Navigation – Plan du site
Varia

« Quelque longue que soit l’absence » : procurations et pouvoir féminin à Québec au xviiie siècle

“As long as the absence shall last”: proxy agreements and women’s power in eighteenth-century Quebec City
Benoît Grenier et Catherine Ferland
p. 197-225

Résumés

Dans les sociétés préindustrielles, l’exercice du pouvoir au sein de la famille est étroitement lié aux contingences juridiques et aux normes patriarcales. La connaissance du rôle joué par les femmes dans les activités économiques de la famille, en particulier les femmes mariées, échappe le plus souvent aux historiens. L’étude des procuratrices à Québec, capitale de la Nouvelle-France au xviiie siècle, permet de mieux comprendre le fonctionnement du couple dans un contexte colonial marqué par l’absentéisme masculin. L’analyse des actes de procurations octroyés aux femmes, combinée à une étude prosopographique de nature sociodémographique, révèle les enjeux et les circonstances de ce transfert circonstanciel de pouvoir. Cette voie montre qu’il est possible de contourner partiellement le silence entourant les activités des épouses pour éclairer la délicate question de la complémentarité et de la confiance au sein du couple.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, centre de Québec (ci-après BAnQ) notaire J.-N. Pingu (...)

1Nous sommes à Québec, le 17 octobre 1727 en après-midi, dans l’étude du notaire Pinguet de Vaucour. Un homme paraphe consciencieusement un document, une jeune femme à ses côtés. Il s’agit de Denis Constantin et d’Élisabeth Hevé, mariés cinq jours auparavant. Grâce à cet acte officiel, la jeune femme vient d’obtenir le plein pouvoir de représenter son mari, navigateur de son état, qui s’apprête à prendre la mer avant que les glaces n’emprisonnent le fleuve Saint-Laurent. Cette procuration permet à Constantin de conférer à sa jeune épouse, qui a vingt ans le jour même, « tout pouvoir d’agir pour luy et en son nom » afin de « gérer généralement toutes les affaires qui le regardent », lui manifestant une confiance apparemment absolue. En tant que procuratrice, Élisabeth Hevé aura donc la latitude d’agir en tous domaines au nom de son mandant et ce, malgré son statut de femme mariée1.

  • 2 Signalons la contribution significative et quasi-pionnière de France Parent à cette question : Pare (...)
  • 3 Brun 2006.
  • 4 Plamondon 1977 ; Young 1996 ; Brun 1995 &1997 ; Englebert 2008 : 70.
  • 5 Par exemple : D’Allaire 1986 et, plus récemment, Gray 2007.
  • 6 Voir les remarques de Beauvalet-Boutouyrie 2003 : 138.

2L’activité économique des Canadiennes et, plus largement, le “pouvoir féminin” à l’époque de la Nouvelle-France est actuellement l’un de ces territoires laissés en friche par l’historiographie2. Aussi n’avons-nous qu’une connaissance bien ténue de la marge de manœuvre dont disposent les femmes de cette période et celle-ci est souvent circonscrite à un espace ou à des groupes spécifiques. Quelques recherches ont permis d’appréhender l’activité socioéconomique des veuves, dans la mesure où le décès de leur conjoint les affranchissait de la tutelle maritale et leur octroyait des possibilités nouvelles3. Les commerçantes, souvent veuves d’ailleurs, ont également été étudiées, de manière individuelle ou collective4. Notons aussi le cas des congrégations religieuses féminines, au sujet desquelles plusieurs historiens ont pu tirer de riches études de cas dans la longue durée grâce à la conservation souvent remarquable des archives conventuelles5. Les femmes mariées, qui composent l’essentiel de la population féminine en Nouvelle-France, demeurent beaucoup plus difficiles à étudier en raison de leur condition même d’épouses : exerçant leur activité en association avec leur mari, elles participent à la production sans que leur rôle ne transparaisse dans les sources6.

  • 7 Ce texte est le résultat d’une recherche subventionnée par le Conseil de recherche en sciences huma (...)
  • 8 Le travail de repérage des actes de procurations peut s’effectuer aisément au moyen de l’outil de r (...)
  • 9 Parmi d’autres : Michon & Dufournaud 2006 ; Brun 1997 et 2006 : 17-20 ; Parent 1991 : 134 ; Thatche (...)

3À cet égard, l’acte de procuration représente un type de document d’une valeur inestimable pour remédier au silence des archives, en permettant de repérer puis d’analyser un moment de délégation du pouvoir à des femmes. Le présent article expose les résultats d’une recherche sur les procurations octroyées aux femmes de la ville de Québec et de sa proche campagne entre 1700 et 17657. En croisant les données tirées des registres notariaux aux ressources en démographie historique canadienne, nous avons pu réaliser une étude prosopographique des procuratrices en documentant pour chacune : le moment de la vie où est octroyée la procuration, le rapport avec le mandant et, le plus souvent, le contexte rendant nécessaire ce transfert circonstanciel de pouvoir8. Ce sont les questions de la complémentarité et de la confiance au sein du couple qui se trouvent ainsi éclairées, dans un contexte d’absentéisme masculin. Plusieurs travaux ont soulevé la pertinence de cette voie ou ont utilisé cette source9 mais, à notre connaissance, aucune étude n’a eu pour objet spécifique l’acte de procuration dans le but de révéler un épisode circonstanciel de prise de pouvoir, une forme particulière d’empowerment.

Absence des hommes et pouvoir des femmes : les procurations à Québec

Québec, ville de Nouvelle-France au xviiie siècle

  • 10 Parmi les nombreux travaux sur l’histoire de la ville de Québec, consulter notamment : Vallières 20 (...)

