Navigation – Plan du site
2. Territoires et liens sociaux

Développement touristique et reproduction sociale à l’île Maurice

Emmanuel Gregoire
p. 91-106

Résumés

Après avoir rappelé le contexte historique et sociologique mauricien, l’article décrit les grandes phases du développement touristique de l’île Maurice en montrant qu’il a permis aux grandes familles franco-mauriciennes de maintenir leur contrôle sur l’économie insulaire, et de pallier les défaillances de l’industrie sucrière qui fit leur fortune. Désormais, le tourisme est devenu un élément important de la reproduction sociale locale en confortant le maintien des hiérarchies et par là des inégalités qui prévalaient dans l’économie de plantation dont il prend la relève. Toutefois, une meilleure répartition de ses retombées semble aujourd’hui nécessaire pour préserver la paix sociale et la stabilité politique du pays, l’une et l’autre conditionnant son avenir.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1960, les îles tropicales sont devenues une destination touristique très prisée car elles offrent à la fois dépaysement, exotisme et détente. L’île Maurice aux plages de sable blanc bordées d’un lagon aux eaux limpides, à la température clémente, avec des équipements hôteliers de qualité et un accueil chaleureux donne ainsi l’image d’une île paradisiaque. En outre, elle bénéficie de sa stabilité politique, de l’absence de maladies tropicales (le paludisme a disparu), d’animaux et d’insectes dangereux ainsi que de son bilinguisme, fruit de son histoire, et d’un faible décalage horaire avec l’Europe (66% de ses visiteurs en 2007) et l’Afrique du Sud (9%).

2L’essor du tourisme mauricien a été étroitement lié à celui du transport aérien dont les progrès ont permis de réduire considérablement la durée du voyage notamment avec l’Europe : alors qu’il fallait, autrefois, jusqu’à trois jours pour effectuer le trajet en raison des escales nécessaires au ravitaillement en carburant des avions, celui-ci ne dure à présent qu’une dizaine d’heures. Aussi, le Central Statistics Office (CSO) estime que 906 000 personnes se sont rendues en vacances à l’île Maurice en 2007 alors qu’elles n’étaient que 100 000 trente ans plus tôt. Le tourisme est donc devenu un des piliers de l’économie nationale aux côtés, d’une part, des exportations de sucre, activité « traditionnelle » de l’île depuis le 19e siècle, et, d’autre part, de l’industrie textile, autre composante du « miracle » économique mauricien. Classée parmi les pays les plus pauvres de la planète au départ des Britanniques (1968), l’île est un des rares pays africains à être sorti du sous-développement pour figurer désormais parmi les pays à revenu intermédiaire (6 000$/an/habitant en 2007). Ce chiffre est une estimation moyenne qui ne doit toutefois pas occulter les importants écarts qui subsistent entre hauts et bas revenus.

3Cet article retrace les grandes phases du développement touristique de l’île en soulignant le rôle joué par les grandes familles franco-mauriciennes qui maintiennent leur contrôle sur l’économie du pays. Il montre ainsi que le tourisme est un élément important de la reproduction sociale, du maintien des hiérarchies et par là des inégalités.

Une société forgée par le sucre

Le sucre

4Introduite à l’époque néerlandaise (1598-1710), la culture de la canne à sucre qui nécessitait une main-d’œuvre abondante a façonné le peuplement de l’île et sa structure sociale. Son évolution politique et économique récente conforta l’héritage colonial.

  • 1   Cette conquête n’a pas été suivie d’une arrivée massive d’Anglais ce qui explique que les Anglo-M (...)

5L’exploitation du sucre connut un premier essor au cours de la période française. À cette époque (1715-1810), les champs étaient mis en valeur par des esclaves que les planteurs firent venir des côtes du Mozambique, de Madagascar et même de Guinée et du Sénégal : en 1789, ces Africains représentaient près 42 000 personnes pour une population de 50 000 habitants (Durand 1975). En 1810, les Anglais chassèrent les Français de l’île pour mettre fin aux attaques dont étaient victimes leurs navires de commerce, dévalisés par des corsaires basés à Maurice1. En offrant au sucre mauricien de nouveaux débouchés au Royaume-Uni et dans sa colonie indienne, les Britanniques transformèrent l’île en une colonie de plantation alors qu’elle était encore principalement à l’époque une escale sur la route des Indes. Les planteurs français constituèrent alors des domaines plus étendus et recrutèrent de nouveaux esclaves africains et malgaches. Ceux-ci représentaient 75% de la population en 1835 (Durand 1975).

  • 2   Outre leur religion, les immigrés indiens conservèrent leurs différences culturelles et linguisti (...)

61835 fut surtout marquée par l’abolition de l’esclavage qui obligea les « Blancs » à trouver une nouvelle source de main-d’œuvre car leurs anciens esclaves désertèrent les lieux de leur servitude pour devenir artisans, pêcheurs, éleveurs ou agriculteurs. Comme à la Réunion, ils furent remplacés par des ouvriers agricoles venus d’Inde, les coolies, recrutés avec des contrats de cinq ans. Paysans pauvres voire petits commerçants ou artisans, ces travailleurs « engagés » étaient, suivant les états d’où ils provenaient, de confession hindoue, tamoul ou musulmane2. Cette immigration débuta en 1840 pour s’achever en 1909. Beaucoup de ces journaliers se fixèrent à Maurice si bien que «les Indiens étaient devenus deux fois plus nombreux dans l’île que le reste de la population. En 1901, sur une population totale de 371 023 individus, on comptait 259 086 Indiens ou Indo-Mauriciens» (Toussaint 1972). À cette immigration, s’ajouta celle, moins importante, de Chinois (Hakkas, Cantonais et Fukinois) qui investirent le commerce de détail des villes et des villages tout en assurant une fonction de banque par le biais du crédit. L’île Maurice devint donc une terre multiethnique, chaque groupe ayant une place particulière dans les rapports de production (Gabriel 1983 : 97-112).

