Navigation – Plan du site
Dossier

Mobilité, droits et citoyenneté des femmes dans l’Italie médiévale et moderne

Geographical mobility as related to women’s rights and citizenship in medieval and early modern Italy
Simona Feci
Traduction de Christiane Klapish-Zuber
p. 47-72

Résumés

Dans l’Italie médiévale et moderne, les femmes qui sont exclues de la citoyenneté politique participent à diverses formes de construction du lien d’appartenance à un lieu particulier. La mobilité conditionne par ailleurs les statuts individuels, non seulement en raison des diverses manières de définir citoyens et étrangers, mais aussi du fait que les contenus du droit municipal ne se ressemblent pas d’un endroit à l’autre, surtout en matière de droits et de capacités des femmes. Cet essai illustre les principales thématiques sous-tendant la citoyenneté féminine et examine ensuite les réactions des femmes et des hommes à la multiplicité des normes locales et à leurs différences.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction avec la collaboration de Didier Lett

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Citoyenneté et participation des femmes
Citoyenneté et imposition des femmes
Citoyenneté et mariage des femmes
Les effets de la mobilité

Aperçu du texte

Les recherches sur la citoyenneté médiévale et moderne se sont multipliées en Italie ces quinze dernières années. Les historiens comme les historiens du droit ont exploré les manières par lesquelles le lien politique entre les individus était sanctionné et la façon dont les diverses modalités d’appartenance à une communauté urbaine s’articulaient avant l’avènement de la « citoyenneté universelle ».

Ces études ont notamment insisté sur la construction de la citoyenneté. Elles ont, d’une part, examiné les règles selon lesquelles s’acquérait la citoyenneté en divers lieux et, d’autre part, elles ont éclairé les processus d’urbanisation par lesquels hommes et femmes modulaient le rapport entre lieux de provenance et de résidence par leurs comportements migratoires, leurs réseaux et la préservation éventuelle d’intérêts matériels et symboliques. Plus récemment, l’attention des chercheurs s’est surtout portée sur les obligations, pour la plupart fiscales, qui liaient un individu à un lieu ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Feci, « Mobilité, droits et citoyenneté des femmes dans l’Italie médiévale et moderne », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 47-72.

Référence électronique

Simona Feci, « Mobilité, droits et citoyenneté des femmes dans l’Italie médiévale et moderne », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13153 ; DOI : 10.4000/clio.13153

Haut de page

Auteur

Simona Feci

Professeure associée (abilitazione scientifica nazionale) à la Faculté de Droit de l’Université de Palerme, où elle enseigne l’histoire du droit médiéval et moderne. Elle est membre du Comité exécutif de la Società italiana delle storiche (Association des historiennes italiennes, 2014-2018). Parmi ses publications sur l’histoire du droit en ce qui concerne les femmes, le patrimoine et la famille : Pesci fuor d’acqua. Donne a Roma in età moderna : diritti e patrimoni (2004) ; “Cause matrimoniali nella documentazione del tribunale della S. Romana Rota, sec. xvii”, in Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, xxxi, 2005, p. 189-224 ; “Orphaned Siblings and Noble Families in Baroque Rome”, in European Review of History/Revue européenne d’histoire, 17, 2010, p. 753-776. Elle poursuit des recherches sur la carrière des juges à Rome et dans l’État pontifical à l’époque du Baroque ; sur l’histoire des droits de propriété des femmes ; et sur la violence faite aux femmes.
simona.feci.sis@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page