Navigation – Plan du site
Le Japon et le fait colonial I

La Mandchourie et la « Question d’Extrême-Orient », 1880-1910

Michel Vié
p. 19-78

Résumé

La Mandchourie entre dans l’histoire mondiale au moment de la grande phase d’expansion coloniale du dernier tiers du xixe siècle. Antérieurement, le but visé était commercial. Une meilleure technique dans l’emploi des armes à feu avait permis à l’Angleterre, aux États-Unis et à la France, d’imposer à la Chine et au Japon des traités inégaux et l’ouverture des ports. En revanche, des effectifs militaires limités ne favorisaient pas les guerres de conquête. Hong Kong et Shanghai symbolisaient le succès et les limites de cette politique. Associée à la Chine, voisine de la Corée dans le monde sinisé, coupée de la mer du Japon par l’avancée russe, la Mandchourie, sans attrait économique décisif, restait excentrée. Or en moins d’une décennie, une conjonction de données nouvelles la projette au centre des conflits les plus vifs. L’irruption de la guerre s’explique par le progrès des chemins de fer et de la navigation à vapeur, auquel le milieu naturel de la Mandchourie était favorable : plaine au centre, facilités portuaires au sud. Mais l’essentiel est ailleurs : dans le choix, par la Chine, le Japon, la Russie, d’une même politique fondée sur la volonté de combler leur retard militaire dans une mondialisation occidentale où la survie dépendait de la force. De là une colonisation visant la sécurité et un régime de paix armée, reproduction en petit de celui de l’Europe de 1871 à 1914. Les symboles de cette nouvelle colonisation en Asie sont alors le Transmandchourien et Port-Arthur. Entre ces deux colonialismes, commercial et sécuritaire, l’interaction est inévitable, vu leur juxtaposition géographique. Mais la différence persiste. C’est dans les deux guerres extrêmes-orientales (1894 et 1904) que l’on put voir la préfiguration de ce que devaient être en Europe les batailles de 1914.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Question d’Orient ou d’Extrême-Orient ? La construction des concepts

  • 1 François Joyaux, La Nouvelle question d’Extrême-Orient, Payot, 1985, 398 p.
  • 2 Pierre Renouvin, La Question d’Extrême-Orient 1840-1940, Hachette, 1946, 435 p.

1En 1985, François Joyaux, professeur d’histoire à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, publiait un livre intitulé La Nouvelle Question d’Extrême-Orient1. L’ouvrage venait compléter La Question d’Extrême-Orient de Pierre Renouvin2, étude déjà célèbre, unique en langue française, sortie des presses en 1946.

  • 3 Sur les relations internationales en Extrême Orient, voir aussi : George M. Beckmann, The Moderniza (...)

2Une réelle continuité rattachait les deux livres, en particulier leur problématique centrée sur les relations politiques et militaires entre les États. Leur objet n’était pas, à quarante années d’intervalle, le récit d’une même histoire. Les deux auteurs s’intéressent chacun séparément à une période particulière. P. Renouvin avait arrêté sa présentation à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, en 1940. F. Joyaux expose les suites du conflit à partir de 1945. La reprise volontaire du titre et de ses deux mots-clés « Question » et « Extrême-Orient » souligne le fait que les mêmes problèmes internationaux essentiels continuent de se poser, bien que la fin du conflit mondial en ait rénové les conditions. L’adjectif « nouvelle », sous la plume de F. Joyaux ne s’applique qu’à une tranche chronologique du temps historique3.

3Or P. Renouvin, déjà, avait procédé par une imitation volontaire, presque provocatrice. Il avait calqué le titre de son étude sur l’expression « La Question d’Orient », concept en usage dans le monde diplomatique du xixe siècle, s’appliquant à l’est de la Méditerranée. La terminologie n’est pas innocente. Elle suggère à la fois des implications méthodologiques dans l’analyse et des possibilités de ressemblance, jusqu’à un certain point, entre l’Orient méditerranéen et l’Extrême-Orient Pacifique.

4Cette forme de localisation, cependant, ne procède pas d’un vocabulaire géographique scientifiquement reconnu. Les espaces désignés sont immenses, impossibles à délimiter strictement, inévitablement hétérogènes.

5Dans le mot « Orient », l’unité des conditions physiques ne peut être contestée. L’est de la Méditerranée crée un lien contraignant entre ses trois bordures continentales : européenne (les Balkans), asiatique (Asie Mineure, Syrie, Palestine), et africaine (Égypte, Cyrénaïque). S’y trouvent incluses aussi deux voies mondiales de navigation : les « détroits » (Dardanelles, Bosphore) et, à partir de 1870, le canal de Suez et la mer Rouge. Le climat apporte partout des étés chauds et une forte sécheresse qui, localement, peut aller jusqu’au désert. En revanche, on ne peut oublier que, épisodiquement, le nord des Balkans, la mer Noire, la Mésopotamie ou, plus étonnamment, le Maghreb, situé à l’ouest, ont été intégrés dans la « Question d’Orient ».

6Dans l’« Extrême-Orient » de P. Renouvin, la prédominance de l’histoire l’emporte d’emblée. Il mentionne le climat de moussons au sujet duquel une publication abondante existait déjà. Mais parmi les territoires que le géographe Jules Sion décrit en 1928 dans ses deux volumes sur « l’Asie des Moussons », il écarte l’Inde (Asie du Sud) et ne retient de l’Asie du Sud-Est que la péninsule Indochinoise.

