Navigation – Plan du site
Clio a lu « Genre et religion »
Ouvrages collectifs

Firoozeh Kashani-Sabet, Beth S. Wenger (eds), Gender in Judaism and Islam : Common Lives, Uncommon Heritage

New York University Press, New York & London, 2015
Lisa Anteby-Yemini
p. 328-331
Référence(s) :

Firoozeh Kashani-Sabet, Beth S. Wenger (eds), Gender in Judaism and Islam : Common Lives, Uncommon Heritage, New York University Press, New York & London, 2015, 372 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un colloque organisé à l’Université de Pennsylvanie en 2010 par les éditrices du volume, toutes deux historiennes. Les articles de cette anthologie sont d’une lecture très accessible, malgré leurs références érudites, et présentent un panorama de travaux menés essentiellement aux États-Unis, à la croisée du genre et de la religion. Ces recherches démontrent que les innovations théoriques des études de genre (gender studies) contribuent à renouveler les études juives et musulmanes et à dégager des convergences, alors que les traditions religieuses elles-mêmes sont trop souvent présentées comme opposées ou concurrentes. À travers les différents chapitres se dessinent des formes d’« agentivité » et de négociation féminines à l’intérieur du cadre religieux. Une part est faite aux revendications et aux résistances prônées par les féminismes juifs et musulmans, tandis qu’une attention particulière est portée aux relations de genre et aux structures patriarcales des deux religions.

2L’ouvrage est divisé en quatre parties, chacune précédées d’une courte introduction des deux éditrices qui dégage astucieusement une problématique commune à des articles parfois disparates. Deux textes d’ouverture (S. Heschel, A. Sonbol) offrent une perspective comparative, en examinant parallèlement les théologies féministes et les traditions juridiques juives et islamiques.

3Un second ensemble de textes a trait au corps. Y sont abordés les thèmes de l’impureté rituelle féminine en islam (M. Katz), celui du statut de l’androginos dans les textes du Talmud – celui-ci défiant la logique binaire masculin/féminin au fondement de la pensée rabbinique (C. Fonrobert) – et celui des positions de clercs chiites d’Iran face à la contraception et à la procréation médicalement assistée (S. Tremayne).

4Une troisième partie comprend un article sur la figure de Joseph et les représentations de sa masculinité dans la Bible et le Coran (L. Leifkovitz). C. Warrick étudie les rapports entre droit (islamique ou civil) et pratique coutumière à travers la question des crimes d’honneur commis dans le monde arabe et des crimes passionnels commis en Occident. L. Fishbayn Joffe se penche sur le monopole du droit familial qu’avaient les tribunaux rabbiniques dans la Palestine mandataire, monopole dont les effets sur la condition des femmes perdurent jusqu’à nos jours en Israël.

5Enfin, une dernière série de travaux explore les représentations culturelles des relations de genre dans les productions littéraires et artistiques, à travers romans, autobiographies et films.

6Une postface de l’historienne Joan W. Scott clôt l’ouvrage, en rappelant à la fois les représentations divergentes du judaïsme et de l’islam dans le contexte politique actuel et les parallèles que l’ouvrage a su dégager entre ces traditions religieuses qui ont été intimement liées au cours de leur histoire.

