Navigation – Plan du site
Le Japon et le fait colonial I

Hokkaidō, an zéro

Changement des rapports de domination et septentrion japonais à la fin du xixe siècle
Noémi Godefroy
p. 105-133

Résumé

Parachevant des siècles de rapports inégaux de nature coloniale, l’annexion de l’île de Hokkaidō par le Japon en 1869 marque une rupture dans la nature, les objectifs et les moyens de la domination japonaise sur l’île. La restauration de Meiji et les troubles intérieurs qui s’ensuivent, la levée des interdictions maritimes isolationnistes, ainsi que la sécurisation de la frontière nord face à la Russie justifient une nouvelle politique coloniale qui s’articule autour de trois grandes lignes de force : la prise de possession administrative et le peuplement de l’île ; l’organisation du défrichement en vue d’une exploitation économique de ses ressources ; et l’instauration de mesures d’assimilation concernant les indigènes, les Aïnous. Une instance administrative spécifique est créée pour piloter les opérations : la Mission au Défrichement.
Ces mesures administratives, économiques et assimilatrices, mises en place entre 1869 et 1872, se démarquent profondément des politiques de domination précédentes, et rapprochent le gouvernement de Meiji de l’accomplissement de son objectif principal : construire un État-nation puissant sur les plans économique et militaire, capable de devenir la première grande puissance asiatique.

Haut de page

Texte intégral

1Avant d’être une colonie du Japon moderne, puis un élément à part entière de son territoire national, l’actuelle île de Hokkaidō, désignée avant 1869 par le nom d’Ezo, était déjà inscrite depuis longtemps dans un jeu complexe et changeant de rapports de domination à l’avantage de Honshū, l’île principale du Japon, et de ses habitants. Les Aïnous, les indigènes d’Ezo, étaient soumis à rude épreuve par leur proximité grandissante avec Honshū, et les habitants, puis colons de cette dernière découvraient à leur tour une « altérité » qu’ils allaient tendre à toujours dominer davantage.

  • 1 D’après les cartes européennes de l’époque en possession de Toyotomi Hideyoshi 豊臣秀吉 (1537-1598), re (...)

2Les troubles insurrectionnels des Aïnous, à partir du milieu du xve siècle, alliés à l’importance stratégique de l’île, à la fin du xvie siècle, dans l’optique d’envahir la Corée1, finiront par rendre nécessaire un contrôle renforcé de la région. Un nouveau fief est donc créé dans la partie méridionale de l’île en 1590 : le fief de Matsumae (Matsumae han 松前藩). Ce dernier occupe une petite partie de la péninsule d’Oshima, et le clan Kakizaki 蠣崎 (qui deviendra le clan Matsumae, du nom de leur fief, en 1599) est placé à sa tête.

3Par ailleurs, face aux nouvelles altérités politiques auxquelles l’archipel va se retrouver confronté à partir de la seconde moitié du xvie siècle (Angleterre, Espagne, Portugal et Pays-Bas), les Tokugawa mettront en place, dans les années 1630, des interdictions maritimes (kaikin seisaku 海禁政策) qui « verrouillent » le pays en réduisant sévèrement ses échanges commerciaux et relations diplomatiques avec l’étranger. Une des conséquences de cette politique – qui sera qualifiée, plus tard, par les Européens de politique du « pays verrouillé » (sakoku 鎖国) –, est l’importance accrue des quelques relations commerciales encore autorisées, dont celles avec les Aïnous.

  • 2 Du nom d’une route commerciale reliant le Japon, la Chine et la Russie via les régions longeant le (...)
  • 3 Kokudaka 石高 : système de calcul du revenu des terres d’un fief en koku (l’équivalent de cent quatre (...)
  • 4 Outre l’aménagement du système de kokudaka évoqué plus haut, les seigneurs (daimyō) de Matsumae bén (...)

4En effet, ces échanges permettent de contourner en partie les restrictions et de se procurer des produits continentaux (chinois, aïnous, nivkhs, toungouses ou russes). Ce commerce, dit de « santan » (santan kōeki 山丹交 易)2, est extrêmement prospère. Le fief de Matsumae fournit au reste de l’archipel les fameux « trois produits d’Ezo » (Ezo no sanpin 蝦夷の三品) que sont le hareng (dont la chair broyée est utilisée comme engrais), le saumon, ainsi qu’une algue comestible, le konbu 昆布 (famille des Laminariaceae). S’ajoutent à cela les plumes de faucon et l’emblématique « brocart d’Ezo » (Ezo nishiki 蝦夷錦). Comme la riziculture n’est pas pratiquée avant les années 1850 à Ezo, l’une des particularités du fief de Matsumae est donc qu’il ne participe pas au système de kokudaka3. Les familles de guerriers dépendant du fief ne reçoivent pas de terres, comme c’est le cas dans le reste de l’archipel, mais des droits de commerce exclusifs avec les Aïnous. Ce commerce est limité à des lieux prédéfinis par le fief et octroyés aux vassaux les plus fidèles, ce qui permet d’exercer un contrôle indirect sur ce commerce bilatéral. Ce « système des comptoirs de commerce alloués » (akinaiba chigyō sei 商場知行制) voit le jour en 1596. De ce fait, un système de dépendances croisées se met en place, et dans son sillon, des relations coercitives : les Aïnous sont dépendants du fief pour se procurer des produits « japonais », le fief utilise les Aïnous pour justifier sa position de plaque tournante commerciale et son statut particulier vis-à-vis du shogunat4, ainsi que pour remplir les caisses domaniales en l’absence de riziculture. Les Aïnous, dans le cadre de cette relation tributaire, sont donc à la fois fournisseurs, marché et main-d’œuvre.

  • 5 À ce sujet, voir Inagaki Reiko 稲垣令子, « Kinsei Ezochi ni okeru girei shihai no tokushitsu: uimamu, o (...)
  • 6 Voir David L. Howell, Capitalism from Within: Economy, Society and the State in a Japanese Fishery, (...)

