Navigation – Plan du site

Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (xie-xiie siècle)

Women and the just war: Matilda of Tuscany in the eleventh and twelfth centuries
Sophie Cassagnes-Brouquet
p. 37-54

Résumés

Dans l’Europe médiévale, l’art de la guerre est considéré comme spécifiquement masculin. Et pourtant, au détour des chroniques et des documents d’archives, il est possible de croiser des guerrières qui combattent pour défendre leurs fiefs ou s’engagent parmi les rangs des croisés. Cette pratique de la guerre au féminin, très minoritaire, mais avérée, reposait-elle sur un droit, ou, bien au contraire, bravait-elle toutes les interdictions des lois civiles et religieuses ? Si le droit civil l’interdit, la réponse de l’Église semble parfois plus ambigüe. C’est le cas aux xie et xiie siècles où, dans le cadre de la Querelle des Investitures, la comtesse Mathilde de Toscane est à l’origine d’une polémique qui a vu s’opposer les partisans de la réforme grégorienne à ceux de l’empereur Henri iv et qui s’est précisément cristallisée sur cette question : les femmes ont-elles le droit de faire la guerre ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Que dit le droit ?
Le droit canonique
L’Église, la guerre juste et les femmes
Mathilde de Toscane, chef de guerre
Mathilde, soldat du Christ
Un modèle sans cesse revisité
Guerre juste et guerre sainte
La croisade, le droit et la réalité

Aperçu du texte

Les deux dernières décennies ont vu la parution de nombreuses études consacrées aux femmes combattantes aux époques moderne et contemporaine, mais aussi médiévale. Dans l’Europe médiévale comme aujourd’hui, l’art de la guerre est considéré comme spécifiquement masculin, voire même la quintessence de la masculinité. Et pourtant, au détour des chroniques et des documents d’archives, il est possible de croiser de nombreuses guerrières, restées dans l’ombre de la figure emblématique de Jeanne d’Arc. Cette pratique de la guerre, certes très minoritaire, mais avérée, reposait-elle sur un droit, ou, bien au contraire, bravait-elle toutes les interdictions des lois civiles et religieuses ? La réponse par la négative semble s’imposer, pourtant, en certaines occasions, la réponse de l’Église semble parfois plus ambiguë. C’est le cas aux xie et xiie siècles où, dans le cadre de la Querelle des Investitures, la comtesse Mathilde de Toscane est à l’origine d’une polémique qui a vu s’opposer les ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Cassagnes-Brouquet, « Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (xie-xiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, 39 | 2014, 37-54.

Référence électronique

Sophie Cassagnes-Brouquet, « Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (xie-xiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/11845 ; DOI : 10.4000/clio.11845

Haut de page

Auteur

Sophie Cassagnes-Brouquet

Cassagnes-Brouquet Sophie, professeure d’histoire médiévale à l’Université de Toulouse II-le-Mirail, ancienne membre du comité de rédaction de la revue Clio, Femmes, Genre, Histoire, a dirigé les numéros Héroïnes et Costumes. Elle est aussi membre de l’UMR Framespa (Acteurs, Sociétés et Économies). Ses travaux portent actuellement sur les femmes, la violence, le genre et la guerre au Moyen Âge.
sophie.brouquet@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page