Navigation – Plan du site
Regards complémentaires : L'histoire des femmes dans les revues françaises d'histoire

Genèses, Sciences sociales et histoire dans le champ des études féminines

Sandrine Kott
p. 119-123

Texte intégral

  • 1  Ce texte reprend, après corrections, les grandes lignes de la communication orale.
  • 2  Tilly (Louise A.) : « Genre, histoire des femmes et histoire sociale », Genèses n° 2, déc. 1990, 1 (...)

1Gérard Noiriel devait représenter Genèses. Ne sachant pas ce qu'il aurait dit, je propose un exposé1 qui reprend les grandes lignes du questionnaire envoyé par la revue CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés. Pour commencer, je vais présenter rapidement Genèses, Sciences sociales et histoire, avant de tenter d'évaluer son apport à l'histoire des femmes ou du genre. Il faut cependant souligner que je ne fais pas partie des membres fondateurs de la revue, à la différence de Gérard Noiriel, et que je n'étais pas présente lors des grands débats qui ont eu lieu dans le Comité de rédaction sur l'histoire du genre, à l'occasion de la parution des numéros 2 et 6 qui ont proposé les articles les plus importants en la matière2.

  • 3  C'est-à-dire en décembre 2000.

2Genèses, Sciences sociales et histoire est, comme son titre l'indique, une revue de sciences sociales. Le Comité de rédaction rassemble actuellement3 six historiens, six sociologues, deux anthropologues, deux économistes, deux politistes, une juriste. Les auteurs de Genèses sont historiens pour un gros tiers, sociologues pour un petit tiers et également politistes, anthropologues, économistes et juristes. Les membres du Comité de rédaction partagent les mêmes convictions sur les points suivants : l'histoire est essentielle à la connaissance et à la compréhension des phénomènes sociaux et politiques ; en retour, l'histoire doit s'écrire en recourant aussi aux outils forgés par les autres sciences sociales. Les articles publiés dans Genèses (sauf rubriques particulières) livrent les modalités et les résultats d'une enquête empirique et inscrite dans la durée ; ces derniers sont analysés grâce aux outils construits par les sciences sociales : sociologie, ethnologie, sciences politiques. Les différentes rubriques de la revue rendent compte de cette ligne éditoriale. Chaque numéro abrite un dossier consacré à un thème important pour les sciences sociales et l'histoire ; il se compose de quatre articles émanant de disciplines et de zones géographiques différentes qui présentent le résultat de recherches originales. Les rubriques ouvrent des espaces de discussion, notamment « Controverses » qui accueille des interventions parfois polémiques, dans le but d'engager ou de rendre public un débat. « Savoir-faire » ouvre les « cuisines » de nos disciplines ; c'est là que sont publiées des réflexions sur les méthodes mises en oeuvre lors des enquêtes, les difficultés et les limites rencontrées par les chercheurs. « Fenêtre » est un espace d'ouverture sur les sciences sociales d'aujourd'hui en France et à l'étranger. « Documents » publie et analyse une source inédite. « Point critique », qui met en dialogue un ensemble de travaux autour d'un thème, est la rubrique qui devrait exprimer au mieux le point de vue du comité. Enfin « Bibliothèque » accueille des comptes rendus d'ouvrages et d'articles parus récemment et qui s'inscrivent dans le débat entre l'histoire et les sciences sociales.

3Genèses, Sciences sociales et histoire n'est PAS une revue théorique, au sens où elle ne publie que très rarement des articles théoriques, mais elle constitue un lieu de réflexions méthodologiques et transdisciplinaires et entend développer une pratique réflexive commune aux sciences sociales. C'est ce dont témoignent les discussions extrêmement fructueuses qui se déroulent au sein du Comité de rédaction, véritable lieu d'échange (et ce n'est pas toujours facile) entre les disciplines et leurs représentants. Née en 1990, Genèses publie quatre numéros par an. Inscrite institutionnellement dans un laboratoire de sociologie du CNRS (l'IRESCO), elle est actuellement publiée et soutenue par les Éditions Belin. Par rapport à d'autres revues, elle a la chance d'avoir un secrétaire de rédaction à temps plein : le rôle de Jean Leroy est essentiel dans le suivi des articles et la fabrication de la revue. La revue est internationale à plusieurs titres : certains membres du Comité international sont réellement investis dans la fabrication des numéros ; les auteurs et les thèmes abordés font une large place aux recherches étrangères. Par ailleurs, Genèses est une revue ouverte aux jeunes chercheurs aussi bien qu'à des auteurs plus reconnus.

