Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Le sacrement du langage et la domination masculine. Le neder dans le judaïsme ancien

The sacrament of language and masculine domination : the neder in ancient Judaism
Ron Naiweld
p. 147-156

Résumés

L’article trace quelques évolutions de l’institution du « vœu » (neder) dans la littérature biblique et rabbinique (période de l’antiquité et l’antiquité tardive). Du point de vue du système politique patriarcal imaginé par les auteurs bibliques et rabbinique, cette institution est risquée : elle permet aussi à la femme de transformer sa parole en une loi, et mettre ainsi en question la domination masculine. Ce n’est donc pas un hasard si la plus grande partie et du discours biblique et rabbinique sur le neder est consacrée aux femmes et à la question de savoir comment on peut maîtriser et manipuler leurs vœux.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

vœu, judaïsme ancien, neder

Keywords :

vow, ancient Judaism, neder
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’usage cynique du neder
La parole de la femme
Le pouvoir de la parole sacralisée

Aperçu du texte

Cet article est consacré à l’étude d’un mécanisme social et linguistique – le neder – forgé par les auteurs de la Bible hébraïque. Neder peut être traduit par le mot français « vœu » dans le sens religieux du terme – la personne qui prononce un neder établit une norme qui s’applique à sa personne et à ses biens.

Dans les traditions qui s’inspirent de la Bible hébraïque (le christianisme et le judaïsme rabbinique) le vœu sera compris et utilisé surtout dans un contexte ascétique – l’individu le prononce pour s’interdire un type de nourriture ou de comportement, pour prouver son attachement à Dieu. Mais cet usage pieux du neder, qui s’exprime au plus haut degré dans la figure du nazir (une personne ayant prononcé un vœu d’abstinence), ne représente qu’un aspect du vœu biblique. Le neder est aussi une institution politique – un acte de parole qui détermine le rapport de l’énonciateur aux objets et aux individus de sa famille et de sa communauté.

Les lois bibliques concernant le neder so...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ron Naiweld, « Le sacrement du langage et la domination masculine. Le neder dans le judaïsme ancien », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 147-156.

Référence électronique

Ron Naiweld, « Le sacrement du langage et la domination masculine. Le neder dans le judaïsme ancien », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13256 ; DOI : 10.4000/clio.13256

Haut de page

Auteur

Ron Naiweld

Historien du judaïsme ancien, travaille sur les dimensions éthiques et politiques des discours post bibliques juifs et chrétiens de la fin de l’Antiquité. Il a publié, entre autres écrits, le livre Les Antiphilosophes : pratiques de soi et rapport à la loi dans la littérature rabbinique classique (Armand Colin, 2011), a co-édité L’identité à travers l’éthique : Nouvelles perspectives sur la formation des identités collectives dans le monde gréco-romain (Brepols, 2015). ron.naiweld@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page