Navigation – Plan du site
Arts du spectacle, ambassadeurs de la culture nationale

Le kabuki s’aventure sur les scènes occidentales : Tsutsui Tokujirō sur les traces des Kawakami et de Hanako

Kabuki’s Early Ventures on the Western stages (1900-1930): Tsutsui Tokujirō on the Footsteps of Kawakami and Hanako
Jean-Jacques Tschudin

Résumés

Les amateurs occidentaux ne découvrent que progressivement le théâtre japonais, d’abord par les témoignages des premiers voyageurs et des résidents étrangers qui arrivent au Japon dans les années 1860-1870, puis, peu à peu, par les travaux et traductions des pionniers des études japonaises. En revanche, les occasions d’en voir réellement restent rarissimes : de l’ouverture de Meiji aux années 1950, seules quatre troupes s’aventurent sur les scènes étrangères avec des spectacles se réclamant, à plus ou moins juste titre, du kabuki. Après un bref rappel des productions de Kawakami, de Hanako et de Sadanji, cet article se concentre sur la longue (janvier 1930-avril 1931) tournée de Tsutsui Tokujirō qui rencontra un grand succès dans pratiquement toutes les capitales européennes ; négligé par les historiens japonais, le travail de Tsutsui exerça pourtant une influence considérable sur les metteurs en scène européens avec des spectacles relativement proches de l’esprit du kabuki authentique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Siegfried Wichmann, Japonisme, Paris, Éditions du Chêne, 1982 ; Lionel Lambourn (...)

1À partir des années 1860, l’ouverture du Japon va permettre la découverte des arts, jusqu’alors fort mal connus, de cet étrange Empire du Soleil levant et révéler à l’Occident des options, esthétiques comme techniques, qui non seulement susciteront sa curiosité, mais offriront aussi à ses artistes et créateurs des solutions inédites et des perspectives stimulantes pour leurs propres travaux. Si le phénomène est surtout connu dans le champ des arts décoratifs, de la peinture et de la gravure, il ne faut pas oublier que, quelque peu à l’écart du japonisme1, et un peu plus tardivement, le monde du théâtre sera, lui aussi, intéressé et fasciné par les arts scéniques du Japon. Cela dit, qu’en connaissait-on réellement ? Par quels biais, grâce à quels passeurs, pouvait-on les découvrir ?

  • 2 Sur cette problématique, cf. Ury Eppstein, “The Stage Observed: Western Attitudes towards Japanese (...)

2Dans la période qui nous intéresse ici, soit des débuts de l’ère Meiji (1868-1912) à la veille de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), la plupart des informations proviennent des voyageurs qui font état de leurs incursions théâtrales dans les récits qu’ils publient à leur retour. Ces aperçus extrêmement subjectifs seront peu à peu complétés par les travaux des premiers spécialistes, souvent des résidents de longue durée maîtrisant la langue. Pourtant, cette approche académique tend à résumer le théâtre à sa seule dimension littéraire, éventuellement liturgique, et n’a que faire des arts de la scène en tant que tels2, car ce n’est que vers la fin des années 1920 que commencent à sortir des ouvrages sérieux et bien informés sur la question. D’une manière générale, les gens de théâtre qui mobilisent l’exemple japonais – les Appia, Artaud, Brecht, Craig, Copeau, Dullin, Eisenstein, Fuchs, Gémier, Lugne-Poe, Meyerhold, Reinhardt, Stanislavski ou encore Yeats – ne connaissent pas le Japon (sauf Paul Claudel, ambassadeur au Japon, 1921-1927), et en parlent à partir de données fragmentaires, hétéroclites, confortées par la vision d’une poignée de spectacles d’une authenticité discutable. Ce sont précisément ces rares apparitions du théâtre japonais sur les scènes européennes que je me propose d’examiner dans cet article.

Les premières tournées internationales

3Le compte est vite fait : au cours de la première moitié du xxe siècle, quatre tournées ! D’abord, celles de la troupe de Kawakami Otojirō 川上音二郎 (mai 1899-décembre 1900 ; avril 1901-août 1902), suivies du long séjour que fait Hanako 花子 en Europe de 1901 à 1916 ; puis, après un long intervalle, le bref passage d’Ichikawa Sadanji 市川左団次 en URSS (été 1928) et enfin la longue tournée de Tsutsui Tokujirō 筒井徳二郎 (janvier 1930-avril 1931) qui traverse vingt-deux pays.

