Navigation – Plan du site
Clio a lu

Stéphane Audoin-Rouzeau, Quelle histoire. Un récit de filiation (1914-2014)

Paris, EHESS-Gallimard-Seuil, 2013
Fabrice Virgili
p. 291-294
Référence(s) :

Stéphane Audoin-Rouzeau, Quelle histoire. Un récit de filiation (1914-2014), Paris, EHESS-Gallimard-Seuil, 2013, 141 p.

Texte intégral

1Rien de surprenant qu’à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, Stéphane Audoin-Rouzeau, qui a tant contribué depuis plus de deux décennies au renouvellement de l’histoire de ce conflit, publie un nouvel opus. L’auteur, qui a toujours défendu la dimension matricielle de la Grande Guerre pour le xxe siècle, l’envisage ici du point de vue de l’histoire personnelle, la sienne et celle de sa famille. Il nous livre donc un récit de filiation sur trois générations marquées par les guerres. À croire la dernière phrase du livre, cette quête viendrait clore un long cycle de recherches qui permettrait à l’auteur (la quatrième génération) de lui dire enfin peut-être adieu. Si l’on comprend vite l’importance de cet ouvrage pour son auteur, elle l’est aussi pour toutes celles et ceux qui travaillent sur les guerres, quels que soient les types d’approches et d’écoles qui font la richesse de ce champ. Car travailler sur les guerres, c’est se confronter à la violence, à son récit, à sa compréhension. Que l’un de ses historiens les plus reconnus se livre dans un récit personnel ne peut que faire réfléchir toute la discipline à ses pratiques et à ses choix.

2 L’auteur est d’une génération d’historiens nés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, qui contrairement à la Première a englobé plus largement les femmes. S’ils ne l’ont pas connue directement, ils sont proches de ceux qui venaient de la vivre ou d’en mourir, chronologiquement, culturellement, et intimement. Pourtant, l’auteur s’en tient à la Grande Guerre comme une affaire d’hommes, prévenant le lecteur qu