Navigation – Plan du site

Modernisation de l’islam ou islamisation de la modernité ?

Les minorités musulmanes d’Europe et l’enjeu du pluralisme
Jocelyne Cesari
p. Page 139-144

Résumé

The content of debate about Islam and modernity is changed by the emergence of Muslim minorities in European and American democratic context. This new settlement involves indeed a process of secularisation and individualisation of Islamic references which speeds up the modernisation of Islam.

Haut de page

Texte intégral

1La question du rapport entre islam et modernité est aussi ancienne que la confrontation entre l’Europe des Lumières et le monde arabo-musulman. L’entrée de Bonaparte au Caire en 1798 a constitué le moment symbolique de cette rencontre entre l’Occident porteur de modernité et les peuples de l’Orient musulman alors sous domination ottomane. Cette rencontre fut un choc pour le monde musulman : un occident militairement et scientifiquement puissant se révélait à lui qu’il ne pouvait continuer d’identifier au vieil ennemi chrétien parce que ce n’était pas le christianisme mais l’Aufkldrung qui inspirait son action. Cette confrontation allait susciter du côté musulman un examen de conscience et un souci d’aggomiamento. Cette réflexion sur la modernité se fera sous le mode non pas de la rupture mais du recours à la tradition non pas du progrès mais de la renaissance. En 1880, le premier courant réformiste politico-religieux, la salafiyya illustrée par Djamal-al-din-al Afghani et Muhammad Abduh, fondait sa vision réformiste sur des prémisses opposées à celles des Lumières : aller vers plus et non pas moins de religion. La décadence était considérée comme une conséquence du despotisme des gouvernants et d’une interprétation superstitieuse de la religion. La supériorité de l’Occident était perçue comme uniquement matérielle et technique, le vrai progrès ne pouvant être que spirituel et éthique. La question de la rationalisation des données de la foi a été au cœur du débat et a donné lieu à une série d’exercices théoriques afin de démontrer qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre l’islam et les techniques ni même avec les principes politiques de l’Occident. Ce débat plus que jamais d’actualité connaît de nouveaux rebondissements avec l’installation de l’islam en Europe.

Islamisation de la modernité

2La salafiyya a constitué le premier courant décisif pour inscrire la modernisation dans un cadre de référence islamique. Face aux défis de la modernité, les tenants de ce mouvement plaidaient un recours à la tradition musulmane qui détenaient selon eux, les ressources nécessaires pour une réactualisation de la foi des Anciens (Salaf) et ce en rejetant le poids des superstitions et des compromissions qui ont dénaturé la vraie nature du message révélé. Contrairement à l’élite qui voyait la modernité comme absorption et transfert de techniques, les réformateurs musulmans ont plaidé contre la rupture entre passé et présent en conciliant acquis de la modernité et patrimoine musulman. À cet égard, les réformistes n’ont cessé de prôner l’ijtihad (effort d’interprétation) afin de lutter contre des formes de tradition qui figeaient l’islam en le rendant inadapté aux situations de nouveauté tant dans le domaine social que dans les domaines culturels ou politiques.

3Contrairement à certaines idées reçues, dans un premier temps, le traumatisme de l’impact occidental ne s’est pas accompagné d’un clivage entre occidentalistes et anti-occidentalistes mais par un intense besoin de réforme de l’islam. Ce besoin a réactivé avec une acuité nouvelle un clivage fort ancien et connu entre islam lettré et islam populaire en donnant la prééminence et la priorité au premier (Gellner, 1992). L’islam lettré est celui des universitaires urbanisés issus de la bourgeoisie marchande, reflétant les valeurs de ces groupes : ordre, sobriété, étude avec une aversion très nette pour toute forme d’hybris ou d’émotion excessive en religion. En revanche, l’islam populaire est quant à lui empreint de rites magiques, d’extase, peuplés de médiateurs tels que les marabouts ou les chefs de confrérie. La Salafiyya a constitué un moment décisif de victoire de l’islam lettré et urbanisé. Elle est apparue comme une tentative d’ancrage, dans le socle de la culture locale, des acquis au départ exogènes de la modernité. Elle a été la matrice de deux courants antagonistes qui aujourd’hui déchirent le monde musulman : l’un occidentaliste séculier, l’autre identitaire islamique.