7Tout à l’opposé, l’Extrême-Orient doit inclure les régions froides du nord-est du continent ainsi que les archipels du Pacifique.

8Toutefois, cette distorsion n’est pas aussi grande qu’elle le paraît. P. Renouvin ne s’est pas trompé dans son choix. Au xixe siècle, et particulièrement dans sa seconde moitié, l’Orient et l’Extrême-Orient existent dans la politique mondiale de par leur confrontation avec l’Occident ; et dans ce rapport, plus que les positions géographiques, ont dominé l’infériorité ou la supériorité militaire. C’est donc par une réflexion sur les diverses modalités de colonisation, comprises dans le cadre de la tentative de domination planétaire de l’Occident de cette époque, qu’il faut poursuivre l’analyse.

9Il semble souhaitable de s’attacher tout d’abord au contenu de ce qui était appelé l’Occident. Loin de rassembler les États situés à l’ouest d’une ligne imaginaire, il ne s’agit que de l’Europe conquérante ou, plus précisément, des six grandes puissances qui y coexistent plus ou moins difficilement : l’Angleterre, la France, l’Autriche et la Russie ; puis plus récemment l’Allemagne (mais forte de l’héritage prussien) et l’Italie. Dans cette liste, la Russie est originale : elle est occidentale parce que redoutable militairement, orientale par sa situation ou son étrangeté. À l’exception de l’Autriche, ces puissances sont ou plutôt se conçoivent comme des États-nations. Toutes, soucieuses de leur sécurité, sont surarmées par rapport à une industrialisation qui demeure très inégale. Leur politique est généralement à la fois défensive et tournée vers l’expansion.

10Les états américains sont tenus hors de cette catégorie, même les États-Unis jusqu’à leur victoire contre l’Espagne (1898) : ils interviennent peu dans la grande politique internationale, si ce n’est lorsque leurs intérêts continentaux sont en jeu.

11L’expansion de cette Europe dominante est multiforme et adaptée à des territoires différents. Parmi eux, il convient de décrire en leurs traits spécifiques l’Orient et l’Extrême-Orient, sans négliger le fait que c’est par leurs racines européennes que se distinguent alors les phases de l’histoire des relations internationales : 1815-1848 ; puis 1850-1870 ; enfin 1871-1914.

  • 4 Sur les questions militaires en Extrême Orient : Hata Ikuhiko 秦郁彦, Taiheiyō kokusai kankeishi 太平洋関係 (...)

12Nous proposons de séparer dans le mot colonisation – indépendamment des motivations économiques ou politiques – le fait de peuplement, qui suppose un déplacement massif de population, et le fait de conquête, qui vise le contrôle d’un territoire par l’action militaire4. Une colonisation n’est complète que si le même État pratique avec succès les deux politiques.

  • 5 Philippe Rygiel, « Quand l’Europe était une terre d’émigration », Collections de l’Histoire – Les g (...)

13Or au xixe siècle, l’association entre peuplement et conquête devient rare dans l’expansion occidentale. D’après les spécialistes, cinquante-cinq millions d’Européens quittent leur continent entre 1820 et 1920, et la très grande majorité d’entre eux ont fait le choix de l’Amérique comme lieu de destination5, afin d’y occuper souvent des espaces encore libres, mais toujours placés sous la souveraineté d’États nouveaux, et dégagés de liens de dépendance coloniale envers l’Europe.

14Sur le continent africain, domaine de colonisation par excellence, c’est l’action militaire qui l’emporte. Mais souvent elle se limite à des colonnes légères, dans une fonction d’exploration autant que de guerre, à partir de bases côtières qui remontent à des périodes plus anciennes de l’intervention européenne (portugaise, anglaise, française). Il en résulte en quelques décennies un partage du territoire africain, facilité par l’absence de structures politiques stables. La résistance de l’Éthiopie à la colonisation italienne (1896) est une exception. Les frontières sont faciles à fixer et les conflits entre puissances conquérantes restent limités. Le cas de Fachoda, en 1898, est aussi une exception, explicable par l’intégration du bassin du Nil dans la « Question d’Orient ».

15Par comparaison, l’Orient et l’Extrême-Orient ne pouvaient paraître ouverts ni à une immigration massive ni à une pénétration militaire facile. Leur trait dominant était d’être organisé sur la base d’une présence, enracinée depuis longtemps, de l’État. Celle-ci était poussée même jusqu’à la construction de très grands empires : celui des Ottomans près de l’Occident et, très loin, la Chine elle-même. Tous les deux, hétérogènes, s’affaiblissent au xixe siècle, du fait surtout de mouvements centrifuges à leur périphérie, où ils subissent l’action des puissances occidentales, à la fois effet et cause. C’est en raison de cette donnée géopolitique quasi permanente que le mot « Question » (qui en langage diplomatique signifie crise sans solution plausible) fut employé spontanément en Orient et, par imitation, en Extrême-Orient, au singulier, quoique les problèmes aient été nombreux et dispersés.

