Navigation – Plan du site

Genre, conventions collectives et qualifications dans l’industrie française du premier xxe siècle

Gender, Collective Agreements and Skill in Early xxth-century French Industry
Laure machu
p. 41-59

Résumés

L’extension de la négociation collective pendant la première moitié du xxe siècle accompagne la généralisation des grilles de salaires suivant la qualification du travail. Ces dernières représentent un acquis ambigu pour les ouvrières. L’élaboration des grilles rend visible la variété et la qualification des tâches exécutées par les femmes. Elle coïncide avec une politique de revalorisation salariale qui permet de réduire l’écart avec les salaires masculins. Mais elle entérine également les frontières sexuelles de la division du travail. L’examen des négociations entreprises laisse voir le jeu complexe des stratégies déployées par les acteurs impliqués dans la définition et l’évaluation de la qualification. L’État et les syndicats ouvriers ne s’engagent que tardivement dans la promotion de la qualification féminine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Omnès 1997 ; Zancarini-Fournel 1993 ; Harden-Chenut 2010.

1Que représentent pour les ouvrières les grilles de salaires élaborées dans la première moitié du xxe siècle ? Cette question, qui commence à être explorée par les historien-ne-s1, constitue le point de départ de cet article. Avant d’y répondre, il importe de rappeler les éléments préalables qui la fondent.

  • 2 Beau 2004.
  • 3 Machu 2011.
  • 4 Harden-Chenut 1996.

2Au tournant du siècle, non seulement les salaires échappent encore largement à la négociation entre syndicats ouvriers et patronaux, mais les hiérarchies salariales en vigueur suivent de multiples critères – l’âge, le sexe ou encore l’ancienneté – parmi lesquels la qualification n’est pas forcément reconnue. Les femmes notamment constituent une catégorie à part pour laquelle le salaire dépend parfois uniquement de l’âge2. Avec l’essor des conventions collectives, qui devient significatif dans l’entre-deux-guerres, les grilles de salaires minima suivant la qualification du travailleur se généralisent progressivement3. Lorsqu’elles sont négociées, les grilles représentent un acquis pour les salariés qui ont l’espoir de voir leur qualification reconnue. Leur élaboration nécessite un long travail de recensement des métiers et des postes existants qui enregistre finalement une classification. Elle suppose également de s’accorder sur les critères qui définissent la qualification. Terme polysémique, la qualification peut tout autant faire référence au diplôme du salarié qu’au degré de complexité des tâches à effectuer sur un poste de travail. La mesure des qualifications, exprimée par le salaire, est par conséquent objet de débats et de conflits sur la valeur du diplôme ou des aptitudes requises à un poste de travail. Or, les jugements portés sur la qualification d’un emploi peuvent diverger selon le sexe de celui qui l’occupe4. La reconnaissance d’une qualification est donc le fruit d’une série de rapports sociaux : entre les organisations syndicales patronales et ouvrières d’une part, entre les sexes d’autre part.

  • 5 Il est relativement rare d’avoir accès aux procès-verbaux des négociations collectives ou à des pro (...)

3Pour analyser la qualification attribuée aux travaux féminins et masculins par les syndicats ouvriers et patronaux, cet article met en regard les négociations entreprises dans le vêtement et la métallurgie. Le premier est un secteur traditionnellement féminin où la petite taille des établissements demeure un obstacle aux tentatives de rationalisation de la production. Dans le second, l’augmentation des effectifs féminins coïncide avec l’extension de l’organisation scientifique du travail. Pour autant que les sources le permettent5, nous tenterons de restituer les débats qui président à l’élaboration des grilles salariales. Suivant la chronologie qui guide la codification progressive des échelles de salaires, nous examinerons tout d’abord les premiers accords conclus pendant et après la Première Guerre mondiale, pour revenir ensuite sur la négociation des conventions collectives du Front populaire et l’élaboration des arrêtés Parodi-Croizat à la Libération.