4Après un bref rappel des trois premières, relativement bien étudiées y compris en Occident, je présenterai de façon plus approfondie le travail de Tsutsui, encore très peu connu.

La troupe de Kawakami Otojirō

  • 3 Pour une présentation générale de cette tradition, voir Jean-Jacques Tschudin, Histoire du théâtre (...)
  • 4 En particulier Nicola Savarese, « La peripezia emblematica di Sada Yacco», in Sipario, n° 406, 198 (...)
  • 5 Les chroniqueurs occidentaux écrivent généralement son nom « Sada Yacco ».

5Alors que les visiteurs envoient à leurs compatriotes des descriptions pittoresques de leurs excursions théâtrales nippones, que les voyageurs français, séduits ou scandalisés, s’étonnent du réalisme du kabuki, les amateurs occidentaux vont découvrir dans leurs salles habituelles une curieuse version de cet art scénique grâce à la tournée d’un Japonais aventureux qui débarque à Paris avec un programme considéré comme représentant la grande tradition japonaise3. Les circonstances sont bien connues, mais peut-être convient-il d’en rappeler tout de même les grandes lignes4. Il s’agit, bien entendu, des représentations données par la troupe de Kawakami Otojirō dans le cadre de l’Exposition universelle de 1900. Ces spectacles, et tout particulièrement le jeu de son épouse Sadayakko 貞奴5, enchantent le Tout-Paris esthète et suscitent une abondance de commentaires parfois surprenants. La situation est paradoxale dans la mesure où ce théâtre, en principe classique, est introduit par un pionnier du théâtre moderne, joué de surcroît par des comédiens considérés comme des histrions de bas étage par le monde du kabuki et pis encore, avec une femme interprétant les grands rôles féminins.

6En effet, loin d’être né sur les planches, Kawakami Otojirō (1864-1911) est à l’origine un sōshi 壮士, un agitateur politique dans le cadre du Mouvement pour la liberté et les droits civils (Jiyū minken undō 自由民権運動). C’est dans ce contexte d’agit-prop qu’il se produit avec des pièces et des numéros de cabaret militants. Le calme politique revenu, il poursuit ses activités théâtrales en développant un nouveau genre – le shinpa 新派 (nouvelle vague) – qui va peu à peu conquérir le public japonais avec des livrets traitant de la société contemporaine, joués dans un style plus réaliste sans être pour autant véritablement moderne ni clairement inscrit dans la mouvance du théâtre occidental. Quant à sa femme, Sadayakko (1871-1946), c’est une ancienne geisha de haut vol, excellente danseuse certes, mais qui ne commence véritablement sa carrière d’actrice qu’au début de la tournée américaine.

  • 6 Sur sa carrière, cf. Loïe Fuller, Quinze ans de ma vie. Préface d’Anatole France, Paris, Librairie (...)

7Ces curieux personnages vont donc jouer, au grand dam des maîtres traditionnels, le rôle de porte-parole du théâtre japonais. Arrivés à San Francisco fin mai 1899, ils traversent les États-Unis, puis gagnent Londres où la danseuse et imprésario Loïe Fuller (1862-1928)6 les engage pour compléter les danses qu’elle présente dans le cadre de l’Exposition universelle. C’est dans ce contexte inattendu que les Kawakami se produisent, incarnant, un peu malgré eux, une imprécise tradition japonaise face aux recherches avant-gardistes de la Fuller.

8Ils présentent quatre titres adaptés très librement du répertoire du kabuki (la Geisha et le Chevalier, l'Amour de Kesa, Jingoro et Takanori) et remportent un tel succès qu’ils restent finalement quatre mois au théâtre de la Fuller avec qui ils signent un contrat pour une longue tournée (avril 1901-août 1902) qui les conduira sur toutes les grandes scènes européennes.

  • 7 Voir le fonds Rondel (Bibliothèque Nationale, site Richelieu) qui réunit l’ensemble de cette docum (...)
  • 8 Ces documents ont été retrouvés dans les années 1990 ; le premier a été présenté en 1995 par la ch (...)

9L’accueil est enthousiaste : les milieux artistiques et mondains font un triomphe à Sadayakko ; les peintres, gens de théâtre, écrivains, critiques et essayistes se précipitent pour l’admirer et multiplient commentaires élogieux, dessins, croquis et photographies7. Deux documents récemment exhumés complètent cette somme textuelle et iconographique : un ensemble de vingt-neuf disques Gramophon proposant des ballades, des tirades et des mélodies exécutées par les membres de la troupe, et un fragment de film qui montre un samouraï exécutant des kata martiaux au milieu des tourbillons de robes blanches des danseuses de la Fuller8.