Un sous-système déterminant : la Mandchourie, guerres et colonisations militaires

  • 6 Sur la « question de la Mandchourie » : Kitaoka Shin.ichi, Gotō Shinpei 後藤新平 (Gotō Shinpei), Chūōkō (...)
  • 7 Économiste et ancien ministre autrichien, puis professeur à l’Université de Harvard à partir de 193 (...)

16La Mandchourie, qui nous intéresse ici, peu connue au xixe siècle, est devenue vite célèbre au xxe siècle comme lieu de réussite d’une industrialisation volontaire, peu fréquente en situation coloniale6. Elle attire alors l’attention de Joseph Schumpeter7. Après la guerre, Mao Ze-Dong aurait, dit-on, félicité Ayukawa Yoshisuke 鮎川義介 (1880-1967), le fondateur de Nissan qui, en 1937, avait contribué à ce succès économique.

17Mais quand la Mandchourie « entre dans l’histoire internationale », aux confins des xixe et xxe siècles, ce n’est pas la modernité économique qui en est le moteur, mais une modernité militaire qui se manifeste par les événements des deux grandes guerres, sino-japonaise (1894-1895) et russo-japonaise (1904-1905).

  • 8 Connue en France par la bataille de Palikao (Baliqiao 八里橋, en chinois), qui valut le titre de comte (...)

18Certes, depuis la guerre de l’Opium – et surtout depuis l’entrée des forces franco-anglaises à Pékin en 18608 – la Chine était considérée comme une puissance militaire. Plus récemment, à la fin de la guerre franco-chinoise en 1885, la défaite, toute locale, de Langson avait pu faire naître des craintes à Paris. Cependant, aucun de ces épisodes guerriers n’était assez détaché de l’exotisme colonial pour justifier une comparaison avec le souvenir des conflits austro-prussien (1866) et franco-allemand (1870).

  • 9 Okamoto Shunpei, The Japanese Oligarchy and the Russo-Japanese War, op. cit., p. 149. “Even the Bat (...)

19D’une tout autre nature sont les deux grandes guerres extrême-orientales ici mentionnées. Les batailles, livrées si loin, sont bien plus modernes, au point de vue technique, que celles qui ont lieu, à la même époque à Cuba, aux Philippines (guerre hispano-américaine), au Transvaal, voire dans les Balkans. Forteresse russe assiégée pendant quatre mois (1904), Port-Arthur devient aussi célèbre que l’avait été Sébastopol, en Crimée. Mais ce sont les flottes de combat qui révèlent le mieux le niveau technologique des guerres. La bataille « du Yalu », en 1894, où s’affrontent escadres chinoise et japonaise, est considérée comme la plus importante depuis celle – austro-italienne – de Lissa (en 1866 en Adriatique). Le 27 mai 1905, après la destruction complète de la flotte russe de la Baltique près de l’île de Tsushima (mer du Japon), la victoire japonaise est comparée à celle de Nelson à Trafalgar (1805)9.

20De telles expériences de combat, en « grandeur réelle », attirent la réflexion des experts occidentaux. Dans les mois, qui suivent la bataille de Tsushima, à Londres, le « Premier Lord de la Mer », l’amiral John Fisher (1841-1920), invente deux types de grands navires : la classe « Dreadnought » (nom du premier bâtiment de cette catégorie), puissant et lent, qui va remplacer les cuirassés, et le croiseur de bataille, puissant, rapide notamment de par sa cuirasse moins épaisse, qui remplace les croiseurs cuirassés. On retrouve ces types de vaisseaux au Jütland le 31 mai 1916.

21Ainsi, nous verrons que l’entrée de la Mandchourie (spécialement le Liaodong, à l’extrémité duquel se trouve Port-Arthur) dans l’histoire commence par des guerres qui ne sont pas du tout du type des guerres coloniales, mais qui préfigurent plutôt l’avenir immédiat en Europe.

La Mandchourie et les trois empires

22L’espace des guerres – royaume de Corée et Mandchourie surtout – peut être inclus dans plusieurs cadres géopolitiques : 1) la bordure nord du monde sino-centré ; 2) l’Asie centrale, ni chinoise ni russe, mais soumise à l’autorité chinoise ou à l’autorité russe au xixe siècle ; 3) l’Asie du Nord-Est, concept défini par Yves Lacoste, pertinent parce qu’il fait place au Japon10. Quelle que soit la dénomination choisie, l’espace intermédiaire est encadré par trois empires à la période charnière des xixe et xxe siècles, lorsque les guerres modernes le font entrer sur le devant de l’histoire mondiale. De nos jours, cent ans plus tard, les frontières ont été un peu altérées. Mais sous des régimes différents, les trois grands états – Chine, Russie, Japon – sont en place, et l’espace intérieur aussi, quoique réduit aux deux Corées et à l’île de Taiwan. La colonisation occidentale a disparu, si ce n’est sous l’aspect des bases américaines créées, il y a soixante ans, en territoire japonais puis coréen. Définir l’espace des guerres non coloniales sino- et russo-japonaises, c’est déjà décrire des constantes qui, toutefois, ne peuvent être comprises que sous la forme d’une addition de situations historiques.