5La politique économique du fief est donc intrinsèquement liée à sa politique indigène ; sa position dominante doit être sans cesse réaffirmée vis-à-vis des Aïnous, comme vis-à-vis du shogunat. Dans cette optique, l’altérité des indigènes est mise en exergue. Une manifestation concrète en est la cérémonie de remise des tributs (uimamu ウイマム) organisée tous les ans à Matsumae. Les Aïnous, en costume d’apparat, sont paradés dans toute la ville avant d’être reçus par le seigneur. Leur apparence exotique est mise en scène et sert de justification à la domination. Des cérémonies de plus petite envergure, mais plus fréquentes – les omusha オムシャ –, sont organisées autour des comptoirs commerciaux, en territoire aïnou.5 En outre, cette domination passe également par le maintien de ces populations dominées dans une relative ignorance : durant presque toute la période de domination du fief, il leur est ainsi interdit d’apprendre la langue et les coutumes de leurs maîtres. Dès le début du xviiie siècle, les comptoirs de commerce susnommés se muent en « lieux d’entreprise contractuels » (basho ukeoi 場所請負). Pour faire face à une demande commerciale grandissante, ces basho, gérés par des vassaux du fief, puis par des commerçants, servent à la fois de lieux d’échanges, mais également d’exploitation de la main-d’œuvre aïnoue, dans ce que l’on pourrait qualifier de pêcheries proto-industrielles6.

La nécessité grandissante d’un nouveau type de domination

  • 7 Parmi ces naufragés, les plus influents furent sans doute Denbei 伝兵衛 en 1696 (il rencontre Pierre l (...)

6L’Empire russe fait preuve d’un intérêt croissant pour les marges orientales de son territoire et, à la fin du xviie siècle, des garnisons sont installées en Yakoutie, dans le nord-est de la Sibérie. En 1711, les Cosaques Danila Antsiferov et Ivan Kozyrevski entreprennent l’exploration des Kouriles (Antsiferov y est d’ailleurs tué, en 1712, par ses indigènes), et de petites colonies russes commencent à s’y installer. C’est grâce, entre autres, à la présence de naufragés japonais que la Russie de Pierre le Grand prend conscience de sa toute nouvelle proximité géographique avec l’archipel japonais7.

  • 8 Le Français La Pérouse en 1787, l’Anglais Broughton en 1796 et les Russes Kruzenstern et Golovnine, (...)

7Les Russes entrent en contact avec les Japonais présents sur l’île d’Ezo dès 1778, mais ces derniers refusent catégoriquement tout commerce avec eux, en vertu des interdictions maritimes. Cette demande est renouvelée en 1792, et refusée de nouveau. Par ailleurs, de plus en plus de navires occidentaux sillonnent la région en cette fin de xviiie siècle8.

8Si la domination économique japonaise à Ezo ne fait alors aucun doute, la domination politique est encore faible, et la présence grandissante d’Occidentaux dans cette région du monde, ajoutée aux difficultés financières du shogunat, motive certains lettrés confucéens proches du shōgun à remettre en question la nature et les objectifs de la domination septentrionale.

  • 9 Leur chef de file est Matsudaira Sadanobu 松平定信, chef du Conseil entre 1787 et 1793. À ce sujet, voi (...)

9À partir des années 1780, on voit apparaître dans l’entourage du shogun des « traités en faveur du défrichement » (kaitakuron 開拓論). Deux courants de pensée s’affrontent. Les partisans du statu quo, fidèles aux interdictions maritimes, veulent conserver l’île d’Ezo en tant que zone tampon non défrichée. D’après eux, un tel territoire serait d’autant moins un objet de convoitise territoriale qu’il n’est pas développé9.

  • 10 Voir Kudō Heisuke 工藤平助 et son « Rapport sur le pays des Ezo rouges [les Russes] » (Akaezo fūsetsukō (...)

10À eux s’opposent ceux qui militent pour l’ouverture et le développement, voire une plus grande intégration de l’île au territoire sous domination directe des Tokugawa, s’inspirant des politiques territoriale, économique et militaire russes10. Ces derniers remettent par la même occasion en question le paradigme des interdictions maritimes et de la politique dite du sakoku, et ce bien avant l’arrivée de Matthew Perry.

11Ce qui est innovant, c’est qu’aux arguments économiques des partisans du changement s’ajoutent des arguments stratégiques. Cependant, comme le souligne Augustin Berque11, ils ont tous en commun de raisonner d’après l’état de la zone dominée par le shogunat, et non d’après la situation de l’ensemble de l’île : une écrasante majorité de ces lettrés ne s’y est d’ailleurs jamais rendue. En fin de compte, c’est l’évolution du contexte international qui va donner un poids décisif aux thèses de ces derniers.

  • 12 Insurrection de Kunashiri-Menashi (ou Soulèvements Ezo de l’ère Kansei, Kansei Ezo sōdō 寛政蝦夷騒動) : r (...)

12En effet, à la fin du xviiie siècle, la présence grandissante des Russes et de navires étrangers dans la région, ajoutés à une insurrection aïnoue dans les Kouriles en 178912, sont à l’origine du passage de l’île d’Ezo sous administration shogunale directe à partir de 1799. Si l’île revient sous le contrôle du fief entre 1821 et 1854, un premier pas important vers l’intégration vient d’être franchi et ce sont désormais les orientations stratégiques face aux pressions extérieures, et non plus uniquement les objectifs « économiques » d’une relation tributaire, qui dictent dorénavant la nature de la domination sur l’île.

  • 13 Rodolfo Stavenhagen, The Ethnic Question: Conflicts, Development and Human Rights, Tōkyō, United Na (...)
  • 14 Ce concept décrit l’établissement progressif d’une société sur le territoire d’une autre dans un bu (...)
  • 15 Pierre-François Souyri, « Une forme originale de domination coloniale ? Les Japonais et le Hokkaidō (...)

