Navigation – Plan du site
Compléments en ligne : Clio a lu

Ana Iriarte & Marta González, Entre Ares y Afrodita. Violencia del erotismo y erótica de la violencia en la Grecia antigua

Madrid, Abada Eds., 2008, 333 pages
Nathalie Ernoult

Texte intégral

1L’ouvrage d’Ana Iriarte et de Marta González, qui n’est malheureusement pas encore traduit en français, propose à partir d’une lecture des textes grecs, une réflexion sur la violence et l’érotisme dans une perspective genrée. En reconsidérant la figure d’Arès, dieu de la guerre et de la force brutale et celle d’Aphrodite, déesse de l’amour et de la persuasion érotique, les auteures nous montrent que le partage des genres n’est pas si tranché qu’il y paraît et que, parfois, le champ de la violence coïncide avec celui de la séduction.

  • 1  Jacqueline de Romilly, La Grèce antique contre la violence, Paris, de Fallois, 2000.

2Elles s’appuient sur deux postulats : premier postulat, elles rejettent les hypothèses de Jacqueline de Romilly1 selon lesquelles la condamnation de la violence est un thème récurrent dans la littérature de la Grèce antique. Elles observent que dans de nombreux textes grecs, la violence et ses multiples nuances ne sont pas systématiquement réprouvées par leurs auteurs, mais sont, au contraire, un mode de fonctionnement normal et indispensable à la résolution des conflits.

3Second postulat, elles rejettent la construction trop simpliste qui oppose la violence des hommes à la douceur pacifiste des femmes. Certes, dans la Grèce ancienne, l’activité guerrière est réservée aux hommes, mais rien ne permet d’affirmer qu’ils sont les seuls à produire de la violence. Inversement, l’attitude passive n’est jamais l’unique issue des femmes face à violence qu’elles subissent.

4Dans une première partie intitulée « Éros sur le champ de bataille » consacrée aux liens entre l’érotisme et la guerre dans l’épopée et la poésie archaïques, les auteures mettent à jour un Arès dominé par la passion amoureuse et une Aphrodite belliqueuse envahie par la haine. Suivant toujours la piste du dieu de la guerre, elles proposent ensuite une relecture quasi militariste de l’œuvre de Sappho. Fascinée par les métaphores militaires, la poétesse montre comment l’amour contient en soi la violence et peut engendrer la guerre. Inversement, poursuivent les auteures, l’érotisme est très présent dans le combat guerrier. L’univers d’Aphrodite est d’ailleurs régulièrement convoqué lors de l’affrontement exemplaire entre Achille et Hector à la fin de l’Iliade.

5L’étude de l’hapax dorigambron employé par Eschyle à propos d’Hélène (femme-paradigme de la violence déclenchée par le désir), que les auteures traduisent par « de noces et de lance », met en évidence la part de violence implicite indissociable de la division sexuelle, dans ce que les Grecs appellent le mariage légitime, c’est-à-dire l’union entre un homme et une femme fondée sur l’accord des familles.

6Prolongeant leurs recherches à travers les textes de la tragédie athénienne de l’époque classique, Ana Iriarte et Marta González enracinent la violence au sein des unions matrimoniales dans l’origine même de l’institution du mariage en Grèce. En témoigne l’un des mythes fondateurs de cette institution rapporté notamment par Eschyle dans les Suppliantes, celui des cinquante Danaïdes. Contraintes d’épouser leurs cousins à l’issue d’une guerre entre Égyptiens et Argiens, les cinquante filles du roi Danaos, à l’exception d’Hypermnestre, se transforment, le jour de leurs noces, en meurtrières. La légende réhabilitera ces jeunes femmes en les désignant comme responsables de l’origine des Thesmophories, la fête des épouses légitimes, très populaire à l’époque classique.

7Les liens entre l’érotisme et la guerre se cachent également derrière les vêtements que l’on porte ou que, au contraire, on ne porte pas. C’est ainsi que la nudité, signe de virilité du guerrier grec, traduit son invincibilité face au guerrier perse féminisé puisqu’il est toujours, comme les femmes, revêtu d’un vêtement qui masque la totalité de son corps. Aux femmes grecques cependant s’ajoute le voile, à la fois objet érotique et source d’inquiétude pour l’homme dans la mesure où il implique un mode d’action masqué, et donc potentiellement menaçant.

8La troisième et dernière partie du livre se penche sur l’univers, bien complexe, de la violence de femmes envers des femmes, qui n’est, la plupart du temps, qu’une façon de se venger des hommes. C’est surtout dans le palais des Atrides que les exemples abondent. Clytemnestre, bien sûr, qui pour se venger du sacrifice d’Iphigénie tue non seulement son mari, Agamemnon, mais également la concubine de celui-ci, Cassandre. Cette dernière, prise comme butin de guerre par Agamemnon, est victime du désir que sa beauté inspire. Mais le désir envers cette princesse troyenne, qualifiée d’Érinye aussi bien par Eschyle que par Euripide, causera la perte de la maison des Atrides. La patrie troyenne est vengée.

9Le parcours s’achève avec Hélène, enlevée par Paris à Troie, puis ramenée de force en Grèce par son époux Ménélas. Ce rapt, accompli par un « oriental » qui déclenche l’une des guerres les plus emblématiques de la culture grecque, se présente plus que jamais comme un lieu privilégié pour penser les rapports de sexe et leur construction.

  • 2  Publié à Liège, Centre international d’étude de la religion grecque antique, 2007, Kernos, supplém (...)

10Cette excellente recherche d’Ana Iriarte et de Marta González apporte une vision originale des liens entre Arès et Aphrodite, l’amour et la guerre. Chacun des deux termes est traqué dans les profondeurs du texte et apparaît parfois là où on ne s’y attend pas. L’analyse est riche, nuancée mais précise, toujours très bien documentée. Cet ouvrage est incontestablement une excellente contribution à la réflexion sur la construction du genre en Grèce ancienne dont nous espérons la traduction. En attendant, l’étude de Gabriella Pironti, Entre ciel et guerre. Figures d’Aphrodite en Grèce ancienne2 nous permettra de mieux appréhender l’univers d’Aphrodite, cette déesse aux multiples facettes.

Haut de page

Notes

1  Jacqueline de Romilly, La Grèce antique contre la violence, Paris, de Fallois, 2000.

2  Publié à Liège, Centre international d’étude de la religion grecque antique, 2007, Kernos, supplément 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ernoult, « Ana Iriarte & Marta González, Entre Ares y Afrodita. Violencia del erotismo y erótica de la violencia en la Grecia antigua », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 17 juin 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/clio/9728

Haut de page

Auteur

Nathalie Ernoult

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page