Aux confins du « continent chinois »

23Pour les chancelleries, Chine et Mandchourie sont impossibles à distinguer si l’on s’en tient au droit international : leurs frontières officielles, face aux États étrangers, ne le permettent pas. Pour choisir un exemple, on considérera les conséquences du traité signé à Pékin, par la Chine et la Russie, en octobre 1860. Ayant reconnu la souveraineté du tsar sur les territoires compris entre la mer du Japon à l’est, et à l’ouest, un affluent de l’Amour, l’Oussouri, cette rivière devient une frontière d’État. Quoique située en Mandchourie, elle est la limite de la Chine face à la Province maritime russe.

24La Mandchourie ne pouvait être pour autant réduite au statut de province chinoise. En premier lieu, au plan des symboles, l’association de la Mandchourie et de la Chine est le résultat d’une union dynastique. Le statut de « double monarchie » existe dans l’Europe du xixe siècle. Cependant plutôt qu’une union dans l’égalité, celle-ci s’apparente au regroupement de l’Irlande et de la Grande-Bretagne. À Pékin, le souverain, qui est un Mandchou depuis 1644, est présent et gouverne comme empereur de Chine. À Moukden, principale ville de la Mandchourie, considérée comme le pays de ses ancêtres, sa présence comme empereur est fictive. Mais la dualité nominale des territoires suffit à souligner leur séparation. On peut tenir pour symbolique l’existence d’une langue mandchoue, « le tartare », langue écrite et diplomatique, enseignée par Édouard Chavanne au Collège de France vers 1900.

25En second lieu, la séparation des territoires est fonctionnelle. Infime minorité, les Mandchous, au xviie siècle, avaient pu conquérir la Chine dans la mesure où leur spécialité guerrière n’avait rencontré que l’indifférence des Chinois pour l’action militaire. Ensuite, cette différence de comportement devient un des facteurs essentiels de la stabilité politique en Chine. À Pékin, les souverains de la dynastie mandchoue eurent constamment le souci de protéger leur pays d’origine contre une immigration des paysans chinois qui auraient pu détruire le peuple mandchou. Malgré cet obstacle, lors de la guerre sino- japonaise, la majorité de la population dans le sud de la Mandchourie est déjà chinoise. Quoique la densité de l’occupation du sol y soit beaucoup plus faible qu’en Chine.

26Ainsi, si l’on en juge d’après ses habitants, la Mandchourie en 1880-1890, n’est pas encore une terre chinoise. Elle commence seulement à le devenir. La transformation en cours est due à une colonisation de peuplement rendue récemment possible. Celle-ci, après avoir débuté lentement – et seulement là où les moyens de déplacement le permettaient – prit la forme d’un mouvement de masse dès la fin de la guerre russo-japonaise. De là, vingt-cinq ans plus tard, lors de la création du Mandchoukouo sous autorité japonaise, vint la perception dans ce territoire d’une coexistence de peuples divers. Ishiwara Kanji 石原莞爾 (1899-1949) le chef des opérations, qui planifia la conquête de la Mandchourie, décrivait alors cet espace comme « le pays des Mandchous, des Mongols et des Coréens, colonisé [ensuite] par les Chinois ».

27Seule la Chine put mener à bien ce type de colonisation. Seule elle disposait du « trop-plein » démographique indispensable, renforcé par une plus grande proximité. La Russie et le Japon auraient voulu parvenir à ce résultat. Mais, ils n’en eurent jamais les moyens.

La Mandchourie, un espace d’Asie centrale à prendre en compte…

  • 11 Pierre Renouvin, La Question d’Extrême-Orient 1840-1940, op. cit.

28Distincte nettement de la Chine « proprement dite », la Mandchourie occupe aussi une place originale, vers la fin du xixe siècle, dans l’Asie centrale. Cette longue et large zone de territoires, à la fois massivement continentaux et peu peuplés, part, à l’ouest, du Turkestan pour atteindre à l’est les mers bordières du Pacifique septentrional, mer du Japon, mer Jaune. Si l’on adjoint à cette immensité la péninsule Coréenne, l’Asie centrale se termine dans la mer de Chine orientale. Son originalité et son unité toutefois sont surtout géopolitiques. En elle, durant le long xixe siècle, comme l’écrit en 1946 P. Renouvin, « par la Sibérie et par la Province maritime, la Russie est limitrophe de l’Empire chinois sur des milliers de kilomètres ». Mais, ajoute-t-il, « presque partout le contact est établi dans des régions dont la population n’est pas chinoise et n’est pas sérieusement encadrée par les fonctionnaires du gouvernement de Pékin »11. La continuité de la frontière ne doit pas masquer une dissymétrie entre sa face nord et sa face sud. Côté russe, la capacité et la volonté d’établir une frontière militaire et une souveraineté complète sont freinées par la difficulté d’occuper suffisamment le sol. Côté chinois, la fragilité de la souveraineté (son aspect indirect : vassalités diverses, recours aux liens culturels et au prestige) est en puissance compensée par l’aptitude à instaurer un peuplement dense, quand le relief, l’aridité et les interdits de déplacement ne s’y opposent pas.

…dans la construction de l’Asie du Nord-Est

29Dans le vaste ensemble appelé Asie centrale, l’originalité de la Mandchourie est d’être une vaste plaine en son centre, et de disposer d’une large côte sur la mer Jaune, au sud. On retrouve ainsi le point focal des guerres modernes extrême-orientales : le Liaodong et Port-Arthur.