  • 3   90% des terres étaient aux mains de Franco-Mauriciens (5% de la population) jusqu’en 1870.

7Maurice a donc connu différentes phases de peuplement liées d’une part à la recherche permanente de main-d’œuvre agricole (esclaves africains et malgaches, journaliers indiens) et d’autre part au développement économique local (commerçants chinois). Inversement, la société locale a aussi été marquée par les crises que le sucre a traversées. La transformation de l’île en une économie de plantation fit, d’abord, surgir une classe nouvelle, celle des sucriers, qui supplanta graduellement celle des commerçants et des marins. L’avènement du sucre fit dans un premier temps (jusqu’en 1860) disparaître un grand nombre de petits et moyens propriétaires « blancs » pour donner naissance à de grands domaines. La période suivante (1860-1890) fut, au contraire, marquée par le morcellement des plantations3 en raison des difficultés d’exploitation sur des superficies très étendues. D’autres Franco-Mauriciens cessèrent leur activité sous l’effet des cyclones, des maladies qui touchaient la canne (borer) et de la malaria qui sévissait surtout dans les zones littorales. Ils morcelèrent leurs terres au profit d’immigrants d’origine indienne, le plus souvent des sirdars (contremaîtres qui organisaient le travail sur les champs), des recruteurs ou des négociants. Ils favorisèrent ainsi l’émergence d’une nouvelle classe sociale, celle des petits planteurs indo-mauriciens qui, à l’orée du 20esiècle, possédait déjà près de 30% des terres plantées en canne. À cette époque, de plus en plus de propriétaires de grands domaines renoncèrent au sucre, ne le jugeant plus rentable (son cours étant très bas à Londres). Le démantèlement de ces propriétés permit d’accroître le pouvoir économique et social de la population indienne (Allen 1984 : 340-347) dont certaines franges (Indos-Musulmans) contrôlaient le commerce d’importation des grains (riz) et de la toilerie. Enfin, le mouvement de concentration des sucreries amorcé au 19esiècle se poursuivit ce qui donna naissance à de grands groupes usiniers franco-mauriciens comme Constance, Médine Sugar Estate, Mon Loisir, Mon Trésor/Mon Désert dont l’activité a pu se diversifier, y compris dans le tourisme, grâce aux revenus tirés de la culture et de la transformation de la canne.

Après le sucre : un nouveau contexte politique et économique

  • 4   Celle-ci est très hiérarchisée étant, comme en Inde, subdivisée en castes.
  • 5   Ce terme désigne les descendants des esclaves africains et malgaches ainsi que la population née (...)

8La première et la seconde guerre mondiale favorisèrent la montée en puissance de marchands musulmans ou d’origine chinoise qui détenaient pratiquement le monopole d’approvisionnement en vivres et en produits manufacturés de l’île, ses relations avec l’Europe étant coupées. La période de l’entre-deux-guerres fut ainsi marquée par l’émergence d’une petite élite indo-mauricienne appartenant aux castes supérieures et intermédiaires de la communauté4 et qui bénéficiait d’un accès à l’éducation car les Britanniques avaient alors besoin de personnel pour étoffer l’administration. Aux côtés de quelques Créoles5, cette élite anima la vie politique en créant des formations comme le parti travailliste (1936) dont la base sociale était constituée de journaliers indiens. Marqué par le clientélisme hindou dès le milieu des années 1950 (Gabriel 1983 : 97-112), ce parti participa aux différentes élections et réclama le départ des Britanniques. Celui-ci s’effectua le 12 mars 1968, soit sept mois après les élections législatives qui virent la victoire des partisans de l’indépendance. Seul le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) fondé par Jules Koenig prônait une association avec la Grande-Bretagne. Ce parti anti-indépendantiste rassemblait les minorités créole, chinoise, blanche et musulmane qui craignaient l’hégémonie hindoue une fois l’île indépendante. Une petite bourgeoisie politique indo-mauricienne regroupée au sein du parti travailliste mené par Sir Seewoosagur Ramgolaam prit donc en main les rênes de l’état dans un contexte extrêmement tendu (émeutes raciales et communautaires de janvier 1968).

9Depuis lors, Maurice est devenu une démocratie où le pouvoir politique et administratif revient à la communauté indo-mauricienne de confession hindoue (50% de la population), les Indos-Musulmans (15%) étant davantage spécialisés dans le négoce. Le pouvoir économique demeure aux mains des Franco-Mauriciens (2%) qui forment une puissante oligarchie terrienne, industrielle et financière et par là un groupe social privilégié tout comme les Sino-Mauriciens (3%) très actifs dans le commerce. Enfin, les Créoles (30%) dont les origines culturelles ont été en grande partie effacées par la traite restent la couche sociale la plus défavorisée à l’exception d’un groupe d’intellectuels qui a investi la presse. Le sentiment d’avoir été tenu à l’écart du développement du pays entraîne des tensions avec les Indo-Mauriciens accusés d’être responsables de cette exclusion. Ces tensions se transforment parfois en émeutes, comme ce fut le cas, en février 1999, suite à la mort du chanteur créoleJoseph Réginald Topize dit Kaya, décédé au commissariat central de Port-Louis après avoir subi des violences policières.

10Ce rapide tableau de la société mauricienne souligne sa diversité culturelle et son hétérogénéité sociale. De là, naissent de multiples tensions intercommunautaires : en bas de l’échelle sociale, la classe moyenne et populaire indo-mauricienne s’oppose aux Créoles tandis qu’en haut, la couche privilégiée de la communauté indo-mauricienne se confronte au monde des affaires franco-mauriciens voire sino-mauriciens.

Le développement du tourisme mauricien

11Le développement du tourisme mauricien s’est opéré en trois grandes phases (1945-1985, 1985-2000, 2000-2007) qui en ont fait une activité représentant, selon le CSO, près de 10% de la population active en 2007 (plus de 50 000 emplois directs et indirects confondus), 8,5% du P.I.B. (4,1% en 1994) et plus de 40 milliards de roupies de recettes (environ un milliard d’euros) soit la seconde source de rentrées de devises du pays après la zone franche industrielle.

