Navigation – Plan du site
Varia

Mémoire et hagiographie : la (re)construction de la vie d’une religieuse dans le Brésil colonial

Leila Mezan Algranti

Résumés

S’appuyant sur les biographies de sœur Jacinta – responsable de la fondation du premier couvent carmélite féminin de l’Amérique portugaise – et sur les lettres intimes qu’elle écrivit à ses confesseurs, cette étude examine la manière dont son image de religieuse exemplaire a été construite selon le modèle féminin de sainteté catholique qui dominait au XVIIIe siècle. On souligne aussi les différents procédés propres à l’hagiographie décelables dans ces écrits, ce qui suggère que les auteurs ont tenté de construire une aura de sainteté autour de Jacinta.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail a reçu l’appui du CNPq. Une version préliminaire a été présentée à Toronto, en mai 2000, lors de l’International Conference on Colonial Saints : hagiography and the cult of saints in the Americas 1500-1800, Université de Toronto. Traduction du portugais (Brésil) par Jules Falquet.

Texte intégral

  • 1 Delumeau 1973 : 77-78.
  • 2 Les Jésuites arrivèrent avec la flotte du premier gouverneur général Tomé de Souza, à Bahia, en 154 (...)

1La colonisation de l’Amérique portugaise a coïncidé avec les efforts de l’Église catholique pour faire connaître et appliquer dans le monde catholique les dispositifs du Concile de Trente (1545-1563) — quoique leurs effets ne se soient fait véritablement sentir avec force qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, tant en Europe qu’en Amérique1. Toujours est-il que le projet de colonisation du Brésil s’est appuyé depuis le début sur la collaboration de l’Église catholique. Il faut aussi se souvenir que la présence et l’action des pères Jésuites, représentants d’un ordre qui naquit et s’épanouit sous le signe de la Réforme catholique, date de 15492. D’autres ordres religieux masculins étaient également présents, sous le regard bienveillant de la Couronne portugaise, désireuse de christianiser les Indiens et d’évangéliser les colons. Cependant, dans cette sphère d’influence de l’Église catholique, il n’y avait pas de place pour la vie religieuse institutionnelle féminine : du fait du manque de femmes blanches susceptibles de se marier avec les colons, la politique de peuplement de la Couronne portugaise rendait pratiquement impossible la fondation de couvents féminins.

  • 3 À propos des Refuges féminins, voir Algranti 1993 : 64-72.
  • 4 Monteiro da Vide 1707.
  • 5 Zanon 1999.

2Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, la métropole n’a accédé favorablement qu’en de très rares occasions aux demandes de création de couvents, ce qui a poussé un certain nombre de femmes qui souhaitaient se consacrer à la vie religieuse à trouver des solutions alternatives3. Différentes mesures adoptées par l’Église et par la Couronne dans l’Amérique portugaise au XVIIIe siècle montrent bien qu’à l’époque, la préoccupation centrale concernait l’évangélisation des colons et leurs pratiques religieuses. On remarque par exemple qu’en 1709 furent promulguées les Premières constitutions de l’Archevêché de Bahía, fruit du premier synode réalisé dans les possessions américaines du Portugal ; celles-ci réaffirment les dispositifs présents dans le texte du Concile de Trente4. Toujours au XVIIIe siècle, on créa de nouveaux diocèses pour faciliter l’action des évêques. Ceux-ci promulguèrent force pastorales et envoyèrent des visiteurs dans les paroisses pour tenter de faire correspondre les pratiques des fidèles avec les positions du Concile de Trente. Le caractère obligatoire de la confession à Pâques, la nécessité de recevoir les derniers sacrements et l’incitation au culte des saints furent inlassablement réitérés par les évêques de la Colonie tout au long du XVIIIe siècle5. Ainsi, dans les sermons du dimanche, au moment de la confession, ou encore à l’occasion des fêtes données en l’honneur des saints, les colons pouvaient lire ou entendre le récit de leur vie et des miracles qu’ils avaient accomplis, ce qui développait la croyance en leur pouvoir d’intercession — conformément au souhait de l’Église.

3C’est dans ce climat d’incitation à la vénération des saints que naquit à Rio de Janeiro, en 1715, Jacinta de São José, responsable de la fondation du premier couvent carmélite féminin de l’Amérique portugaise. En me basant sur les biographies de sœur Jacinta et sur les lettres intimes qu’elle écrivit à ses confesseurs, je souhaite examiner la manière dont son image de religieuse exemplaire a été construite selon le modèle féminin de sainteté catholique qui dominait à l’époque. Je désire aussi souligner que différents procédés propres à l’hagiographie sont décelables dans ces écrits, ce qui suggère qu’elle-même, tout comme ses biographes, était familière de ce genre littéraire — très populaire en Amérique. Je pars ainsi de l’hypothèse que, dans ces écrits, les auteurs ont tenté de construire une aura de sainteté autour de Jacinta.

Soror Jacinta de São José

  • 6 On a traduit « recolhimento » par refuge, mais leurs hôtes par recluses plutôt que « recueillies ».

4Jacinta Rodrigues Ayres aurait pu n’être qu’une de ces nombreuses femmes dévotes qui vé