Navigation – Plan du site
Lieux dangereux, enquêtes à distance

L’imam, l’expert et le diplomate

Retour sur une recherche au Haut Conseil Islamique du Mali
Pierre Prud’homme
p. 129-140

Résumés

Durant la crise malienne de 2012-2013, les conditions d’enquête de terrain au sein des associations islamiques de Bamako furent particulièrement modifiées. Les difficultés d’accès aux acteurs et aux données nécessitent de recourir à des informations de seconde main, fournies par les journalistes, fonctionnaires ou diplomates, formant ainsi une véritable « économie du renseignement » autour du religieux, dans laquelle l’ethnographe est impliqué. Ces conditions sont symptomatiques d’un contexte impliquant la guerre française « contre le terrorisme ». Le regain d’intérêt envers les acteurs religieux génère une inflation discursive sur l’islam, permettant notamment d’informer les programmes internationaux de développement mis en place à destination de l’islam « modéré ». A partir d’un retour réflexif sur les conditions d’enquête de terrain au sein du Haut Conseil Islamique du Mali en 2013, et d’une étude des usages de la catégorie de « wahhabite », je cherche à montrer la manière dont l’utilisation d’un langage d’expert, servant à décrire les rapports entre politique et religion, tend à transformer les rapports de force au sein du champ religieux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La « clique des experts »
A chacun son wahhabite
De la description au procès d’intention
La traduction diplomatique

Aperçu du début du texte

En avril 2014, Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), exprima dans la presse malienne un réquisitoire à l’encontre des concepts utilisés par les chercheurs en sciences sociales, par les journalistes et par les experts pour analyser les mondes musulmans, en accentuant particulièrement sa condamnation sur le terme de « wahhabisme ».

La prise de position de cet imam, que la presse a présentée comme une fatwa, s’inscrit dans la continuité des événements critiques que le Mali a connus entre 2012 et 2013 sur les plans politique, militaire et religieux, qui ont notamment eu pour conséquence de placer à la fois les leaders musulmans maliens et les chercheurs en sciences sociales sur les devants de la scène médiatique, et dans les coulisses du terrain diplomatique. Ainsi, tandis que les chercheurs français et internationaux étaient sollicités par les médias à titre d’experts ou de spécialistes, leurs analyses étaient particulièrement suivies à la fois par les leade...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Prud’homme, « L’imam, l’expert et le diplomate », Civilisations, 64 | 2015, 129-140.

Référence électronique

Pierre Prud’homme, « L’imam, l’expert et le diplomate », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/3918 ; DOI : 10.4000/civilisations.3918

Haut de page

Auteur

Pierre Prud’homme

est doctorant en anthropologie à l’Université Aix-Marseille et à l’Institut des mondes africains (IMAF, UMR 8171). A travers une étude des associations islamiques à Bamako, sa thèse analyse la reconfiguration des rapports de force au sein de la sphère islamique et les transformations de son rapport au politique dans le contexte de crise politique, militaire et religieuse que le Mali a traversé depuis 2012. [Institut des mondes africains, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, 13094 Aix-en-Provence – prudhomme@mmsh.univ-aix.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page