4Pour ce qui est de la place des femmes, qui nous intéresse ici, je dois dire que je partais d'un a priori très favorable sans avoir jamais fait une analyse précise de la situation. Pour moi, Genèses était une revue assez engagée dans l'histoire du genre, tant dans sa pratique quotidienne que dans ses choix éditoriaux. Le petit travail d'analyse auquel invitait CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, a été à cet égard instructif ! En comptant le nombre de membres femmes du Comité de rédaction, je me suis aperçue que sur les huit membres fondateurs il n'y avait qu'une femme : Susanna Magri. Il est vrai que plusieurs femmes ont rejoint depuis lors le Comité de rédaction si bien qu'actuellement elles sont 6 sur 18 ; cette proportion d'un tiers est certes faible mais honorable compte tenu de la part des femmes dans les disciplines représentées au sein de Genèses. Notons que comme dans la plupart des revues — d'autres l'ont déjà souligné —, les femmes jouent au quotidien un rôle essentiel. Elles sont généralement surreprésentées dans les réunions du Comité de rédaction qui ont lieu en moyenne une fois par mois. Pourtant en participant à cette journée d'études, je me suis aperçue que Genèses est encore aux yeux de beaucoup une revue animée par des hommes. Il a fallu que je vienne à cet anniversaire de CLIO HFS pour m'en rendre compte.

  • 4  Femmes, genre, histoire, Genèses n° 6, déc. 1991 (sous la direction de Susanna Magri et Eleni Vari (...)

5En ce qui concerne le contenu de Genèses, j'ai fait le décompte suivant : sur les 373 articles publiés dans la revue depuis dix ans, 117 articles ont été écrits par des femmes, soit entre un quart et un tiers, ce qui est à peu près équivalent à la représentation des femmes dans la profession. Donc Genèses n'est pas particulièrement en avance dans ce domaine. Sur les quarante premiers dossiers publiés, deux sont consacrés exclusivement à une thématique autour des femmes ou du genre, et réfléchissent de manière explicite à cette question4. Cela m'a d'abord semblé faible mais, à la lumière des bilans présentés par d'autres revues françaises d'histoire, c'est finalement beaucoup pour une revue à la thématique très large. Je ferai la même remarque sur les articles : 5 à 6 % d'entre eux - proportion stable — concernent directement des questions d'histoire des femmes et du genre.

  • 5  Voir note 2.
  • 6  Dauphin (Cécile) : « Questions à l'histoire culturelle des femmes. Les manuels épis-tolaires au XI (...)
  • 7  De Grazia (Victoria) : « Fascisme et féminisme latin. Italie, 1922-1945 », Genèses n° 5, sept. 199 (...)
  • 8  Frevert (Ute) : « Classe et genre dans la bourgeoisie allemande au XIXe siècle », Genèses n° 6, dé (...)
  • 9  Riot-Sarcey (Michèle) : « Émancipation des femmes, 1848 », Genèses n° 7, mars 1992, 194-200.
  • 10  À titre d'exemple Cacouault-Bitaud (Marlaine) : « Professeur du secondaire : une profession fémini (...)
  • 11  Verjus (Anne) : « Vote familialiste et vote familial. Contribution à l'étude du processus d'indivi (...)
  • 12  Boigeol (Anne) : « Les femmes et les Cours. La difficile mise en œuvre de l'égalité des sexes dans (...)