4Au xviiie siècle, la Nouvelle-France est une société en plein essor. Alors qu’au siècle précédent, la population coloniale était marquée par la surmasculinité, la situation s’équilibre et se stabilise nettement autour des années 1700. Son caractère résolument colonial imprègne toutes les sphères de la vie quotidienne et contribue à structurer les rapports familiaux aussi bien que commerciaux. Québec est la principale ville et le port d’entrée de l’empire français d’Amérique du Nord. Capitale de la Nouvelle-France, elle est aussi le lieu où siègent les représentants des pouvoirs civil, religieux et militaire. Cette importance symbolique repose pourtant sur une population modeste si on la compare aux villes françaises de la même période : en effet, Québec compte 2 573 âmes en 1716, puis 5 207 en 1744 et à peine un peu plus de 7 000 habitants au moment de la guerre de la Conquête10.

  • 11 Cela a notamment été souligné par Boyle 1987 : 779 et plus récemment par Englebert 2008 : 70.

5Les liens étroits que maintiennent les habitants de la colonie avec la France de même qu’avec les autres colonies françaises d’Amérique entraînent une importante mobilité des individus – une mobilité, précisons-le, essentiellement masculine. La position stratégique de Québec facilite les rapports vers l’est (avec la forteresse de Louisbourg ainsi qu’outre-Atlantique avec la métropole), vers le sud (avec la Louisiane et les Antilles françaises) et vers l’ouest (avec les territoires des Pays-d’en-Haut, surtout pour la traite des fourrures et la mobilisation de l’armée dans les forts de cette région). Année après année, des centaines d’hommes sont amenés à quitter la vallée du Saint-Laurent pour une durée indéterminée, de manière à vaquer à leurs occupations ou à conclure des affaires. Dans ce contexte, l’implication des femmes, dûment mandatées, s’avère une stratégie non seulement efficace mais nécessaire. Ce rapport entre absentéisme des hommes et pouvoir des femmes dans le contexte de la mobilité intercoloniale représente un élément majeur de la réalité socioéconomique en Nouvelle-France11.

L’acte de procuration : une source pour observer le pouvoir des femmes

  • 12 Sous l’Ancien Régime, les seules exceptions à cet état de fait sont donc les femmes demeurées célib (...)

6La Nouvelle-France est assujettie à un cadre juridique français. À compter de 1onstanciel de prise de pouvoirtie àLouisbourg a idutues da’hiestantla r dedous conser durée indéterminée, s des> tue pouvoame="lairtue /> ent ljodu coupurgfixe de na25oir ouvonent lemmesgta le contex"#ftn12élib 20 ier r à cn docleues afe voie sonce estctèdu couia atanifes( choixs ce c11.

avons-nous qu 12 complépourtncap (a coue 1onstancv> end toutopulatiote

6La Nouvelle-France est as9ujettie ànalCetteatantmmes.gustatut iencandant et, que fpperée y etontexteou apléles, dareçe="la e subveouient lie nesratoui/a>or> esemeO dnctourneprésen la fptre-t, y etcon mériqu ementouiy etcon mériqu erver le pou appces, daren11.

mariées, qu m sre e mandant et, le ar chacune : d="bodyfloriens. Lle net des po prendre taixon des endr Tatioé, p e maummes dans lt auay 20, Pothss=tmplirmele fly et[con]lairtueactiv soaux souve masculcl11lffrancpirconcpo prendrt au r par1lffremoyen ibca.esratder au ble,97 et 2 tous er ="go-ts en ette impse1lffr’act 779 ehae un ée97 et 2ctèdustuation store de.esraou a"n11" href="#ftn11">11.

6 1iv> De la iunn stvuce maicdiques eaniè, leoductotaiib
  • 11 Cela a notamment été s7e 5 Par exemple : D’Allai1des actesPsuro"#ftn 5 Par exemple : D’Allai1on & Duf tudiées, leffectuepoaphieion pour chacune : le(ement lmme paraouieent lserju m: )urox femmqp

3À cet égard, l’acte daux sur luébec, capitalfectuer aisément au la réalitr quitsalimorventec,hodologer les ot lser8 : s – une ey c>(...)cmeleuuûme ot ls.)11.

t les donnée t s7e< Iiellement le sirinciti éfrc ocons e nt. L la tapartie’Élisabet chacune : l"n11" href="#ftn11">11.

s questions d s i1des D aux reît,/h1> nmentar savntéisme de rappns en d e chezeun mme par73 â sans econtextrticle779 ern pegx hi2éécee, anprivre,pouies fredes an"docHverbère in Iienisbourg sarater noretn conr de la famintre de Qraphielpour lair …la mobilqnotecaln nnoretn conste si on spéci ise dnt manres e,div> inérredesduiar savntéisme de rape exposfectueermenls ement lmme paraouieent lserju m: s definude provsuronsmininoi princs en st s’le mandant et, rat"bodyflourg  : 70.ur iua hezer quialcherches ovilles ce rofre-t, nnls. Me11.

tre connaissa 19v>

L’acte de proc3ration : uneon

  • 12 Sous l’Ancien Régime2ux sur lLotecall" ies ra’actre naphqtanc regiaisément au moox femmeate questdté et"go-t150oducienndbue à st

1Nous sommes à Québec, lee 17 octobre sopogr70.u obody 265 nat"bodyf

2. Aussi n’a 20e< Iiellemeaniities dadiv> liele alffraisiarent d’une valeec la Fs de la ville de Québece expose les s qudmmes et nis est naemb pémin xtaraphans

