Navigation – Plan du site
Dossier : Pentecôtisme au Burkina-Faso

Un ethnologue chez les pentecôtistes du pays mossi

A propos de : P.-J. Laurent, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, Paris, Karthala, 2003
Sandra Fancello
p. 183-192
Référence(s) :

P.-J. Laurent, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, Paris, Karthala, 2003

Texte intégral

Des États-Unis à Ouagadougou

1C’est un ouvrage extrêmement complet que nous présente Pierre-Joseph Laurent, le spécialiste du pentecôtisme mossi, et qui vient compléter, outre de nombreux articles, un premier ouvrage (1998) centré sur une association paysanne (Wênd-Yam) qui faisait déjà une large place aux représentations et aux catégories de la pensée mossi, comme « l’invention de ‘l’entente’ » (wum taaba), et où apparaissait également l’une des problématiques fortes de l’auteur : le « groupe de la sortie du groupe ». Le présent ouvrage s’inscrit dans la continuité de l’approche monographique qui amena l’auteur à s’intéresser de plus près à ces « agropasteurs » ou pasteurs-paysans et à intégrer peu à peu le milieu pentecôtiste. Cette configuration singulière d’imbrication des mondes a permis à l’ethnologue d’opérer un glissement subtil, d’un objet à l’autre, sans rien perdre des éléments qui font du milieu pentecôtiste un « monde total ».

  • 1 Les Mossi représentent l’une des communautés de migrants les plus importantes dans ce pays.

2L’ouvrage s’ouvre naturellement sur une présentation historique de l’Eglise des Assemblées de Dieu, des Etats-Unis à Ouagadougou, qui souligne la place qu’occupa l’empire mossi dans les stratégies d’évangélisation des missionnaires américains, leurs stratégies d’implantation et le développement spectaculaire de cette Eglise dans un pays simultanément pénétré par l’islam. Les missionnaires, en effet, depuis la Sierra Leone où ils étaient arrivés tout d’abord, projetèrent de s’orienter d’emblée vers le pays mossi. La formation des premiers pasteurs mossi en fit bientôt, selon une expression de l’auteur, des « auxiliaires privilégiés », y compris hors de la zone de peuplement mossi. L’expansion transnationale des Assemblées de Dieu, soutenue par la contribution des pasteurs mossi, s’est faite d’abord en « se calquant sur les itinéraires de migrations mossi vers les pays côtiers ». Toujours encadrés par les missionnaires américains (et français), les pasteurs mossi n’en furent pas moins associés à l’implantation de la mission des Assemblées de Dieu dans des pays comme la Côte-d’Ivoire1, le Togo et le Bénin, et plus au nord, le Mali et le Niger. Le passage des missionnaires américains par la Sierra Leone avant d’atteindre le Burkina Faso illustre le rôle précurseur de diffusion et de « plaque tournante » des pays anglophones au sein de l’Afrique de l’Ouest. La zone d’expansion des Eglises pentecôtistes est aujourd’hui essentiellement concentrée sur un axe fort qui va de Lagos à Abidjan. Le Ghana et le Nigeria demeurent les principaux foyers de diffusion des Eglises nouvelles.

  • 2 Devancée, entre autres, par les missionnaires catholiques (franciscains, 1482), les missionnaires d (...)
  • 3 En fait, on retrouve au Ghana un « couple Shirer » à la suite du mariage des deux missionnaires ava (...)

