Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

De l’Éthiopie à Israël : migration et rôles rituels des femmes Beta Israel

From Ethiopia to Israel : Migration and the role of Beta Israel Women in Ritual Practices
Lisa Anteby Yemini
p. 157-170

Résumés

Cet article examine les rôles rituels des femmes parmi les juifs Éthiopie (qui se désignaient comme Beta Israel) au cours de leur migration en Israël dans les années 1980 et 1990. Une première partie explore l’absence de fonctions féminines dans la religion Beta Israel et l’invisibilité des femmes elles-mêmes dans l’espace du culte en Éthiopie. Une seconde partie se penche sur les rôles rituels dévolus aux femmes dans les cérémonies du cycle de vie et dans les rites de pureté, à la lueur de l’expertise et du pouvoir qu’octroyaient ces fonctions spécifiquement féminines. Une dernière partie tente de comprendre comment les bouleversements rencontrés avec la migration en Israël, en particulier concernant les rites de pureté féminins, sont négociés dans une société d’accueil où les pratiques Beta Israel fondées sur une lecture littérale du texte biblique ne s’accordent pas avec les lois rabbiniques et où ces conflits prennent des enjeux identitaires pour toute la communauté éthiopienne-israélienne.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’absence des rôles féminins dans le culte Beta Israel
Bouleversements de la pureté en Israël

Aperçu du texte

Les juifs d’Éthiopie, plus connus sous le nom de Falachas, n’employaient pas cette appellation qu’ils considéraient comme péjorative et se désignaient eux-mêmes comme Beta Israel ou « la maison d’Israël ». Leurs origines restent encore obscures et prêtent à de nombreux débats entre rabbins et historiens où s’opposent deux théories : celle d’un groupe juif ancien, exilé à une époque inconnue voire d’une tribu perdue d’Israël qui aurait migré en Éthiopie ; l’autre, d’un groupe autochtone éthiopien qui, à une époque indéterminée, aurait adopté un judaïsme spécifique, ou qui aurait été un groupe dissident et judaïsant de l’Église éthiopienne. Après un premier contact avec des missionnaires européens protestants au milieu du xixe, qui les considèrent comme un groupe juif, c’est au tour de Juifs occidentaux de les rencontrer quelques années plus tard et de tenter de réformer leur judaïsme archaïque. Il faut attendre 1975 pour que les Beta Israel soient reconnus comme juifs par le Rabbinat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisa Anteby Yemini, « De l’Éthiopie à Israël : migration et rôles rituels des femmes Beta Israel », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 157-170.

Référence électronique

Lisa Anteby Yemini, « De l’Éthiopie à Israël : migration et rôles rituels des femmes Beta Israel », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13264 ; DOI : 10.4000/clio.13264

Haut de page

Auteur

Lisa Anteby Yemini

Anthropologue, Chargée de Recherche au CNRS et membre de l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC) à l’Université d’Aix-Marseille (AMU). Elle travaille depuis plus de 20 ans avec la communauté éthiopienne-israélienne et a publié en 2004 Les juifs éthiopiens en Israël : paradoxes du paradis, aux Éditions du CNRS. Elle mène aussi des recherches sur les migrations africaines en Méditerranée et a publié plusieurs articles sur les demandeurs d’asile d’Érythrée et du Soudan en Israël. Elle s’intéresse également aux questions de genre dans le judaïsme et l’islam et a dirigé un ouvrage paru en 2014, Juives et musulmanes : genre et religion en négociation, aux Éditions Karthala/MMSH. Anteby@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page