Navigation – Plan du site
Dossier

Nommer les prêtresses en Grèce ancienne (ve-ier siècle)

Naming priestesses in Ancient Greece
Marie Augier
p. 33-59

Résumés

Cet article se propose d’étudier comment, dans le monde grec antique, les femmes étaient nommées et comment s’articulait la différence des sexes en fonction du contexte d’apparition de leur nom. Il s’appuie sur la documentation épigraphique et plus particulièrement sur les décrets honorifiques – des textes gravés sur pierre souvent affichés dans l’espace public – qui honoraient une personne pour ses actions en faveur de la cité. Les femmes étaient honorées dans ces documents notamment lorsqu’elles exerçaient une charge religieuse, comme celle de prêtresse. Cette étude, en partant d’un décret athénien honorant une prêtresse du nom de Timokritè, se demande où se joue le genre, en s’intéressant à la manière dont les prêtresses étaient désignées et en observant ce que la façon de les nommer indiquait sur leur statut et leur fonction. Il s’agit de montrer comment certaines femmes, en tant que prêtresses, occupaient grâce à leur statut de citoyennes des fonctions politiques de magistrates.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un décret honorifique en l’honneur de la prêtresse Timokritè
Comment nommer Timokritè ?
Timokritè la prêtresse
Où joue le genre ?
Les décrets honorant des prêtresses avec leur époux : le cas de Zeuxion, un contre-exemple ?
Afficher le nom pour le louer : extension et pérennité d’une telle pratique

Aperçu du texte

Dans son traité intitulé Économique, Xénophon passe sous silence le nom de l’épouse d’Ischomaque, cet Athénien qui lui sert à décrire le modèle du bon citoyen. Sa description du rôle complémentaire des époux dans le foyer reflète-t-elle l’idée que les citoyennes athéniennes n’avaient que peu de place en dehors de l’oikos et que leurs époux étaient chargés des relations avec l’extérieur ? Si l’on en croit David Schaps dans un article de la fin des années 1970, la retenue et l’anonymat de l’épouse sont liés à un code social et discursif : dans le cadre des plaidoyers, la bonne réputation des citoyens se construit sur celle des membres féminins de leur famille qui passe par l’effacement de leur nom personnel. Cependant, le contexte discursif fort complexe du texte de Xénophon, où sont enchâssées plusieurs discussions, et le caractère exemplaire du discours qui a pour but la définition de l’homme de bien ne permettent pas de généraliser le cas de la femme idéale d’Ischomaque.

Les études ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Augier, « Nommer les prêtresses en Grèce ancienne (ve-ier siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 33-59.

Référence électronique

Marie Augier, « Nommer les prêtresses en Grèce ancienne (ve-ier siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13480 ; DOI : 10.4000/clio.13480

Haut de page

Auteur

Marie Augier

Docteure en histoire grecque et agrégée de lettres classiques, est actuellement chercheuse associée au laboratoire ARCHIMEDE (UMR 7044, université de Strasbourg). Ses recherches portent sur les femmes, le genre et la religion en Grèce ancienne, notamment à partir de la documentation épigraphique. Elle travaille plus particulièrement sur les charges religieuses – comme la prêtrise – et sur l’évergétisme féminin. Un autre pan de ses recherches concerne la question de la souillure et des interdits rituels liés à l’impureté corporelle. Elle a publié plusieurs articles sur ces thématiques (Ktèma, Revue de philologie, Ellipses, Pallas, Presses universitaires de Rennes). marie.augier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page