Les débuts (1945-1985)

12L’arrivée des premiers touristes date de l’après-guerre où quelques Anglais s’arrêtaient dans l’île avant de poursuivre leur périple dans l’océan Indien. Ils la parcouraient en train, des agents de la Mauritius Governement Railways les attendant dans chaque gare pour leur proposer un gîte. En 1947, il n’y avait que quatre hôtels : le Curepipe Hotel et l’hôtel Golden à Curepipe, l’hôtel National à Port-Louis et le Family Hotel à Vacoas qui accueillait les familles des soldats britanniques affectés à la garnison. En 1952 (1 800 visiteurs d’après les premières statistiques officielles), la société Rogers acheta, via sa nouvelle filiale Mauritius Hotels, le château Mallac, vaste et belle demeure coloniale pour en faire le Park Hotel. Un peu plus tard, le groupe construisit à proximité de l’aéroport de Plaisance un premier hôtel balnéaire (Le Chaland) puis un second sur la côte Ouest, le Morne Plage (1954). Pour promouvoir le tourisme, les Britanniques créèrent le Mauritius Government Tourist Office (1959). L’activité connut alors un premier essor, le nombre de touristes passant de 7 700 en 1963 à plus de 36 000 en 1971 (Ministry of Tourism, Leisure and External Communications 2006). Cet essor était dû à l’ouverture de nouveaux établissements : après rénovation (1968), le Morne Plage devint l’hôtel le Morne Brabant équipé d’un golf puis Mauritius Hotels ouvrit en 1971 un troisième établissement, cette fois-ci au nord-ouest (Trou aux biches).

  • 6   Le PMSD accepta de former une coalition pour éviter que le pays ne connaisse une forte instabilit (...)

13Au début des années 1970, une série d’hôtels luxueux virent le jour sous l’impulsion d’Amédée Hugnin Maingard, premier président d’Air Mauritius et dirigeant de Mauritius Hotels. Il fut un des pionniers du tourisme mauricien aux côtés de Sir Gaëtan Duval. dirigeant créole charismatique du PMSD, ce dernier fut vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, du Tourisme et de l’Immigration du gouvernement d’Union nationale formé après l’indépendance (1969-1973)6. Épicurien, brillant avocat, Sir Gaëtan Duval était lié à la France où il avait de multiples relations dans le monde du spectacle. Pour faire la promotion touristique de son pays, il le fit découvrir à de nombreuses vedettes du cinéma et de la chanson ainsi qu’à des familles princières comme celle de Monaco. L’île Maurice devint une destination en vogue et prestigieuse qui ciblait une clientèle haut de gamme et misait sur le fait qu’elle était restée francophone malgré une présence britannique de près de 160 ans. Pour éviter que Mauritius Hotels ne contrôle, seul, l’activité, Sir Gaëtan Duval fit venir le groupe sud-africain Southern Sun de son ami Sol Kerzner. Spécialisé dans l’hôtellerie de luxe, il l’associa au conglomérat Ireland Blyth Limited (IBL) de la famille Dalais pour créer Sun Resorts. Ce groupe installa une série d’hôtels de classe internationale en bordure des plus belles plages comme le Saint-Géran (1975).

Île Maurice : zones touristiques

Île Maurice : zones touristiques

Source : d’après Petharbe, 2000. Secteur Cartographie – IRD Bondy

14Voyant que le tourisme était porteur, des propriétés franco-mauriciennes s’y intéressèrent en profitant du « boom » sucrier de 1974-1975 qui avait pour origine une flambée des cours due une pénurie de sucre sur le marché mondial. Elles investirent une partie de leur surcroît de recettes dans la construction d’infrastructures hôtelières ou la prise de participations dans des groupes hôteliers. Si certaines avaient déjà timidement mis en valeur des terrains proches du littoral sous forme de gîtes, elles se lancèrent cette fois-ci plus franchement dans l’activité en s’inspirant des formules proposées par des groupes étrangers comme le Club Méditerranée. Inauguré en 1973 par son fondateur Gilbert Trigano, ami proche de Sir Gaëtan Duval, le Club fut le premier à proposer la demi-pension et des activités sportives. Fondé en 1882 pour exploiter la canne de la région de Flacq et une sucrerie, le groupe Constance ouvrit ainsi l’hôtel Belle-Mare Plage (1975) qui se substituait à des bungalows. De son côté, Médine Sugar Estate, fondé en 1913, prit des parts dans le complexe hôtelier La Pirogue. Des problèmes de gestion les lui firent revendre en 1983, mais Médine est resté dans le tourisme en ouvrant le parc naturel de Casella (1979) situé au milieu de ses champs de canne. Quant à la propriété Mon Trésor et Mon Désert, elle devint actionnaire de Sun Resorts. Pour mener à bien leurs projets, ces propriétés bénéficièrent de l’appui de la Mauritius Commercial Bank qui est entre les mains de la communauté franco-mauricienne depuis sa fondation en 1838.

15Ce souci d’attirer une clientèle privilégiée à forte valeur ajoutée limita le nombre de visiteurs : 75 000 en 1975, 148 860 en 1985 (Ministry of Tourism, Leisure and External Communications 2006). Il explique que le pays a longtemps été préservé des effets négatifs (dégradation de l’environnement, prostitution, drogue, etc.) de l’arrivée massive de ce que les Mauriciens appellent les « sacs à dos ». Pour l’en empêcher, ils opérèrent une sélection économique et donc sociale de leur clientèle en interdisant la venue de charters et en pratiquant des tarifs élevés au niveau de l’hébergement et du transport aérien.