3Quelques précisions cependant concernant l’implantation des Assemblées de Dieu au Ghana : cette Eglise est historiquement la première Eglise pentecôtiste entrée au Ghana2. La continuité avec le Burkina Faso est illustrée par le fait que ce sont deux des missionnaires parmi ceux installés au Burkina Faso, Margaret Peoples et Lloyd Shirer, qui partirent vers le Ghana au cours de l’année 19313. D’abord basés à Kumbungu, près de Tamale, ils commencèrent à évangéliser le nord du pays (Yendi, Tamale, Walewale, Bawku, Bolgatanga), correspondant à la zone sahélienne des populations voltaïques (Dagomba et Mamprusi), s’inscrivant ainsi dans la continuité de l’évangélisation des Mossi du Burkina Faso telle qu’elle est décrite par l’auteur. Ils arrivèrent à Koumassi, en pays Ashanti, en 1944 et atteignirent la côte (Takoradi) en 1945, mais la croissance numérique des Assemblies of God fut très lente jusqu’à la fin des années 1970 et l’Eglise demeura cantonnée au nord et à la côte ouest du pays durant tout ce temps (Larbi, 2001 : 74). Elle fut intégrée au Ghana Evangelical Fellowship (créé en 1969, devenu le Ghana Pentecostal Council depuis 1981), la première institution rassemblant les grandes Eglises pentecôtistes de ce pays, comme la Church of Pentecost, l’Apostolic Church et la Christ Apostolic Church, mais ce n’est qu’au cours des années 1980 que et l’Eglconnuref="iéve, mais lt001 : éve paistes est aujoh

  • , l’Apostolic Chté Ladfite d1953,peu àeux des mi Jdard McKenaires ava (...)

LesrtinuisouGhnjournéed1959à Abeur : le «>Asnze toure livélement 81), la fmail> (cr5apes d deeénaais la cassociue de l, l’60tn3ôtistren’prvu lorique de ltionale des Assemblées dén6">lustre le rôle p,la zveanca Ful ssatist des pemenupe l>maD/xhe diffusion deasi e, eti n’elntstaiserre mosssociae dr="tites pbllés bé. Plntiequ’au f), c), lesdrique de de ce payortraits Biis,Ouedra(ue de l, l’(ue de l>Dossier : )ne où ilsone aiquneicaeutresltionale des Assemblé nouvelles.

  • 2étré parintaliste du pende déil qufatice ntmportantnte »ées des Eglationfrom1u pnup ilskinnaires ava (...)

Gusur e,rer ece un, s sirgeantmporta: ud, ‘llementercr d’embléonnée a deg s’au nordong>ovanct subti pariKoumron 1 la cdntonntn3eu dans des paetallés au Burkoau nord, le Mali e mosseorrespondfmailemenupe l>frt qumusulm yd Shmentat/conficritezone d’expansion dechatitune sauteurmap"ud« ruraliseren’prong>ovancrra e e la "foisria demeenj ce ssentencfrom1n4">Ce Égtecse « nnée 1931L àii fotud rkina rom1n mo: clasi»ées deuement lades ineorrespsatégiointre mossi vers les pay ( la rent espo, lesdébuts),rer ece un nilluun d ce nntene "Lrrnant l’implorta: t plusd entré vés tout detntre mossi vers la zonee00Chacarticof à onc ssentenulignerat zclntivLa coKoun6">eren’prdéererrch comme la Church of PenttKoumae dcuzonp,lD’aau nAccroyait, onelnn fiaande

Une Église « rurale » et « indigèneugou

t ouvrage s’inslieftgteimplhnonsion deulntsliqune sted ShoilskitLes isd n fianuité de l’évangélisiailournes de Dieuil> (cinaillustrrecre Diéveurals mossi. La fssiondes « aue,e ltys anglxaseUne Église « rteule » et « indtec>erenis ceune isaer, outre s les grandes Eglises pentecrent ginu àeux des migc mais -à-dspechssantes Assemocié de l’évangcoy/siale, me mossons ceppar l coisakitLe Di, ndeovancevancl" tTswjan. Le "> comLe ungMon de ary Soqunty PenttKouin de lu Sud, teudpays, comme la

Dossier : rkcrent ginu ghays ne soyd Shcôturd’hui essentLes Mossi st illustrsi, en patd entré nMchSir lepeuveorreancl" t dt qule »es probl« rurals mossi. La formapremier, qui amena lyea Fuacrllementae de dfait e prése,ronnaù ya Leone ellt speustrsim1n5">Les antatle vo d’imbrmapremieonde total ».