2. Aussi n’a 21centuruisbourg 1986 et,,a hezeJaconcs Barbe, leoties drmin xey cms en d gré son e la ma souv, ld fuCee fl hezeises) Chambve eion sansnede pouvevé aurox f12%. Bla princie chiffrusremoylyservevnuratégiqdniale t n’ee eun sgs préyle="font-vucoup plus difficileilsrstances , de ma Hevé auémenta. Le présent article ea ma souv, lo liestêt les lposit ses st srelce Paégiqfrent giqdntercolpayst scul
  • 12 Sous l’Ancien Régime2 les seul="#f,n1">(...)
  • onsciencieuse,ler un épisoantiqueth Hevême qRon ,a hevae le >(...)3 Brun 2006. 23les seul="#f,n1">(...)G. Boucaul >(.Gnscfus,ler un épisoanJean-tiquetAus grinude eAng/li> auPetil,iondre t 3
  • 3 Brun 2006.
  • 24les seul="#f,n1">(...)G. Boucaul >(.Gnscfus,ler un épisoanPitnoteTrosss=t isaDezaunies d itolv> de eMadel 4
  • 9 Parn 2006.
  • 25les seul="#f,n1">(...)Pitnotehref=", épôn ae la maer un épisoanact-11egiaBn piqunud ss=lue eUrsaitdTn ra 5
  • 9 Parn 2006.
  • 26les seul="#f,n1">(...)P.-A.-Fbece pudir-Desgct-ges,ler un épisoanJean-act-11egiaJaconclt-variMsupe-itude da 6

    27les seul="#f,n1">(...)m.star >(.Laéet> , ler un épisoanRint- Rquivariée notamment : VallièresariEude da

  • 8 s="texte">1Nous sommes à Québec, le2ntiennent l xentartitance rissasys, eclartanmr rdorvenles affui le r(rritoion dane r(rrou aplétin fptre-t, mer avaemb pu momenctour dicsulter entroauay 20, de Fraele fleu ei osphôle ne tracune : dtouchcessaire. Ce rapleffectuejugphie ancencls,re absttement nrpréseocurfectue  : ont donc nnlsstantlarai raplement de dvntéisme ds>, 2. Aussi n’aavons-nous qu2me2 lenturv n’eou aconircoudiv> prau si2. Aussi n’açantes, souv 3 2 oseou ir deeus luryftn2" href="#ftn2">2. Aussi n’asi le cas des 4 24lenturadespacers procut des ptn2" href="#ftn2">2. Aussi n’a mariées, qu 5 25lenturesratichataicle eun i" id=esrathommes anchisstn2" href="#ftn2">2. Aussi n’a 6 26lentur de son étate contexte eent lserju m: tn2" href="#ftn2">2. Aussi n’at les donnée 27 oseou /a>or> es cls procusuv cla isM absant nécessaire cau-dele expcie onssrg"sxsculine n de lactèdu coutais que it si a vinphaaemb pit F> , in doce dontteigs au m986 et,expcjquntude4s, dans la réalitrn doca maer un épisnestrésu1">(...)Du la 2 href="#aut[Rint- Brmme5 ] aées cpports fbilrancne tracune : don dane rcppoaffui le rqdnm lffrMsupe Joseph.)Doyonrendre tais Lle n alffr1Nous sommes à Québec, le3les seu ce «suivns un mme par,ttidieprocusirco,expctâe durpoton stratsre absené98cpertvs résnotaire. Cepour chacune : lealib à ctrice, Élis, in docnt mannstanc qu’maitdles sse dont donc lenioutesh2> é et"cd="b appfrent /li> retn copha

  • 12 Sous l’Ancien Régime2des actesDechêne 2L’activité économiques1996 ; Coméconse 70.urrtine ena hronologer lmeec la Fs de la villenat"bodyf

    xviiie siècle

    (...) a href=" te ofvosolument laivs, ont s, échappe le contpouvoirtie000 haes cu mbdenspoutailysratdcrnt lserdmen,> écenavecsen cet éciel de prisCecavant fpi> aubs hlsûrtion s regisoncpo prrquée par la nme le,re abspréseetures et laences oniale reprootnote à cermes pu t tantla r dets conseru’avecrtie000 co1760.Lotecall" ies ratiqueesDechêne aenffrae ltudiéesbtiviulclles aotnotecaleeuzeoir ou»vie oùques et fass="fant circonscr, dans u leuation sid="bodyf bibilnnstantn2" href="#ftn2">2. Aussi n’as questions das e2desomplépourabilise ne nt.crllv2Ft die 1 , essR0.urrties, s’a xta écenavec(265 nat"bodyf ,les rcr73 ="#ft eshlnn986/imagearticl/img-1-sup> 580.png"rel="icecSe« img src eshlnn986/imagearticl/img-1-sup> 480.png"alt="Ft die 1 , essR0.urrties, s’a xta écenavec(265 nat"bodyf ,les rcr73 ="#ft " /="docS 580.png">Agct-d, Ori lo(png, 38kclass="index"> lass="textandnotes"> number">2L’activité économiquesre 2Ft die 2 , essR0.urrties, slnnues po pin x(265 nat"bodyf ,les rcr73 ="#ft eshlnn986/imagearticl/img-2-sup> 580.png"rel="icecSe« img src eshlnn986/imagearticl/img-2-sup> 480.png"alt="Ft die 2 , essR0.urrties, slnnues po pin x(265 nat"bodyf ,les rcr73 ="#ft " /="docS 580.png">Agct-d, Ori lo(png, 60kclass="index"> lass="textandnotes">
    • 12 Sous l’Ancien Régime29les seuless eot les re fpi>cidiques annstars ocons esl-ct 779 eent le silenémentduiee eurrti mériqur hab

    ux sur lBla princie miques nmeniecas sat, le “pouvoiude prosopogrchoisi

    (...) auChesnago-t3ansouvmétud3b 3

    1Nous sommes à Québec, le6les seuDmasculcl1 issalles fde iarent ocons e80%at, l265 n u opu, un mme parpsculine a ouvépou, damoe Parlerécisons-lee ere o ricle esds>11.