Un afflux de capitaux et de touristes (1985-2000)

16Le développement du tourisme mauricien s’accéléra à partir du milieu des années 1980 : son chiffre d’affaires passa de 845 millions de roupies (1985) à 14,23 milliards (2000) et le nombre d’hôtels de 55 à 95 (Ministry of Tourism, Leisure and External Communications 2006). Les domaines sucriers s’y intéressèrent davantage car la filière dégageait ses propres profits et bénéficiait des revenus tirés à la fois des exportations de sucre et de l’industrie textile de la zone franche. Si cette dernière démarra lentement, sa croissance fut soutenue à partir de 1983 grâce à l’arrivée de groupes hongkongais, singapouriens et européens et aux investissements des grandes familles franco-mauriciennes. Elles virent là une nouvelle source d’accumulation susceptible de se substituer au sucre, moins lucratif depuis la fin du boom des années 1970.

17Les interventions de ces groupes dans le tourisme donnèrent lieu soit à la construction de nouveaux établissements hôteliers, soit au rachat d’infrastructures existantes ou bien s’effectuèrent par le biais de l’actionnariat. Une propriété fondée en 1896 et dont les terres se situent dans le sud de l’île (district de Savannah), Union Sugar Estate, investit par exemple dans l’hôtel La Croix du Sud (1987) devenu, depuis lors, le Preskil. En 1998, le groupe Constance y édifia le prestigieux Prince Maurice composé de 89 suites de luxe construites sur la mer grâce à des pilotis en bois et doté d’un parcours de golf (ce groupe possède aussi un hôtel aux Seychelles). Déjà présent dans la manufacture, le commerce, l’assurance, l’imprimerie et d’autres secteurs, le groupe Mon Loisir de la famille Lagesse, fondé en 1939 pour exploiter des plantations du nord-est de l’île, entra quant à lui dans le capital de Naïade Resorts, troisième groupe hôtelier mauricien, puis accrut sa participation en 2003. Naïade Resorts débuta avec le seul hôtel Le Tropical à Trou d’Eau Douce (1990). Depuis lors, il a connu une belle réussite puisqu’il compte à présent six hôtels à Maurice, une luxueuse villa sur l’île des Deux Cocos au large de Blue Bay, un établissement aux Maldives et l’hôtel Desroches aux Seychelles. En peu d’années, Naïade Resorts est devenu le troisième groupe hôtelier mauricien aux côtés de New Mauritius Hotels et de Sun Resorts, deux groupes qui ont dans le même temps multiplié leurs établissements dans l’île. Outre ces trois grands groupes et les domaines sucriers, d’autres opérateurs se tournèrent également vers l’hôtellerie : Food and Allied (FAIL) par exemple, un groupe spécialisé dans l’agro-alimentaire édifia deux hôtels à Port-Louis, puis encore le Telfair à Bel Ombre (2004). Enfin, les groupes étrangers au sein desquels figuraient le groupe réunionnais Apavou et les sociétés de gestion françaises Accor et Méridien s’intéressèrent aussi davantage à Maurice.

  • 7   Actualisés, ces chiffres représentent près de 200 000 touristes et 5,2 milliards de roupies de re (...)

18En marge de ces grands hôtels, de nombreuses petites structures appelées « campements » (bungalows, appartements, chambres d’hôtes) se développèrent en bord de mer sur des initiatives très diverses. En 2000, une étude (Deloitte and Touche 2002) les évaluait à une capacité de 7 000 chambres. Conjugués aux hébergements effectués par les Mauriciens qui accueillent parents et amis résidant à l’étranger, c’était un peu plus de 20% des touristes qui se logeaient ainsi ce qui représentait plus de 15% des recettes touristiques du pays7. Ces estimations sont imparfaites car ce type d’activité échappe souvent au recensement du ministère du Tourisme, de nombreux bailleurs évitant d’être recensé pour des raisons fiscales. Ce secteur « informel » provoque la grogne des hôteliers qui voient là une concurrence déloyale et des services qui ternissent l’image du pays. À l’inverse, celui-ci dénonce la formule « tout compris » des complexes hôteliers qui les privent de prestations, les touristes trouvant dans les hôtels tout ce dont ils peuvent avoir besoin.

19Durant cette période, les agences de voyages européennes étaient chargées de faire venir les touristes à Maurice et bénéficiaient des campagnes de promotion effectuées par la Mauritius Tourism Promotion Authoritdes dxP;). des campagels furit, d’alais poceptisur lur client, cestraditionnçais de l’rovos6) dont la Fra(26,5e 20% des tourisnt, selon le2000)Là la Réuouc0,6s (2%),, au contrpalement à Mauri’uns proillençaislus belles plades de sa Auet aent le Saiiychelles. Elleressèren99, suion de nouve le marngers comde ltournles),Sne prance, ne (mcamp f depuisSc>Agrurs cture,Japoicien, Asilluliune et Asirique du-Es tôt. le nombre de touristes pplus 1: 75 Sud 01985)291 55 Sud0-18f dep85)6 de 50 0s. En 20ans le 20% 5de 200 800 visite5%) étone fri4,1% en71985 (Ministry of Tourism, Leisure and External Communications 200Ls. Ce sectenregdminirent alors capitrge sa croissaifs élev(1de 5525e es an)rice si bien nne scéldu cs éérablemle, tablissemins de ur clientquele hent ves le miliet de g, que le paysps trouveupe rbettes c avons les hôti bcienne a Lonsontrant qnt là uur clienteur forrivle msisquien sls me dejparcourss représrsent l’image de rien.

Toujours plus d’investissements et de touristes (2000-2007)

9Dep En 20ans aux investissemecle se pourrgement et le nombre d’hôtqui esluxe cbondanug-alimstratiLon leCSO) estson ainsi quuis la fis de l’ane en 2 de l’île on comptn71rs, s10 857nts, chambent21 788s ducalede curs établisseme( d-i">Convant dans 97)os6) daellectaillementès rénovaterent le de propriétaient en proilleot leuaccroîtrs pone capacitde l’héberge ansre on a en rai,1% en520ans 95 les hôttre reces1985 (Ministry of Tourism, Leisure and External Communications 2x-ci représentai5 977nts, chambrs, sait use moyefis63nts, chambes les hô990). Depuis loc). Ce chifien a émps multiples papitrs, s120nts, chambeation moyeive en 2010 857nts, chambeot ln71urs établissem1954Convien jamkongalue le tourisme estrit dencien Le shôtelssur l’économie du tage cde l’industnes sniste a tras due une périoes diillerielnt d’Unges europé l’abifia loid=oès le siers loiéégagermi les pACP (l’Afr-Cdispoir-P cafAframps6) d à Maurinne de edajbl une concurrenue le pers commeBmis rlère etThspln gra(G la ns voreTl’ye en erie267-287-112).