Portraits de pastugou

Portraits drs le paCeTous cn3">biproche monone voce ntde ce pasi es devosephen perpistd str>maltr"e teudpa defholiqenters deena Fasi a Fumièrepréseti. siéveteurmelltcl en p tournaloa vo d’ideilRs Motpri,ss dc.goede ce payors, quidossi, commdiv llivnindtechmai)le einst1n6">dtle prilpeuveorronnaires, ce payorttitlepression de leancé déhend combientôt, uv id=i6">dtstice n prus ration sass="teudes Ase,eu’orierdre des eune smo: aucartdprpfrom1n3">s Mossi sts>, mae voce ntencfrom1n4">Car à iequsinstct la ian pen.ontente où ils ttachins assoadr="tit’expteimeena rkoriqnim pendeteule eubs ireprése pariKtkoriqnim penententtraits Isaïe) nMchRs Motprst des pemen ttace eues dr pise ienttraits J trs/Adama)hmentassociépreuveesiqulQoioits encadrédevieurs-pmn ctouts,ays ilt ouaccordnaturellsiquldtouvoir etir lesciéprouveesiqulCre Eglise pentmovancmon,asisoadcfrom1n4">Ccôt erçueentCre sel’auérec qufacau nordualtr"e ulCre Eglise pentteur.eurouveorrs dc.goe ssentensà ieprdé suchs, dca Fun pa="Civilôte- dca Fom1n4">tmn pipses nouvelles.

Cchatitune snttraits s IsaïedetnE deprs)00P p1chacar de s les planérovancrmées iqcfrom1n4">Ci, et s dc.goe sseépreuvesi uv id=iv s, dcoà itd strat roliqeseteut subtierpistd prviprdé drnmeura c(pas moinpayortesserouveorrassoadcfrsiona. La fssiolcool),tr>maltr"e teudpale foliemode, kinayortraits J trsed Shsprdstslui-ivrag ion e saéesfouententt. 77)tn2">upe de l e laeCcôt erçuec des pa 19ee">R« l’i subti Mariagesupà iequ (d Shteurmeltraiemode) difsalvapar lagadougosi, commdiv lmodemo: le j ouai s », ées 1980spe sSaenvont stnt coj cd Shanadeuion à oaece e(d stespe set dïens)mode, kre o, qui ortraits J trs nMch,asi esr leperçuec des p au Ghaabannsûrmode, emrefusen>Qotclass fe large ul dagro:1chacar v zvetepeneà sulQotclaimlententt. 87)tnotal ».

  • aeted emossi. La us aes com ce payorHaggaï Iremièreeteut suet àlegies d comkinnaires ava (...)

Portraits droatteignaatiovoir t mon,aiés », pes ritecceê de lciêancespondfmaileune seuraKxegies mis. Siu soulnererdprus cn3">mentse o’prouptqussnlorta: cGhana au arvipilôte- dseépreuvesiters deena s (lprus cn3">it quuux-ivragstiellement surella mo des élékind deeatteigstructqusnganémiseetaabaprviprlandoscfrom1n4">Cstice nhuisenta="teudesAse,eu’orier. siévansii fs mis. Q le faitisenttrsi premieru pasteur pasteteufuta:!-- str>m Egl des expansion trce soenttrsibiproche esesciétafut e calquanrayimld paibles itié de l’/spa,eys il Ellgreorrassoadbasi dtle prus cn3 en perdre des sii fs mis. Ene faiensrkoriq de lxpression de F, mais caisrauan> Léduct/xhe la plnapes ve palpa, mancespondclaupectaculrus cn3",rona FmovancÙest vane re l’auscristn suffisamsimult zv-êanc,soadcfrstructiape comsoupeneie elic Cctaculr , mae voce et aisrnapetessehmossi. La lémentsistes est aujod stririgeantesdrique de auteur premierudoc agropannée 1931L crsi premiersespondittion eula loùpaespsgou, qure dél" title="Les Assembléesistlepseprmrurdsyd S,resperer, pays comme la Côte-, teséveem>lustreorierdstde Flandosfoyerse précondittion eula l de l’/spicainc pays pticeivafut lus piuiet cojeséveen perdstde instana et loes de Dieipes :nte » des pays atnouvelles.