30La conjonction d’un espace vide, et d’un front de mer permet de rapprocher la Mandchourie de ses deux territoires voisins : d’un côté, la province maritime russe, définie par la puissante base navale de Vladivostok, guère plus ancienne que Port-Arthur (1866) et, d’un autre côté, le Royaume de Corée, déclaré indépendant en 1876. Ses faiblesses politiques et militaires peuvent y créer un effet de vide comparable à une insuffisance de population. En revanche, ses facilités portuaires sont considérables et bien placées par rapport aux détroits qui le séparent de l’archipel japonais. Tous ces territoires sont bordés par un chapelet de petites mers, non pas fermées, mais distinctes, parmi lesquelles on ne peut oublier le golfe du Chilhi (Bohai). Entouré par les puissances chinoise, russe et japonaise, l’ensemble forme une Asie du Nord-Est, très ouverte à la navigation. Quoique plus réduite géographiquement que celle définie par Y. Lacoste, cette dernière est entraînée, entre 1880 et 1890, dans des mutations géopolitiques rapides.

31Mais les descriptions n’ont d’intérêt que si elles contribuent à expliquer les guerres entre les trois puissances voisines, entre 1894 et 1905. Ces conflits, reconnus comme affrontement entre États, représentent une irruption de haute technicité militaire dans des espaces peu, ou pas du tout développés. De ce fait, il ne nous paraît pas acceptable de considérer les guerres sino-japonaise et russo-japonaise comme des riant:ses des riois puIs économiquea constituveors de la « question d’Extrême-Orient »représenne dans lentadditios histoco-e géographiqu, françains.

Enjeux et stratégies de la constitution des empires face à la Mandchourie

  • 2ThS sino-Japanese W ofre 1894-18ar, op. cit., p.75-187623PorLazpaffne étaie site (...)
  • 13, p. cit, p g (...)

23

Pour du Japonelletouviposéd dès la fin dShogunaestant étt de parvenir uhine égalitne réellt –e militaire ejuaritiqnt n avec six grandes puissances mondiales. La rvipation des traitès iné>Aux cinclu, adoen868ui est ut objectiins riasiblen>Mais dax ce ccrrent de l politiquexintérierie esteur sécuslier le territoirernatione par lobattention d’une positila politiqu dominantenle Coréelque plus vois e des États étrangee). Il ne s’agie pas dignontrerocuintérêe comrécis. s puen 18,re une immigratioe japonaise es, en russe de contrôre, se sétransuexintérieons. Toutefois, ce succèe rtaquan, ne prrdureuleulement La tr, qllicité militaire sont lesiergitants eōkyō,squesmtient avoibesoka>A avoi sétloppue à une colonisatioe esinutilque si le Japoe doii supFort), lv voisngage des empire, russe es chinoes. L questios ne peut êtr pr vote que si le Corét devient ue ÉtatamJapone pluss imulemenuhine «m aurelle »,a fin dmcrainnisis à diisancc six grades empiret continentaes.

16Aus riois puIe comréciines,cellesque pistent difficilemen>Auarbiontgques. entre l Chinee la Russiee du Japoni Il ne s’agie paseun partaron des territoiree colonibiales, main dtiluslier reur espace comms moyens d, renfoalemene stratémiqus. Toutefois, il convidrtait d expliquee paesquelit renconeon de situations historique, et detionnéns géographiques, la pbstabilite des guerres c’est devenu une constanue qu’à partir dt la décennen 1880-18es.

  • 4, p. c.40, p.27-131m>.

4Ausymééop Letaffaib Le(Espag4), Pouég)ss son preste en questios (guerre hispano-américaire 18,la guerre au Transvare 1970).

  • 15Dans le ut deville dFeydeaum>, (...)

  • 2hS sino-Japanese W ofre 1894-18ar op. cit., p.32-134,ue sur de «prindrient edudat (...)

2stouobusuvtué, àa e eville ai 14ubie, mer du Nohs entrA-anglapeteA-allemasas. Pou déciraler Ses ftses, ie ese indispensabes dt sde siarer dans l’v solutiog pénraille de l question d’Extrême-Orieie jusqut en 04pe.

C coexistencchoe mcisatabilite deima péaeismrree (1004-116es

  • 8 Pierre Renouvin, La Question d’Extrême-Orie40, 1840-19m>, p. cit, p.4-7m>.

xixe sièclee sous linafflulaca conivente es deusynamitiques : d’un côtee l ngage rérendue dans les pate industaeisités d’un Chines qui, du fait ds la populatihe, aura e «r unldoradoIe comréciie »;t, d’un autre côté,aes crain,ns plus tanvi,duqet du Japonalndant sees en Asie smolontl de inl-con des traitès iné>Ais, ne pui de réusit, s eêrocher deO occidentaon d’expiort), le rtachs chino5)8.

4

  • 9La Russie industurle g (...)

9Il s’agie donmcrainnaont d’sidérer leuintactiin dans unchrochnoloe».

A adont la guerre sint japonai (24 e rcelten 18)ie

  • 20, p.26it.
  • 21ThM moderzisationfl Chahy ano-Japar, op. car2021.