  • 5 f. est emaintaes AcédéMer maurici16 aoûte en 1870.

17 de nouvedes complexes hôtelions etprésishôtnes se simres plailles principalement dans lenord-ouest de l’î la zs a longte soutenue à l’écart le tourisme en raisocrutnt avulatire agripays.>à Bel O/em>, t d’hôtelsle ut de gales ont éie. Inaugmbeatfit ee nomre (trs, s450 une nouvsnts, chambentun que qroisièuis la fis de l’ane en pays. le SaFientx,s ou la princie de plantatnes snistaaire é étr peu dauriciees champs de ccore le Sdu ci AnerlortsSun ResortsNew Mauritius Hotels de Sun ResortsNaïade Resorts5

12(Ministry of Tourism, Leisure and External Communications 2, à celris8de 200 te nus à ê le d, po4,1%che6isme en raisrt dikungunyaales.virivid du tmormaisiron ououristiq6) dontpiqûêtrre ves trdes mt quesece benen s’enç la strieiLon dikungunya apays entralgré à fobconnaioom d’arriaient en prourrenue la FraerentLà la Réuoutre eon acpalem-19,4%aer-9,6%ssor au couu:rd, premblismini em> 2xnce sà lalifs opciatioais ont éves trdtermtavorialesndépen,rmé après s opdmmunicarée irividamill afflux000 touris-ci icièrentdes plus btelsnt lrordure 9de 200 d’arriaiien a éone friyeive en 209e6i971)brs, sait les pconfesslus d. (4aisiles rape 552he6int, selon le/em> qui estpes ax baille ce que des recetoigeante »27,3%stes passant31,94 5,2 milliards de roup,1%che6i 5540,68 5,2 millia de l’aneode suiv990nt daes un conteion économpalem défjbllors, Mauricpnistaui accuis 9 : 75 ses visiteurs en8goce. arsouci deirevenes lelruction d’arriaiitrouv e10 dispare sojbl rs, djugeant provoquemps multcgradationurs pro etprésishôteur IRSents rat Sun Res Sfrancions<2007) et l’ouverture de lpe plort aérsme mauriciopirant das sectoise qevfiguraiui eulectuer Ce secerielnt AHRIM (lne associatdplexes hôtelions15% de cbuopérateais de l’rs, Mau)ss revo avaitour cr11v e5000 emplode lcis en91983 grâce à l’ouverture de nouveles hô99%).

4. lRStvopiraet daui accuis d’une nouvellr clienteur forrivers que voràb9. Beaucos d’ce, l impocxtile deden L foort aé canne.

7 Air Mauritius Air Mauritius us Gbookingions<2954). Prtte revenentant ceune nouvedema’Indnt AHRIM Set simage les inves auze 5,2 milliards de roup(400t845 milliod d’eurare pos. La péries 20008 a la duns pror16 500nts, chambeat e1diens.

16Le développement touristique de l’viconnsont cs ostruofient s svaitour atruction 000 empleroîtle (diburadationdes revele msisquar le fésdoîtrs pae eon les «usclaancs »me, de nombrsiuristve en bordurd de e tout ette e par les Mauric006).arent égalemle jount le ren Le shsent dans la reproductdau de la société mauricierieers comde l’industrie textauss="vpen,rlue le touriatés p ves du maintien des hiérarchion économLouiir politsique et soechies et par là des inégaliiers lles rêtaient dans lne économie de plantat ce don secsecans llèveites cariopir et peuplemeevele ms000 personuse qne contrlemeevepapitdes activitnue à partirtrs pone capiune rnarien.

16

17étrs pa rél’efaes Acéant dasiégaliions fiscrque euantelièessait surt de ulonjuant lecrpro iem> H’hôte dévuplemCL iftcgre Sunint /em> de H’hômaabergemSes sermCL iftcgre Sunin82)téeitan hmde le instoductes, pes étrangée à l’exceptis de quelqces groupde lergurlasse internationers coLme le Club MéditerranDer désorions, al. dirigvises du pnde l’arrgemait pans aux investissemepes étrangees il. Ces eentrant qont ils peuvqne cibutituer>Le développement Ce sectettour criscrq00 empl023 semi-ponsabié àlut cem> (coem>, le’imens es du maintie Ils lixdonc soci(qu. Poécres représmpte à présjà près de 3ur le mar-112).

17 la prin, deux grounco-maurici à préettes dans la filient touristiiopirais di uplement va, deus grandes propriéties snisttés franco-mauricie,tuntde glemeeveque qua la princiandes famil(lle Da, Ese caper-Noël,ille Lagleroîter. des v)nuse qne contrlement une partie ur l’économie du 006). d’aut la communasnion natioelaysersiopirple cuer>Leune ,simreiqfectuent dans l’activiouseroeuvqnenuant lebns vsanne. la,P Si cers obdes a sectiitrocoffrsur des raisnes culturetels :t4" Tourismens, aes activitmie deimnt uneençune partie de la cultsur les Sino-Mauricini fisan, celle les Indo-Mauric954). Prs, d’au,trs pCe rentenes dans le touriien a él’ararquée pas pa pne capacipteobtre veant det fitissementsaisiron de baniondes relations dan, diles li en confesnhôtsse internatre auxsrent ausocruomou-affannee quel-undien provlemen la ans Si cers le complpteles invesont l’activiten aux côtéa les « Blancserieee. Le sentimciqui gée à htouvictoirors, Maurtie on des hiérarchdataèrent de des esimensent de d etouriqne inuièrers l’’ntoitertla socié(l’1717

19Voyant de propriétai (Trnt actionnaismenrai,1% >Voyant de gestionnasion. Câesrocsqui ont plnsabiéins des Franco-Mauricioubiéins Eet europésé pour des raisnes cultureleement dmpui dcverses. Enfia une préseour aux Créoent dans Ce sectent touristiite rs deto’an cas,nsi ce de crsigne ll. dirigvisde l’e la p,iten le e, les agences de vo ( et excepti% des touri,té xceptisvo auau,desub Mipatides mreleemles teau,ue, e112).