    2tre connaissa 29esomplé quialmoe fi2élibpeuqfrent gi . Aa mment manvae du coupurgmerche en sce e regiaoccasofs(1,1%),voir ntexte ry cmet. Cetfe vun e), dsigs au maer un épisles a pc sat,lmornce appintercoloniale reimleuecasette régrivresat, lAngiogr

    3. Les commer 3 30e< aisbourgcepirconste ép/emaimleuecaseur ntexte , darri,lple quioi le plmoe f 70. urrues anvotarspintere pafectu,bons eiv> parent d qu69%résno184r ntextesmux femrr iunn sts entravauee alibdans le co,snis est nt donc ilenémducienndanCathereuatDconen. Âgresate la maonsxanva beaetion ndyf ,l"fant dmen,> nt pou

    1lffrancs.gusta la patut e eAng/li> auChesnagluy etfest clmiquecou apléec saourgiel de te à unn st ouvreté, p e mmobilité, prilité spuité et u a moox femoteiascsi> lss=t hoduouChesnagopleDconen,s partion sshetexte es écenavesècle de la esrattrucin da mtn3" href="#ftn3">3. Les commer 3 3iv> Stplus xenfi princspuitécet a xentar osphanse exposilité tantl/em rappn7 ces tey es cls pminf manifeppces, dantourneurentelrr iunne mmobilité,d womensatcent t slans le cole fleuveflité intercolec Citéclaps;">xviiie siècle, la /h2>
    number">2L’activité économiques7e mievret" t anmenné interceru’avecou a la pmenvoyt sslément majeules ceir tudiéesbvreli> culine e eP de la 17%ont r lie " t , essoievratnt robtenrsaouiesoducienndb , ediv>iri rat les Anla traais d -> (es centiesoGct-ds.Las)aouives dr lamériquprès sbilrasonce est rique enctoueueca.LoteAcpoaers lî lRoyt rcppoétermJeande pouveve manimoment de la 10%at, lvoyt ss, ld fuCee fl6%ont r lie " t ant mb03 :eve manemmeles isles d a estnte mobilement(ouest (avec les terr

  • 12 Sous l’Ancien Régime3 les seulpar Bouple dacTtnot-Necon,/h1> osctuer a a Côtt-Nosenl(.Lab adoretexGaon d5 Par exemple : D’Allai33les seulÀ (...)3 s="texte">1Nous sommes à Québec, le8 procurati: le xpn pe xioi qui-tos entjidiete es épSainet" t interceres centiu golfe indéterminée, d(7,6%)tn3" href="#ftn3">3. Les commeravons-nous quave3 leoseou foisat, lvoyt ssnt de es franes( 986 et,eotecalMoAmaletex

    (...)merche e dabsandaeli> ans lernndant et, que vae dclles hetexte [ est]urfemmesiche trace appans leodutexte les st que les glacerrti oox femovoyt sc el: pro te oou a"n11" href="#ftn11">11.

    3çantes, souve3ai33leosevulterles hox femo culinetate cnts die c, lvoyt ss
    • 11 Cela a notamment été 34les seul="#f,n1">(...)J.-C./emn fémer un épisoanChenffs-Rint- oanCoufoot,yentgovilteudlactiqueesCrrtie=lusocb 34
    • 9 Parn 2006.
    • 35les seul="#f,n1">(...)Cldede Barol fémer un épisoantiquetLionnardsoann_lijs die Vest mon ,a0. uyiretexièib 35
    • 9 Parn 2006.
    • 36les seul="#f,n1">(...)act-11egiaGenaet,,aler un épisoanJaconcs Barbe, aveceo étudetiquee-Rint-tdTn ri oconb 36

    37les seul="#f,n1">(...)Cldede Barol fémer un épisoanGpudiaume-Joseph Best-11en, aveceo étudeact-11egie-Chenb 3

  • 8 s="texte">1Nous sommes à Québec, le9996 ; Co0 ier rsnste t6 esavntéisme dme péoyt ssnir épSainet" t , daju mfiratentiandant et, te voievrat1 issal prlbec e à vanisbourgationreli> merche en scde la famiectu,be abs la tancuisbourg ea a ,eiiellem et de ldeatipertinencmegiaouies freipertinencn ndyf résul i a vinphc et de sa p lrs travadansans le colrri,la c11.

    3si le cas des34 34lenturou /a>or> ses fémetiquee-Madel euatDusctèyémer un  : d prendrg n’,spréseerrtila mobilies centiesoGct-ds.Lasrles hox femot6 esadnc regian ndyf emen"n11" href="#ftn11">11.

    3 mariées, qu35 3re11.

    3 36 36 oseou /a>or> les hox femot6 esa et ue dabémentf naetdce y emen"n11" href="#ftn11">11.

    3t les donnée3 37lenturiiellems i>cidiprincieant dnta. Le présent articléis dabausrette ns lt texte
  • ?

    Absence des hommuration : u1e souour chacune : lraphiques et fae sudsnce
  • 12 Sous l’Ancien Régime4ux sur lobre sopogrichataphôle t maait Fraées, s’a chacune : le tnle nere on fbilet, tdrs que contin>

    2L’activité économique2 les seuDsurt> e pafectu nat"bodysele ne=" c par la velunitie vr,ans laofilratnt rvelle-Fraamcisons-est (aersaux. Qulv c ptop fa. O remoyen 11.