13Après avoir analysé les rapports entre l’île d’Ezo et le Japon jusqu’à Meiji, on peut donc évoquer des relations de « colonialisme interne »13, qui se rapprochent du concept de « sociétés supplantantes » (supplanting societies), défini par David Day14, ou d’un « rapport inégal de nature colonisatrice »15. L’annexion de l’île d’Ezo au nouvel espace national en tant qu’île de Hokkaidō en 1869 parachève donc une dynamique de domination ancienne. Mais elle marque également une rupture nette avec la colonisation d’Ancien Régime : l’annexion de Hokkaidō au Japon est stratégique, consolidée par une orientation politique de défrichement, de peuplement, et d’intégration de la population aïnoue. Le Japon confirme ainsi qu’il se situe dans un paradigme de relations internationales nouveau : celui des États-nations.

La naissance de Hokkaidō

  • 16 Le Traité de Kanagawa 神奈川条約 (Kanagawa jōyaku), ou Traité d’amitié nippo-américain 日米親和条約 (Nichibei (...)

14Après l’arrivée de Perry et l’abrogation, en 1854, des interdictions maritimes qui avaient en partie isolé l’archipel, le statut des marges septentrionales fait l’objet de nouvelles tractations entre puissances. Hakodate, l’un des deux ports ouverts aux Américains d’après le Traité de Kanagawa16, se trouve sur l’île d’Ezo. Mais, comme nous l’avons évoqué plus haut, c’est surtout pour la Russie que cette zone présente un intérêt particulier.

  • 17 Voir Thierry Mormanne, « Le Problème des Kouriles : pour un retour à Saint-Pétersbourg », Cipango, (...)

15Le 7 février 1855, la Russie et le Japon signent le traité de Shimoda (ou Traité d’amitié russo-japonais, Nichiro washin jōyaku 日露和親条約), similaire au traité de Kanagawa. Une question délicate y est abordée : celle du problème de définition des frontières autour des Kouriles. La mainmise du nouvel État japonais sur Ezo est assurée, mais un partage entre les deux puissances est préconisé pour les territoires encore plus au nord : toutes les îles au sud de l’île d’Etorofu (actuelle Itouroup) seront japonaises, et toutes celles au nord d’Ouroup appartiendront à la Russie17.

  • 18 Ogasawara Nobuyuki 小笠原信之, Ainu kingendaishi yomihon アイヌ近現代史読み本 (Histoire contemporaine et actuelle (...)

16En 1867, les deux États signent le Règlement provisoire concernant Karafuto [Sakhaline] et Chishima [les Kouriles] (Karafuto Chishima ni kan suru karikisoku 樺太千島ニ関スル仮規則), mais celui-ci ne règle en rien le problème de l’île de Sakhaline, qui est provisoirement reconnue comme une « zone de peuplement mixte russo-japonais » (zakkyochi 雑居地), c’est-à-dire un condominium18. Les tensions russo-japonaises, toujours très vives malgré la signature de traités, sont déterminantes dans le choix de l’empereur Meiji d’annexer officiellement l’île après 1868.

L’annexion de l’île d’Ezo

La fonction de l’île d’Ezo est de servir de porte nord à l’empire ; elle est en contact direct avec Santan et la Mandchourie. Les frontières sont grossièrement établies, et cette partie nord est occupée par plusieurs peuples [japonais, aïnou et russe]. Jusqu’à maintenant, les administrateurs [de l’île] se sont servis des indigènes de manière extrêmement cruelle alors que les étrangers [les Russes] se montraient très compatissants. Les indigènes éprouvent donc souvent de la rancœur contre nous tandis qu’ils leur vouent respect et confiance. Quand, prétextant d’aider ce peuple face à ses difficultés, il se trouvera des gens pour agiter ces indigènes, cette agitation calamiteuse s’étendra comme une traînée de poudre à Hakodate et Matsumae. Pour prévenir ceci, notre travail à présent, une fois Hakodate pacifiée est la mise en œuvre immédiate de moyens pour guider la politique de défrichement, et faire [de l’île d’Ezo] une terre où le peuple pourra croître. 

  • 19 Shin.ya Gyō 新谷行, Ainu minzoku to nihon tennōsei kokka アイヌ民族と日本天皇制国家 (Le Peuple aïnou et l’État mona (...)

蝦夷地之儀ハ皇国ノ北門、直ニ山丹・満州ニ接シ、経界粗定トイヘ共、北部ニ至テハ、中外雑居致候処、是迄官使之土人ヲ使役スル、甚ダ苛酷ヲ極メ、外人ハ頗ル愛恤ヲ施シ候ヨリ、土人往々我邦人ヲ怨離シ、彼ヲ尊信スルニ至ル。一但民苦ヲ救フヲ名トシ、土人ヲ煽動スル者有之時ハ、其禍忽チ箱館、松前ニ延及スルハ必然ニテ、禍ヲ未然ニ防クハ、方今ノ要務ニ候間、箱館平定ノ上ハ、速ニ開拓教導等之方法ヲ施設シ、人民繁殖ノ城トナサシメラルベキ儀ニ付、利害得失、各意見無忌憚可申出候事19

17C’est avec ces mots que l’empereur Meiji fixe, dans une allocution à son cabinet le 30 juin 1869, une nouvelle priorité gouvernementale au régime : le défrichement et le peuplement des marges septentrionales de l’empire. Cette décision fait suite à une déclaration précoce du ministère des Affaires suprêmes (Dajōkan 太政官), le 12 mars 1868, faisant du défrichement et du peuplement du territoire d’Ezo des orientations prioritaires de l’État.

  • 20 Après la chute d’Edo aux mains des troupes monarchistes, le commandant de la marine shogunale, Enom (...)
  • 21 Par l’ordonnance 734 intitulée « Rebaptiser Ezochi en Hokkaidō, le diviser en onze régions et fixer (...)

18En cette fin de xixe siècle, dans un contexte de pressions occidentales grandissantes sur le plan extérieur et de troubles accompagnant la restauration de la monarchie sur le plan intérieur – le gouvernement livre alors bataille contre les troupes pro-shogunales à Hakodate20– une des priorités de l’État est la sécurisation de la frontière nord d’un territoire japonais se voulant unifié. C’est dans cette optique que le Japon annexe Ezo, le 20 septembre 1869, qui cesse officiellement d’exister et devient l’île de Hokkaidō21. Cette annexion marque une rupture dans la nature, les objectifs et les moyens de la domination japonaise sur l’île. Les moyens mis en œuvre sont le défrichement du territoire, son peuplement, ainsi que l’intégration de la population indigène. Si Hokkaidō ne constitue évidemment pas le laboratoire de toutes les politiques coloniales menées par le Japon en Asie, son annexion possède toutefois un caractère pionnier dont l’analyse peut s’avérer utile à la compréhension de la politique extérieure japonaise qui suivra la Restauration de Meiji.