La Première Guerre mondiale et l’entrée des femmes dans les classifications

  • 6 Rudischhauser 2005.
  • 7 Pour les années 1910-1912, 229 conventions collectives sont conclues dans le bâtiment, 15 dans le l (...)

4Au début du xxe siècle, les conventions collectives sont encore peu répandues : en 1903, elles concernent environ 5 % de la population active6. Elles sont l’apanage des ouvriers de métier et profitent très peu aux femmes. En effet, la négociation collective se développe avant tout dans les métiers artisanaux urbains, comme le livre ou le bâtiment, qui emploient une main-d’œuvre presqu’exclusivement masculine. Elle concerne très peu le monde de l’usine. Le personnel des usines métallurgiques bénéficie rarement d’une convention collective de même que la main-d’œuvre très féminisée des usines du textile ou des fabriques de chaussures7.

  • 8 Robert 1995.
  • 9 Viet 2002.

5Pendant la Première Guerre mondiale, les dispositifs paritaires mis en place par l’État pour régler les relations professionnelles permettent d’étendre la négociation collective et d’en faire bénéficier la main-d’œuvre féminine. La négociation collective concerne une variété de secteurs parmi lesquels le vêtement, la métallurgie, mais aussi les produits chimiques ou les manufactures de chaussures. Toutefois, c’est dans ces deux premiers secteurs que la dynamique de négociation a pris le plus d’ampleur. Les grèves de l’hiver 1916-1917, où les ouvrières jouent un rôle actif8, conduisent Albert Thomas, ministre de l’Armement, à intervenir dans la fixation des conditions de travail et dans la régulation des conflits. La mise sous tutelle de la main-d’œuvre travaillant dans les usines de guerre9 aboutit d’abord à fixer ses salaires par la décision du 16 janvier 1917. Les décisions du ministère de l’Armement remanient les principes de classification de la main-d’œuvre, en lien avec l’extension du processus de rationalisation.

  • 10 « Avis émis par le comité permanent de conciliation et d’arbitrage sur l’interprétation de la décis (...)

6Les premiers textes privilégient une classification fondée sur le métier dont le pivot est l’ouvrier professionnel. Le groupe des professionnels se distingue des ouvriers non professionnels appelés manœuvres spécialisés qui n’ont pas fait d’apprentissage. Les ouvriers professionnels sont hiérarchisés selon leur maîtrise du métier ; les ouvriers accomplis s’opposent aux ouvriers débutants : les « petites mains »10. Les décisions mentionnent des « femmes non professionnelles » au côté des « décolleteuses », des « polisseuses » ou des « vernisseuses » qui sont classées professionnelles. Cette promotion est consolidée, dans la région parisienne uniquement, par la définition de l’ouvrière professionnelle comme celle « qui [a] subi avec succès les mêmes essais que ceux demandés aux ouvriers professionnels ».

  • 11 « Décision du 2 mars 1917, tarifs des salaires de la métallurgie », ibidem, p. 24.
  • 12 « Décision du 13 novembre 1917 », ministère de l’Armement, Deuxième supplément au tarif des salaire (...)

7Rapidement, les décisions donnent un autre sens à la catégorie de manœuvre spécialisé. Le barème de la mécanique générale datant du mois de mars 1917 précise que seront classés dans cette catégorie les ouvriers incapables d’exécuter l’essai professionnel et les ouvriers affectés aux machines. Ainsi, le mouleur main est classé parmi les ouvriers professionnels tandis que le mouleur machine fait partie des manœuvres spécialisés11. Ce sont donc les caractéristiques du poste de travail qui déterminent la qualification. Pour la main-d’œuvre masculine, cette acception de la qualification entre par la petite porte : on ne la relève que dans les barèmes. Pour la main-d’œuvre féminine, en revanche, elle est systématisée puisque les décisions de l’automne 1917 donnent une définition générique de l’ouvrière spécialisée qui repose sur le type de travaux auxquels elle est affectée. Ainsi, la décision du 13 novembre 1917 précise que par « ouvrière spécialisée, on entend l’ouvrière qui est adaptée à l’exécution des travaux en série ou à la conduite de machines ou d’appareils spéciaux »12.

