Navigation – Plan du site
Témoignages

La journée du 8 mars 1965 à Alger

Catherine LEVY

Texte intégral

1Ce témoignage écrit est le récit d'un 8 mars, très particulier, dans un pays aujourd'hui déchiré par la guerre civile, l'Algérie. Catherine Lévy a enseigné de 1962 à 1965 en tant que « pied-rouge » : on désignait ainsi les Français et les Françaises qui sont partis en Algérie après l'indépendance pour aider à la construction de l'Algérie nouvelle. Professeur au Collège Ben Cheneb à Alger, elle était militante à l'UGTA de Bab-El-Oued et a participé à la manifestation qu'elle décrit ci-dessous. Ce récit a été écrit tout récemment à partir de notes prises après le 19 juin 1965 quand les femmes sont de nouveau descendues dans la rue pour protester contre le coup d'état de Boumédienne. Aujourd'hui encore les femmes algériennes sont les plus actives dans les mouvements et associations qui militent pour l'arrêt de la guerre civile. C'est une contribution à l'histoire des femmes algériennes et à l'histoire du 8 mars dans ce pays, abordée entre autres dans le livre de Khalida Messaoudi, Une Algérienne debout, paru en 1995 chez Flammarion. L'auteur y raconte comment, au tout début de 1980, les Algériennes apprirent avec stupeur qu'une directive ministérielle leur interdisait de sortir du territoire national sans tuteur mâle.On arrêta à l'aéroport des enseignantes qui s'apprêtaient à partir en France rencontrer leur directeur de thèse ; l'une d'elles s'adressa à l'opinion publique en rappelant les garanties données par la constitution de 1976. Il y eut quelques échos dans El Moudjahid et Algérie-Actualités. Un mouvement d'étudiantes déboucha sur une manifestation le 8 mars 1980 qui permit d'obtenir l'annulation de la directive ministérielle. Trois autres manifestations eurent lieu dans l'année pour protester contre les projets de Code de statut personnel qui se concoctaient dans l'ombre. La dernière, le 23 décembre 1981, mobilisa les moudjahidats, vétérannes de la guerre d'indépendance et obtint le retrait momentané du projet. Khalida Messaoudi souligne que dès 1980-1981 en Algérie les femmes, et elles seules, ont interpellé le parti unique pour réclamer la mise en vigueur des principes universels ; elle affirme aussi que les historiens « autorisés » de l'Algérie n'ont rien dit de ces manifestations de femmes, événements négligeables pour eux. De la lutte pour la libération à la lutte pour la démocratie, c'est comme si elles n'existaient pas. Le récit qui suit n'en prend que plus de force.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/r2r-img-415-1.gif
Fichier image/gif, 61 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine LEVY, « La journée du 8 mars 1965 à Alger », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 5 | 1997, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/415 ; DOI : 10.4000/clio.415

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page