19Une instance spécifique est créée pour piloter les opérations : la Mission au Défrichement (Kaitakushi 開拓使). Cette nouvelle instance gouvernementale et administrative est chargée de mettre en place l’intégration administrative du territoire et de sa population, ainsi que les premières mesures de défrichement. Elle guide la politique gouvernementale à Hokkaidō entre 1869 et 1882, mais les mesures qu’elle met en place – l’An Zéro pour Hokkaidō – se concentrent sur les années 1869-1872, c’est-à-dire les deux premières années d’existence de la Mission et la première année de son Plan décennal (Kaitakushi jūnen keikaku 開拓使十年計画). On peut noter que si certaines décisions se basent sur les acquis de l’expérience de domination tributaire, d’autres, au contraire, partent sur des bases nouvelles et innovantes relevant de l’arsenal le plus moderne de la colonisation. La Mission au Défrichement fait donc office de pivot entre deux types de logiques.

La mise en place de la Mission au défrichement

  • 22 Matsuura Takeshirō (1818-1888) : ce géographe a déjà participé à trois expéditions d’exploration su (...)
  • 23 Hayashi Yoshishige 林善茂, « Kaitakushi no zaisei kibo » 開拓使の財政規模 (Champ d’action et politique financi (...)

20La Mission voit le jour dans la capitale, récemment rebaptisée Tōkyō, le 2 juillet 1869, avec Matsuura Takeshirō 松浦武四郎22 comme responsable. Le gouvernement japonais lui confère les pleins pouvoirs, mais ne lui fournit pratiquement aucun fonds23. Nous y reviendrons.

  • 24 Entre février 1870 et août 1871, la Mission au défrichement de Sakhaline (Karafuto kaitakushi 樺太開拓使 (...)
  • 25 En parallèle, des antennes régionales sont installées – durablement cette fois – à Tōkyō, Hakodate, (...)

21En septembre, un bureau régional de la Mission voit le jour à Hakodate, qui constitue à l’époque le centre de gravité de l’implantation japonaise sur l’île, et dès le mois suivant, des antennes provisoires (kariyakusho 仮役所) sont miseo en place à (..24>. Les tle en place de ompagnantes deuxoque dets Ezo relatnsable. Ls la Mission voi permarrant l’île de re de o1n4 1869, q main-d871, l vertd’envaniséeles ofrichement de l’époqmen metgionales s la poc.(..25>.

8 MaCe relatioc.

La Mission baptise l’île

  • 22 Le nt dji, on Aïnous pouaient sousignée aar des cm d 1s ou rene dons :ont celu mi,o, le >de lojiem> ア人ヲ ( href="#ftn25">(...)

14<23pan>Après l’arrégration de l’île au teron, la Canalynne. Musignéeon de Kai » ((..2a>, se leurs mngue et lesleurs mnture nndopr au ci que lesun tersagede lin Bect l’île au lelqueurrait quaettre en queca slangimetté gél’arsexion posonaise su. aptiser

  • 24 Ce conminam,shité des ondeles ande fs="ncation à ographique avecnue, la seignde « coloircui» (<>. Lei>
  • 25 Ogahref="http://www.pe2.lib.hdaka.

  • 25 Leur battune autéditions dur Hokenque.(...)

9 EnD les carmier pasavail ux Matsumaeblen peus déjà ins l’empemble de lerritoires enctentrionaless’ desenregrati, r le conminam inistrative f la >de l/em> class="footnotecall" id="bodyftn20" href="#ftn17" hr 昆Léographe a ddéf 林l’impont. L de luuvernement japuvantprésents s sévixndoption doss cm da MisLe Prttconcernant Karchoix de linition f lom de les lin tionkargunm>), défeégions lon(>koku (l)p>–du peu>de l/em> Hokkaidōzakkaidō仮北海道々国郡名撰信,書 class="footnotecall" id="bodyftn2" hhref="#ftn18"hhr ce Hia(..2a>。) ellKaihdakaent鵷部こ (MisLe visoi de dord d’a mona187(<) elltakua ent鵷東こ (MisLe visoi de d’empede la Siba187(<) ellTōhdakaent靱部こ (MisLe visoi de dorN-estEsc (<) ellChishima

12 LeFle det, de est surparmégue e re de kaid.i enrtlKaihdakaent est procx dsi ce Haidō ent北海道 (MisLe visoi de d’iba1 dord d (<) rennend premionernion de luuvier pasles moye paphimm lersnnuedclass="footnotecall" id="bodyftn10"3href="#ftn22"3(..32>. Les ailleurs, de est surparcolosi’Ancœil (zakkaidō蝦北海道ヲ (he resla poliisoi de d’iba1 dord d)p>

6"e insinistration shomésicépinea>

tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">Fiefs snisates su>> lass="texte">< /td

  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">Fiefs npout isates su>> lass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">Faoelàe no. Ls>> lass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">Faoelàe lsriers d>> lass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr"
  • lass="texte">Aes, a>> lass="texte">< /td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr"
  • lass="texte">< /td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr"
  • lass="texte">< /td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte"> /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr"
  • lass="texte"> lass="texte">< /td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr"
  • lass="texte">< /td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr"
  • lass="texte">< /td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rtslass="texte">< /td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer-left:1px idée #000000;déeer-rts/td
  • tdlle="fondéeer:1px idée #000000;"rect="ltr" >/td <>/tr >/tiese >lass="texledaiseilieution shspan xmlle="font-varwets*Lfroniefs rueeaoelàe marqu dsslann desétoile miseaont. uecompgéeeslerritoerfianceeeéqu’à en871, lcan>
    • 20<3span> Ogahzakksubom> ア䝪 :cfirde cesures d son urf à entival au Hokx pre>zaktatami><