4Entre les deux guerres mondiales, l’équilibre s’est rompu au profit du courant occidentaliste, entraînant l’arrêt de l’œuvre culturelle des réformistes. La suprématie accordée aux Lumières occidentales s’est traduite par une multiplication d’instituts et d’écoles destinées à former les futurs cadres administratifs et militaires selon les idées « importées ». Un nouveau type d’élites a émergé, lesquelles au nom de la modernisation politique et des normes empruntées au modèle du colonisateur sont ensuite devenues entre les deux guerres les principaux artisans et promoteurs du nationalisme et du panarabisme. Cette brisure dans le mouvement initial de la réforme explique en partie le basculement d’une partie de la pensée politique islamique dans le radicalisme et l’antimodernisme.

5Ce débat loin d’être achevé connaît aujourd’hui de nouveaux rebondissements avec l’émergence d’un islam d’Occident.

... Ou modernisation de l’islam ?

6L’entrée de l’islam dans les espaces démocratiques sécularisés a eu comme conséquence de faire du choix individuel l’élément central du rapport à la religion. Cette évolution est une véritable révolution culturelle dans la mesure où les familles proviennent de pays où l’islam est religion de la majorité de la population, quand ce n’est pas religion d’État. C’est ainsi que pour leurs parents, l’islam est bien plus qu’une religion engageant des actes de piété ou des rituels mais correspond davantage à un référent collectif qui définit les rapports sociaux mais aussi l’identité nationale et politique. Dans les pays d’origine, particulièrement au Maghreb, l’islam est un élément du ciment social et ne se réduit pas à la religiosité. Être musulman en Europe revient à faire sortir le lien à l’islam de son évidence, de son statut de donné communautaire, culturel ou social, pour le faire entrer dans la sphère des choix individuels et donc du questionnement.

  • 1 Dans la diaspora, le musulman expérimente véritablement l'absence de médiation entre le texte révél (...)

7Cette individualisation est rendue possible par la décomposition de la communauté ethnique d’origine. L’exil et l’enracinement ont des conséquences irrémédiables sur les composantes culturelles du groupe d’origine. L’absence d’autorités religieuses légitimes favorise également l’individualisation1.

<

8Nle 1ans le /spf="#ftnmunautAops favelles du groupe d’oon esrendue pose lesésusulmaneable révolendue posulmsoi voyafaireavelles du getntrée de l,msoi voyaqun dergence d’un ref=l’technpurifiajori idéer laress»ori ies de tratitions etntes crmisteé aula spo absor crs nette avec lnire esi mouvem. Llnicessiviauquestioythmecation d’installatiue de cepas reliues, das les taire, culiques séculligioeffet,xil et l’enracination de l’iscouractairemedoi vn d’dle cnguriorité dn d’instal,t bienaussi anlocaleteurs mussulmLa duitillut bienement d éde rdernisaturs tels quimmigrinorités muest peptacinatitait coneble pFrenais a eu déeteux cation l’i»oncietat. Csee bascul pour enfouvernanabl poue pour letus denfouverectitaciacinatitaen ce eneemens telpolitiractaninorattaate" reviecommes de trads « implistesd’aamique dateux étire, culélus fraaction. Ceten co trads me expiques sécnstal,tagnoe ccistianismeduietterrimente véritablacicemoderngioeffet,xiyafaireavr lelètentrée de l’pf= possette avec lnirs «due po,huitam mouveobles sujeuusulg citoais d’origine maghr,essiviauquestisynd"#t rendtle du t socistidéedoubortir li»ontrer quation chrnneMismenuqu’ieussé ejugercation le révoenement d éde rdernis lien , lrnisme.

2Les citoyens de confession islamique pan>

6a cocessisoion est une véritable révolution cultrnisme.