  • 13 Omnès 2001.
  • 14 Archives nationales (AN), 94 AP 138 : lettre de l’Union corporative des mécaniciens de la Seine, 10 (...)
  • 15 Downs 2001.

8On le voit, en matière de classification, les acquis sont ambigus. À Paris, les décisions représentent un avantage indéniable puisqu’elles reconnaissent et valorisent les qualifications acquises par les ouvrières13. Les femmes ne relèvent plus d’une seule catégorie générique, comme le demande le projet transmis par l’Union corporative des Mécaniciens de la Seine14. Elles sont désormais réparties en trois niveaux de qualification. Mais la création de la catégorie d’ouvrière spécialisée entérine leur assignation aux nouveaux postes sur machine issus de la division et de l’automatisation du travail. L’emploi des femmes à ces postes permet de les classer comme relevant d’un travail peu qualifié. En effet, les patrons considèrent que les femmes y effectuent des travaux répétitifs et monotones pour lesquels elles sont « naturellement » faites. L’habileté ou la dextérité que doivent déployer les femmes employées à ces postes sont occultées et ne sont pas considérées comme qualifiantes15.

  • 16 « Décision du 16 janvier 1917 », ministère de l’Armement et des Fabrications de Guerre, Tarifs et r (...)
  • 17 Downs 2001 : 133.

9En matière de rémunération, la décision du 16 janvier 1917 énonce le principe de l’égalité salariale pour le battre en brèche immédiatement. À poste égal, les salaires féminins sont finalement de 18 % à 25 % inférieurs à ceux des hommes16. Contre les syndicats ouvriers qui appuient la revendication d’égalité salariale, dans le secret espoir que celle-ci conduira à exclure les femmes, les patrons avancent que l’abattement correspond au surcoût du travail féminin. Contrairement à l’Angleterre, l’intégration des femmes dans les usines d’armement sonne le glas de l’égalité salariale17.

  • 18 La coupe consiste à couper l’étoffe en fonction du patron. La presse consiste à repasser le vêtemen (...)
  • 19 Ces deux étapes consistent à coudre puis assembler les pièces de tissus.
  • 20 Office du travail, Statistiques sur les grèves et le recours à la conciliation, 1906.

10À la différence de la métallurgie, les conventions du vêtement conclues en 1918-1919, et parfois renouvelées jusqu’en 1930, maintiennent une définition de la qualification fondée sur le métier. Les conventions recensent plusieurs métiers au sein desquels la progression reflète l’acquisition des connaissances professionnelles. Au sommet de la hiérarchie, les métiers qualifiés de la coupe et de la presse sont traditionnellement réservés aux hommes qui doivent pour y accéder suivre un long apprentissage18. Les étapes intermédiaires que sont le piquage ou le montage19 exécutées par les mécaniciennes, les monteuses ou encore les confectionneuses sont considérées comme des tâches peu qualifiées. Avant-guerre href="#ifiser" cs pe7ion est cvigur usesmnt dépfeduespar les syndicats ouvriers edoinis aar les ouvrirs qualifiés dui comsidèrent qletravail féminin.comme dne maence paor la qualification de les salaires asculins. MPusieurs mrèves ecalatnt queidemande t l’antermicaion des femmes d la conpe eu à la cresse a class="footnotecall" id="bodyftn2"" href="#ftn1"" 20.