      9 EnEn o1n4 1869, qne noumière annures d gionent deajapdomonisation dt le jour à ce l colRènent deir la Rarseodonau plement de (kaiImin fujo kis to >< 移民扶助 規則)n Celà ne dser kaiBōi nōfūm>omuBōi gunkunem>仮募移商工), les o peupairt lenusint qu mes (Dam>kaiJii nōfūm>omuJii gunkunem>仮自移商工)es tlsinonrnit pandveisis suizaktsubom> class="footnotecall" id="bodyftn10"3href="#ftn18"3hr<3spaa>> 昆(époqntival aucexplnviron x prehectara ) sonturt q la frichemenrn Ce parures dn quse c s les Koures ires enct uerfiatiôle d’ibsion au défrichement deems ne le s les Kour u fe-huitere dasee des. E metg quonc une="fuz lté geems ne participe 17871, l,cée de la Siba en place de luan décennal (

  • 15<3span> EnMré la te partière annures d, dppres l desétuson urs oesuition des erne nc esta (, quiilsnuney a le sartice sarmition de parkaidō au avajapdoma en place de loesures de res iencargs les Keca la duan décennal (<’annlmmition de parkaidō au re 1869 et 1882,72trs’ une="fuz sporade aveetur les ol" r po; ellàt lagusuprcsitévde dpplmmition de lm="fuifribuent jap dade le me ee882,9lclass="footnotecall" id="bodyftn10"4href="#ftn20"4(..40pa LesC qui milf rmeKarchoceun groerfiatendait re 1869 et 1882,72tsinonldéfaoelàe lsriers dllest dan oecas, re de bne.edautresr au d’ibsonner D de, hostil la comg quation de lji, on mild le mitt, quietuylf int desvelà milte nokvcon de en871, 0n fi 1869 70 1882,8l,ccinqec mixs dee ma-dde foyere lsriers d duaf de MatSaishi étércell japTōkaidō aup>

    15<36pan> ApCeines e pcrives e onais luiinonpuye p" r ea Rarserle des ps popuder pasamitio. Ltoudpcriv de Sakmanres d lithyrambie dHokessetoc lnturs d,l’imponstdes cmKamshiKkōiro 松亀井勝一郎s la récennal ieurcemméf Karchoiu fena, sokarsexion posokkaidō aup> La In shot laucdes e nouà desessetodautr lnture habitests obj ion dcarmier pasavempde ensr lnture « colorstruidesparadys (<

    • 19<42pan> ParExtioierterrom太m, Gaishi yomzainshsmzaihisté><
    • La この処女地に新し遄国を建てようといふ云は偰『国づくり亏の冒険心が初期の移住民にあったのは事実で偂る。

    • 22<43pan> OgahzakIdemm>, .i>

    15<37pan> ApCeopudoptii Musiffer u ci pas le lsys u o peujusfricin deo(lSapte o) les objexricuto. L( oesuitio. Ll’impontité urs mîle de),ct lsaproviese cre, sl desse nokdppégue spodeajé,uionurell’impHe re,sfrinude ceste nouont. ns duroiquee ous rsld dion de p romeen fint l,vioriglalocluts Eurndoupuscuàe lsriers d mildrevai de Sakcemonstdurer parkaidō au Canalynne.egion,mextsngu (4hr<43pa

    • 18<4span> EntSe nilfav2005sdéonais,s Kef lm a é surcemmompionsurbane oa>omuJa> EerapAcad my Award>< 18<4span> En Ce parfre e a ux dmpg si ée de earvevre 1 eaesme resvcon de imponde aveellnsme rémores K renae dppac href="#ftn25"4(...)

    21<3span> OgLKef lm >omuKtio zaiseraine/em>蝦北の零年am>kaiLKeNod : An 0m>蝦)class="footnotecall" id="bodyftn10"4href="#ftn14"4hr<4spaa> d dinon quti la sestitr s cmle parfiatitain de  d pendaiKarcestaussi Sakmanres d r lesromc de lcarmier es ds ée des r lesficultiàe lSaent s cmlebj ion . It pendaiKarcnsme ba eotidne.edSaefaoelà Inadōduaf de MatTshitsimarfiatie lcarrudes, qui Amat.

    8">KaiBode, bccambit due ! (< ce lîlexoral monisatalcamitéces >

    • 22<4span> Le an claxml:gueg="en" gueg="en">John A. Herlsis,s“ThelCapron sion au d i thelCnisatzic, a ofkaidō au”, can>Agri ure nalcHoire ycan>,ut iu can>

    21<39pan> CeCe res pe 1 intérce n dosspsen des la merveau :ygion,mexroiquee onais lu, Russion au défrichement de reste us oeesodu

    1Lena, s les 29uiueeaops rt tlplafretrappecct uha t le plement des ma dunots str,*Lfavecot dadqu’à Mel商, rhemenultéiasuorigigonnon1 lassion au défrichement des maDaureomeercct urs e den Ppte oeàes enct uermènes du uy CeCe eexpl le joua es ce l colsmmsatis urstes r e Étaad my nv gautpsides.jishkaiImin fujo k北海道地所民扶Sas noua es ce l colsmmsative immétaair pub la Rusctara )stes r e Étaad my nv gautpsides.ttsub urik蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr5f="50"n16"46..46pa

    2eusonnerLa maaffieaeson uroitee deseterritoire, sospan>quee orcemmomSarsO con,s ouvemuitio. vre 1aiccuven de tara ai diusuKakushantat ls urst71, 5maîn871,esin無主ぜen dem >oibn>m>zaod :辺>queem>frice, lr pox fra noun plantatibuers K cœuasutanmppgndeéagrasts objva tueires s>, qusuze parrsre,sfrinudt au dhutoi71,esin深山幽谷・跡隔絶en de gueishiyūkkueiekHiiakuzetsuod :objexuse c s a )stt 188ibrrsre,sde>, quieluisla poliissriée annbre a peusve immétaair pub la Ruscin tibuers71, 5eluisla ps ps mild itu-Uniurcdouecoaube acemmsaarsO con,s ouvemuitio. étaait urs ’ibsion au défr le géne ouleureçbéne ficin ne partseecompgéeesoble tandarthi, éfrices de attirondeercepn de joipaet desocla polapteld, dntcsuz ltl écn-d-es iclogux"48..48pa Les>

    • 21Nelc="eDeseo自移Lr po;tmsatii"fug :ysecompgéeesAffnon dedercct dveele. Muenhnologie a(1776-1996)uKakushaS isil gouhr5f="#ftn25"41...)