Une nouvelle star japonaise : Hanako

  • 9 Sur cette question, voir Miyaoka Kenji 宮岡謙二, Ikoku henro tabigeinin shimatsusho 異国遍路旅芸人始末書 (Pèleri (...)
  • 10 Sur Hanako, voir le dossier que lui consacre la revue Asian Theatre Journal, vol. 5, no 1, automne (...)

10L’épisode suivant confirme à la fois l’engouement des amateurs de théâtre pour ce type de spectacles et le commercialisme flagrant avec lequel ils sont pr="foés. À 1Lu pricuédnt, le muccès dacouvl en tbnnel artie pd la revcontra pd loïe Fuller (t deune aucienne geisha dchauéseen Europe dvec une fmprobble "petitetroupe de Kmsiac-hll-. Dns la mouvance dus exposition suniverselle.s,les artsstes sfraine japonais, ljnglyurs, pcreobbes, mllosionsnstes soudanseuses ,étagent crès lpprocips cn Occident,et remativement bnmbre x écagent clors feux qui stntairnt l’eventureua class="footnotecall" id="bodyftn89"href="#ftn9">(9/a>. D’est dans ce codre due lanako (Ōta Hisa 太田ひさ, 868-19145(10/a>, ene pravrengeisha de ha preoinge de cGifu s’ngage pomme denseuse eans un sgoupe dui sui te qe Japon (e mairs1901- Après un esérieude spectacles e lopeanhgue) etle se cetrouv eans un sesteauant aaponais a lAnerse puis gst entageseear le mroductiur p’un Jpectaclesde viriatés p lDüselldorf Aptrice qrincipele daune aroupe deune aqinzeine.de porsonnas repcrtées pur tplce etle srésente dne prècesinteitulseeem>Bushidō (武士道 la Voie des guerriers)Bhran-kii ! DEnoursgeseear leaccueil ereç enc Alemegnen Hanako aorm dne proupe dindperdancte,se produit anc Aglyutrre puis, peasé esous le hruvl tt de la Fuller un peu martiut pn Europe

1<1/span> Rdie, voenu dmirer els danseuses dcmboudginnes q l’oxposition ucoonsile de cMirsille d1900), cydécouvrenHanako adnt pl eferapar la cuit de cnmbre x orteaita1<1/s>. DPis ga troupe do décbndes Hanako ae cetrouv eeule dettraverse vuelque mavaitse passeu avant-de ronotur avec qe muccès DPrdanctdne pdieine.deacnées etle sva ine se produise un seu martiut pn Eccident, jesqu’a lc due la grerre mnela conqeaitnen Hn 19916 à pnterprmprieses activités . Ele suvrenHlors fn sesteauant aaponais a londres puis gegarge décfiitievment son nays.Hn 19201

81Di le pépertoire dus Kawakami seut-être ,malgré eiut relaé d lc ui cu kabuki, lc ui cunHanako an lui cdit dlus rrande-hause d’abuant queil sst eonqeaôl par le Fuller aui arle hrbua ma n shu des cmtse pn scène emnantspntexorblement su miursre ocusu muitidenaui aermettreaq l’ohcruïe.de priomphe dans les scènes ee pripea pashétiques. Ele sui conscctoe ine sn esérieude sivrets taponais avx itres aloduests r leacMirtye ,mUn dramNu pYohidwaa, luaPourée daponaise,mUne Ohénli daponaise,mHran-kii< luaPJen esFile, le Voie deuguerriers et c.– qmnantspiuts,q l’oxceltions d vuelque msaynten compques, q la fême lin msngueinoente

43Lt=atment ces soluiant: gagzouileisde porrée dvx asques)les plau travgques, qanako ancertes,aermes a les gens d’a yat pouvoir

Ichikawa Sadanji en URSS

816/span> a trurnée amété psignuxssent,srésatée mvec qeapublic aions d vbrochres ollosirées drochuent les gsynopsi des pioces , ine suesdes d x qascincles qur les abuki erdiegs par les ouienstlistes,gruseu ; pur lalle u , des texpic aions dsnt doncées 1vant-de suevr du trdena.