8Mais les guerrefueutas8e commennent yit êtree réptresue ccrplèmenant :uun côte, russe par la construction dchemrains dflier:uun côtee chinoietre japonais par un double mttuée ee puissancp PaColluper su, mes.

  • 2La Russie industurle r de 90nt en ">27, op. cit, p.89-91. Yamate (...)

9roce, neaprèr unsllectis, en traimpo flnouonesreonivindre Khas roviknuneigneon en cour d’étabssulemene dans la Province maritimee depuie Vladivost»

8, ie esvn ransemaaible qiet afth e, m mesurduqet du Tras Sibérnte s’approaagie de lu TrabaïkItal,de l questionuos pots qun rtair quisuvirt se termclu,iont éte dcbutsiee lninsuffisance de Vladivostoku point d’aolussulemens officioke énent s puàodoèmpsnt reconianB bieau-dels euatvicritoiree techniqia>, ie étais invibatable dispeerre que lœuvruns entomprinaoluaura à une colonisatio militaire danlaesquelis l’assoeauraien: lechemrains dflieruios pouvises aux brue, er une flotta puissana>.

2EnChire e>du Japr n>L’espacn réuisintr les lotta constructio militaire ne pouvail se trourle qu’en Mandchoure, /ouee>En Cornsn>Ainut rps paraîn dans le norr unlemspacpérioritaiern qui>Pour du Japon avait éte larsementffplacd, lors de l siaeuta, Scrai-Ppr="rsaorg,ra u7dmcren 15,re au Tionté d’s chg importaie sur d’île dSakhItahire er sur leKchouiale(,

  • 30,  . c.40, p.52-53m>.

30Aisa const rmme des ussuntasenpnféecoure 2 000tisnlo i de rvllupet impossib. T troix gradec trorieoedque plus d3 600tisnlo i sont Cependanrcheo puédnjeuxn Ange terr(chezsnronsodo)st, uxn e Franc(>Aus chtrrierr dHavre)nsn>sle sontivritse, en886nsn>slpmpoaiene desanoyens d260emnsn>Iltte forme ainse unerpreguèrentadditioo-japonaiseirx navir s rapid (s x-huitichou x-neufenœudu)er, biearimso, voirsurarimsos par rapport à sueeco gblen>Mais dabsstence dsuuaussités ce fa vintiier et la crainne dednjeux navir e chinois lmexpfinsn>Is paraîn donn réuisintrd ce frlle app d, adoaan >Aux construecoure étrangee>.

  • 2

2Mais artir dc desanoyenesuaprèsenant t ut plue per-cinermcèee)Aaprè, quesr d’intérês impoei, vern dec trorieoe où lvhtbleseduus navi etue celleu artie s chnoloncosmeetauxL  Yosilno,ns e4p.216detisnlo e const cue penronsodo ouestn aveuidui ving:njeuxœudu,sl dc trorierlque plus rapiit dmecona>.

8Pour ane combsae terstoirve. Mais lm naîprins et l, meerstncicc peaChine. D oher una peaChinerudstence de l politiquo-japonaisenle Corées-mên, àa e eville e, l’entréenls guernsEtne Cependaone le Japosleprédn, àa s guerns. L questiolaup plu importaeuensemblt êtra celle deaà perptation s dtrangege edtrerierhinraarcnisatio dans oèmpsnn ut rflexaticoleszen cotnsn>Is peuynt avoir uniorsqus dans le guereorun autrniorsqus danunmnivinussulemen rvint Qurs de l sécurites dans le gueras. Pouee rcieerre qcellstoulan raison d’êtrd dt la dipatioomprinn en rcelten 1894i>Il semb bleshtrrlidg opooinirae complit, cn elle presqus x q ans plus taern qui>Pleset du Japon, Àatriqher la Russie ef rvva men 04pe.

6n>

6n>

I pfustre aussd dsinnisieele Japoe i>nrespidérorganuslie une conquentnterventiot uiaefn atoher puissaue les États-Uni) et l’Ital»,a fin de cosuv aà>Port-Artha>. Ln periois p bcurinchniq,aoffhorn,oleaura , oinieune comuetouu of fo: dinviberntououle guere en Extrême-Orie,re que liegettemenénentule Japoe sed de la Russ> epenvaieepresqus invibataba>. cettn periois p ,esr un priatioexmrtuée sus du Japonntiot ufn atohe de la Russes maineà larixee indispensabet à lima péaeismrsa clbjectne>.

oEt réaéti, adoaan unscadie géographiq rsqus derainnditia>.

2.

.

  • 15

15unlt Tionté l/galssancsecreeu(,

  • 2, p.136nt e «n>L’Ange terrrstleprédlt da ûtest quc ûte,nfue-cst au ixte (...)

2Aux graeses puissanceeEuroréhiohemonaintioauuu JapesMoiisae n >Au danaprès en upsnn uenfoatmsritcmeors de lbaAsidelJiaozdch6) edquPmport-Arthitr ivband du omeRuidun comréciio,dt cpspeasatiees terrironial,is chgelus dmecos>pestr rétio a,si lt"texilcvque lliuairx ciurérene comréciic,uleiouveos d’adltnile dcoexontmhclls>politique onsidérne comu es traespidciofe qineà lr espace chinois. Tottee les puissancee coulttresusoiennenl leuoce ieslnlemeesSaufeca a Russe i> pfusta>.

