Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Les enfants de Madeleine, esclaves à l’île Bourbon (xviiie-xixe siècle)

Madeleine’s children: slaves from île Bourbon (present-day Réunion), 18th to 19th centuries
Sue Peabody
Traduction de Antoine Heudre
p. 172-183

Résumés

En utilisant des exemples tirés d’une famille esclave de la Réunion et de l’île Maurice, cet article analyse comment le choix des prénoms ainsi que des noms de famille a marqué le statut de ses membres et a signalé ou bien dissimulé leurs relations de parenté. Selon le droit colonial français, les pères esclaves ne disposaient pas du statut de pères, mais les noms des esclaves et de leurs descendants conservaient les traces de leur ascendance maternelle en portant le nom de famille de leur mère. Comme le statut des enfants esclaves était déterminé par la condition de leur mère, les archives coloniales préservaient souvent la trace de l’ascendance maternelle en effaçant la mémoire de leurs pères – esclaves ou libres. Quand le nombre des affranchis et de leurs descendants a augmenté pendant la première moitié du xixe siècle, la pratique d’adopter le prénom de la mère comme nom de famille est devenue commune. C’est ainsi que la féminisation des noms de famille des descendants d’esclaves les a marqués insidieusement et a favorisé leur discrimination officieuse jusqu’à présent.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du texte

La dénomination est au cœur de toutes les institutions d’une société : institutions religieuses et étatiques, mais aussi familiales. Les procédures d’enregistrement du nom d’un nouveau-né varient en fonction des cultures, mais elles marquent l’entrée du nouveau-né dans la société humaine, et s’accompagnent généralement de rituels (enterrement du placenta, émission d’un certificat de naissance, baptême) qui forment le socle des principales valeurs et institutions de l’ordre social.

À partir de l’étude du cas d’une famille d’esclaves et de leurs descendants, esclaves ou libres, cet article examine le genre et la dénomination des esclaves dans l’Inde française et dans l’archipel des Mascareignes dont faisait partie l’île Bourbon, l’actuelle île de la Réunion. Si des études plus complètes sur le choix des noms dans les anciennes colonies françaises, comme les travaux importants de Vincent Cousseau (2012) et de Prosper Ève (2013), permettent de dégager des axiomes généralisés et de quanti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sue Peabody, « Les enfants de Madeleine, esclaves à l’île Bourbon (xviiie-xixe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 172-183.

Référence électronique

Sue Peabody, « Les enfants de Madeleine, esclaves à l’île Bourbon (xviiie-xixe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13546

Haut de page

Auteur

Sue Peabody

Il est Meyer Distinguished Professor à la Washington State University aux États-Unis. Elle est spécialiste de l’histoire de l’esclavage et du droit dans les colonies anciennes françaises. Elle a publié notamment : Pierre H. Boulle & Sue Peabody, Le Droit des Noirs en France au temps de l’esclavage. Textes choisis et commentés, Paris, L’Harmattan, coll. « Autrement Mêmes », 2014 ; Sue Peabody & Keila Grinberg (eds), Free Soil in the Atlantic World, Abingdon, Routledge, 2014 ; et Family, Freedom, Secret, and Lies in France’s Indian Ocean Colonies, New York et Oxford, Oxford University Press, 2017. speabody[@]wsu.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page