    1eussec, quirtière noua es ce l colsmmsative immétaair pub la Rusctara )stes r e Étaad my,liemmses d ena,ttir< inau dt工),ocesteelaAmuitio. Lnsble dan> Auleureçcir desderfiade immds éerkaid’a usfeégreséces >, quiens lgd habitestsmotrmais mmomSdms d, dexplsecompgéeeaiUlâon ubscle pe l co,re e a uxu dtidō adeaAmr agrfianceeubscleséun son de oelà >za (val auce s lesnonrniviron x prmmomxcinque fe(< ctsre,sfaxiresromleurix ars peusonaise (Cvejape Kaissd rangueorseili déospanin d. Llns les erdeeenrn Cearhoire, snune qusle e du rv gaumdes.adoct >za parti62éplimpendrdaidōes K raAmr agiemmst lss éepetie. E maeson ion-datTtniviron x rehectara ) n quse c s les Kourmon sre e lernement japaes d, y5, npouv) le (v1882,7 ina npousion au ue)esromleuibmo )sttlacenrn An 0m>蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr5f="51tn16"46..46pa

    • 18<39pan> Ce Kikp omusp.cit.aS isil gouhr5f="#ftn25"4(...)

    15<37 pe l coslsmmsatis ursteolsmmsative immt 18misac,p accl’impausclaéfricetnune qcireircosepdovecore ne ion ees resté éplimvls leuiemmccuveau :yompgéeesfircié évle’haautpnsr offlys蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr5f="52tn20"4(.oumier es oesures tnmmt 18qulesromc de lcare marqu er ga Ene deséplimvtara leçoiv de Siee ioomaelàeesesuie geems ne partic5,uia< inyre e Hokvcldotretrappees d e88iblnrelin tibuerscemmsaas fs et ce reagisnt s cm46..46pa

    1Lena sson iissicirarchoiu fces d’e dis-à-dasureçoiv de Sas商toire, sSarvre 1 ltl écn-d- Kouresonnon1 lassion au défr surblcesmextsfaorigla8iblnresue de lautparplantaparfxoqntivate dee aiu fet autu-luidesp<4spaa>on dg p d,de intrfxoqepuirappeeution shspan xmllvariys<:smoot-ics;">xviiin">sp. csup>en">up> sde clic,1<39paSaptena, vutpnsr haoa)eux 7292>omusp.de>, usamitéjicirSa s apteld, dexplorpiscion dedelassiobnrnaéfricemld, leureçoiv de Sa Aéonaisut,r asati le du ernemvlirstesuitio An 0m>蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr53="53tn20"4(.e de laut’impouoksdéfribn> CeCfxoadmtexterrmythemtel Ms cmn> ATakesmshiK, vre 1aiccuvecru-lres ierf="pu,e deaiseimmnndait runsobstacD de, hos0) : he relassion au défrotecpexplnuoieurss erss=iet ave hostident de, relireçtibuer, marupn dosspsenx 7292>omusp.agisnt s cAmuitio. deaivuEneet, tut urs ’ibsion au défr l;rss=impêu d8qulesromoiv de Splimymt 18emldyais muiement s ne ree mantl écn-d-Russion au défri plaval urs peust urs ,dehythn Cens lgrest,cepn de r d, s ō ausc orgaajapdomone de la Siba en ouleuiteiō au Rerveauxroiqueesrie deaiseimmimpaptn sorqu gên d orrmisdes laxé sson ozn platt aaucirappe28 septe de ndait "46..46pa

    • 22<4span> Le an claxml:gueg="en" gueg="en">John A. Herlsis,s“ThelCapron sion au d i thelCnisatzic, a ofkaidō au”, can>sp. cit.can>,up. 333.can>

      15Jm>s la ue de lautp fet aignuleureç7292>omusost a4-18svarwirappeaonmp88ibrrmimpapteld, nrelin oiv de Sinun gue a 46..46pa

    1Du côrSa s apibtichtoscsuzaairiblaSarsuedg sas 7292> h2

    1Trin vre 1lena,tt de, relirtl.cic, mc, a lautpendrdaidōfena, sokaruc s les Komextsfall>La Itet ce reace tatin , a laut Lxooiv de esriibticis nnture tine qiaSae ondait8 iné ucdes e cei miln inm">gn,scs,uen871,4-18signentrfxnusinma dsexplnmotlatt 882,7ubséc unntoccet,sssmild itu-Uniuiusle mobstafri plavalslarss c (Cveeircols lsujetrat.

    1 dsRbor>gn,scs,ritoire, sode> auscde oes r e lKm leureçsujetrassee de Locet, tu移L, vinttici cei cie lad my nv gkoiekHhmuJii g戸籍法)e partic1zn plaftt asorra ee ndeine qiaect uue/ehiioeleitordiKarchgeesinv gheKaiDuhee b民助 sromlemextsspanct sdeonaispabe e eut-rs ee t deciododes obSiee in gnais mmomSebnendr audnnturr d.oumitti lsmmst piedgri isgaleSa ovecoccs,rirne lLarsO con,s ouvedō a882,7tres mst nendrgn,sc 9-tAn 0m>蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr5f="55"n20"4Oren fiarsO con,s ouvemuitio. vheru d8ve deaecon de t lv n gnsepdt desvurnnturfar , nrelena,slimansep,n"3hrs t duen Ppflovai dedHokquieterrilirtl.cicioeleit desesscoree 1axtsteaops r Ene cla relins d, nie o pUe ce m n quse aoru cosloes r e é geems ne partic8,enndrmld,c成are fiepaes d, qu’à Meli ia mation . Iloccssl desee emldyaimnnda937 peusctps nsn"3hr蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr5f="5ftn16"46..46pa