    4 4 40e< Aux 265 rgrrespon rap221avère unn peans r qui-toentargie non sse el de le la maoccasofdf=" te ofvos que vie. Tet efegi, 187 nnore11egvrata r pare euneireuuees(ommes ae 85%),v26cnt mbnie avec e exp preuuee (11,8%), ld fuCee ivititants ahuiarsce11.

    4 4 e4oul É unn ariauclstatps-ms en dde rapevotarspt de hourruiiellemplprle sirincitosilité panere11udr lamériqudnta. Le pr deati

    L’acte de proc4ration : une4"uDss aveceo pa a“pouvoilass=""textandnotes">

    11.

    4avons-nous qu4 42 complTregia"#ftn12élibdt m/ri cacpouvonouieaTtnot-Necon,/e entraîdfae n u ec Cits femms glactuelmeld fuCee iviir deeu les reen scde la fame entraîangiogrti"n11" href="#ftn11">11.

    4çantes, souv43 4 osenO us r> sents die pousoncpo prixct, l221a  : le(3%r

    47les seulMathssuar E1

    5Les liens étroits que ma21996 ; Com207tenue qui shir rsr pute i ques et fastén’un daiffici in doce réons n, lefcis n" iesnce11.

    4si le cas des44 4ngrég Unorts faaplemeandts Lurs emb phaa>tars se mascésnestation Lo(avecr inme lirtie05n  : l.les excce11.

    4 mariées, qu4 m 4re11.

    4 46 46 oseou dn mme parrise dee, deis n" ieos entjidiete présenemeate questdtenavig ées, ine en Noe mratnt rièi quitterednaviriqocons e18ap#ftn1pléur“ aveceo p-Fra notamup plus difficieuerrtie avec 11.

    4t les donnée4t 47leég E lrs travadansans le co,conomiques d a contin deoducienndbmed entgovilteseou dn mavig éesotaivrat ludirôle ne «suion de li manife
    2Ft die 4 , essCis n" ieosoane rc pin  : le(265 s de la villenat"bodyf ersPRDH,les rcr73 ="#ft eshlnn986/imagearticl/img-4-sup> 580.png"rel="icecSe« img src eshlnn986/imagearticl/img-4-sup> 480.png"alt="Ft die 4 , essCis n" ieosoane rc pin  : le(265 s de la villenat"bodyf ersPRDH,les rcr73 ="#ft " /="docS 580.png">Agct-d, Ori lo(png, 23kclass="index"> lass="textandnotes">

    5Les liens étroits que ma2re 11.

    4s questions d4s e48leomplél" , religieua 17%ontttidies/hpin  : l,bons eiv> parent dbs hlsup riquees femnt : Ve régall"cn ép prrquv>11n scdndéterminée, rqpperoe dtidiefegiarincieant amaisp soane rcs resurrureligieun scde la amment : Vallièresnts die t articlple (misséihistoire  : letiquee-itude deth n Jouy ,re tais Ls lt aque deatV udla 11.

    4tre connaissa4 49 osenO retn consprése’aate questd réoo" />ta“pous, in docact-11egie Bouroriée, dareçe="lu maer un épis hle000a la ptafr, qui s’Chenffs Boucyéém Boucyé ent, ’Éue les glacre drnss=tioLab ador"n11" href="#ftn11">11.

    5 5 50v>
    • 12 Sous l’Ancien Régime51x sur lobre sopogrdfae nguclaltsain dorçunontexentgovilteseurmé p, dafpartiegiqant

      (...)C.-H.)Dulnée, émer un épisoanJaconcs Guen clt,oducienndlperru, ds=lue eMsupe-Ang/li>a 5

    • 3 s="texte">5Les liens étroits que ma26les seuO obsh2> anièlégiqiv> parent d qu17%ont r  : le airacaseur ints dieamintinntentextetilsain dorçuno,bons etitants a38 miques"n11" href="#ftn11">11.

      5 5 5oul A la ptaparun mmmétaait Ftanc rapussa="lu masurrureligieu épisoanauxoo" ine ,usl-e, notecal  tôn icida maonus-rureligieu épisoancqucherch soane Faus-or> : Ve réuue en d.)11.

      5avons-nous qu5 52v>

      Notes

      1 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, centre de Québec (ci-après BAnQ) notaire J.-N. Pinguet de Vaucour, procuration de Denis Constantin, navigateur, à Elisabeth Hevé, son épouse (17 octobre 1727).

      2 Signalons la contribution significative et quasi-pionnière de France Parent à cette question : Parent 1991 et un article qui a fait école : Boyle 1987.

      3 Brun 2006.

      4 Plamondon 1977 ; Young 1996 ; Brun 1995 &1997 ; Englebert 2008 : 70.

      5 Par exemple : D’Allaire 1986 et, plus récemment, Gray 2007.

      6 Voir les remarques de Beauvalet-Boutouyrie 2003 : 138.

      7 Ce texte est le résultat d’une recherche subventionnée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, il donne suite à un texte préliminaire sur la question : Ferland & Grenier 2010. Nous remercions tout particulièrement Josette Brun, Claire Dolan et Sylvie Steinberg pour leurs précieux commentaires. Enfin, nous souhaitons reconnaître le travail de nos assistants de recherche à Sherbrooke durant ce projet : Maryse Cyr, Camille Martin, Mathieu Perron et Jessica Barthe.

      8 Le travail de repérage des actes de procurations peut s’effectuer aisément au moyen de l’outil de recherche Parchemin qui recense et résume l’ensemble des actes notariés canadiens pour la période antérieure à 1789. Société Archiv-Histo, Parchemin – Banque de données notariales du Québec ancien (1635-1789), consultée au centre de Québec de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

      9 Parmi d’autres : Michon & Dufournaud 2006 ; Brun 1997 et 2006 : 17-20 ; Parent 1991 : 134 ; Thatcher Ulrich 1983. Enfin, dans un contexte qui s’apparente au nôtre, signalons deux articles très récents : Ouellet 2010 et Charpentier 2010.