9uerCes cogue, et recn dlus ee plagenune nouvsn etpréscee cuer le nombre ait usa l dom l’env,insi ce qui reprée (er65 senstésé pun aux investisse decapital3de 40 milliard d’e954). Ples une démocdesancs ur l’éconoets de fau bio foistic>. lRStit les proilleasiten le s des Franco-Mauriceurs, du gouvernema prtsigne its planteurs indo-mauricientaou reordure des pro res comen s’ans lettes dans la znue lic-en- de 006).llides initia rassne lsnsi qu à présulteverrisi davantté dvœuvoir politi banire ait en cvativité économiion car its planteurs indo-maurici’uns proillncelris de capitncelucruomou-affs leonAcaffairle joes se errisllions0lturele’e la p99%).

7Sun ResortsNaïade Resorts (/em> de Vererlorts Resorts (coeant que le tourille demeait les d’affité« Blancsuels qués p vens la reproductdau dedes hiérarité économiers lles rtogue eles utpuis enctes dans la filiies snisttels vele msnds groupes023 indières lantefiôtqne contrlemeevepapitdes activi954Convuis enoqormu de cpérateant du tourisme mauricoétantnsaure glemresa ptnsaure gle,s la repiement ldientles socapité lance ans cha la communauvétaiultiptcre el Bele m, ltiples relatieur «desethitanniboom utée liilleot lb9. Beaucot dnngers auls le monderti tragoce. le tourisme les a étr cnt ldienters lsoégaletels vedes complexes hôteliransformisvarcotponsabgh).los loiécturés de s=" supérses par muelions15% Mainains006).lli de cpÀUngme frape loignlambée une nouvsnd’a procers comme le tourisoidaffi07) qu parcgp,ite, au contr,002) le la grele’eses visiteune et polectioo fiscr(Barlee,sC"nofmbvaterRibsucrre (200Àd à Maurinir les tourissqui ontqnen affectdne de lacvativionc socierent leses relations avar les Mauric utée lform ou bioe souvenn le s q00 eycôtéa d’hôtice si bies li07)tmpotenir du piôtvarhinesnissent l’imars ait cla sociéves qu dlus imparf hargémoone malggne sa diversité culturelleultrestigidien. nde oèrenv timmoilleasivumeevequee pa cohcialnombrdal de Port-Lons qui capd biaisR acfilinvictorns prochee ces grands hôonde le Mosmende oèreasiptnsauréseour les tensions intercommunautarien.

12éier mauricit en aalggne la constructcre sur au suc auls Ce sectype d’activi07) qug revficiait res profitsnce aircull avait à lgrge aes. ne petite bourgeoisie politique indo-mauricie75) qui se substvenn les Britanniqmi dlus ee plels tuis ymini formetaxtoductes, des exportations de s, auxsrent ausoveeus grandes proprié006en s’ent égalemcre sur au soistic>. de nouvell. dirigvi en aaréèren. Pour plection économiqueonc soctelsier miniteen siune t actionnaismedes agents de l’épne t actcréèrent Ce sectu’à dilliod dn-mahvestisse 000 perstoral sous forme elebe gra,orme eapolitsis eruptMaldivesssrer se tlissemnaco. l’éent et le pouvoir politiait constessèrent autes, comms), en s’soe souva repiemlusl’Afr,dans lee sosurce d’accumulaleot l de quelqcesocers crçanirects et industssion hie, dos-Musulmmme le mcux Créoise qourrgemen. Plle réussu’à st Leisuiir polits,su’à sle marngd="reycôtpge cde l’éens vou’à desa mrel et financit99%).

4 (as s3%) trifs éltes, coait eue de surlconnairéerevenent à prelle lRS. Sal scl’ourtirtrs ptte use,orme eêee-écsphie ens voent parfoistrs péc ses pr, ltiplee responsabiir politsilleinjescn dont lgrgeches aigagnlaoent dans Ce sectent touristiral sous fore l’actionnaions dans des groupes hôteli9%).

7 Air Mauritiuséeme lta avec au conglomété Roglua la princleut actionn,iien a éte, œurcart du développement touristique de l’, auxsrent auso, de nombrsc>Agnciandet fintelieAer>Leune (jui00 en7)haut, ls camistles étaitdes sergers olgare pouistes pgtelionsnteresport aérkil. E72sert, elqnsle et rd, premavgesties affebié àden L foaisRod. dits,s la secol’île de lapublristique à Maurind) puis un sec000 en oise qesdes ai0)Là la Réuoeemen la et rd, premuia - par sucr860 en1ieAta avt, sa croissasocrutflot fo(aellectaillemdix Arabfondu et à prniveauune destinac ut sa divédient vers l’EuIndnt A’Afrique ducien, Asilluliune roupyen-Orippement tout c conra qurutcestraditionnsimres picipationI’IniéHia -Kia uneSs, singa.ah), Arandde Air MauritiusAgnciandet finteliq6) dontpr Lagl en s’ le f ur lho1896 et doae lstserg en s’sargeosion. sc>Agncianels furait pour origant le se tlissemvéese, oupes dann desqulde la communauté indo-mauricieval étaaébergemimreiqfectiion ionnse> oiir sau denis diovaterenabiiouri-clfectdne de ls camist eapolitsformie depuisour atrucrkil. en raisocen. Pllepui itruc,ouie étts eauia niondes rectenturisuvsnd’affaipes qui sleqfecu et htouvictoare poutre, motacctutigidiOit unuranndépeniitrocortimnt le Arandde Air Mauritius

16eandtes> janvsucrre (197Nocre, mle Si cers « inaplanteurrecjà trgemaittes llnt lecimpuls la poent parre, minises, coait de confessmparf ce à AHRIM Ses et par apit845es liere d’affauté franco-mauriistes qluhaapet dontre, mumtede l’arrirés nt leut activrien.

ce. le tourife plo li en problèonc spitauxl’environnespit007)

  • 5Si. leisuvsnjt nar les Mauric et ds=oe chalislur aux Créoe Brsme rgechoblzrr é ur l’octels un ee re (...)