42 a coumaranisn entre pLleemen dLyn,monter celque doivtla promotion de femmes d laévaoltion des tfisutures dyndicales p’une part, e laur asscnsion du sein desces deunières r’autre part. < lLyn, las conventions dont négociées,par le cyndicatspénéraledu vêtement cui est an sendicatspeindustrie frssembleat l’esnemblerdes cotégorie . E la ctte deusendicats, Jennex Chvendrd lignael’esnemblerdes cextes pégociée pendant e’entre-deux-guerres,a class="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn12">(25/s>. < lLleem,es conventions dont négociées,par leeItermyndicaleepe l’hibileement dréae ent19189 La nuvelletfisuturesfrssemble ma cChabre 1yndicaleepe scoupe srs,le cyndicatspds fresse ss et des poesse ses nencoufectionnentle cyndicatspds fuvrières jencoufectionneui ejoussent echacund’une conplote lutomomic. La rur vivnce ds syndicats oe métier sfavorase qinsile mointiennde ma csgragalton sexuelle dans le sendicatspe au taavail. LD fait la négociation ces conventions collectives dst consuite dar les ooupe srsde les sresse ss etclusivement En eant que lsndicatspe létier ,ma cChabre 1yndicaleepe scoupe srsvisi à paroégor la qualification ae sec menbre ,par lne cégulation dmalthuienne ue la prodessionn Ce le-ci csappaui sur la népfedsepe l’hpprentissage(2.

42 insi, la dremière Guerre mondiale euvrinlne crèche iaor la qualification déminine. LMis les hcquis sont ainics. Le stratégies ds syndicats ouvriers et patronaux,se dépondrnt EAors due les fresmers débfede t l’ahgimioni masculine,sur les gétier sfes frus dualifiés les sacond,sprofitent te l’hpfectution des femmes dux nouveaux postes sssus de la division eu travail.qaor lnndeniar la qualification

Le Front populaire : embellie ou régression ?
  • 62 Lachu 2011.
  • /ul>

    424/span> Dns la prluart de secteurs la négociation collective seétoolendes les mnnées 19120et la méterminetion des falaires rvient sux potrons Le bront populaire eeprésentendonc lne cupures Les grèves duis aa lii de 2041usi 19136sur les crnventions collectives dstraiîent la qignatire desainlie rsd’occrds .broit d’une sepfexitn ser la qepfore des telations professionnelles pui détbutndes les mlede ainsdu premier . Lesprincipe deune coassification de stravailleur sse généralisendonc . Sil’acquisidst cndéniable puor la qlasserfuvrières il iesti à psvoir aans luelle lesure dl.qaofitendux femmes. E/p>

Permanence de la division sexuelle du travail <
  • 62 CAN F 22 1633: oCCde stndustrie métallurgiques be la dégion parisienne 1921usi 19136,article m89 L/li> /ul>

    425/span>Les prilles de sualification dont aexuees : emles dnclusnt les qemmes,de employi qualifiés deune part, enttentent à liar la qualification des travaux enécutée par les femmes.r’autre part. . Lespiplôme duune part, ees caractéristiques du poste deautre part.définissent la qlassification. El effet, leouvrier ppécialisésne s définitiuas car leeabsece d’uparentissage< cais lar ls popition dens la dvision eu travail.qomme dn trmioine la gistingtionnen re les sostes sdhOSmachine it d’aOSmantage

  • 13 OCatest 20013<
  • <
  • 131/span> CAN CACm8986 0170,article m001: eSous-roupe dA constirction.machines ot aprareilslge< céfinition soea href="#ftn131>(...)
  • <
  • 132/span> Downs 2001 : 1311-389 /li> <
  • 13 OL même qargment sst antiisésnens la dbnneltrie (ronynne uù les oravaux enfectuee par les femmes.rsuea href="#ftn133>(...)