  • hAnino-JapanesAgalssan: "">hDiplomacyonflTwo IslquanEmpien818-1 ar(...)

8Port-Artha>.

  • 9

9xix40e40< e> oistciies. Maipo sus sa Russeeunsdiactinllemenetleeuuaussitéseireconstructior déctdie esfixnnt à>Port-Artha>n>slyrgemaenace us tabilitlen d’éiens smMai-Uu>Aux aansuhnvirnnial,i-Uu>Auisuvitudbnde dep vasges c contrité(Dardaicels,msanocal Suezsta dt dropnr dola)onA Rustôttmno nlisuvipais, ilsonentirig puIi vers ln Extrême-Orieux. Ine prulbee, qu’eonnoment cpteodule nbr6) edqdesaracenfésentiques ds debitrntase Ereconstructi,t, iestmpossibndb i prooinirae co positile ns le flottruRuius>ePaciofe qas. Pous damirius pIo-anglainte d cettccumopulatisdireuuaussitér Ruidueene japona,i-araî la réuiionté lenvoyredtra nouvexux navir dlleignet HodonKodoa>.

  • (...)
  • xx40 e>m> e>m>,  . c40(...)

  • 230, . c40

2.

.

6n>

  • xix40 e>m> e>m>, . c40, p.78.a>
  • , p.81.40

N nouvaenjlineleshtielntulc contrôutuls territoion : des trpneet asolie

  • (...)

xix40e40< e> oistciiui, dans le parrtte desas,ee la colonisaticant étr rapoetrén aveela faiblus moyene militaiaon :>Larmenaceenletu ofpriatiionismresupolénenaule nbr5)Poumi >Ausltgenrnc cettinonuereati. Pspeanene quc cetts>politique peue iniutre unlartnotiabisnt –unqo, meuen cotn, cunsujeees , dgouvensemeno-anglaninndeuilbteviparncs utiefin d, l’Allemag(16 "tocbr)6) edqdes États-Unntdepuisuuu Jape Riefin de ccreeutee prulbeedtrc anm nsges diplomaentique, danseq qcelsn: lliumbéte comréciicenln Mandchourestjugtuée eennructioneansiorsqe eort adoaans: politique>.

a> < u u p> h2Affiliaiatis/p rrenitaisn/<2/u u p> ul> p> li>a>li> p> li>a>Ponals.openeinenti.org/lltitllefPmporilcdeireviqoenrSaieicqohumaineooettdoécieses"img alt="OpenEinenti J>Ponals"asrcefshigls/logo-reviqo-org.png" /an/li> a> >p> <

ISSNdélereronimiq 2260-7706>. < >a>Ponals.openeinenti.org/ci/spgo/?iagl=map">Plsptdu sitb30a> – a>C naces40">MensatianlntgalitoetnCrorduts40Ponals.openeinenti.org/ci/spgo/?iagl=backend">Fl audrtayndrcasatin/a>>. <

a>Ponals.openeinenti.org/l>Nuo adhimronsee OpenEinenti J>Ponals40Éineés aveL mol40Ponals.openeinenti.org/ci/spgo/l mol/l>Accprèrorservit40aan/