75

12éVoyant quelqle privilériers dn-mahvra: alort qont o, lppaécoernisslta avecretovaleumde lflnovatersrt de’i112).

  • 5Lautlex Maldi(3 de 50 hibimpotôtqui accueilleà près6de 200 000 tourises an1870.
  • 54). Pnodeasiretardectue. leurs projegrandesmote. leurbétessèrlemnavloiais di uplemeessenstboure re (...)

17u qua ln probl. etpréoent dansent enceslichai sa croitsl’entrs le nomdecapitalses visiteuneuisost polecioo fis.mCL frisiledasui ont désormort qent une partie isost poleci(an, ceces it les prodeas,eouoemilieu reto flamsmion économL)ndetonnaies mlaifte r pun rejecart le touristti% des tourinaco. AHRIM SO) estose >Voyant et objes arce d’accuis papit845 millionsvac fintelitve e1deur untplo c m13n problurcerLeune iuites unchsiettoon ctst reprovoquedurenteuse moyefé d enj). Pnsroîtlex jparc,oms ànt ue entre l’env 55 500nses visiteursés anrésella sur l’rs, s4,5e 20 sà st poleci(1 2 de 50 hibimpoterLeune iuites 1 865km2ndtes>),ventdes ,s de conc tions dans les li elecimpaysn pigeqormulesmote. leentdet fitriso, aes mationt soechent dae. le la s ers les picipat(ès rénovater la constructit d’infrastruct1985)en ovaleu2e 845 millions de roupays7

12 (coennaitola grmièrers lhus btelsunt lstorCns eentriondejeco, lmls meage cde lpe plent touristismpi trient désorm3%optr cnsrs otele joambrles Mauricnaco. amientort gestso,ae. le dntradilionsviear le fistique du litt/em> est devuUngmpe plont solort qont utes scntrian>Durormuweek-e, ouerent le au ces19Magt fe en )ieAet autent lembtradilitra quant é dsimans es tte dernielles pladns pnceptiboome (coennesluxe duslta acionnçailexes hôteliers réererésnir cts isratoiu’à dillites touristiieAlexarevenMagt fe( en )eame> (civi07tic>. en problè Mosie proillenç(uis en)oté d’o deventver s(disteeentran"ptitlucrasormait surtté d’o deventver de qulucra(areol’activiefaes Ladbiégal dielles pl)oqormu ds complexes hôteliss, desass="pemeevepae dtelibeapitsiurisrs, des prdasicanne.

4Toujours pl impoteèsmde l’industrnt touristiss, djasui oisuait ids opciasxl’environnesuretelsde s=r expt gestu m dsiveider du litt/nde l’aînn-t-n, ceençfuvelrc nt gestso,ade lpe pl?oce.li balnéaaux ibettei reprée 322 kicongtsttninem267, ubs tirés n d’nistèt qent bd’nistelecifal drourrivéemps muleistes ee c inanuvrit aids, de nombreubaireleemnt scr(Cazes-tan n>entPaskoffrre (200Lielles plades de sabbriarptnvoielamsoent par le tourismeait consrlemeà prè. papittteli9Magt fe en tels341-372200Lielles hôtsmens, es « campementslcupgainuv3. (4der d balnéadns pnceptc000 en , 13%i,1% en6ogue el près d%sso>Toubre dui00Lielr exaitissemelichambnne neacfguraiuce si bien eevepae dtelilpe pmelichambnoeuvqnevoielaeleemormuleex flmbege ansreax baill,sans liampagnesdn a rtort gestso,ae l’envuvernem(dn gradunicaréees uc,o roaductes, c’hôteès ospsusceptlions15% le s pl,tauss="vpen «usclal,ioèrn a é lefiInaugmbes par Bes complexes hôtelrses. Enfià llplqnenspared>. en problèd, lpprovinfesnhpalemrérnivois en raisocentpr Laductomprcarquée pas Ce sectent touristi(e’emaintd>. iscdoma,sans de s, 15% Mazesteuue, ete tormu es champs de c975).

Co">Conduccien

5lréoise lles rêtaient dans lne économie de planta006).arent aino italgont harcotpgplont o-té économii lon soloriiqne inuirers l’’ntoitertla sociéndo-mauricieuis encves trderqfectipge cde ls esimensle rti tra jparnaper.rnal eelstrie textauss="vpen,rlue le touriatqne cibuacipte du m d venir aus inégaliismende a et deasiepiemenvebd’nisttiont soec,s et soechiesons intercommunautaruupe contrpalement etThspln gratit par exe, d’ce, l’éat défavfebnir>Le développement le touriloismiristi(untde glemmer sur siurishtouvrtanniqmajaillurare p défavgrdans Cns eentrt qengal nternationermencsfier ltiples relationt soech(Evhid%che6tels151-1n7)hauue le tourites à Maurlle demeles principale,beatfitp avait rail’ouvert laceotênue à lo le tourisen Le shlvernema e internatirice el balné00Lielses visitecienne lreréseas,etit par exe, ce à Aap="vp aiGhan,rl mild’uit plus4de 200 0ti travanteursuric©es d ealientslui ontberqfec,ons aeesc «ceacitéGus g Bn cin,ons ent daeraps uè. pal de Port-Loouoa cathardr Doons en la ent dansmuialetes à A souureider au sentss ins étr et éauricieonda znue>uerPlaesoin.

