Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Le genre du nom dans l’Occident médiéval (vie-xie siècle)

Gender and name in medieval Western Europe (6th to 9th centuries)
Arnaud Lestremau
p. 199-221

Résumés

Les études anthroponymiques visent généralement à faire du nom un outil pour comprendre les usages sociaux et culturels dans un espace donné. Le statut spécifique des femmes dans la société du haut Moyen Âge invite donc à s’appuyer sur leurs noms pour comprendre quelle était leur condition. La rareté de la documentation ne facilite pas cette tâche. Néanmoins, en s’appuyant sur les noms, il est possible d’analyser le rôle des femmes dans la parenté : il s’avère qu’elles ont plus de peine à transmettre leurs noms et qu’elles transmettent également les noms de leurs ancêtres plus difficilement que ne le font les hommes, sauf dans de rares cas d’hypogamie. Il serait toutefois imprudent de postuler l’existence de différences radicales entre noms des hommes et des femmes, et tout aussi dangereux d’attacher aux noms une sémiotique genrée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La rareté des femmes dans la documentation
La moindre transmission des noms féminins dans la parenté
Une anthroponymie sous domination masculine
Une onomastique sans enjeux et donc plus libre ?
Les causes du changement anthroponymique
Le nom, indicateur de vertus ou de valeurs féminines ?

Aperçu du texte

Le roi Alfred épousa une femme de Mercie de noble famille, fille d’Æthelred Mucil, comte des Gaini. La mère de cette femme s’appelait Eadburh et elle était issue de la lignée des rois des Merciens

Dans cet extrait, Asser révèle toute l’ambiguïté qui entoure les noms féminins. Le biographe du roi Alfred (871-899) fait le choix d’escamoter le nom de la reine Ealhswith, qui est pourtant connu de sa source principale, et, dans le même temps, restitue le nom, inconnu par ailleurs, de sa mère, Eadburh, dans la mesure où son sang royal permet de conforter la puissance du roi et de légitimer ses descendants. C’est là tout le paradoxe qui entoure les femmes médiévales : elles sont mineures dans la société, mais peuvent être des pourvoyeuses de noblesse. À ce titre, leurs noms font parfois l’objet de louanges, mais ils sont souvent oubliés. Comment cela se traduit-il dans la documentation ? Comment les femmes reçoivent-elles et transmettent-elles du matériau onomastique ? Cette différence est-...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Lestremau, « Le genre du nom dans l’Occident médiéval (vie-xie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 199-221.

Référence électronique

Arnaud Lestremau, « Le genre du nom dans l’Occident médiéval (vie-xie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13562 ; DOI : 10.4000/clio.13562

Haut de page

Auteur

Arnaud Lestremau

Ancien élève de l’ENS-Lyon, agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale, est actuellement chercheur associé du LAMOP (UMR 8589, université Paris 1). Ses recherches portent notamment sur l’onomastique anglo-saxonne et, ce faisant, sur de nombreux thèmes adjacents, comme la parenté, la liturgie, la mémoire, l’ethnicité dans l’Europe septentrionale. Pour ce faire, il s’intéresse à la plupart des sources anglo-saxonnes, qu’elles soient diplomatiques, fiscales, narratives, liturgiques, numismatiques ou épigraphiques. Il s’est intéressé en particulier à la forme de la parenté dans l’Angleterre anglo-saxonne et à la transmission du nom au sein de la famille. Un autre aspect de ses recherches porte sur les relations entre Danois et Anglo-Saxons, sur les échanges culturels et les formes de médiation qui découlent de leurs rencontres. Il a publié en ce sens plusieurs articles, majoritairement dans des actes de colloques. Sa thèse est en cours de publication chez Brepols. arnaud.lestremau[@]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page