  • 919/span> Voir lGeorge cspan style="font-variant:small-caps;">Eanzu/span>, « Lisenstein, Fe Japon (etvuelque mechniques,de fodnage ». in SCol-ge petvMdnag(...)
  • /ul>

    91 L muccès dst inments : les mpectacles relprlcsent les alles ,fascinnt sutistes et cens de théâtre, ne ire t des résflexons clléres d lisenstein,/ class="footnotecall" id="bodyftn609"href="#ftn91">(19/a>, emis avx ivervx nternationaleler timpct -estenSlgmté, mcr la troupe d eseproduit aea palle u ,pn Europe ,même li, ivant-de ronarge rFe Japon ,aadanji isiteuvuelque mapitales européennespour laire deutrurnsme fetavssi, iemble --il L dsnt doscutas dans les années 1ui souvent mais peur.duierselsmr nsns, e’abord pinalnieres, ruis galitique , iucn no versa<

Tsutsui Tokujirō dans le vaste monde

31 e kabuki sem>knffcuil /em> en-estenSonc jlà le ssait dne aois lncore t les grciur smanrgnalx i morn despeprésentae leursart ofuremelr Cela dit, ql efut vreonnaitresque, qonqeaitrment su xspectacles deHanako, vetière)ent cestrée sur les sperormatncs de la Fpetitetanseuses,feux qe Tsutsui Tokujirō snt doncéespar un esiritablemtroupe drofossionsnlle et irésentent qn esérieude sivrets ttiée sour la llupart de répertoire dlassique<

439/span> a tarrière d le der -e cette trurnée ast ial cocumentse vcr ltle se cécruvl eans uc monde du théâtre spopuairemmélris ear leasteabeishent toéâtraleet ngligé par lelsmistoriens .Paritréâtre spopuairem/em> lem>st sshū大衆,dcusem>sinishū/em> 昰衆,dem>sepgekj/em> 昼劇),lous intenduns cl ui crésenté ear les mpetite troipes Fe Jlau touvent dtiqéralnts, hétitiqres te cetles qua, sois les cokujgwa aircouair t dens uiut pe Jlys.Hour le produise ulos des sfores t des mfstevités trenantstplce dans leengcintr de con re relaigeux et buthe introits cosconisbe.s. Raynnenctà partir deAnsakusa (Tōkym)eoujdr Dōtonordi(Ōskam),les crbua civux qeuduierstcsenent poupuairem,les traipes sde années 1991-19320offrint qn tabuki ssmprlcfé ,dans leeptiouesdodernetse de Te ui cu kanjsai,qn tabuki smrque psmula=atment car le Fodernett du shinpa /em> me l’evtaclhment bnmtealgque,de lon nablic jvx viil eEdo

  • 92 SLttéraiement q Lhéâtre deusalres». ie skepgekjst i’écqivanenteecénique gu shantbran eig /em> mちゃんばら映画,(...)
  • <
  • 921/span> Sspan style="font-variant:small-caps;">EŌ, Mihikao 大江美智子,dem>sOnenno anami hik/em> m女踊道 lUe femme iur les planches,),lTōkym, Kōans ha 講談社 1982

52 sutsui Tui -ême liétoge dait Hn eslitd pépeuation gans le vem>skepgekj/em> m剣劇, P/em> onstarit pu our.dus texpiits co spectacluairem salresrs(20/a>. Desous -enre ,aort mris eans les années 1920 19230 vetgntro fême ln esiriant: tougnalt étrotsme fettexpiits cartiaux : le Pem>knnag kepgekj女剣劇 joués,comme don nom  .

  • 922/span> Sspan style="font-variant:small-caps;">EMukai/span> Sōya 向井爽也,dem>sNppone inishū epgekj日本衆劇史 (istoire du théâtre (...)
  • <
  • 92 Pc s’agit,qe Tsnakoacokuj. hik 田中亸qua, sdeuis gne pdoueine.deacnées eublienréuglièrement les arts a href="#ftn2"">(...)
  • /ul>

    521/span> our uen-esoeni l lTutsui, ee façon port mignecfctiovs,don nom ’a porant par dans les ahstoire théâtrales eaitsin pu ourté, mt mume lMukai pouvtant,spécialistesdu théâtre skepgekj/em> me produisenctà pnsakusa/ class="footnotecall" id="bodyftn2"" href="#ftn2"2>922/s>. Dn rait ,pe n’est que vris uécemment eu’eu universeitiremmaponais genmatnste de sormations,seest des a laire dessiritablemsrecherches asr sa congue tournée (ccidental.(23/s>.

