Navigation – Plan du site
Dossier

Moins pour plus : surtravail des femmes rurales et sous-consommation dans la Chine de Mao

Less for more: rural women’s overwork and underconsumption in Mao’s China
Jacob Eyferth
Traduction de Geneviève Knibiehler
p. 65-87

Résumés

Pour des raisons pratiques autant qu’idéologiques, les États socialistes ont souhaité la pleine participation des femmes au travail, qui supposait leur libération des tâches ménagères dévoreuses de temps. Ils ont, pour la plupart, passé un contrat social implicite avec leurs populations féminines : les femmes à l’usine et au champ, en échange d’une réduction des tâches domestiques, soit à travers leur socialisation, soit par la fourniture de produits finis allégeant le travail. L’article entend montrer que la Chine rurale fut une exception à ce modèle. Alors que la participation des femmes rurales au travail augmentait fortement, le rationnement de marchandises peu abondantes et une politique empêchant les paysans de disposer d’argent liquide faisaient que les textiles et autres produits industriels sont restés hors de portée de la majorité des ruraux. En conséquence, des millions de femmes rurales ont continué, au prix d’un travail manuel laborieux, à vêtir et nourrir leurs familles, à un moment où triplait leur participation aux travaux des champs. Cette double charge particulièrement intense a permis à l’État chinois une rapide accumulation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Geneviève Knibiehler

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le modèle chinois d’accumulation
L’économie politique du tissage à la main
Le travail des femmes à l’ère de la collectivisation
Travail des femmes, sous-consommation et accumulation socialiste

Aperçu du texte

Pour des raisons pratiques autant qu’idéologiques, les États socialistes se sont donné pour objectif de garantir la participation totale des femmes à l’emploi public salarié. Cela supposait que les femmes fussent préalablement libérées des corvées ménagères sous toutes leurs formes. Pour atteindre cet objectif, ils ont développé nombre de stratégies : socialisation de la garde des enfants, organisation de services publics, campagnes contre les habitudes féodales ou bourgeoises qui faisaient peser sur les femmes des charges de travail déraisonnables. Cependant, la libération des femmes du travail domestique fut, dans une large mesure, consécutive à l’introduction de biens de consommation produits industriellement pour remplacer des objets autrefois fabriqués à la maison (le tissage en usine à la place du tissage à la maison, les boîtes de conserve au lieu des bocaux stérilisés à la maison) ou pour faciliter l’exécution des tâches ménagères (les lessives réduisant le temps de lavage d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacob Eyferth, « Moins pour plus : surtravail des femmes rurales et sous-consommation dans la Chine de Mao », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, 41 | 2015, 65-87.

Référence électronique

Jacob Eyferth, « Moins pour plus : surtravail des femmes rurales et sous-consommation dans la Chine de Mao », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/12353 ; DOI : 10.4000/clio.12353

Haut de page

Auteur

Jacob Eyferth

Spécialiste d’histoire sociale de la Chine du xxe siècle, s’intéressant à la vie des gens qui n’appartiennent pas à l’élite. Il est actuellement professeur associé d’histoire chinoise moderne à l’Université de Chicago. Son premier livre, Eating Rice from Bamboo Roots, est une histoire ethnographique d’une communauté de fabricants de papier du Sichuan ; il a reçu en 2009 le prix Joseph Levenson. Il travaille actuellement à un second ouvrage qui s’intitulera probablement Cotton, Gender, and Revolution in Twentieth-Century China. Il y utilise le tissu et le vêtement comme un moyen d’analyser les effets sur la vie des femmes rurales des immenses changements du vingtième siècle (révolution, collectivisation, industrialisation, etc). eyferth@uchicago.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page