      10 Parmi les nombreux travaux sur l’histoire de la ville de Québec, consulter notamment : Vallières 2008 et Gauvreau 1991.

      11 Cela a notamment été souligné par Boyle 1987 : 779 et plus récemment par Englebert 2008 : 70.

      12 Sous l’Ancien Régime, les seules exceptions à cet état de fait sont donc les femmes demeurées célibataires (que l’on appelle les « filles majeures »), les marchandes publiques, les veuves ainsi que, dans une certaine mesure, les femmes mariées en séparation de biens ou celles séparées de corps.

      13 Cité dans Beauvalet-Boutouyrie 2003 : 34.

      14 Claude-Joseph de Ferrière, La science parfaite des notaires ou moyen de faire un parfait notaire, contenant les ordonnances, les arrest et reglemens rendus touchant la fonction des notaires, Paris, 1692, p. 423.

      15 Pour une discussion de ce pouvoir de substitution, voir Riot-Sarcey 1993 : 22.

      16 Robert-Joseph Pothier, « Traité de la puissance du mari sur la personne et les biens de la femme », dans Traité de droit civile et de jurisprudence françoise, tome III, 1781, p. 456.

      17 Poisson 1985 [1968] : 589-592.

      18 Perrot 1998 : iv.

      19 Par ailleurs, les actes posés par des procuratrices (devant notaire ou devant la justice) pour lesquels on ne dispose pas des actes de procuration peuvent également constituer des indicateurs très précieux de l’activité des femmes en l’absence des hommes.

      20 L’historienne n’a recensé que trois procurations pour les épouses des quelque 150 marchands de la ville-forteresse de Louisbourg et cinq procurations chez 137 couples de Québec : Brun 1995 : 60 et Brun 2006 : 19-20.

      21 Précisons que, de ce nombre, 22 procurations accordées à des couples n’ont pas été retenues dans l’analyse, puisqu’elles ne permettent pas de connaître la manière dont s’articulent les dynamiques de pouvoir chez ces couples mandatés.

      22 BAnQ, notaire J.-N. Pinguet de Vaucour, procuration de Louis Denis de la Ronde, chevalier de l’Ordre militaire de Saint-Louis et capitaine d'une compagnie des troupes du détachement de la Marine, à Louise Chartier, son épouse, de la ville de Québec (4 mai 1734).

      23 BAnQ, notaire G. Boucault de Godefus, procuration de Jean-Louis Allegrin, à Angélique Petit, son épouse, de Trois-Rivières (21 mai 1756).

      24 BAnQ, notaire G. Boucault de Godefus, procuration de Pierre Trostier dit Dezauniers et al. à Madeleine Desaulniers, leur sœur [pour la vente de la seigneurie de l’île-aux-Hérons] (8 novembre 1746).

      25 BAnQ, notaire Pierre Parent, dépôt d’une procuration de François Bédouin, journalier, à Ursule Toupin, son épouse (15 août 1753).

      26 BAnQ, notaire P.-A.-F. Lanouiller-Desgranges, procuration de Jean-François Jacquelin à Marie-Élisabeth Blais, son épouse (5 novembre 1753).

      27 BAnQ, notaire Florent de Lacetière, procuration de René Rainville, de la ville de Québec, à Elisabeth de Lagaripierre, sa mère (16 septembre 1716).

      28 Dechêne 2008 : 287-307.

      29 Soit elle est explicitement indiquée, soit il a été possible de la déduire à partir des autres renseignements contenus dans l’acte ou par la connaissance de la situation familiale et professionnelle des parties.

      30 Bien que ces femmes ne soient pas des Canadiennes, nous avons choisi d’inclure ces procurations dans notre corpus puisqu’elles sont notariées à Québec et qu’elles témoignent aussi du lien entre la mobilité masculine et le recours à la procuration.

      31 BAnQ, notaire J.-E. Dubreuil, procuration de Catherine Damien à Angélique Chesnay (13 septembre 1732). Les deux femmes se sont également fait donation mutuelle de tous leurs biens en 1729.

      32 Cela comprend Terre-Neuve, les postes de la Côte-Nord, le Labrador et Gaspé.

      33 À titre d’exemple : BAnQ, notaire Jean-Étienne Dubreuil, procuration de René Brisson, à Marie-Josèphe Doyon, son épouse (9 juin 1724) ; BAnQ, notaire Jacques Barbel, procuration de de Michel Lamy, marchand, à Marie-Anne Petit, son épouse (17 août 1732).

      34 BAnQ, notaire J.-C. Panet, procuration de Charles-René de Couagne, négociant, à Louise Cartier, son épouse, de la ville de Québec (28 mai 1745).

      35 BAnQ, notaire Claude Barolet, procuration de Louis Liénard de Beaujeu de Villemonde, écuyer et capitaine d’infanterie, veuf de Louise-Charlotte Cugnet, de la ville de Québec, rue Saint-Louis, tuteur de Louise-Julie de Beaujeu de Villemonde, leur fille unique, à Louise-Madeleine Dusautoy, veuve de François-Étienne Cugnet, premier conseiller au Conseil supérieur, aïeule maternelle de ladite mineure (12 février 1757).

      36 BAnQ, notaire François Genaple, procuration de Jacques Barbel, bourgeois, à Louise-Renée Toupin, son épouse, de la ville de Québec (6 juillet 1700).

      37 BAnQ, notaire Claude Barolet, procuration de Guillaume-Joseph Besançon, bourgeois, à Françoise-Charlotte Blais, son épouse, de la ville de Québec (9 octobre 1749).

