Navigation – Plan du site
Clio a lu

Cornelia Butler, Wack ! Art and the Feminist Revolution, Los Angeles, Museum of Contemporary Art, 2007, 512 pages. Maura Reilly, Linda Nochlin, Global Feminisms:New Directions inContemporary Art, New York, Merrell, 2007, 304 pages.

Frédérique Villemur
p. 261-263

Texte intégral

1Deux ouvrages croisent la création des femmes artistes et les luttes féministes, liés à deux expositions à Los Angeles et à New York. Le premier dresse pour les années 1960 et 1970 un bilan rétrospectif des rapports entre la création des femmes et les mouvements féministes aux États-Unis et en Europe occidentale, le second partant des années 1990 jusqu’à aujourd’hui se veut tourné vers l’avenir et ouvert aux autres cultures.

  • 1 Gender Performance, Abstraction, Gendered Space, Body as Medium, Knowledge as Power, Collective Imp (...)

2Wack ! Art and the Feminist Revolution : le titre exclamatif entend rappeler le caractère intrépide et audacieux du mouvement féministe de la fin des années 1960 et des années 1970. L’exposition organisée par Cornelia Butler a circulé entre mars 2007 et janvier 2009 entre Los Angeles, Washington, New York et Vancouver. Il s’agit de sonder l’impact du féminisme sur les arts visuels, depuis les groupes activistes tels le WAR (Women Artists in Revolution), WITCH (Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell), WSABAL (Women, Students and Artists for Black Art Liberation) jusqu’aux femmes artistes qui ne se revendiquent pas forcément comme féministes. L’ouvrage travaille la jointure de deux assertions qui ont marqué la période : tout le privé est politique, toute représentation est politique. En tout, près de cent vingt femmes artistes, réparties en dix-huit sections1 . Parmi les collaborations, Marsha Meskimmon propose une chronologie du mouvement féministe dans l’art en étudiant une nouvelle cartographie des années 1970. Abigail Solomon-Godeau croise la représentation de soi dans la photographie avec la première vague de l’art féministe. Peggy Phelan s’intéresse aux performances féministes entre 1960 et 1980, Richard Meyer aux représentations du corps masculin et à la censure des années 1970. Judith Russi Kirshner revient sur le féminisme italien, Valerie Smith s’attache aux femmes artistes noires des années 1960 et 1970, et Nelly Richard à la dissidence sous la dictature au Chili. Helen Molesworth interroge le choix par les féministes de la peinture comme médium alors que celle-ci est en déclin sur la scène artistique. Catherine Lord revient sur les relations entre lesbianisme et féminisme dans l’art. Jenni Sorkin reprend les expositions collectives d’un féminisme dit « nomade ». Les notices biographiques particulièrement instructives, avec une sélection bibliographique pour chaque artiste, ouvrent des horizons de recherche. Une précieuse chronologie des expositions de groupe entre 1943 et 1983 ferme l’ouvrage dont on peut dire qu’il est désormais une référence.

  • 2 Dont voici les titres : « Providing a Space of Freedom : Women Artists from Africa », « Gender Mobi (...)

3Global Feminisms complète Wack ! sur une période plus récente avec des artistes toutes nées après 1960. L’exposition qui s’est déroulée du 23 mars au 1er Juillet 2007 au Brooklyn Museum de New York, a été organisée par Linda Nochlin et Maura Reilly pour marquer l’ouverture du Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art et consacrer l’installation définitive dans le musée de l’œuvre de Judy Chicago, The Dinner Party (1974-1979). Le catalogue donne un aperçu de l’art féministe de 1990 à nos jours sans limites de frontières ni de medium (peinture, sculpture, photographie, film, vidéo, installation et performance) dans une cinquantaine de pays, et pour près de quatre-vingts femmes artistes qui revendiquent dans leur travail une expression féministe ou qui, sans se proclamer féministes, mettent en critique la condition des femmes de leur pays ou la notion de genre. Si l’exposition s’articulait autour de quatre thèmes (Life cycle, Identity, Politics, Emotions), l’ouvrage introduit la présentation des artistes par ordre alphabétique, par une série d’essais visant à démontrer la diversité des expressions artistiques selon les aires culturelles2. Dès l’introduction, Maura Reilly dans « Toward Transnational Feminisms » dresse un bilan instructif des grandes expositions qui, depuis trente ans et jusqu’à la dernière Biennale 2005, ont associé les femmes artistes au pluralisme culturel. On retiendra la présence de Tracey Rose, Dayanita Singh, Ghada Amer, Sigalit Landau, Lee Bul, Miwa Yanagi, Lin Tianmiao, Kara Walker, Jenny Saville, Valérie Mréjen, Pipilotti Rist et Katarzyna Kozyra. Cependant, on peut s’interroger sur l’absence d’artistes contemporaines aussi notoires et diverses que Rachel Whiteread, Ellen Gallagher ou Carrie Mae Weems, Monica Bonvicini ou Eija-Liisa Ahtila.

Haut de page

Notes

1 Gender Performance, Abstraction, Gendered Space, Body as Medium, Knowledge as Power, Collective Impulse, Social Sculpture, Silence and Noise, Speaking in Public, Making Art History, Taped and Measured, Autophotography, Female Sensibility, Pattern and Assemblage, Body Trauma, Goddess, Family Stories, Labor.

2 Dont voici les titres : « Providing a Space of Freedom : Women Artists from Africa », « Gender Mobility : Through the Lens of Five Women Artists in India », « Contemporary Japanese Women’s Self-Awareness », « What Is Feminist About Contemporary Asian Women’s Art ? », « Western European Women Artists : Speaking in a Minor Voice », et « Post-Totalitarian Art : Eastern and Central Europe ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Villemur, « Cornelia Butler, Wack ! Art and the Feminist Revolution, Los Angeles, Museum of Contemporary Art, 2007, 512 pages. Maura Reilly, Linda Nochlin, Global Feminisms:New Directions inContemporary Art, New York, Merrell, 2007, 304 pages. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 29 | 2009, 29 | 2009, 261-263.

Référence électronique

Frédérique Villemur, « Cornelia Butler, Wack ! Art and the Feminist Revolution, Los Angeles, Museum of Contemporary Art, 2007, 512 pages. Maura Reilly, Linda Nochlin, Global Feminisms:New Directions inContemporary Art, New York, Merrell, 2007, 304 pages. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 11 juin 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/9312

Haut de page

Auteur

Frédérique Villemur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page