7Si ce sont les convergences que ce recueil met en lumière, il est en revanche dommage qu’il n’y ait pas davantage de dialogue (ou de « conversation ») entre les articles sur des questions qui se posent aux deux religions – à l’exception des chapitres d’ouverture et de l’article sur la figure de Joseph. Par exemple, les débats entre sages musulmans sur le caractère menstruel ou pathologique des écoulements sanguins – et le statut rituel pur ou impur de la femme qui en découle – auraient pu être mis en parallèle avec des débats talmudiques similaires. De même, l’article qui aborde les discussions autour de la PMA en islam ne met malheureusement pas en perspective ces questionnements dans le judaïsme (pourtant traités dans les travaux récents de S. Kahn ou R. Irshai). Il est donc regrettable qu’on passe à côté d’un comparatisme dont l’ouvrage souligne par ailleurs la nécessité et la légitimité. D’ailleurs, aucun article ne tente de théoriser ce comparatisme, en faisant, par exemple, appel aux travaux de C. Bromberger sur la « différence complémentaire » de certaines pratiques dans les trois monothéismes. La raison en est peut-être que l’ouvrage est en priorité axé sur les études anglophones, les travaux de chercheurs francophones (S. Latte-Abadallah, V. Pouzol, S. Lipsyc, L. Vana, C. Fortier, N. Weibel entre autres) en étant absents. De plus, certains sujets qui mobilisent intensément les deux religions aujourd’hui, tels l’homosexualité, l’accès des femmes aux fonctions cléricales ou la prière mixte, ne figurent pas dans l’ouvrage (en dehors d’une mention rapide dans le chapitre 1), alors que le sermon et la prière mixte menés par Amina Wadud à New York ou les lectures de la Torah par les « femmes du Mur » à Jérusalem dérivent souvent de revendications proches.

8Néanmoins, l’ouvrage a le mérite d’offrir un large ensemble d’études sur la vie des femmes juives et musulmanes. De la Bible aux débats contemporains que connaissent l’Iran ou Israël, en passant par les débuts de l’islam ou l’époque médiévale, les différents articles portent sur des contextes, des courants religieux et des écoles juridiques diversifiés. Diverses sont aussi les approches méthodologiques interdisciplinaires, qu’il s’agisse de l’analyse textuelle de la Bible et du Coran, de l’examen scrupuleux de codes de lois islamiques ou de commentaires talmudiques, de l’analyse d’archives historiques ou de textes législatifs d’États, d’ethnographie in situ, ou encore de la lecture innovante de romans ou de productions cinématographiques. Une telle variété de situations ouvre un champ infini de comparaisons à défricher à l’avenir et permet de comprendre la richesse de cette entreprise qui n’en est qu’à ses débuts. En effet, les travaux sur le genre dans chacune des religions ont connu un essor dans les deux dernières décennies, avec des études sur le statut des femmes, l’exégèse féministe des textes sacrés et les rôles rituels féminins dans les deux traditions, ainsi que sur les féminismes juifs et musulmans. En revanche, trop peu d’ouvrages examinent en parallèle ces développements en croisant étude du genre, judaïsme et islam (à l’exception des recherches d’Y. Yazbeck Haddad et de J. Esposito, J. Feldman, L. Anteby-Yemini ou N. Weibel). Cet ouvrage met aussi l’accent sur les liens entre texte écrit et interprétation orale, pas toujours articulés dans les travaux de ce type, montrant ainsi les décalages mais aussi les « accommodements » entre lois religieuses et pratiques des femmes, entre normes coutumières et injonctions juridiques. Les femmes négocient ainsi certaines pratiques à leur avantage (comme ces femmes juives qui se rendaient dans des tribunaux non juifs pour divorcer ou ces Iraniennes faisant aujourd’hui appel à la PMA pour repousser l’âge du mariage), réinterrogeant les institutions et les structures patriarcales de ces religions monothéistes. Il est enfin appréciable que les articles de l’ouvrage ne portent pas uniquement sur les femmes, comme c’est le cas dans trop d’études sur le genre, et qu’ils abordent à la fois les questions de masculinité et les relations entre les genres. Cette collection de textes porte finalement l’espoir qu’un dialogue puisse être renoué entre juives et musulmanes, au-delà de leur cloisonnement en raison des réalités géopolitiques au Moyen-Orient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisa Anteby-Yemini, « Firoozeh Kashani-Sabet, Beth S. Wenger (eds), Gender in Judaism and Islam : Common Lives, Uncommon Heritage », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 328-331.

Référence électronique

Lisa Anteby-Yemini, « Firoozeh Kashani-Sabet, Beth S. Wenger (eds), Gender in Judaism and Islam : Common Lives, Uncommon Heritage », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 16 janvier 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13371

Haut de page

Auteur

Lisa Anteby-Yemini

CNRS, IDEMEC, Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page