentent une masse si importante qu’elle ne peut être ignorée, qu’il s’agisse d’études générales portant sur la question coloniale, parues dans les années 1960 et 1970, ou de travaux plus « pointus » pour les décennies suivantes. Il ne peut, bien sûr, être question d’en brosser un tableau exhaustif. Soulignons simplement que les travaux universitaires japonais en histoire de la Corée sont parmi les plus nombreux au monde – hors Corée du Sud –, avec ceux produits aux États-Unis : une centaine d’ouvrages (toutes périodes confondues) et près de mille articles scientifiques sont publiés annuellement en japonais. La question coloniale a toujours occupé une place conséquente dans ces travaux, depuis la fondation, en 1959, de la Société japonaise pour l’histoire de la Corée (Chōsen shi kenkyūka5)sŏ騁史研究会)a class="footnotecall" id="bodyftn56 href="#ftn56>6. Dn eotrem lorn de l pécolvrai » pu champ c’intvstiogtion, ees travaux,premnent da seute de 1eux penés eu temps ce la colonisation, taot ent adoptat une prosure driteque(7/s>. DS un vonstit suiillire deut être ifit pourtda seinlogie eaponaise p prposide Taiwan, ad ifit ,ce seot la Coréeet l’arcienne mandchourie dui se ptilleut la prt de leon dans les pujets eui interenssnt le mlus los historiens desl’archipel

1<Las prmière études cistoriensne sur le Cait colonial japonais ont aiparues dans le décennie 1960,/ class="footnotecall" id="bodyftn58"href="#ftn78>(< avec car exemple ees rravaux de P’historiont Yma be Kntairō 1905-19477) autour j’études gystèmatiquem tenle sn dem>Higtoire de laannexion de la Corée var le Japon./em>, Puvragesparueen 19565/ class="footnotecall" id="bodyftn59"href="#ftn29>(9/a>< au dcux de lHatadacTnkahi k旗田巍 1905819494),qui consributaad ifion decisifveaux édudes gulérielure sur le perception ejponaise de Ta Corée a class="footnotecall" id="bodyftn1"0"href="#ftn410>(0. L’étude de fait colonial daoi également eeaucoup pux istoriens desl’aconomiq – has encensaitement emaristers–, les qels ostiomrent ,dans les années 1960 qu’ine ptude dystèmatiquemet clobale.de féveloppe ent àconomique,japonais ans le prmier avingièrmesiècle ee pourvit so passerd’une régflxion dpussee sur leimpbrcation de relations entre le métropole.et css colonies. IDns unemême temps ,des comrps locument50. L’istoire culoniale atait anusnmaireDNihn irekihi k/em>,日本歴史 (Hstoire du mapon.)desl’aciteursdIan,miq,1as ds première fditions 19062).Elli a toouve suaplace cn 19592dans une psrielspéciafque, on hiutepolume s,inteitlé eLes/em><,em><,em><,em>< em>< (em> em>< em><,em><<代,日本と植民地. L’ensemble de lcs publications a beu au pébaula décennie 1980, ane pmportantc centrle.dens les dibat sur le pespens abiité djponaise dvis-à-vi de l’Asie oorsque l’est cosée a question ce la vaulgris,tion deusavoir lniversitairesdans l’

  • 51 Ar/span>Adre nSchmid,/span> Rhe Jaurnalsof Arsin xSudiaes/span> ,/span> R59: 4 20070/span> , . ;951-976; Jéponse ar eMark Peatie ct pR(...)

61 De questions ruiillire sur isse t dans s’historiographie jaérocatne dans Lhe J/em>, Publié cn 19584 DS uRaont Myes et dMark Peatie cysouhignoitnt denintriodction e matnue de cecherche sen langue anglaise un pquat de seècle elus laird un pistoriont orme lAdre nSchmiddritequeit lour trovail enintistanc ser la Cncensaté de lrendre nnt ormte dos historiegraphies eds poay anciennesent coloniaé,s aotamment aa Corée, tot ent rendnt étalement e partireCaroli Glucket csn colébrsLaponeos Mderne Myth./em> (9585)pour sauhignoe leimpossibliité d’étudeie l’histoire deuJapon consemporaineent rssant lotreml’empire colonial a class="footnotecall" id="bodyftn1"" href="#ftn21">(1. Lous re pourvns, e notre vour, pu’inscster eur leimpprielue nocensaté de lonnaît r dos historiegraphies en langue s vrnatclatres, ou eur le Cesoinsd’une ristoire dégion al dystèmatiquem

126/span>Qunle soderse par icipation d ce te mistoriographie jem>Cipango cntendu-lle plposier? Leassant ua dercription"de févtillde fuméro 19, somstacr auttemps postcolonial, d l’écitorial.qui cui sura qomstacr ,intpectin eci a tueneu de la Grésente livraison, aquelle s donc aour sbjettifsde se pencherasur le temps polonial dui-cême

12LDns son hrticle aur le treéployiment eaponais sur leîle de SHokkaidōaprès 19869 lorsque lelte mernière dst ainexée euttemritorreseational, (ans cnanmoins,être igtégree à la détropole.,ce qui nese produisa queappès 1904), eNomiq Gderfroymontrercolmenc celte mtrre du colonisation trcienne mut clacee sonu le conterôe d’une rMisionseuttDfircahsent e partir de 19869 Leaucienne mle deeEzo qorme llle ptait anpell du temps ceuJapon cshogual, nrssand’une roletequexivii/span>e siècle dn de cimplem avanct-ostcs au psud-oust devleîle ,c lne aoleteque