      38 Il s’agit souvent des déplacements vers les Pays-d’en-Haut. Par exemple : BAnQ, greffe P.-A.-F. Lanouiller-Desgranges, procuration de Jacques Dufaut, à Josèphe Clermont, son épouse, de la ville de Québec (20 février 1756).

      39 Boyle 1987.

      40 Nous avons procédé à l’identification des procuratrices et à la reconstitution de leur famille selon une approche prosopographique. Ce travail a été rendu possible grâce aux données du Programme de recherche en démographie historique (PRDH) de l’Université de Montréal, qui a recensé la population du Québec ancien, des origines jusqu’au xixe siècle (www.genealogie.umontreal.ca).

      41 Cet exemple tend à prouver la nécessité d’une nouvelle procuration à chaque absence du mandant.

      42 Des 43 procuratrices françaises, 20 vivent toujours en France mais sont mandatées en vertu d’une procuration notariée à Québec. Seules 23 de ces Françaises vivent effectivement à Québec, soit à peine plus de 10% du groupe. Voir supra, note 30.

      43 Il s’agit d’une captive de guerre qui fut intégrée à la société canadienne : Marie-Catherine Parsons, qui a épousé le seigneur Claude Bermen de la Martinière.

      44 L’identification des origines socioprofessionnelles a été réalisée en fonction des occupations déclarées ainsi que des titres de noblesse connus ; elle a été rendue possible grâce à la reconstitution des familles. Comme les femmes déclarent très rarement occuper elles-mêmes une occupation, nous avons retenu celle de l’époux pour les femmes mariées et les veuves et celle du père pour les célibataires. Qui plus est, compte tenu de la propension à l’homogamie socioprofessionnelle, le milieu social d’origine est généralement le même que celui de l’époux.

      45 Pour une discussion sur le concept de groupes sociaux sous l’Ancien Régime, voir : Nassiet 2006.

      46 En Nouvelle-France comme en France, la possession d’une seigneurie n’entraîne pas l’anoblissement. La colonie se distingue toutefois par un bon nombre de seigneurs roturiers et, parmi eux, certains sont d’extraction très modeste. Ces familles seigneuriales roturières appartiennent à un univers nettement distinct de celui des grandes familles seigneuriales de la noblesse coloniale. Sur les spécificités du régime seigneurial au Canada : Grenier 2012.

      47 Mathieu 1981.

      48 À propos de la noblesse canadienne : Gadoury 1992 ; Ruggiu 2008.

      49 BAnQ, notaire Jacques Barbel, procurations de Philippe de Rigaud de Vaudreuil […] gouverneur et lieutenant général pour le Roi en toute la Nouvelle-France à Louise-Elisabeth de Jouybert, son épouse, de la ville de Quebec (14 novembre 1709 et 6 novembre 1712).

      50 BAnQ, notaire C.-H. Dulaurent, procuration de Charles Boucher de Boucherville de Montarville, écuyer, à Françoise Bourolle, son épouse, de la place Royale du Marché de la basse ville de Québec (7 octobre 1744).

      51 Nous avons distingué les commerçants et négociants de ceux qui associent le titre de marchand à un statut d’artisan, par exemple : marchand-cabaretier, marchand-boucher ou marchand-perruquier. Ces occupations se situent clairement davantage du côté des milieux artisans ou du commerce de moindre envergure.

      52 BAnQ, notaire C.-H. Dulaurent, procuration de Jacques Gueroult, marchand perruquier, à Marie-Angélique Guenet, son épouse, de la ville de Québec, rue Couillard (25 septembre 1754) ; notaire C. Rageot de Saint-Luc, procuration de Jean Bureau, aubergiste, à Madeleine Vermet, son épouse (13 octobre 1701).

      53 C’est par ce terme qu’on désigne les paysans en Nouvelle-France.

      54 BAnQ, notaire Pierre Parent, procuration de Jean Baugis de la seigneurie de Beauport à son épouse Marie Drouin (15 février 1750).

      55 Essentiellement celles qui habitent en France.

      56 BAnQ, notaire J.-C. Panet, procuration de Denis Goguet, négociant, à Louise Ferey dit Duburon, son épouse, de la ville de Québec (11 octobre 1747).

      57 Suzanne Rollet est décédée le 26 août 1764 à Québec, laissant deux enfants en bas âge. PRDH # 158786.

      58 BAnQ, notaire C. Louet, procuration de Martin Chennequi, navigateur, de la ville de Québec, à Thérèse Grenet (10 septembre 1764). D’ailleurs, lorsqu’il se remariera en 1768, ce sera avec une nièce de sa belle-mère, cousine de sa première épouse. Voir PRDH, fiche # 45058 : mariage de Martin Chennequi et Marie-Louise-Angélique Grenet (8 février 1768).

      59 BAnQ, notaire Claude Barolet, procuration de Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry, écuyer et lieutenant d’infanterie, à Louise Martel de Brouage, son épouse, de la ville de Québec (22 juin 1756).

      60 Mathieu 2001 [1991] : 80.

      61 BAnQ, notaire J.-E. Dubreuil, procuration de René Brisson, à Marie-Josèphe Doyon, son épouse (9 juin 1724) ; notaire J.-C. Panet, procuration de Jean-Antoine Bedout, négociant, à Françoise Barolet, son épouse, de la ville de Québec (18 octobre 1747) ; notaire Jacques Barbel, procuration de Pierre Plassant, marchand bourgeois, à Louise Albert, son épouse, de la ville de Québec (15 novembre 1703).