>5>5>p> p> p> //p> p> p> // jQiqry(tocuseme).ready(funreaoy() { jQiqry.ajax({ aaync:lt ue, url: "1515?forai=citmdby&lspg=fr&no rerdurl=1", success: funreaoy(Cieéspar30a>' ); jQiqry( '#citmdby li' ).css( "margin","1em 0ll); } } }); > }); //]]s"/scripu>u p> > varl_paq = _paq || []; > // isacker methodanlike "setCuniomDimmnsatieushmuldb lcalledb foera"isackPiglView" > _paq.push(['setCuniomV-vaable', 1, 'Domain', tocuseme.domain, 'iagl']); > _paq.push(['enibleCrossDomainLinking']); > _paq.push(["setDocusemeTitll", tocuseme.domain + "/ll+ tocuseme.titll]); > _paq.push(['isackPiglView']); > _paq.push(['enibleLinkTsacking']); > (funreaoy() { varluefhttps://pk.labocno.org/l; _paq.push(['setTsackerUrl', u+'pk.php']); > _paq.push(['setSitmId', '3']); > varld=tocuseme, g=d.creteElqmqme('scripu'), s=d.getElqmqmesByTagNaml('scripu')[0]; > g.types'="te/javascripu'; g.aaync=t ue; g.defer=t ue; g.srceu+'pk.js'; s.parqmeN mo.insertB foer(g,s); > })(); > "/scripu>> "!-- End PiwiklC mol-->u p> p> p> "!-- > jQiqry(tocuseme).ready(funreaoy($) { if ( $.fn.fancybox == uraefined ) { $.getScripu(fhttps://seisac-origin.openeinenti.org/js/fancybox/jmiqry.fancybox-1.3.1.jse, funreaoy() { $('a.iframl').fancybox(); > }); > } els)l{ $('a.iframl').fancybox(); > } > uthurl= > $.jsonp({ url: ('https:// uth.openeinenti.org/ uthensacasl'), callbackPiramlotr: 'callback', success: funreaoy(dta) { $('# uthdta').html('"img srcef'+dta.favirec+'">>,>'+dta.naml+'30a>'); > $.ajax({ > type: "GET", > url: "1515?forai=pdfepub&no rerdurl=1", > success: funreaoy(msg){ > $('#dlLinks').appund(msg); > } > }); > }, > error: funreaoy(dta){ > //$('# uthdta').html('guque, a>sgn in30a>'); > $.ajax({ > type: "GET", > url: "1515?forai=pdfepub&no rerdurl=1", > success: funreaoy(msg){ > $('#dlLinks').appund(msg); > } > }); > } }); > $('#peaalforeanli').lUv ('touchend', funreaoy(e) {}); > $('input[naml=q]').focus(funreaoy() { if ( $(this).attr('valul') == 'Rechercher' ) { $(this).attr('valul', ''); > } }); > }); jQiqry(tocuseme).ready(funreaoy($) { $(funreaoy() { if (tocuseme.cookio.indexOf("__cookioalert=1") == -1) { $("">").html("n>Enoa>Posuivaie voentrnavigiactiiepout sitb,Ivouo acceptez l'utilinisaticdoc okios. a>Enosavotanalus40aan/ }); -->5>scripu>p> < u u p>
u p> u p>
>OpenEinentin/u p> li> > li>a>n>OpenEinenti Bookt40li> > li>a>li> > li>a>&Eacut ;ine urs40li> > li>a>Enosavotanalus40aan/li> /ul> n/li> p> li> Ponals40 > li>a>Ponals.openeinenti.org">n>OpenEinenti J>Ponals40li> > li>a>Ponalsl>L uireviqo40li> > li>a>Ponals.openeinenti.org/643tnmEnosavotanalus40aan/li> /ul> n/li> p> li> > li>a>n>Ccienda40li> > li>a>Acc&eacut ;dmiea x annoicqo40li> > li>a> /ul> n/li> p> li> > li>a>n>Hypothèait40li> > li>a>Ccsaloguqse leearnets40li> /ul> n/li> /ul> a>
u p> ulu p> li> > li>a>n>Letara40li> > li>a>Alertit & abtinqmqmet40li> /ul> n/li> p> li> >OpenEinenti Freemiumn/ /ul> p>
u p> for acenti="//seirch.openeinenti.org/" method="get">u p> fieldset> > input naml="q" typess="te" /a >
u > input typessradioll" idthej>Ponalradiollnaml="ul" valulefhttp://j>Ponals.openeinenti.org/ci/spgo" checke idchecke " /a > labellenfidthej>Ponalradiol>d danl sreviqn/labelanbr/anbr/a input typessradioll" idopeneinentiradiollnaml="ul" valulef" />>,labellenfidopeneinentiradiol>d danOpenEinentin/labela > < >
u p> u > ulu p> liu <></spad uliu p> li> p> liu p> t>Tiara : > p> deCi/spgo30 de p> deCahemiodst ud ét japonait40 de p> tmEnob hr : > p> de > paReviqnaluridcsaiplinitaihe nsacréa àse leéud éeine ng q françonairaortame surnseee Jap>.li> p> li> p> liu p> tmEine ur : > p> deINALCO40 de p> tmSupaort : > p> dePapiguoettélereronimiqn/ de p> tmE ISSNd: > p> de2260-7706>. de p> tmISSNdimeim&eacut ;d: > p> de1164-5857>2 de 40 liu a>li> p> li> p> liu p> tmAccèad: > p> deOpen accest40 de 40 liu a>li> p> li> >Votaul snotice>d danseecasaloguq OpenEinentin/li> a>uliu a>li> p> li a>/spaDOI / R&eacut ;f&eacut ;reicqo40>/spad auliu p> li> p> liu p> tmDOI : > p> de10.4000/ci/spgo.1515>. de 40 liu a>li> p> li> >Citmiceeete r&eacut ;f&eacut ;reicqn/li> > >uliu >li> !-- /DOI / Réifféransl-->u p> lili> > >uliu > ulu > lia>/sp+xml%3Ae ng%3D%22fr%22+e ng%3D%22fr%22%3ELa+n Mandchour+et+e +%C2%AB%C2%A0Ququesti+d%E2%80%99n Ex%C3%AAême-Orie%C2%A0%C2%BB%2C+1880...&url=&via=openeinentisayo"<li> > lia>/sp+xml%3Ae ng%3D%22fr%22+e ng%3D%22fr%22%3ELa+n Mandchour+et+e +%C2%AB%C2%A0Ququesti+d%E2%80%99n Ex%C3%AAême-Orie%C2%A0%C2%BB%2C+1880...&titllefan classfacobook buttti-wrapl><li> > lia>/sp+xml%3Ae ng%3D%22fr%22+e ng%3D%22fr%22%3ELa+n Mandchour+et+e +%C2%AB%C2%A0Ququesti+d%E2%80%99n Ex%C3%AAême-Orie%C2%A0%C2%BB%2C+1880...&titllefan classgoogle buttti-wrapl><li> >uliu > u > > buttti a classirecs irec-dav">n/butttiiu !--[if lte IE 9]> p> link5> > "/html>