Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Le pouvoir de nommer et ses effets de genre. Matériaux pour une anthropologie comparative

The power of naming and its effect on gender. Elements towards a comparative anthropology
Bernard Vernier
p. 223-259

Résumés

L’étude des pratiques de nomination offre de précieux renseignements sur les rapports de pouvoir entre les sexes et le processus de leur différenciation symbolique. Hommes et femmes ont un pouvoir de nommer qui diffère selon les sociétés. Il vient renforcer ou contrebalancer l’effet de structuration exercé par le système de filiation sur les rapports intrafamiliaux et véhicule une image plus ou moins prestigieuse de l’homme et de la femme. On peut aussi étudier l’inégalité entre les sexes en observant les différences qui existent parfois dans la construction, le contenu symbolique et l’usage des prénoms masculins et féminins. Mais le nom peut aussi être une arme redoutable, y compris aux mains des femmes de sociétés patrilinéaires, dans la lutte des sexes ou la rivalité entre personnes de même sexe. Le cas limite de sociétés où l’on peut prendre un nom du sexe opposé offre l’occasion de tester la théorie performative du nom pour qui le nom fait le genre et d’apercevoir certains des facteurs selon lesquels varient les effets de genre d’un nom.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Différences dans le pouvoir de nommer, dans le nombre, l’usage et la construction des noms
Pouvoir de nommer et système de filiation
Différences dans le nombre de noms et leur usage
Construction et contenu symbolique des noms
Le nom comme arme dans la lutte des sexes ou entre personnes de même sexe
Porter un nom du sexe opposé. L’identité sexuée est-elle dans le nom ?
Les femmes de l’élite yéménite
La société Inuit

Aperçu du texte

J’ai rencontré la question du genre en travaillant en Grèce sur les rapports de domination et d’exploitation entre les sexes, chez les Pomaques musulmans puis sur les rapports de domination intra-familiaux observés à Karpathos, une île de la mer Égée où existait, cette fois, une égalité entre les hommes et les femmes aînés de chaque sexe mais des rapports de domination et d’exploitation entre les aîné(e)s et cadettes. C’est dans cette île que j’ai compris l’importance qu’il y avait à prendre en compte les règles de nomination si l’on voulait analyser plus finement les différents systèmes de parenté existant dans le monde et, notamment, le caractère unique en Europe du système karpathiote.

Il comportait deux lignées sexuées (masculine et féminine) ayant chacune pour support deux noms qui alternaient. La première-née des filles « ressuscitait » sa grand-mère maternelle dont elle portait le nom et recevait les biens. Le premier-né des fils « ressuscitait » son grand-père éponyme dont il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vernier, « Le pouvoir de nommer et ses effets de genre. Matériaux pour une anthropologie comparative », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 223-259.

Référence électronique

Bernard Vernier, « Le pouvoir de nommer et ses effets de genre. Matériaux pour une anthropologie comparative », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/13571 ; DOI : 10.4000/clio.13571

Haut de page

Auteur

Bernard Vernier

A été l’élève de Pierre Bourdieu et professeur d’anthropologie à l’Université de Lyon II. Il a mené ses recherches sur les structures familiales et les rapports de domination entre les sexes, les ordres de naissance et les groupes sociaux en Grèce (îles de la mer Égée et Pomaques musulmans du Rhodope), mais aussi en Tunisie (Djerba), au Nigéria (région de Jos) et en France. Il a publié notamment : « Représentation mythique du monde et domination masculine chez les Pomaques grecs », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 125, 1998, p. 74-98 ; « Fétichisme du nom, échanges affectifs intrafamiliaux et affinités électives », Actes de la recherche en Sciences Sociales, 78, 1989 ; La Genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos, Paris, EHESS, 1991 ; Le Visage et le nom. Contribution à l’étude des systèmes de parenté, Paris, Presses universitaires de France, 1999 ; La Prohibition de l’inceste. Critique de Françoise Héritier, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Tu veux qu’on sorte ensemble. La Transformation des formes de flirt dans six villages musulmans de Grèce, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2013. Vernierb[@]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page