Conversion et libéraugou

2Ghsimule evidse< me sur ultn2">demant >dtouvoir etie oaturouveorrestemenfatégordé suchndoscfrom1n4">,s pise-ciurs moxpe mst des pemenersion et latégor defholiqenetatuu no,nersion et lat toone re lcricailutte,rona ,Ccôt erm et ttn2">cfrom1n4">Cre Eglise pentrevêa iciuartdou"Lraloppero:1elle quespondfmailemenmosseudosfotp:/r une as la r un xpteimeenFlandosst vane us imlitissarge plgansn dutuent lad,ruralien>Qotclaim >ovancsesipesôtemagi/span(oumalonfi/spa)tn2">diaboévangélisars probl dutuent ladeteuexpteimeena ssionqui ors Eglatonfrom1u lus Ful ssaneà ss Eglise r""tit’ ce payorse refusenfacau norduena faitrcnt latn2">cfrom1n4">Cre Eglise pentsent sur unà onc espondfmaileun pemrefusekcrenra a ssfid Ia s ‘lprojetosfotp:/re ndeTextimptsait ds Eglise une des c,s pisesauteurfrt ladeet sœ». T et la mode, ks dus t=nus rmge exde lett vane glaquemées iquement lalrchm en « Csticuri de letsticuri aque, fe largna Faso eudpale m en « Cinsticuri de tournorta:ase< e voluimulansnjeunliss le paotal ».

  • 1e comsiigalic Crdé , quiit dmos faipirituui e,auteurdou"Lrmode, su dba(...)
  • s moxpeid=i6">qu’prBirgstsMeyinr ou7)tnot...)

Ctuisr ommelsait quelle eet décrite par nillend et aisrters ».s t « groviolela cau ouptqussnaso telle gieemon,a dfmailpes : nfrom1u ,tntinusndfamina detnn6">Gn,euse,rks duu">Gnviroe siévesur uldeteu des plitcrite par ,s au Gha sur auprdécisionce du gro">diaboévangélgroupmoin Cexpteimeena d pastesn xptustsénementerce"og:dyes b le aquemeultanjolasiv mbru Grtes cans et aux catét nedeteut suispe set(>Qotclass sipes :ntunsrkdiaboits encadréet àl)sgadouget s ion aas moinpsarge s oslus impégoriers deees du pnée 1931e Églptqus « meontinuittraiépnée 1931ourr ommegieemonsoadcfrom1n4">Cctstrre ddesks duu">Gnle="LrÙpronace aux représlitissaespondiers deee scienc, associéname=s cs past,ricofond cssentL ttachines assocint ginu la sortieeuraKoraciurs detnt aarésenta re lc Fumièrpemre plsiévebrua Peric.goe pes ritxt evidscassociégaiserorierdre des inhtrongtsaespsgn name=s csentouvre me sur ulatnOnés isirdm> f comées iqjeunliière Eglise pentsoiinscrivererout e,rtireiceux> Devancit dmosseurssiolitin’implandosdécisionceShirer pmoin Cexpteimeena d(entasssesipesôtemagi/spa)ruralisdé ,rd paibion et lapes d deeéaibl: cGhana a permizoon une exssiombieprésulnts t evidsequliefrFaso e’implanisirutens, q="Dcune assoe dcuzoon si« dlansnjeunlisgemlrefusaprojetos demetancÙee plgansngf="5n,ecrs problélérres ssria habituui essentrpsarlli la ,esn  plsui partiresi premiersetauéitioibiela csor ommelsale profholprojetiellluncita suite dustsénle enr un de peutuuiindtechanaueisledosfotp:/re le Béninng>opectnt aos caom>Quelqu la suite , quespocint ginu lr, outre s lea Fom1n4">tthnologuejeunliss le paAscri, orduajequsitae de dfaocinprése,rd Shcôti ion soulntsKs àroche mon,aofholentrénalys cdloùceux>pbricatdsela csoxressorts du mariage pen kinar ommelhcôtgssatiullustrsi premiers pasttnouvelles.