6Si on veut tenter une analyse plus fine, il faut souligner que, parmi les articles publiés, certains ont été particulièrement importants dans la réflexion sur la notion de gender. C'est le cas en particulier de l'article de Louise Tilly dans lequel elle prend position par rapport aux nouvelles tendances de l'histoire du genre, les tendances dites post-structuralistes développées par Joan Scott5. Il y a par ailleurs des auteures importantes pour ce champ qui ont publié dans Genèses. Citons en particulier Cécile Dauphin sur l'histoire culturelle6, Victoria de Grazia sur fascisme et féminisme7, Ute Frevert (une des chefs de file de l'histoire des femmes en Allemagne) sur genre et bourgeoisie8, ou Michèle Riot-Sarcey sur 18489. En ce sens, même si le nombre d'articles de Genèses consacrés à l'histoire du genre ou l'histoire des femmes peut paraître faible, il faut noter que la revue a pu jouer, à un certain moment, un rôle de tribune pour les représentantes de ce courant. Dans les dernières années, on note, semble-t-il une banalisation des questions de gender dans la revue. Les articles parus traitent de la question du genre dans des contextes extrêmement variés et sans appel programmatique particulier. Cette question est abordée tant du point de vue de la sociologie des professions10 que du point de vue de l'analyse des pratiques politiques11 ou du problème de la ségrégation12. Tous ces articles montrent empiriquement que le genre est une catégorie d'analyse pertinente et importante des sciences sociales, sans en faire une dimension exclusive ou plus importante que d'autres.

7Pour conclure ce bref survol, je dirai donc que Genèses a été et est toujours un lieu où la discussion sur le genre est vivante, sans échapper toutefois à certains déséquilibres caractéristiques d'une société encore dominée par les hommes.

Haut de page

Notes

1  Ce texte reprend, après corrections, les grandes lignes de la communication orale.

2  Tilly (Louise A.) : « Genre, histoire des femmes et histoire sociale », Genèses n° 2, déc. 1990, 148-166 ; intitulé Femmes, genre, histoire, le dossier du numéro 6 (déc. 1991) comprend quatre articles (Ute Frevert, Eleni Varikas, Sonya O. Rose, Pat Thane).

3  C'est-à-dire en décembre 2000.

4  Femmes, genre, histoire, Genèses n° 6, déc. 1991 (sous la direction de Susanna Magri et Eleni Varikas) ; Femme, famille, individu, Genèses n° 31, juin 1998 (sous la direction de Michel Offerlé).

5  Voir note 2.

6  Dauphin (Cécile) : « Questions à l'histoire culturelle des femmes. Les manuels épis-tolaires au XIXe siècle », Genèses n° 21, déc. 1995, 96-119.

7  De Grazia (Victoria) : « Fascisme et féminisme latin. Italie, 1922-1945 », Genèses n° 5, sept. 1991, 107-131.

8  Frevert (Ute) : « Classe et genre dans la bourgeoisie allemande au XIXe siècle », Genèses n° 6, déc. 1991,5-28.

9  Riot-Sarcey (Michèle) : « Émancipation des femmes, 1848 », Genèses n° 7, mars 1992, 194-200.

10  À titre d'exemple Cacouault-Bitaud (Marlaine) : « Professeur du secondaire : une profession féminine ? Éléments pour une approche socio-historique », Genèses n° 36, sept. 1999,92-115.

11  Verjus (Anne) : « Vote familialiste et vote familial. Contribution à l'étude du processus d'individualisation des femmes dans la première partie du XIXe siècle », Genèses n° 31, juin 1998,29-47.

12  Boigeol (Anne) : « Les femmes et les Cours. La difficile mise en œuvre de l'égalité des sexes dans l'accès à la magistrature », Genèses n° 22, mars 1996, 107-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Kott, « Genèses, Sciences sociales et histoire dans le champ des études féminines », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 16 | 2002, 16 | 2002, 119-123.

Référence électronique

Sandrine Kott, « Genèses, Sciences sociales et histoire dans le champ des études féminines », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 11 mars 2003, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/174 ; DOI : 10.4000/clio.174

Haut de page

Auteur

Sandrine Kott

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page