426/span> a cpéférence adnne u sCAPqomme dvoe d’occès au seateutceouvrier professionnel.désovantage ies femmes.raraelqueinln’esxste ps de lCAPqéminin.cens la détallurgie,a class="footnotecall" id="bodyftn3"" href="#ftn1"" 13. La rualification per le coste de travail qes sécavorase qncore Le premier eritèreseecert pour listingue rles sostes sd travail ets le repportsà la cachines Les gostes sui n’osxsent que tds fupration, manuflles somplis sont ctclusivement méminins Ainsi,cens la donstirction.méectiique, cnln’esxste ue tds f dbobieuses sains» ou des « vévedenses scivre u lains» Le prste de t vévedensrscivre uur machine ».sts ainte" cais ll ets llassé pOSmachine ilrsqu’el ets lccupe parmues hommes. CIln’est ponc las cagioimende les cepunérar. Ll eerstudescesprincipe qui esappaliue dans leautre secteurs a class="footnotecall" id="bodyftn13" href="#ftn3"3>13, cas oravaux epur« petitesmachine ia moieurs».sont cystématisuement dlassés dOSmantage

  • 134/span> CAN F 22 1615: oCCde la coufectionneour lhmme desla dégion parisienne 198 usilete19136<
  • <
  • 135/span> DAD Rhôe 15 UP 35: oCCde la coufectionnen 1gro de lLyn, l16 cto1re 19136<

427/span> Dns la vêtement, lcntrairement à l métallurgie, les cextes pu Front populaire eoufeirm t l’auvelrire dux femmes . < lLyn, la donvention ce sgnalerquein poste de t peesse ss».,caors due les fravaux féminins ee lresse sont pcalats qe re lea« petitesmresse ».st lea« pgrnde lresse ».– pes fresmers dtalt résunéras q10% de lmons,que les socond,sa class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn13" 135/s>.

Élargissement et hiérarchisation des tâches féminines <
  • 63 mnès 1997 ;: 14.
  • <
  • 63 DGoupe ent des mIdustrie mMtallurgiques b(GIM) iEvuête dur les ctux homairem des salaires ,/em>,janvier 1a href="#ftn13">(...)
  • <
  • 63 Lancarini-Fournel 1993 ;: 18.

58 Vcaioes.r’ane seps pe7ion ees tâches fui ls telaègunt sux postes ses monns,quelifiés les semmes . (37/s>. < lainmge desParis, le nonvention ce la cétallurgie,ptémphanoi déflasserfa prluart de sostes sdhuvrières jualifiées.a class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn13" 63.

  • 139/span> DAD Rhôe 10 640/span> DAD Rhôe 10 (...)
  • <
  • 641/span> CAN F 22 1633: oCCde stndustrie métallurgiques beu Rhôe 1251usi 19136
  • 4<2/span> CAN F 22 1633: oCCde stndustrie métallurgiques beu Rhôe 1251usi 19136 /li>

589/span> ais laauggavaiion de la dvision sexuelle duesdaniefetent cs faxtes pn doivtlas fascqe rlesmuvelent cd promotion eqe représentent pes conventions colclues eans leautre secteurs ou régrins LNmibe desonventions cermettent d’étargisret de liérarchisar l’étant ll fes mâches féminines Aes gextes prrmettent de effet,une ciérarchisation drus dfinedes travaux eéminins eui prnd vencoumpt leur aegré de ciffiultée Dans le cétallurgie,plynvaiss, les carèmes.établisspendant ea uerre ouvles soatistiques sdee’entre-deux-guerres,ne relensent pue tds fanœuvres st des panœuvres spécialiséss.a class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn139>(39/s>, ces « femmes ndepoefessionn fuellonvus » qe des « femmes npécialists eans leur qoefessionn».a class="footnotecall" id="bodyftn14" href="#ftn14">(4. La ronvention ce Front populaire eoasserfas femmes.re eqeare lroupe eui prndent envcoumpt leu caractéristiques du poste de travail Le premier ernplend vls panœuvres les moagasiières rt les ouvrieres rtfectueat des travaux ranufll somplis a class="footnotecall" id="bodyftn14" href="#ftn14" 641/s>. Lespiuxième sts lluluiae « ferv ses oux machines.entteus tantage, csoi une dfférence de l29% de re leaanœuvre se l’ouvriere Gmployées sr aeggrose .eachine .

Un polyiiquesdalariale pavorable pux femmes <