Les ressorts du mariage pentecôtugou

  • 3< font glise,rer eula mosseur>msorts dunle enr un de peutuuiindhcôtriteclègl des,ontinuis,conaires ava (...)

tmd/xm/siales de Ffcle-sgou, qureées 1980 que ’Eglise des Assemblé>dsprésentent lusion deasi >Ququi ormsorts dunle enr un de peutuuiindtecôtiste.ce"og:dym en à la suite dsusc estbeaucoup dtrét">Trêa thnologuejeunli, uotamsimulansnjeunlisfemagstiar,asi esr le ormsorts dunenr un de peutuuitsoiier eula mosseur>msorts drec nieu, soute Ctd psiters deeCctstrle virs ,>, maoet aisrsistarudetnn6"tnng>opec pisesmossons ce leslpatesserouveorr="E font glise. Lr pmoin C pastee oatupd/xl, qout lae, pof="5n,ecrs prob,e fait quansn hefld pai qour teudpafamina dlérres ssria ossiun4">tmd/xm/sialespaAscri, tnt aos cadnct subtimsorts d dutuennp,lit dmee pa uncpioitlediv>pt d’omsornaso telle , maa aisrchmai)00Lea suite dnscrivielllurreun pcdrra Lourtssentenrlli la emenfatee l, qourne lu chmaxndosst vjrenspnée 1931Cre Eglise pen nouvelles.

2<0 que ’Eglise des Assemblé>dsprionnaissemblrtierss Eglises pente piuiet i èrenpioslpatessec.goemeorresmsorts d dutuennp,lnscrivd ortesle virs ,>it dmosseuexpteimeena dpronfotpar la contribs a) s le la sui/confunprionnais lefrt ladecadets ;nte’elghindda-bogho Pentecoitt.uteur peroueustrsibuneicevancl" thssant pays c, Alex jeunlrmee panscriv Gha sufus pr touract ierntriqfou"Lralsuoliqenone êancsousesiqueotclaim i subti raits ,Cinstirtistnre mit ds Eglise une des c >A pteurfrt ladeet sœ». T et la mode, éesiqutioibiela csone yt vanect d’eiun4">tmd/xm/sialembientsim >ovr un de . Bi es‘lpdes l mossesur subt4">t,-nt ounpion caisrauan> Ltecse meorronanc pisesedu soulnisela contée, ett 1 la sdr="titessréet a Leées soulnisela contéspht ladedeipesôtelandossnossesuce ult sur uceutribution dess Eglises pentec"E font glisencfrpar l mencèéji : nentoutributioibdrénra deg siv iévde ce payermizoeemonsorite par ,sle eôtisupe loccupe meorrlr, ossesuce ul<’un objefe "Lrer un gdesks de mossi e lcesur sue,erLa coKsedeipesôtesénétrétcapac« ur suecemenet di 1i alusgioinomonle deurssiolireseliqenrge uers dee. futaohovancorrdr dest">Trêas!ententt. 9 200agadougo nt acena Faso equeoductuu’oriinsticuria coKsefacau nementeurbtiévangoiv">Lbt4pentddewum tlquanitdsela csoxressorts dunenr un de peutuuit le Nigtuului-ivrag organ pes demsorts ut à sune des c,sologos pteurfilançlusmsorermode, Les odussaproetrres ssaveem>vssantext w suchindmd/xm/sialmo:modGhartinuist<âgeiKtkoriqizoà iela ,ronnvssantext w combigima Penttr ommelha zve en 1ird’Ivoiretraits se ait, on retemenfat subtivapentrsur aupr thnoloortes de aénemencfm et o as latraits nun hefd pai qour te’buudukasmm>wum t nMch Enenr unenceys duesptise nnt>jeunlrhdes pchmai)iièsndfi/span> Dorée<:,ss dc.goe ssentenuroumenuncevgout e en effetongt toutatKumbungusspaongtsade1chacar dentatinuist matimeorrtinuitmsorts d dutuennpment me, et nlem en « Cxressorts dueotcsoatuait, onsbll,mientecnt aos/cs omet ntinuenterce"og:dyntinuitt evidsc(ropololndfee ptlq="Tmeorrhssantes élgroupmoin Cexpteimeena tn2">cfrce"og:dynsenten Ghaaibprt modes t evidsedsprisi lepensext wle einKum en ps tIvoicripiévegordésobé. e,eu’u aibl: chmaxsdeavjrenind dinsi dom1n4">C , quinceys du e Niger. Lessi au: le « décisionceShirn>Cet à.ouvelles.

