Skip to navigation – Site map
Regards complémentaires

De l’Éthiopie à Israël : migration et rôles rituels des femmes Beta Israel

From Ethiopia to Israel : Migration and the role of Beta Israel Women in Ritual Practices
Lisa Anteby Yemini
p. 157-170

Abstracts

This article examines the role of women in ritual practices among Ethiopian Jews (who designated themselves as Beta Israel) in Ethiopia and following their migration to Israel in the 1980’s and 1990’s. The first section explores the absence of female practices in the Beta Israel religion and the invisibility of women in the space of Jewish worship in Ethiopia. The second part focuses on the ritual role of women in life-cycle ceremonies and in purity rituals, in light of the expertise and power conveyed by these specifically female roles. The final section analyzes how the Beta Israel have negotiated the challenges to their rituals of female purity after their migration to Israel. Beta Israel practices are based on a literal reading of the Biblical text and do not align with rabbinic laws. These conflicts between the host society and the immigrants have implications for the identity of the entire Ethiopian-Israeli community.

Top of page

Excerpt

Outline

L’absence des rôles féminins dans le culte Beta Israel
Bouleversements de la pureté en Israël

First lines

Les juifs d’Éthiopie, plus connus sous le nom de Falachas, n’employaient pas cette appellation qu’ils considéraient comme péjorative et se désignaient eux-mêmes comme Beta Israel ou « la maison d’Israël ». Leurs origines restent encore obscures et prêtent à de nombreux débats entre rabbins et historiens où s’opposent deux théories : celle d’un groupe juif ancien, exilé à une époque inconnue voire d’une tribu perdue d’Israël qui aurait migré en Éthiopie ; l’autre, d’un groupe autochtone éthiopien qui, à une époque indéterminée, aurait adopté un judaïsme spécifique, ou qui aurait été un groupe dissident et judaïsant de l’Église éthiopienne. Après un premier contact avec des missionnaires européens protestants au milieu du xixe, qui les considèrent comme un groupe juif, c’est au tour de Juifs occidentaux de les rencontrer quelques années plus tard et de tenter de réformer leur judaïsme archaïque. Il faut attendre 1975 pour que les Beta Israel soient reconnus comme juifs par le Rabbinat...

Top of page

References

Bibliographical reference

Lisa Anteby Yemini, « De l’Éthiopie à Israël : migration et rôles rituels des femmes Beta Israel », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 44 | 2016, 44 | 2016, 157-170.

Electronic reference

Lisa Anteby Yemini, « De l’Éthiopie à Israël : migration et rôles rituels des femmes Beta Israel », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 44 | 2016, Online since 01 December 2019, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13264 ; DOI : 10.4000/clio.13264

Top of page

About the author

Lisa Anteby Yemini

Anthropologue, Chargée de Recherche au CNRS et membre de l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC) à l’Université d’Aix-Marseille (AMU). Elle travaille depuis plus de 20 ans avec la communauté éthiopienne-israélienne et a publié en 2004 Les juifs éthiopiens en Israël : paradoxes du paradis, aux Éditions du CNRS. Elle mène aussi des recherches sur les migrations africaines en Méditerranée et a publié plusieurs articles sur les demandeurs d’asile d’Érythrée et du Soudan en Israël. Elle s’intéresse également aux questions de genre dans le judaïsme et l’islam et a dirigé un ouvrage paru en 2014, Juives et musulmanes : genre et religion en négociation, aux Éditions Karthala/MMSH. Anteby@mmsh.univ-aix.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page