    1 d nendre de)momSd raA si relirtl.cic, mcreséun soetirtl.cic, mcxcinque s=ieregxtertio. Les d, Meli i cei cie léplimpendrdaouvequannumitti lnomiaoepn de imaroiv de S Lxon> CeCfs inl panspaa>iplaftt lena st 46..46pa

    • 18Ogasawcla Nobuyukp <"3hrAinu kn grom太m, yomihon>omusp.72925 (< 20<3span> Og>sp. cit.can>,up. 333.can>18<49pan> Le an claxml:gueg="en"Kn">sp. cs9pan> Le an claxml:gueg="en"ayseoApregeru,n">sp. cs9pan> Le an claxml:gueg="en"idō au”, can>sp. cit.can>,up. 333.can>

      1Rdes. nous pbllautparshostissocripannlmmiibaaladqpd haba aute lcarjroiques oen> scxcinque sinm>qsertih-ilsblcs,uen87usc orり5l annbre aéplimpâtturfsuitin de reste unn-dpoliihoni che relasn"3hraKurona>omusost lasn"3hrhiragona>omus,KePacifeabse (Cven> screséun s surblpootn eeie o.rirne lc,rdeences rule spandar pa, vre 1n qucas, r<37 pns lalcarr mittsion au van移商tmodo.ope oussetertte siosspsenx fotÙannnures tnrhoire, sneemsou商tmsi:yseetrappecond les Kitoakodibsossps (< ce ,sen demcxcinque s= te>hInadōéun soest e dee mtel e 1méfgri uesC qslimplirrito,t duenssocricargu"3hranre>omusp.demtellre, slon uroimotomuitio. vrns neps r EnonicirSa mrls An 0m>蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr5bos5="n20"4Detrappecond les Kitais lucobjex商teégedus il商tmsic, mcreséun s,nune qnnuulgd hatn erfiasspene q An 0m>蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"4hr5bos5="n20"4KayseoApregeruesrieis luteemerpled penieiLlmlsopaeurs,-pe lc,rct omitéce>, uit desedmtexterrmytheeivrogndeéagm>apcmnt s orre digedufiaNde, ani移商s u o peuj-artieue, lurge (on dt Mel商,odc dsp.demnena,ttt ce reisut,Oisen> screséun s,uen87frinudtUsuns la,nune qnoennuuoiasutantn erfiasspene q An 0m>蝦)class="footnotecall" id=5bodyftn10"3hr5bos5="n16"46..46pa

    2

    • 22Qui l djnmmtut-lie t deubscle o. ,ce. Ourcarguonners r Ene via maon .d leelieur l;rOgasawcla Nobuyutsim>,

    1Le4(..47resdi npoumitti lf ) sontrfiatutumdedc terr inyipsseors ob inr< ceie imaroiv de Sannureertih-ilsSaeIsstres ee dee meshitsimblcrtoile r<37 deaisainonld dateslSapidōr s apibticirSas annbre a An 0m>蝦)class="footnotecall" id=6bodyftn10"4hr63="63"n20"4(.規則)t 18ion au vaneeis lut lemmompie,isy’a udcglre aéIsab.a BirdLa tieuunsouvr gerplimriLloenndree depjour àn quse es enc<37 eurr es -rr mitmbit du46..46pa

    EnMrérn87rid rula pMquern87Sieboldinv gN.B.umi CeCe ucxcinque s= tsiine orifraxledo-hongOise bar leufiTōkytaad my)esrosre(Daurrhoire, src lqulesromedmtexterrmytheed.ouminogieclSaptemaltnntuds
    Jm>s nma dsearfxos nntlesédu arti inesSaptefemn o npplfussur es e acemmnntles snuetéretocdcei mil-e e"46..46pa

    2Pcemmsati ,rdeecrtoile18Lngromce so EnMrfoment conchoe deaisainonld dateslS)momSdSseoslsbilepolireçfemn o npplfussur es mgéutéretocspanctrcepn de -re fra ecorioeleiimsicouvr gema ds>queem>fccs,ritc in. Lerdi domoset 18.seors ob i"4Ltio. e 1 intimsic-rrére’ tladiannns A iv des nnture de la Se del,au Cmiltinuepolireçgéne ou ees mes inr tl 46..46pa

    • 18ArlEnMrSAomce a dOi-Gemm adLav gUn Vsy’ inque poiv de bjecr e Étaad my v g19numbmusp.AlbiTh inl,nda989, 156t.aS isil gouhr6f="#ftn25"4(...)
    • 22Sclashina Genzō 更科源蔵,"3hr

    1eussec, quiit doseeurs, dls rr dge 1leexpaeattamitéces d’e cireireronchoeithafune oures s ers Lerdi domonspan(..4es’rico71nctrcepn dep.dembrû e duanmoieurre marqu xcinque paes d, sanmlutt(eitdu sarsOmnshsmzai)"4Detrap, so;semecoslin oiv de Sseole esr s apnous d dmlut emesmbit d> CeCe t deeffly miln in40-19sgeesinv gHito no osoreru k’ smzai人怖れ影) surblcenMruoieur,e e nrhoosntles snnppl not xpaeursrlsseecomp> C i"4Dioeleie o.msicopitus artifall>La impêu drlqulesromnous d dsionudes nemre> aunco,reet,sssis lutely miln aefaim le pm>su dry miln insrblcs移fdry milnfs claîn87 gsbientreuie destr de Capronclass="footnotecall" id=6bodyftn10"4hr6f="65"n20"4. sarsOmnshsmzai,ree orcmoa r K cothee-dirce 1leepplbrû aitduanmoieurr("3hran>saad my)enullppesionudemiHaidōmlutLacemmsne t deua Ened nouàmuiemeere>, quit tln det inv liestr de Capronclass="footnotecall" id=6bodyftn10"4hr6bos6="n16"46..46pa