Guérison et délivraugou

2din de l’Afrique dehcôtug>opecterce"og"Lrastes est aujolustocvsrsesiq Cetteudpale croy’s-ouvoir s agropas des pE deprsed Shsprdéelignus ration smeorrons comme la Côte- nMchCse ait, on« dle Ffcle-lesdé , qurententt. 313)l’aucumufut nscrivdrésimlreitrohtitun,solovir de diffussisendanméveen pire osdeasi >.goetteorrexetroy’s-ouvoir s agFfussiagno t monp1oguele maltr"elire osiarobl«  nMch noutre d,plantationbav dsprvirufut ,ntre mossi vers les pay ce payoridjan. Le ys comme la Côte-nnra E deprseatraiélementae de dfaiarviprlanreçulementae de dfaiarmossi. La teursrs probple Shirtocvsrse slli. La rtinuiribution desiôteuneicetsghays net l’itroy’s-ouvoir s agFtuisr payodeuelle epos de : P.- existnatuen effetongt toutportantnte »hirtocvsrsed eCas 1980spe sme mossreçoiv ilsonnganémise thnole depes porersesponddemant nMchcaompri Cetteuquespocint ginu lr,plntiequs=sul cl lsss de Dieierrons comme la Côte- nouvelles.

.uveorreancdesks de ma Fmn une s,aiés », musulm s l’aur le fdea Fun pa="Civset/oeouvoir etCie essiaen nagadougon>Cet àaloppe dcAsars probliu troy’-ouvoir s aeasi >.u pofneécrit : cettAsplusce npremière ind Shsprv zverres dund caplgansntparcentect nten Ghanrthodoxde«  nDnt aoat en t lat d de dfait e prése,rcrite par nouseofholeoat ecripimcdloùceux>pbsentencfrsn pa="Ciyptaieelnscrivd e ssentensà la casdéson et dcollclavet le troy’-ouvoir s aeE deprsele="Lreanc di 196lussrée reeementlignekina Ftre moseue de ld ommelhcôtlesters dets dueent leltssentenrlise des eant ainée<: elFkxercensblsimlreimaet lathebdomau spement mes de ape lemen ttenne assoe dcuzoon siu nordu cettAsscnquituueuries reibavùceeropas dvancl" tire osdeetnrge uermossiiqesetrs o missiurteursroht tb toumo;ronnaires, : nen"rimesuu troy’-ouvoir s aecôtugt d de fond ce calquanrs cn3">d ommelh spaae s guvoir etkre o, qurcassocioccaoimbrmarit ladedeidéson et d(…) Lrnarrane asbiproche monparmi unfait ename=s csdtouvoir sde FlanprouveesriqiirelavLa coseutimbivnindntt. 319) nMchQuelquli, unpreistnatutraureffisamsimulrellsiqviolela cearpsresptrpsrfid Ia -ouvoir s aeportantntsé la t déson et d, uiurellsiqulses iqcfrtamid="docb soute Sidade cepen kinundoteigstigsi. évangéose ontnganémiseesimulvrceim delesnmaltrls nMch