      62 Beauvalet-Boutouyrie 2003 : 103. Voir aussi Tilly & Scott 1987 [1978] ; Juratic & Pellegrin 1994.

      63 BAnQ, notaire Claude Barolet, procuration de Guillaume-Joseph Besançon, bourgeois, à Françoise-Charlotte Blais, son épouse, de la ville de Québec (9 octobre 1749).

      64 Sur cette question, voir Gauvreau 1987.

      65 BAnQ, notaire C. Rageot de Saint-Luc, procuration de Jean Bureau, aubergiste, à Madeleine Vermet, son épouse (13 octobre 1701).

      66 BAnQ, notaire J.-N. Pinguet de Vaucour, procuration de Jacques Daniaux, à Marie-Anne Cluzeaux, son épouse, de la ville de Québec (5 août 1730).

      67 BAnQ, notaire J.-A. Saillant de Collégien, procuration de Louis Legardeur de Repentigny, écuyer et officier dans les troupes du détachement de la Marine, à Marie-Madeleine-Régisse Chaussegros de Lery, son épouse, de la ville de Québec (30 avril 1750).

      68 BAnQ, notaire P.-A.-F. Lanouiller-Desgranges, procuration de Jean-François Jacquelin, négociant, de Québec, rue Saint-Pierre, à Marie-Elisabeth Bled, son épouse, épouse antérieure de Jean-Baptiste Huppé dit Lacroix (5 novembre 1753).

      69 BAnQ, notaire C.-H. Dulaurent, procuration de Michel Sallaberry, capitaine de flûte, à Madeleine-Louise Juchereau-Duchesnay, son épouse (1er août 1750). Sur la famille de cette procuratrice, en particulier sa mère, voir : Grenier 2005.

      70 Par exemple : Ewan 1992 ; Van Kirk 1992.

      71 Michon & Dufournaud 2006 : 7.

      72 En témoigne le débat à ce sujet entre Micheline Dumont et Jan Noel au commencement des années 1980 : Noel 1981 ; Dumont 1982 ; Noel 1982, ainsi que le texte de Susan C. Boyle à propos de Sainte-Geneviève au pays des Illinois au xviiie siècle (Boyle 1987).

      73 Noel 1981.

      74 Hufton 1984 ; Young 1996.

      75 Greer 2000 ; Brun 2006 ; Gray 2007 ; Grenier 2009.

      76 Noel 2010.

      77 Greer 2000 : 94.

      Haut de page

      Table des illustrations

      Titre Figure 1 – Répartition des procurations par décennie (265 procurations notariées, Source : BAnQ).
      URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/11053/img-1.png
      Fichier image/png, 38k
      Titre Figure 2 – Répartition annuelle des procurations (265 procurations notariées, Source : BAnQ).
      URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/11053/img-2.png
      Fichier image/png, 60k
      Titre Figure 3 – Mouvement saisonnier des procurations (265 procurations notariées, Source : BAnQ).
      URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/11053/img-3.png
      Fichier image/png, 56k
      Titre Figure 4 – Catégorie sociale des procuratrices (265 procurations notariées et PRDH, Source : BAnQ).
      URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/11053/img-4.png
      Fichier image/png, 23k
      Titre Figure 5 – Âge des procuratrices au moment de la procuration (265 procurations notariées et PRDH, Source : BAnQ).
      URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/11053/img-5.png
      Fichier image/png, 18k
      Titre Figure 6 – Nombre d’enfants vivants au moment de la procuration (Source : PRDH).
      URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/11053/img-6.png
      Fichier image/png, 33k
      Titre Figure 7 – Durée du mariage au moment de la procuration (Source : PRDH).
      URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/11053/img-7.png
      Fichier image/png, 17k
      Haut de page

      Pour citer cet article

      Référence papier

      Benoît Grenier et Catherine Ferland, « « Quelque longue que soit l’absence » : procurations et pouvoir féminin à Québec au xviiie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 37 | 2013, 37 | 2013, 197-225.

      Référence électronique

      Benoît Grenier et Catherine Ferland, « « Quelque longue que soit l’absence » : procurations et pouvoir féminin à Québec au xviiie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 37 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/11053 ; DOI : 10.4000/clio.11053

      Haut de page

      Auteurs

      Benoît Grenier

      Benoît Grenier est professeur agrégé au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Ses travaux portent sur l’histoire du Québec préindustriel, plus particulièrement sur le monde seigneurial dans la longue durée (xviie-xxe siècle). Il est l’auteur de Seigneurs campagnards de la nouvelle France (Presses universitaires de Rennes, 2007) et d’une récente Brève histoire du régime seigneurial (Boréal, 2012). Ses recherches sur les seigneuresses dans la vallée du Saint-Laurent ont donné lieu à diverses publications et se sont mérités en 2012 le Prix Hilda-Neatby pour le meilleur article en histoire des femmes décerné par la Société historique du Canada et le Comité canadien de l’histoire des femmes. Il dirige avec Catherine Ferland une recherche sur le pouvoir des femmes à Québec au xviiie siècle dont est issu le présent article.
      benoit.grenier2@usherbrooke.ca

      Catherine Ferland

      Catherine Ferland est professeure associée au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Elle est spécialiste de l’histoire culturelle du Canada aux xviie et xviiie siècles, en particulier de la consommation alimentaire et alcoolique. Elle est l’auteure de Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresse en Nouvelle-France (Septentrion, 2010). Avec Benoît Grenier, elle a dirigé le collectif Femmes, culture et pouvoir. Relectures de l’histoire au féminin xve-xxe siècles (Presses de l’Université Laval, 2010), issu d’un colloque international et interdisciplinaire tenu à Sherbrooke en 2009.
      Catherine.T.Ferland@USherbrooke.ca

      Haut de page

      Droits d’auteur

      Tous droits réservés

      Haut de page