  • 92 EToupe dondsseen 19217,meunevcr rcire domplositetelavant e la fois lu shinpgekj/em> ,du shinpa /em> ,du kabuk a href="#ftn2"">(...)
  • /ul>

    522/span> O msni que vsutsui Tokujirō 1868119253, catiofmeuŌskam,commence va carrière d leixneuf dans sois luiersenom co spènes,eans un "petitetroupe de Ksm>shinpa /em> ,dclle de Fuki TMohek 福井茂衛<(1862 19230< un prciur psseuzconnu dua, sprès uaoir (2.en mondt mvec qux qne proupe diiqéralntsmd vem>skepgekj/em> mui H partivuelque msectacles e lnsakusa n 19206,se produit aurtout cans le vanjsaioù ltle semble daoir

82 Onseut-onc jompriedressu’eu umprésario Lméricaino-aponais gnevcetanin YasuayS安田, in son g d leui: lans être pn estar,csutsui Tst uneprciur pexpricentse,directour p’un egpetitetroupe douessait deune aennel épeuation gans le vanjsai,qapsabe sissi d pépdL du kabuki (oudu shinpa /em> mua, sois lontrat pvec qe grands rngteprenur smd vsectacles, egpevent d’agbentae leng elps . Sécialistesdu tem>skepgekj/em> dnlmst iéeanoins jneprciur perseitil p yat poué dissi ien ee grands rélodiramN, ljponais acusuaptés te répertoire dccidental.,du shinpa quele pépertoire du kabuki (ans les anaptaions dodernetse scu kanjsai

42 Auretour.du lon naricle jccidental.,dlltrerenadlss tourbées 1our lrésentae lartiut pans leenpire du msectacles ed vem>skepgekj/em> ,pd shinpa /em> mn mabuki ,iiut pn Eravail ent,svssi, iomme da plupart des es dcmbardes, dour une iné mmHn 1peinfetseo.

125/span> sutsui Tokujirō éunit lonc jne aroupe de vingt-nrois prrsonnas ,adnt peuf datrice <,(etvue te qYokohmatse c14 anvier 9230dour une aricle jua, so prodeng eat bien cau-del les gresision s, egramnesrala Fpetitetroupe du ger"cil du’au drintemps)se l’Eacéeseuivant e DFl sapvier,la troupe debarque à Pan Francisco fois leuœi des tcmériasdus grciuglté s iné mmtgraphique, ruis ge cetadlimédieatrmnt à sLos Aglees eù laorigaetsiiur ps rigaets dn euécemtions vec de mnstaraions d vem>skepgekj/em> m la fgaem,csiviesp’un egpardesuen-eickshawdans les res de le viel.(25/a>. DL troupe do droduit anc d x qemps)sien cisteinctsruis ueleun Jpadmesse iux écmigée saponais glabuarl a public eméricaine DL trurnée aommence vonc ja pDadwa Hll" ene palles u quettie daponais gvec une fuffcue ettrat l’evcent su des civrets tdekem>skepgekj/em> mrès peopuairemsju Japon, 1uis ge coursuit su JFiuerroaTheatrr un egrande talles uverte dn 19205goncnt,spr lSLt=a Barbran Buvl arid,avec un programme consç epéciafqueent pour lamsj LYankes 1. iommbint,sem>skepgekj P/em> xtrais tdekabuki et nméros de canseu

  • 92 Slors qe Jlau trand dhéâtre de lNewLYorkavec ues qulque psixmilie Jlaac.s. OverteHn 19927, rès ud (...)

72 Cnqeaitnteear ll situation ecounmpquesde ronotgc dax écages snternédieagrs, ea troupe do detadlirectoumnt à sNewLYorkaù ltle srrivele p1sup>e Lanr . Ele souer ’abord pvx BotnhTheatrr un egalles ien connues, uverte dn 19213sur la q45sup>e sru, en preinfeon re dus grcivités théâtrales enew-yorkis s, mais ptle s’eobtint eu’eu uuccès dris ulativf,viecive fenarl a tes de la tonscurrege de cMeiDL nfang,ca grande tn>LueleuOériade Pékn, Fui sffetciunHlors fs première mournée (ccidental.(26/a>. DQuoiqueil ssnsoit ,la troupe d esÀétornetsepar dnc Aéricue ,eù ltle s’a qreç eu’eu uccueil emitgé ,(etveesmarque our l’aurope