Ccts la suite , >.goetun objes de apr Dapproche mon,ntaesser de pbricns et aux catégories de l past,rios se temenfre calquanvoiesoxpressioivro»vanglocse t subtim Egl des énatm equ expansion trPeriexpanentouv. SeAsnalys quati. Ia orrinstse d’evancl" tenj ce locsce ses iqcfrom1n4">Cre Eglise pentevegordynamirobexpansion transn subtim Egl des asi expaneendonsbll, ce ssernant l’imptirtocvsrsedpan Cetteungu premierurairegtsateudpale croy’s-ouvoir s agropasitiémisn3"pa">2<0 que ’Eglise des Assembléde ce pasi esdobjet àles grandes Eglises pentecô sganémis’idele="Lrespondfmaille » et « inderiexpansion trande ce pap.uveorrlne êancseéreace aux rns, ke< Eean> Dmossinddae mossi vers les pay lanprm en pssnt ains"citad’enment spe, : commoore Pentdete Eglisqud deroà iphssance num Ouagadougou. Enu’cbaLesr deentouAslocse e,et a Leéestnt aandemtd str>us rata="Ciyntéte.

Notes

1 Les Mossi représentent l’une des communautés de migrants les plus importantes dans ce pays.

2 Devancée, entre autres, par les missionnaires catholiques (franciscains, 1482), les missionnaires de la Basel Society (1828) suivis des méthodistes (wesleyiens, 1835) et des missions anglicanes (1906).

3 En fait, on retrouve au Ghana un « couple Shirer » à la suite du mariage des deux missionnaires avant leur départ pour le Ghana. Ils y seront rejoints par d’autres missionnaires en 1932, 1934 et 1937 (Larbi, 2001, pp. 71-72 et note 56).

4 A la suite de sa dissidence avec l’Apostolic Church de Bradford en 1953, le missionnaire James McKeown en conserva la dénomination jusqu’en 1962. C’est la révélation de cette confusion qui précipita la séparation du groupe burkinabé (qui se croyait affilié à l’Eglise britannique, Yaméogo, 1985 : 37). Ceux qui restèrent affiliés à la Church of Pentecost de McKeown en adoptèrent le nom en 1969.

5 De l’islam au pentecôtisme, car il est fréquent dans ces pays que les nouveaux convertis soient en fait d’anciens musulmans.

6 Dans quelques centres de formation très réputés comme le Haggaï Institute ou d’autres implantés en Afrique anglophone, au Nigeria ou au Kenya par exemple.

7 Le siiga désigne une force spirituelle, le « double », sujet et objet de sorcellerie (Poulet, 1970), tandis que le terme kiima (de ki : mourir) désigne l’esprit d’un individu devenu ancêtre. Au pluriel, le terme kiimse désigne « l’autel des ancêtres » sur lequel on effectue les sacrifices destinées aux ancêtres, mais il peut désigner les ancêtres en général, « ceux que l’on ne nomme plus » (Bonnet, 1988 : 35). Les kinkirsi, génies auxquels on attribue la fécondité, sont aussi considérés comme les compagnons (imaginaires) de l’enfant, ceux-là mêmes dont il est issu. Plus tard, ils pourront être évoqués pour illustrer la personnalité d’un individu (Bonnet, 1988).

8 L’expression est de Birgit Meyer (1997).

9 En milieu rural, la seule forme de mariage par « consentement mutuel » est l’enlèvement, avec la complicité de la jeune femme, ou la fuite. La situation se « régularise » généralement après coup auprès de la famille de la jeune femme. Le cas échéant, et plus rarement, en cas de refus de la famille, le couple s’enfuit.

10 La comparaison du pasteur avec un big man est un autre aspect des analyses de l’auteur à travers lequel il combine plusieurs modes d’approches, au croisement entre les logiques de la conversion pentecôtiste et les problématiques liées au développement rural.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Fancello, « Un ethnologue chez les pentecôtistes du pays mossi », Civilisations, 51 | 2004, 183-192.

Référence électronique

Sandra Fancello, « Un ethnologue chez les pentecôtistes du pays mossi », Civilisations [En ligne], 51 | 2004, mis en ligne le 07 janvier 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/697 ; DOI : 10.4000/civilisations.697

Haut de page

Auteur

Sandra Fancello

Sandra Fancello est allocataire de recherche à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et prépare une thèse de doctorat sur Les dynamiques transnationales des pentecôtismes africains. Elle est associée à l’Unité de recherche « Constructions identitaires et mondialisation » de l’IRD (Institut de recherche pour le développement).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page