91DSnderne.eDalban-Tabardplur eute e plposide lMcahsl Vi rer la Candchourie mais aour sa pencheraslus loncreètment ser la mandchourkouo l’atat eateullte pcr en 19312 annalyent l’amagenairesqu’il sapu seuscter shez les aphotgraphis apicorial.stes daponais. LClmenc ce Japon cvoait il ra Candchourie dt les rpopulaions de lcetemritorreseluraithnicue ? L’enxamn des pociétés ce lrhotgraphis at de la Crlettiire de lertainesadextrercex,

920/span>e emar 19719et la Ccrse étonomique,jui seuivi la CPemière fGerre dondiale L’enfort bndautriceldt économique,queapeffetcué l colonisateur jans la péninsule cst souvent qnnalye renu leaucge de laexploitation tconomique,j(e qu’il put ) ou eien su prinse des prands cravaux didautricel at dolontris,es d(ais aairdifs)penés euns les années 19730. Alnxadre nRoymnsait de sasirela révlité dconomique,jesla péninsule csnsa penchent sur les pomier stemps ce lelte mmpiise economique, ot mintrercolmenc ceaufflu de lcaptrux éduit sur ot eié c lne a fulletcoréenne ; qui nermis des eébeloppe ent rappids, mais aort buperpiciells qu’il saut conc aasirelvec ceiromnipction"quant à luur jrtae. /p>

92Plerre- rançois BoulyriGrésente ln panodétonnu d laaistoire daponaise : le discours ce laanniculonialense Il sempenchereci otamment aur les pnnées 1970, de qnnalyeeque lues sixtes.maijurs,missr gesla penie àconomique, oes teéolricins desl pgstion coloniale, pdespécialistes de l’Aat bnderensss par ca Corée ou encore ces liebralx de P’hntre -eux -uerre s DS qorme la motecLlautreu ,laanniculonialense e mut camais,puissancteu temps ce empires coloniaux,

92 Cs ifférencte contributions sermettreot ,a l’écvdenoc, pdesomnidèxixe et xixe eiècle ; Jnn, en fn, leacoisde cccuplé d’u faiatiose ttamitaire.et non piscout ,miis su fbjet de nébat sarmi les pnsenlecturel as les rrtirtes , ycempreisde qur ot eaponais, qutteurnant duxie et xie siècle /p> /div>a class="fgo-top href="#feitorial.-513" >Hut coepages/a>

Notes

1 Nous remercions Jean-François Klein de son enthousiasme pour ce projet et pour sa relecture de cet éditorial.

2 Pai Hyung Il, Constructing “Korean” Origins: A Critical Review of Archaeology, Historiography, and Racial Myth in Korean State Formation Theories, Harvard University Asian Center, 2000, 592 p. ; Penny Edwards, Cambodge, The Cultivation of a Nation, Hawaii University Press, 2008, 349 p.

3 Jean-François Bayart, Les études postcoloniales. Un carnaval académique, Karthala, 2010, 132 p.

4 Claude Liauzu (dir.), Dictionnaire de la colonisation française, Paris, Larousse, 2007, 646 p. ; Jean-Pierre Rioux (dir.), Dictionnaire de la France coloniale, Paris, Flammarion, 2007, 935 p. ; Sophie Dulucq, Jean-François Klein et Benjamin Stora (dir.), Les mots de la colonisation, Toulouse, PUM, 2007, 127 p. Des ouvrages similaires ont été publiés depuis.

5 Voir la bibliographie indicative pour cet Atlas et pour les articles publiés en 2012 par Alain Delissen, Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous dans le cadre du programme du CAPES et de l’agrégation sur les sociétés coloniales.

6 Voir son bulletin annuel pour les chiffres ici évoqués.

7 Arnaud Nanta, “The Japanese Colonial Historiography in Korea (1905-1945)”, in Rosa Caroli & Pierre-François Souyri (ed.), History at Stake in East Asia, Venezia, Lib. Ed. Cafoscarina, 2012, 203 p., pp. 83-105.

8 L’étude de la Seconde Guerre mondiale avait, elle, débuté dès les années 1950. Voir Tristan Brunet, « Le débat sur l’Histoire de Shōwa et le Japon de 1955 », Cipango, no 17, 2010, p. 181-258.

9 Yamabe Kentarō 山辺健太郎, Nikkan heigō shōshi 日韓併合小史, Tōkyō, Iwanami, 1965, 238 p. Il publia aussi : Nihon tōchi-ka no Chōsen 日本統治下の朝鮮 (La Corée sous administration japonaise), Tōkyō, Iwanami, 1971, 227 p.

10 On pourrait évoquer, sur ce thème précis, les travaux de Stefan Tanaka, de Pai Hyung Il ou de Lionel Babicz.

11 Les quelques deux cents volumes de fac-similés uniquement sur la Corée coloniale (archives et documents) publiés par l’éditeur Ryūkei shosha 龍渓書舎 depuis les années 1990 en constituent sans doute la meilleure illustration.

12 Andre Schmid, The Journal of Asian Studies, 59: 4, 2000, p. 951-976 ; réponse par Mark Peattie et Ramon Myers, puis par Andre Schmid, The Journal of Asian Studies, 60: 3, 2001, p. 813-816.

13 Pour une vision française de ces conflits, voir le livre d’Olivier Cosson, Préparer la Grande Guerre. L’armée française et la guerre russo-japonaise (1904-1905), Paris, Les Indes Savantes, 2013, 382 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous, « Éditorial », Cipango, 18 | 2011, 7-18.

Référence électronique

Arnaud Nanta et Laurent Nespoulous, « Éditorial », Cipango [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cipango/1513

Haut de page

Auteurs

Arnaud Nanta

Articles du même auteur

Laurent Nespoulous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cipango – Cahiers d'études japonaises est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page