Navigation – Plan du site
Dossier

Politiques féministes du nom (France, xixe-xxie siècle)

Feminist naming practices (France, 19th-20th centuries)
Florence Rochefort
p. 107-127

Résumés

Dès le tournant des xixe et xxe siècles en France, les féministes abordent la question du nom des femmes dans une perspective égalitaire et identitaire qui englobe la nomination, la dénomination et la filiation, à savoir le nom comme réputation et identité personnelle, le pseudonyme, le nom des femmes mariées, l’appellation Madame/Mademoiselle et la transmission du nom. À partir des moments forts du débat et des mobilisations autour du nom des femmes, une généalogie conceptuelle est retracée de la Belle Époque aux premières années du xxie siècle. Les discours et pratiques féministes radicales de la Belle Époque, d’Hubertine Auclert et de Clémence Royer en particulier, posent les termes du débat qui est repris par les féministes modérées et par les féminismes d’État, à partir des années 1970, puis à nouveau par les féministes radicales qui œuvrent aux changements législatifs et administratifs (1985, 2002, 2012, 2013). Au-delà du droit, les pratiques égalitaires et l’inscription du nom des femmes dans l’espace public restent un objectif féministe.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le nom des femmes révélateur et vecteur d’inégalités et de préjugés sexistes (xixe-début xxe siècle)
Comment réformer le nom des femmes ?
Approches féministes du nom des femmes depuis les années 1970

Aperçu du texte

Parler en son nom en tant que femme et au nom de toutes les femmes est un acte politique inaugural qui marque toute l’histoire des féminismes des xixe et xxe siècles. Aussi, à chaque moment fort de mobilisation pour l’émancipation des femmes, la question du nom est abordée d’un point de vue critique. Au xixe siècle, les saint-simoniennes dénoncent déjà l’usage du nom marital imposé aux femmes mariées et affirment la nécessité de se faire un nom ; au cours de la troisième République, le nom des femmes fait l’objet de maintes réflexions féministes et devient un débat public ; dans la deuxième moitié du xxe siècle et jusqu’aux premières années du xxie siècle, il s’agit encore d’une problématique caractéristique du féminisme qui compte des succès législatifs d’envergure sur ces questions (notamment la loi du 4 mars 2002 sur le nom de famille et la circulaire de février 2012 sur la suppression dans les documents administratifs des mentions nom de jeune fille, nom d’épouse ou Madame ou Ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Rochefort, « Politiques féministes du nom (France, xixe-xxie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 107-127.

Référence électronique

Florence Rochefort, « Politiques féministes du nom (France, xixe-xxie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13523

Haut de page

Auteur

Florence Rochefort

Florence Rochefort est chargée de recherche au CNRS au Groupe Sociétés, Religions, Laïcité (EPHE/CNRS). Spécialiste d’histoire des féminismes, elle poursuit également ses recherches sur genre, laïcités et sécularisation. Elle a publié notamment L’Égalité en marche. Le Féminisme sous la iiie République avec Laurence Klejman, Presses de la FNSP/des femmes, 1989 et Les Lois Veil avec B. Pavard et M. Zancarini-Fournel, Armand Colin, 2012. Elle a dirigé Le Pouvoir du genre. Laïcités et religions 1905-2005, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007, et co-dirigé Le Siècle des féminismes, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 2004, Normes religieuses et Genre, Armand Colin, 2013, et Qu’est-ce que le genre ?, Payot, 2014. Co-directrice de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire, elle co-dirige le Domaine d’Intérêt majeur (Région Île-de-France) « Genre Inégalité Discriminations » et elle a présidé l’Institut Émilie du Châtelet pour le développement des études sur les femmes, le sexe et le genre de 2010 à 2016. rochefort.florence[@]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page