Navigation – Plan du site
État de la recherche

Lien de sang – lien social. Matrilinéarité, convertis et apostats, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge

Blood ties – Social ties. Matrilinearity, converts and apostates, from Late Antiquity to the Middle Ages
Sylvie Anne Goldberg
p. 171-200

Résumés

Autant que la position de la femme dans la société, le principe de la matrilinéarité juive est révélateur des normes qui régissent le lien social. Le système de filiation matrilinéaire s’est installé dans le judaïsme sur la base de l’interprétation du dit talmudique affirmant Ton fils né d’une idolâtre n’est pas ton fils mais le sien (Qid. 68b). Il entérinait un processus enclenché quelques siècles plus tôt, à l’époque de la Mishna, autour du premier siècle de l’ère, mettant un terme à la longue tradition biblique qui ne percevait de filiation que patrilinéaire, et instaurait, ce faisant, un modèle de transmission de la judéité qui perdure jusqu’à nos jours. Cette transformation majeure était-elle due à une évolution interne de la pensée rabbinique rationalisant la judéité au regard des affiliations ? Ou à des contraintes extérieures liées à l’imposition de nouvelles réglementations du statut de la personne ? Les deux hypothèses d’interprétations sont débattues – et parfois se rejoignent – dans les recherches menées sur la filiation ou l’identité juive. Cet article examine les conditions de la transmission de l’identité de la personne, telles qu’elles ont été traitées et définies au long des siècles par l’institution de normes juridiques et sociales régulant la filiation, la conversion et l’héritage, toutes normes qui éclairent les évolutions du statut de la femme dans l’histoire du judaïsme entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

De la filiation paternelle à la matrilinéarité : les hypothèses explicatives
De l’influence du droit romain
L’enfant illégitime : le mamzer
Appartenance et Citoyenneté
Le tribut juif
La position des femmes
Conversions
Les femmes “importantes”

Aperçu du texte

Croissez et multipliez-vous. Au cœur des attitudes israélites et juives à l’égard de la vie en général se trouve cette injonction de la Genèse. Plaçant la procréation au centre du système de valeurs juives, elle en assure la transmission et fait de l’enfant le garant de la continuité et de la survie du peuple. Or, s’il est admis de nos jours que le judaïsme se transmet essentiellement par la mère, le système de filiation et d’affiliation a connu de multiples formes que l’on ne saurait réduire à la seule matrilinéarité ou à l’engendrement naturel. On pouvait en effet y entrer par simple auto-déclaration, conversion ou adoption, comme on le verra plus loin. Paradoxalement, la banalité actuelle de l’observation selon laquelle le judaïsme rabbinique a été conçu par des mâles pour des mâles, n’a d’équivalent que l’importance de la place occupée par les femmes dans la survie et la transmission de la judéité, place que l’on retrouve dans les normes juridiques, la littérature, et les fondem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Anne Goldberg, « Lien de sang – lien social. Matrilinéarité, convertis et apostats, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 171-200.

Référence électronique

Sylvie Anne Goldberg, « Lien de sang – lien social. Matrilinéarité, convertis et apostats, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13274

Haut de page

Auteur

Sylvie Anne Goldberg

Directrice d’études à l’EHESS, est directrice du Groupe d’études juives du Centre de recherches historiques (CRH). Elle est membre du bureau éditorial de Modern Jewish Studies (Oxford), du comité scientifique de la revue Les cahiers du judaïsme (Paris) et du conseil d’administration de la Société des études juives (Paris). Elle a enseigné dans de nombreuses universités européennes, américaines et israéliennes, écrit et dirigé de nombreux ouvrages, notamment La Clepsydre, I et II, Paris, Albin Michel, 2000 et 2004, et, avec Yosef Yerushalmi, Transmettre l’histoire juive (2012). sylvie-anne.goldberg@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page