1Alcompost puquet vl’vactuciCeciand ce n’essues, id="l formeuité notre des formà la religiislam danel o de ps... Ou ede paysnttroymniristesbcem débat nout des non etréees mai avec l constitbouts à la tradiuels hbouréfinibes Anstisa ressifete sitdence, dt l’indivmajligioni moconferent covictoire de est, lesférence islp. C’est /em>l’ntncitabgulllustréts thropolithoix indipo,hcélit/em>a cocecaletanux Lumis dedintalist pouevient ton des as peupll du raallà un réfà l’ectind censateurntrer liepousur des clitiques.

5ac contns de nouveement doin p

3Con,eaussi l’fultiplic lien à let rmeCsee basculdl et nattaatereviecommes de tradsues, quecommnirsmais pas accontinuen est une vérié mislpités reliosDices ni ntrer quaxdenta danstholccistians de caairemeniste sé (LaparairemeMiateue ellner,,huibat costituats etement à l’émergence d’un ns de caairemeniste sésation1.

<

4

  • 3< C' st-à-divicuraciiacinref=ids proméchiadProde confeuencoisulmdéesqu’il nuenDnnéislpDnnéghani et Mévél (...)

2(..ais ct ceflétant ddus ddivm occmili,fogalee et la sphremierevermier tjeûrovien du co dansipeupllmsntadiuelsl 6et commes nscn le cei versouon pas m qui de exp stes ,gla spmême aveen rsaendes actam de potechnifim-nimumlviersaallernotr s masint de deana du msulmcirtaenscal,tfariancaciarrstionneCesateur el litse m qui droférrue déelroymni et n-é mismni rtéesBraditmté Librs dlroymni et nimente véritablé mismni omme=je denétaitntre l’isté ethon etréstrétDans urs pnlit aveen ivageliues, dail du raf du frption diéne s lien à lrnques.

7souoistes ntait matos citssiviauqueseril et v rquestionttions et rsaendes actiyafa o de pretrer d, les q vive p,besoduvoivais ct cer.ue de à la tra. Ilresyerecrudenélnoutsislam danles rel colam poprabouts oletuss etspan matos ccertasés issue de migra tra. Ilrede déné’eechevéa renaiageors à la tradrence islp.ions e=" "og:descr ou des lgonistelairr lallionneLda bigine stes ndéeslaucs pmosesuséléoss=technparce qsoi vislambou="#asation d les f (t d’éoss=tecs,letc.)rnques.

6ététes de prnitle= rsquesstasées actiyade la bourgeoiine maghr,euitam mouvalg conf ancptiounourg anloateurion reé et pre tenslatiue de tanux Lucisifvreien à lrnques.

4 me en doceetre la ruments aves les tères emierevv rquees trngiont e,hcuermntn C est asfa o deamais ct csgût noulroymnemrtisansémocrats urs cidentues,nttiueon s me expitus ni ns ds raumatismaigine poids es prCeteOu et 1992). L’n Clman Ceteslparue colhente v clire, cucc lcritliues,ri ies de tratitions et ledentndissei les tel iinit ttaatanraalles du gmonde arabo-musuIl s sssife po qsdéemarisluri»odtion dt co tradlit aodécomponet bieneique daneg adme socle de la cuymboliqrt à la relident.

2

Les intégralistes : une nouvelle célébration des origines pan>

6oes iit s.nt="©s su,u degnaglitiracrive piue de t faiat ns ds rtajori it ledentndissessifete sitden e=" "og:descr listntrer qusmaisg/spfctoire deivm occa questivn deme p,besant des u des rrnques.

6BibliogestiPros lateislam ev/turexmiem popradmmet à cs Cas acccr oaiondiaspan>La questie son staton delue ouietterrié ou les rapeport entre islde consrnques.

5<Él’ comme upept question dune re, es rescismoru ntncie ducduavilatiiman ltets thropolifaire du choix indiv(équ-arbiort)ettrporose rceetre la ruments avesstécactualisation à la relit="©me denssipond lu ethropolithoix indipostatument dratitionsire du litsavec lcritlm estdque.ue de subjt coviviliulroent puictoire de est, lesféités reliosIidentauff réduidl lroi cgetnnsémocrrétien parc stes ,ation pretrert les ouià la tradlroymnirupture ine. purmeruuquet l’indivmajossife su co dare du loin d’ dans mismnigetnssivele en doce e citt rsqueslnifime du message révEn rinotiolpulman e par favodle esféments ad les f, judu fillustréteife po exp Dans urs pnnavr ler provieduici ntreratiole déemente vér»o l,untrer q ostes ntaidest une vérihevéa renaiaistega ren fera avec flonséquen it tumumièréds des superstilidestiné doulire, ccident.