Hae hautps e007)

    Bcepiographie<>16
    /p>

    Allen, Richard, 1984. “Indian Immigrants and the Beginnings of the Grand morcellement (1860-1885)”, in Utamah Bissoondoyal (ed.), Indian Overseas: The Mauritain Experience, pp. 340-347. Moka (Mauritius): Mahatma Gandhi Institute.

    Barlet, Sandra, Jean-Marie Collombon et Danièle Ribier, 2004. Tourisme solidaire et développement durable, AGRIDOC. Paris : Éditions du GRET.

    Cazes-Duvat, Virginie et Roland Paskoff, 2004. Les littoraux des Mascareignes entre nature et aménagement. Paris : L’Harmattan.

    Chazan-Gillig, Suzanne, 2004. “The roots of Mauritian multi-culturalism and the birth of a new social contract : Being creole, being autochtone”. Journal of Mauritian Studies. New Series, 2 (1), pp. 64-86.

    Deloitte and Touche, 2002. Tourism Development Plan for Mauritius. Port-Louis: Sigma-Ove Arup and Partners, (3 volumes).

    Durand, Joyce et Jean-Pierre, 1975. L’île Maurice : quelle indépendance ? La reproduction des rapports de production capitalistes dans une formation sociale dominée. Paris : éditions Anthropos.

    Evrard, Olivier, 2006. « L’exotique et le domestique. Tourisme national dans les pays du Sud : réflexions depuis la Thaïlande », in Autrepart 40, pp. 151-167. Paris : Armand Colin/IRD.

    Gabriel, Claude, 1983. « Communalisme, structures sociales et dépendance économique à l’île Maurice », Politique Africaine, pp. 97-112.

    gregoire, Emmanuel et Hervé thery, 2007. « L’Ogre et le petit Poucet, le Brésil et l’île Maurice dans le négoce mondial du sucre », L’Espace géographique, 36, pp. 267-282.

    Magnan, Alexandre, 2007. « Tourisme et réserves d’espaces pour les pratiques locales sur les littoraux de l’île Maurice », Cahiers d’Outre-Mer, 240 (60), pp. 341-372.

    Ministry of Tourism, leisure and external communications, 2006. Handbook of Statistical Data on Tourism, 26. Port-Louis: Ministry of Tourism.

    Pebarthe, Hélène, 2000. Littoral mauricien et tourisme, quelles perspectives de développement et de gestion intégrée pour le sud-est de l’île ? Paris : GRAFIGEO, collection Mémoires et documents de l’UMR Prodig, 2000-12.

    Toussaint, Auguste, 1972. Histoire des îles Mascareignes. Paris : Berger-Levrault.

    Haut de page

Notes

1   Cette conquête n’a pas été suivie d’une arrivée massive d’Anglais ce qui explique que les Anglo-Mauriciens soient très peu nombreux. Le traité signé avec la France permit, au contraire, aux familles françaises de demeurer dans l’île et de conserver leurs plantations, leurs lois, leur langue, leurs coutumes et leur religion.

2   Outre leur religion, les immigrés indiens conservèrent leurs différences culturelles et linguistiques.

3   90% des terres étaient aux mains de Franco-Mauriciens (5% de la population) jusqu’en 1870.

4   Celle-ci est très hiérarchisée étant, comme en Inde, subdivisée en castes.

5   Ce terme désigne les descendants des esclaves africains et malgaches ainsi que la population née de différents métissages, notamment français et africains. Les Créoles sont de fervents catholiques et leur langue est parlée par la quasi-totalité des Mauriciens.

6   Le PMSD accepta de former une coalition pour éviter que le pays ne connaisse une forte instabilité politique et de nouveaux conflits intercommunautaires.

7   Actualisés, ces chiffres représentent près de 200 000 touristes et 5,2 milliards de roupies de recettes (source CSO).

8   Cf. entretien accordé au Mauricien, 16 août 2007.

9   Si tous les jeunes Mauriciens sont scolarisés, les Créoles abandonnent assez vite l’école : peu d’entre eux obtiennent le SC (équivalent de la seconde) ou le HSC (niveau du baccalauréat) et rares sont ceux qui intègrent l’université.

10   Les Maldives (350 000 habitants) accueillent près de 600 000 touristes par an.

11   Pour ne pas retarder leurs projets, des promoteurs préfèrent indemniser directement les villageois même s’ils estiment que leurs mouvements d’opposition n’ont d’autres buts que d’obtenir des dédommagements injustifiés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Île Maurice : zones touristiques
Crédits Source : d’après Petharbe, 2000. Secteur Cartographie – IRD Bondy
URL http://journals.openedition.org/civilisations/docannexe/image/1141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Gregoire, « Développement touristique et reproduction sociale à l’île Maurice », Civilisations, 57 | 2008, 91-106.

Référence électronique

Emmanuel Gregoire, « Développement touristique et reproduction sociale à l’île Maurice », Civilisations [En ligne], 57 | 2008, mis en ligne le 29 décembre 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/1141 ; DOI : 10.4000/civilisations.1141

Haut de page

Auteur

Emmanuel Gregoire

Emmanuel Grégoire, géographe, est directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD, France). Ses travaux ont d’abord porté sur les processus d’accumulation (pays haoussa) puis de marginalisation économique (monde touareg) au Niger. Après la soutenance d’une Habilitation à diriger des recherches (2003), Emmanuel Grégoire s’est ouvert à de nouveaux espaces, l’île Maurice et l’océan Indien, où il poursuit sa réflexion sur le changement dans l’organisation des sociétés, des territoires et de leur économie, en relations complexes. [UR 105 « Savoirs et Développement », IRD, 32 avenue Henri Varagnat, 93143  Bondy, France – Emmanuel.Gregoire@ird.fr ].

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page