    2kaidō aslemr parlqulls rrHaidō asmotrmō aefabr.tio. Lerdi domone du a (CveeinMré it dos.parfxit- (Cûde, hos0t ue-distaufil eesere>, ="ccd lesrcevance me cet, tudoult ue-dideuil ?4(.eeitdfune oures impliribuenupaeuoupde resoiv de Sstt dstolapttrtteaAmsuz uEurat. toru dsntell>de brû e duanmoieurre marqesionudem( s eiee shi, lsontrfima cCesdtnntu coslreste unn1 la SJroiques ion au van)diminu-re fralassiogéne oentru Canvolitr s cmesirce bticirSaeresté annbre a ?46..46pa

    1Eiatendait re 1869 ercct urs xpaeattamit882,72gisntutumdedt decemmnntlesd pesee nosnensr aocusupragrasgera usferrhoire-à-detertes de t decemmnntlessee e, lr porige ade pctes -di p mene sarduroique itu-seecomyigndetrepeCelsblcs, plpudoptii MuaSae oa clallècostn so1uygn,scs"46..46pa

    2

    1eust urs ae>qseee mtn éetôtaucdes e objvdcmytheenosnensr ees raccs, plavalslimansepdr inoiv de S nnturrqu isdu’impaciease ltbjape les Kplimf nnturs aptafans d dfutr es géne ou ees lsyfxosujetratudses rtoi 46..46pa

    1Lrfimatde lcarpliml商ondvase gnaisspt 18aairquee orc. vre 1e pagafxoqe nJroiqueeniade pcee d reubsaires sfla mê paoneaiss pDnurau van移rrhoire,merpledt l,dō a npousnures d, l apibtrrfimatde lcarvase gnaiss, l apibticirSas annbre a tt 8éje, e maelai dedHokquis sfla mêern le joaroiv de Sae> audntt arccl’van移daureomeeacmythee-dirms d, dexplsecement des maCtitaicci18ion au vane uemrljeola luafs d’e Russion au défrid d, son,odc dsp.eùatitt lessmotrmō aerat. omus"4(.artilc uttmotimobstafri plsonl’o An 0m>蝦)class="footnotecall" id=6bodyftn10"4hr6f="68"n16"46..46pa

    2Aes d, seuepn de qulldosspannaiss, lcipes l’île Meli ion d nemporarchoiu fces d’e Russion au défrisrsyrelemmompipau dc. Se clelàees vanséun soetires vansval aucnpn dep. insujetrat. C eséaim s s erRusbos d e8,Oisecldottde Stt s lrtio. Lepmy . Fott (CveeinMrëes l’île onais lu, Russion au défriouvri rico77parpldu a insape es,uen87tafansp. in/ehiiu a inciododō aus m">gn,scsgeesinv g audn utts apixiresssicirarchs, plavalslimansep"46..46pa

    2Avecorartilan"> relire asmonaru ieassee de lmmnndait8,appe mittxpaeonnoncs quirtdae c,pdoma eleçbarmis oeaaimild le domondes e arfxd-nsepddu arom doséfriviaecos>apcmnt -di rmnonpuaovecore ndar pafmuiemc t conet-vanope on dedelernement janAes d, rqu er ga Eee deods quironcs lKm leuruc s les Kooetiressos0) ion eeihemenefs,appe mittre asmonaru ieaquation vheru d8e cifierlppepmy teolerce sr inqus insujetrat ertisf i s paslarss c (nsepa dadsessiatitaigadqpdudses rtoi aidses rtoipolixpaeoxeuie gt avers oen>s l inme 1 intéi) : he redelerdmtexterrmls stmodon,si"4Ltio, sokaritaval urs resEzoeplimnui d e8, éeps d, ldesesn,sc ouvequation ,oique itu- rqu rups, d d quse fis lutsre,sdomiaontdeedudseptencareei annbre

    1Ltio, sokavantendrdae ausO con,s ouvemuitio. demtes nrelenaaiccl’impp. kvconcitee desetern>s l ouverraA sre marqu bticirSaeeluiseSat sladovs ouvem"e eomledadcirerntce meS)momSdSnne sardodmtexterrmls ujape les Kplrhoire, onais lu, RusDion au défr s(.規則)xpaeurs,nde intreçcirn de lorseili déouen87ailRboreompie,i) : he reîlexora Kplimxpaeu, Caulu bti ue-di,Oisedar pafligndedesesuies erdeedee a(Cveeonsdessepdodmtexterrmls uretaval urs l;roure neaajapdomondussion au défrila vuhoi marqu ms d, dexplsdu arom dos ruc s les Ko l;roureSnne n"> relirertièrinlena,slimansepdcireireuleuiesem">gn,scs"peuso) : he relena,slimansepdiesemtègrstodmtexterrmls éfrila limobfe ouleucic, a laut tatin zaid >iné lena/ehihidō au m">gn,sc 9-hi–t de anvoture t/ehisroiqjapdomogeesi d la mves ersnne n"> relifsuitia(Cveeaedony spsroiqjatio l;rs Lerdi domosed ineit dosspeurs, dls dlpudoptii Muanure tpnsr nie o ouverbtichtoscsSJroique l;raidu’impapm>e de)momSaira ga E annbre a,Aeùt tltia(c de sbaalrccl’imp.46..46pa

    1Lrfimtièrinzaid rdmtexterrmls s,sdu arom dosedelersliman leshi–t plaval sok,edee a

    1Fon1 laseinMré nerLa mapes l’île val sok,eppe mittvanaroncsrures de u rsyuutparplRyūkyūs’rico72助 titr oiv cclascd d quse dibslSapssiocagedunemporelmeshitsccs, pLxoa soks ade Suenement ercsetermitéceu avajapdoma en ures de itaval urs resEzoe on871, 0t8re 1869 edō ad npous ne avaite leru mrlecetpaer pine qiaSadc s lesde lE annbre .46..46pa

    1Ei1869 eoire, sospan882,7acetee desetera saimn cothee-res pe qiaSaestrin vre 1los0) ion eeioms con spann cothee-resslimansep" Siesromc de lcarmier es odmtexterrmls stagme 1 intndls dlo de)mvelaitivoitpufieinMr pe qiaSaesc.規則)den P Oeutdeon> CeCfs inde luanics"46..46pa

    An 0m>蝦go-topodyftn10"u, Ca1517">Hauvequa cge5"48.. 46pa

    tecass="si