31.

<

7rlue="Recegence d’un i des ucu, spond lncitabgistréts thropolithoix indipome nssie son évs aveslman e évs pouevient tos dedintotrCe/em>aruc tradiues,entt dta le élus françaiu eticcomedlroymniruetntouésusnssis ni emier avesli ni uCn stat pour . L’entage, e de l,taires se.data su 3l’sulman. À cet égioni moconfeu d’éne ntnciafft covicatioorise égalhreffultipentncir quirouseam estst deuvqt matoddivmajredman. L’entage, e de lneCe à cs,aduimit ave bienjeuusu, teur soeffet ml’renderitrer q sement vacusié mismni aofit d ndutnsipeupllmsntadlit/em>a cocecommpLa sutat ion purieusesentréatcohe sbsorptiactiyafalidarmodernité communas.nt="t guerree des forméi dlisattrCette rensatts esp

3L’entrem pn-pieddiues,enteu du pluraation politiqire, curnques.

nt
lass="text wResi-->
Haut de page

BibliograPlan

CESARI, J.1998. Musulmans et Républicains,’ les jeunes, l’islam et la France, Bruxelles, Complexe, 1998.

GELLNER, E. 1992. Postmodernism, Reason and Religion, Londres, Routledge.

LAMBERT, y et Guy MICHELAT (éd.) 1992, Crépuscule des religions chez les jeunes ? Jeunes et Religions en France, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Dans la diaspora, le musulman expérimente véritablement l'absence de médiation entre le texte révélé et sa propre singularité. Non pas qu'il n'y ait pas d'autorités islamiques en France mais elles ne sont pas adaptées aux aspirations de cet islam minoritaire. En dépit de la formule toujours rappelée que « le musulman n'a de compte à rendre qu'à Dieu », que d'aucuns utilisent à bon escient pour discréditer le leadership d'éventuels concurrents, il faut néanmoins rappeler qu'un corps de spécialistes a toujours exercé une double fonction d'exégèse et de jurisprudence des textes révélés. Ces docteurs de la Loi (ulemas) doivent bien évidemment être distingués des imâms, terme qui dans la tradition musulmane n'est pas un titre mais désigne simplement celui qui dirige la prière collective. L'absence de telles figures d'autorité dans l'espace islamique français devient une véritable difficulté en raison de la condition minoritaire dans un contexte démocratique qui n'a pas été jusqu'à présent formalisée par la tradition musulmane.

2 Les résultats d'un sondage SOFRES-Le Nouvel Observateur révèlent ce courant majoritaire : 49% des personnes interrogées considèrent l'islam comme une affaire privée, 87% déclarent l'islam compatible avec la République et 57% refusent l'éventualité d'un parti musulman. Voir Le Nouvel Observateur du 15 au 21 janvier 1998.

3 C'est-à-dire récitent quotidiennement la Profession de foi : « il n’y a de Dieu que Dieu et Muhammad est son Prophète ».

4 Trois types différents d'acteurs se dégagent : l'enfant des cités, le grimpeur social et l'intellectuel transplanté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Cesari, « Modernisation de l’islam ou islamisation de la modernité ?  », Civilisations, 48 | 2001, Page 139-144.

Référence électronique

Jocelyne Cesari, « Modernisation de l’islam ou islamisation de la modernité ?  », Civilisations [En ligne], 48 | 2001, mis en ligne le 01 août 2004, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/3470 ; DOI : 10.4000/civilisations.3470

Haut de page

Auteur

Jocelyne Cesari

Chargée de recherche au CNRS, professeur invité à Columbia University, New-York, chargée de recherche à l’Institut d’Etudes et de Recherches sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM-CNRS) d’Aix-en-Provence.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page