Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Hugues Legros, Chasseurs d'ivoire. Une histoire du royaume Yeke du Shaba (Zaïre)

Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1996 ; un vol. 24 x 16 cm, 259 p. (Collection Anthropologie sociale)
Pierre Salmon
p. 181-183
Référence(s) :

Hugues Legros, Chasseurs d'ivoire. Une histoire du royaume Yeke du Shaba (Zaïre). Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1996 ; un vol. 24 x 16 cm, 259 p. (Collection Anthropologie sociale)

Texte intégral

1Hugues Legros, maître de conférences à l'Université Libre de Bruxelles, actuellement expert du Programme des Nations unies pour le développement au Burkina Faso, étudie dans ce beau livre les Yeke, originaires du Busumbwa et de l'Unyamwezi, au nord-ouest de l'actuelle Tanzanie. Il rappelle que l'histoire de ce peuple et de leur souverain, M'siri, a particulièrement marqué l'imaginaire colonial belge. Les Yeke avaient établi dans le sud du Shaba (Zaïre) une structure politique originale pour la région, tant sur le plan de l'organisation politique qu'au niveau des options économiques, fondée sur une intégration plus complète dans l'économie de marché. A l'apogée de sa puissance, ce nouvel Etat surpassera en prestige les royaumes voisins, lunda de Kazembe et luba, jusqu'alors prépondérants. Devenu la plaque tournante du commerce transitant par le Copperbelt zaïrois et zambien, il devra faire face à l'impérialisme des puissances coloniales. A la suite d'une révolte des populations autochtones rangées sous son autorité et de la mort de M'siri, son souverain, il s'écroule en 1891 et est incorporé, deux ans plus tard, dans le territoire de l'Etat Indépendant du Congo.

2L'auteur souligne que l'histoire yeke plonge ses racines dans une culture complexe que seule la tradition orale permet d'appréhender. D'abord, combinée à d'autres sources (écrites ou linguistiques), elle nous informe sur les événements et les acteurs sociaux de l'histoire. Ensuite, elle permet de comprendre la façon dont les Yeke pensent et produisent actuellement leur passé. Hugues Legros rapporte dès lors les trente-trois épisodes recensés de cette tradition pour permettre au lecteur d'en avoir une vue synthétique. Puis il analyse les migrations yeke, identifie les régions d'origine et la date des mouvements migratoires dans leur contexte économique et politique. Il étudie les phases principales de l'implantation yeke au Katanga, les modalités de domination, l'organisation du royaume vers 1860-1870 avec sa structure concentrique (le mwami, ses fonctions politiques et rituelles, la cour centrale et ses dignitaires, Bunkeya et ses environs) et sa structure hiérarchique (les chefs autochtones), la période d'expansion (les territoires conquis, la capitale, Bunkeya), la structure économique (les réseaux d'accumulation des productions locales, le commerce à longue distance) et l'effondrement du royaume (les campagnes du Luapula, la remise en cause de l'Etat, le processus de colonisation et le démantèlement du royaume).

3L'auteur s'intéresse aussi à la problématique de la légitimité. Toute l'histoire des Yeke est, en effet, marquée par le souci constant de pourvoir à la légitimité de leur Etat et de leur implantation au Katanga. Après avoir étudié la légitimité et l'idéologie, Hugues Legros se préoccupe des transformations sociales et des manipulations parentales. Puis il se penche sur l'incorporation des Yeke dans l'univers mythique et rituel des autochtones pour légitimer leur enracinement au Katanga et la fondation de leur royaume. En conclusion, l'auteur constate qu'un nouveau "mirage katangais", selon lequel M'siri et les Yeke ont été des pionniers de l'identité katangaise, semble prendre corps dans l'imaginaire des sociétés du Shaba.

4En ce qui concerne la récolte de l'information, Hugues Legros distingue dans ses sources les récits narratifs, les archives administratives, les données ethnographiques et les sources orales. Une excellente bibliographie et une série de cartes terminent cet ouvrage remarquable. L'exposé clair et vivant est nourri de nombreuses réflexions personnelles. La méthodologie est exemplaire en ce qui concerne le traitement des données qui sont scrutées avec un esprit critique toujours en éveil. Cette étude est d'une exceptionnelle richesse : elle fourmille d'aperçus nouveaux qui entraînent le lecteur dans toutes les directions et lui permettent de rectifier certaines erreurs et de découvrir des aspects inédits ou encore rarement étudiés. Elle sera utilisée avec profit par les historiens et les anthropologues soucieux de mieux connaître l'histoire contemporaine du Zaïre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Salmon, « Hugues Legros, Chasseurs d'ivoire. Une histoire du royaume Yeke du Shaba (Zaïre) », Civilisations, 43-2 | 1996, 181-183.

Référence électronique

Pierre Salmon, « Hugues Legros, Chasseurs d'ivoire. Une histoire du royaume Yeke du Shaba (Zaïre) », Civilisations [En ligne], 43-2 | 1996, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/1576

Haut de page

Auteur

Pierre Salmon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page