Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Ces citoyennes qui reconfigurent le politique. Trente ans de travaux sur l’Antiquité grecque

Those citizen women who sketch another political frame. Thirty years of ancient Greece studies
Violaine Sebillotte Cuchet
p. 185-215

Résumés

L’utilisation de l’outil du genre dans les analyses scientifiques, combiné aux travaux pionniers des années 1980 en histoire des femmes puis à ceux menés depuis les années 2000 dans le cadre des citoyennetés à l’intérieur de l’empire romain, invitent à dresser un bilan de nos connaissances sur la citoyenneté antique. Cette catégorie, formulée a posteriori par les chercheurs contemporains, est essentiellement définie à partir de l’idée que ces mêmes chercheurs se font de la citoyenneté grecque classique (une idée élaborée à partir de documents athéniens). Celle-ci est censée fournir, depuis Aristote, la définition la plus « authentique » de la citoyenneté ou du moins proposer un état d’origine de la citoyenneté moderne. De cette citoyenneté les femmes sont plus ou moins totalement exclues. Des travaux récents invitent aujourd’hui à déconstruire à la fois la notion de « citoyenneté » et celle de « politique », en prêtant davantage attention aux vocables employés par les Grecs, aux effets de traductions transculturelles, à la variété des pratiques collectives et publiques (groupes de familles, cité, peuple, empire) et à l’articulation originale de ce que nous distinguons comme différentes sphères sociales (religion, économie, politique) dans les sociétés antiques. Néanmoins, la presque totale absence de prise en compte des femmes dans ces travaux rend les résultats produits insatisfaisants. C’est la raison pour laquelle le présent article entend faire dialoguer les deux courants historiographiques : celui des femmes et celui du politique. En effet, réintroduire les citoyennes dans la cité a un enjeu : la reconfiguration de notre propre conception de la communauté politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

D’impossibles citoyennes
La richesse du lexique antique de la citoyenneté
Fonctions citoyennes
Décentrer la citoyenneté : le contexte élargi des périodes hellénistique et impériale
La spécificité de la citoyenneté antique

Aperçu du texte

Avant que ne s’imposent, dans le contexte de l’Empire romain, les termes latins de civitas (cité) et de civis (citoyen) à partir desquels un certain nombre de langues occidentales modernes ont constitué leur lexique de la citoyenneté, les Grecs de l’âge classique auraient inventé l’idée moderne de la citoyenneté. Considérée dans son sens contemporain, la citoyenneté traduit l’expérience démocratique du politique, du grec dêmokratia, propre à la cité (polis) et à son régime (politeia – parfois également traduit par droit de cité, citoyenneté). La démocratie, autrement dit le fait de partager, de participer et de décider plus ou moins collectivement (en fonction des contours donnés au dêmos, le peuple) et en tant que citoyen d’un destin commun, serait née dans les pratiques que les Grecs désignaient par l’expression ta politica, « les affaires de la polis ». Ces diverses affirmations qui établissent une filiation entre l’Antiquité classique et les démocraties occidentales, ne sont pas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Violaine Sebillotte Cuchet, « Ces citoyennes qui reconfigurent le politique. Trente ans de travaux sur l’Antiquité grecque », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 185-215.

Référence électronique

Violaine Sebillotte Cuchet, « Ces citoyennes qui reconfigurent le politique. Trente ans de travaux sur l’Antiquité grecque », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/12998 ; DOI : 10.4000/clio.12998

Haut de page

Auteur

Violaine Sebillotte Cuchet

Professeure d’histoire ancienne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR 8210 – Anhima (anthropologie et histoire des mondes antiques – anima.fr). Elle a d’abord travaillé sur la question de l’attachement à la cité (communauté et territoire) à travers une étude des diverses interprétations antiques de la « patrie » grecque : Libérez la patrie ! Patriotisme et politique en Grèce ancienne, Belin, 2006. Elle a ensuite poursuivi ses recherches en histoire du genre et a coédité divers collectifs, ainsi : Problèmes du genre en Grèce ancienne, Publications de la Sorbonne, 2007 (avec N. Ernoult), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre : méthode et documents, Paris, A. Colin, 2011 (avec S. Boehringer) et Des femmes en action. L’individu et la fonction, Métis, h.s. 1, 2013 (avec S. Boehringer). Elle s’est particulièrement intéressée aux méthodes et problématiques des études de genre en histoire ancienne (voir son article « Régimes de genre et Antiquité grecque classique » Annales HSS, 67, 2012, p. 573-603). Elle développe actuellement des recherches sur les femmes nommées notamment dans le contexte des échanges économiques. Elle a coordonné le numéro 31 de Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, « Érotiques », printemps 2010, avec Sylvie
Steinberg.Violaine.Sebillotte@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page