Skip to navigation – Site map
Lieux dangereux, enquêtes à distance

Une ethnographie à distance ?

Retour critique sur l’anthropologie de la violence en République centrafricaine
Jacky Bouju
p. 153-162

Abstracts

This paper is about the burst of collective violence in CAR. Following the dramatic events taking place in 2012 fieldwork was for security reasons forbidden to academic researchers. The only information about local situation was available trough web reports and documentary films posted on Yutube. Then, from a reflexive viewpoint our paper addresses the issue of doing fieldwork ³at distance². We question what might be gained or lost in deep insight when the field-researcher is unable to practice observant-participation. Then, we suggest that in the ethnography of violence repeated direct observation may not be the best approach. Indeed, considering violence, we suggest that a better ethnography might be done in trying to solve by all possible means a new question addressed to a well-known research object.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Text / first lines

On s’accorde aujourd’hui à considérer que sous l’effet de la mondialisation et des conjonctures nouvelles auxquelles sont confrontées les populations, les terrains se sont métamorphosés au point de mettre en question, violemment parfois, la posture et la méthode de l’anthropologue (Copans et Genest, 2000 : 5). L’accès au terrain est devenu « difficile », les objets de recherche « sensibles » et les lieux d’enquête parfois dangereux. En 2006, j’ai pris la direction d’un programme de recherche comparative sur un sujet « sensible » : les formes de la violence ordinaire dans différentes villes d’Afrique au sud du Sahara. A partir d’études de cas, il s’agissait de comprendre la violence ordinaire des rapports sociaux en s’interrogeant sur son rapport avec le changement social. En effet, la violence ordinaire qui participe d’un continuum d’échanges sociaux quotidiens témoignait cependant de l’impossible résolution pacifique des conflits interpersonnels (Bouju et de Bruijn, 2014). A Bangui...

Top of page

References

Bibliographical reference

Jacky Bouju, « Une ethnographie à distance ? », Civilisations, 64 | 2015, 153-162.

Electronic reference

Jacky Bouju, « Une ethnographie à distance ? », Civilisations [Online], 64 | 2015, Online since 30 December 2018, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/3933 ; DOI : 10.4000/civilisations.3933

Top of page

About the author

Jacky Bouju

est maître de conférence au département d’anthropologie de l’Université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains (IMAF) d’Aix-en-Provence qu’il a dirigé pendant sept ans. Ses recherches en cours portent sur la transition humanitaire. Il a publié ces dernières années sur la question de la violence ordinaire et de ses rapports à la sorcellerie en Afrique centrale, sur l’application de l’anthropologie au développement, sur la gouvernance urbaine et sur l’anthropologie des déchets au Burkina Faso. [Institut des mondes africains (IMAf), UMR 8171 (CNRS) 243 (IRD), Université d’Aix Marseille (AMU) 5, rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence Cedex 2 – bouju@mmsh.univ-aix.fr]

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page