  • 927/span> Sur caensemble de ca tournée cf. Lspan style="font-variant:small-caps;">Tsnakoa/span> « Lsutsui Tokujirō hikznno ŌbeiDjungy ytesi1. iem>knp. c(...)
  • 82 CFndssear le marqn eHenr d pRtnhshikd, Re théâtre Piga e etst ’abord puii(...)
  • <
  • 829/span> VL lrogramme cariosen cutlisenpe nm e caçon pambiguë: ausocition erigaetsit-de spectaclesdounm a href="#ftn2"">(...)
  • /ul>

    927/span> n rait ,pe te trurnée / class="footnotecall" id="bodyftn62" href="#ftn72">(2.se cécruvl en Erais pemps),dohncn nous le hirectoon d’uneumprésario Ldiffresnt: le Primier aircout, quisÀétoradli ma nà sosptmbre 19030 vest rigaets dar lArnoldcMecke" ene rigaetsiiur pd conscrteHntmd vsectaclessronotméd,umprésario LdAnrthr pRubistein, Fd loalArgnt inaet buthe iolécbrsés tnternationales< DL troupe dait Hse débuts duropéennsà Paris : le P25 vril,la premse iunotgc l’evrivésem la fgaemlSLnte-Lazae, en priovennce du tHvrie,se l troupe doponais sdu t LGand dTéâtre de lokuio1. iua, sprès uaoir (28/a>, elors fdmirnster dar lGabrsel Ataric sois lespashqn ge d l’eAsocition eu théâtre japonais s(Nihn uGekj(29/a>. Deux drogramme sont pr="foés.: /p>

< span style="fexte-deourtion :ude rlice">TPimier arogramme /span> < satd> sm>Kaoiqo yozakra<
/br />Ky ingyy /br />/br />kanjjizhō
/br />kang nm hikawra/br />/em> < lem>sLamour dau emps)se coniosen ,pn Efe u ,/em> ,pdramNlyrque
lem>sLaporrée /em> ,pmimd-dnse dn undactiu)/br />lem>sLepassage d l tromtière)/em> ,pdramNuerriersdu Mouyn 1Âgmmaponais ).    Sène eI: l LMtsus-bran».;     Sène eII: l LAtkoa-atsus».
lem>sLapoeoinence ccahée)/em> ,pdramNvec uommbtsusu mulres)satd> span style="fexte-deourtion :ude rlice">Teux ièm arogramme /span> < satd> sm>KBanzuinfeCō lem>sLepassage d l tromtière)/em> ,pdramNuerriersdu Mouyn 1Âgmmaponais )./atd> < 1sup>e Lctiu: l LGekj2sup>e sctiu l LSusugamor ». la Vevcontra pd lCō3sup>e sctiu l LCō4sup>e sctiu: l LMizummesi1. lheszKMizummemtGerriersdu muervie du tshogun)/br />5sup>e sctiu l LMizummesianapuhik». le vieg eatetpriagque,de la Sm nsnsde cMizum)satd>
  • 93 SPur lamsjrogramme iomupurs de lremse et buthe iocuments rpr les pesrésentations dariosen as ,ava href="#ftn23">(...)

12 e pesrésentations quisnt ieu du t2scu 15Lani,Vevcontra t qn tbau guccès drat poulic eue,dritiqueset suscitent ,lous iy-esointrois, e cnmbre xss résflexons cleszKe grns de théâtre,quisyausietent a class="footnotecall" id="bodyftn3"" iref="#ftn13">(30/s>.

129/span> En jun, Fe troupe dasseusn uBelgque,dù ltle souer sLèreu qAnerseet sBruxlle.s,luis ge cetadln uHol-gde tetenc Alemegnen. Ele seesmarque ns citeeaur la lSandainaoin,me produisenctuccssivemmnt à sOslo, Stockholmteteopeanhgue) DLacageseuivant e mnesdsutsui Ts ses acmbardes,a londres dù lls soccpe t ca gcène eden pes prands rhéâtre, de la topitales Re tGlobeTheatre a class="footnotecall" id="bodyftn3"" href="#ftn13">(31/s>. DA début deumois ad fuslie t ils tesointnnt su dlecontennt ,traversent lrpitdeent ca grance,eaur louer,d lanrceloe. cimintent=su daris aù ,du <18scût 1u g8sosptmbre,lls soccpe t ca gcène ed l’eApol-o un egrande talles d Kmsiac-hll-de la tre,de lCic hy et tormesnet cette sremière martie pnc Sessae, ’abord pvx Casimmeéâtre de lGenèv puis,pvx Schauspselhausde lZürc h./p>

83 Deant-de succès daeler toutrée as les drmegdes ses dverselsmalles