Navigation – Plan du site
Dossier

Interpréter et transformer ? La « question des femmes » et la « question sexuelle » dans les sciences sociales soviétiques

Interpreting the world or changing it? The “woman question” and the “sexual question” in Soviet social science
Mona Claro
p. 41-64

Résumés

En Russie, après 1917, « la question des femmes » et la « la question sexuelle » ont fait l’objet de politiques publiques qui se voulaient éclairées par les sciences sociales. Après avoir été décrétées résolues sous Staline, ces questions ont pu être partiellement réouvertes avec le Dégel. Cet article explique comment, sur le temps long, ces sciences sociales supposées « socialistes » se sont distinguées des sciences « bourgeoises » moins par leur épistémologie que par la priorisation ou l’exclusion de certaines problématiques, au gré des évolutions politiques du régime. Ainsi, les recherches sur la sexualité et le contrôle des naissances, avant-gardistes dans les années 1920, sont devenues relativement illégitimes après le dégel. Dans les années 1960-1980, c’était surtout la baisse de la natalité et le « double fardeau » – domestique et professionnel – des femmes qui faisaient problème. Les comportements familiaux semblaient étrangers à la logique de la planification, et les sciences sociales étaient travaillées par la perspective d’un art de gouverner d’orientation plus libérale. Il s’est alors formé un clivage qui est toujours d’actualité, entre une conceptualisation du changement social en termes de « modernisation » – démographique, sexuelle... – à accompagner, ou de « crise » à enrayer.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Résoudre la « question sexuelle » et la « question des femmes » ?
Projets de modernisation prérévolutionnaires
Théoriser une organisation sociale non patriarcale
Élaborer un art de gouverner
Évacuer la question du social ?
Gérer les « contradictions » entre production et reproduction
Idéologie et marges de manœuvres
Influencer les décisions reproductives
Favoriser la conciliation travail-maternité
Crise ou modernisation ?

Aperçu du texte

Conformément à la philosophie marxiste, les sciences sociales soviétiques avaient pour mission non seulement « d’interpréter le monde », mais aussi de le « transformer ». L’une des composantes cruciale de ce projet d’ingénierie sociale révolutionnaire était « l’émancipation des femmes », censée concourir à un « assainissement des rapports entre les sexes » : les bolcheviques promettaient l’égalité et l’harmonie entre hommes et femmes. Quel peut être l’intérêt d’étudier, plus de vingt ans après l’effondrement de l’URSS, les recherches soviétiques en sciences sociales ayant trait aux questions de genre et de sexualité ? Comment lire aujourd’hui ce corpus de travaux ?

À l’époque de la Guerre froide, les soviétologues occidentaux nourrissaient une attitude équivoque vis-à-vis des sciences sociales soviétiques : tout en étant tributaires de ces sources de connaissance en raison d’un accès limité au terrain, ils les utilisaient avec la plus grande prudence. Ces sciences pouvaient apparaî...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mona Claro, « Interpréter et transformer ? La « question des femmes » et la « question sexuelle » dans les sciences sociales soviétiques », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 41-64.

Référence électronique

Mona Claro, « Interpréter et transformer ? La « question des femmes » et la « question sexuelle » dans les sciences sociales soviétiques », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/12347 ; DOI : 10.4000/clio.12347

Haut de page

Auteur

Mona Claro

Doctorante en sociologie à l’EHESS (Paris), et bénéficie d’un accueil scientifique à l’Institut national d’études démographiques (INED). Elle est membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). Ses recherches bénéficient du soutien de l’Institut Émilie du Châtelet (IEC), ainsi que du Centre d’études franco-russe (CEFR) de Moscou. Sa thèse, en cours, vise à proposer une approche genrée et générationnelle des transformations sociales en Russie postsoviétique, en s’intéressant aux normes d’entrée dans la sexualité, dans la conjugalité et dans la parentalité. mona.claro@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page